Skip to content Skip to sidebar Skip to footer
0 items - £0.00 0
0 items - £0.00 0

What does matrix mean in Neuromancer?

What does matrix mean in Neuromancer?

Is The Matrix based on the Bible? While influences from both biblical motifs and pop mysticism are in evidence, the film references these sources — along with many other sources, including classical Greek culture, Lewis Carroll, and Star Wars — in a way that is of aesthetic significance, not religious. What’s The Matrix theory? Matrix theory is a branch of mathematics that focuses on the study of matrices. It was initially a sub-branch of linear algebra, but soon grew to include subjects related to graph theory, algebra, combinatorics and statistics. What does ICE stand for in Neuromancer? ICE (Intrusion Countermeasures Electronics) is the technology that protects a system from illegal intrusions. Inside the matrix ICEs appear as virtual wall structures of glowing strata. The walls form mazes and gates that open for legitimate transmissions. Why did matrix use green? Think of the way computers developed so quickly in 20 years. In the beginning, computer was a black screen with a blinking, all the writing was green, everything was green. Wasn’t much color in it. So, at that time, it would make sense to have that kind of green look to the Matrix.”27 déc. 2021 Why does the Matrix use green? Whenever a scene takes place in the Matrix, the whole scene is coloured green. There are several things and feelings associated with this colour that cause certain effects on the viewer. ‘Green’ is the colour of decay (like mould), disease (you get a greenish face when you are sick) and dead.

What is the real meaning of Matrix?
Who is Jesus in the Matrix?
What is the true meaning of the Matrix?
What does The Matrix symbolize?
Is The Matrix based on Christianity?
What is a meat puppet in Neuromancer?
What is flatline in Neuromancer?
Was the Matrix all a dream?
What is the moral behind the Matrix?
What does Matrix symbolize?
Why did they call it The Matrix?
Is The Matrix based off the Bible?
How is The Matrix related to Christianity?
Is The Matrix a metaphor for the Bible?
What is the main message of matrix?
What cigarettes does case smoke in Neuromancer?
What is ice in Neuromancer?
How old is case in Neuromancer?
What is the deeper meaning behind The Matrix?
What does the matrix symbolize?
What religion is the matrix based on?
Who is Jesus in The Matrix?
What is the Dixie Flatline in Neuromancer?
What does ICE mean in Neuromancer?
What is the most famous line from The Matrix?
What is the deeper meaning behind the Matrix?
What is the metaphor of the Matrix?

What is the real meaning of Matrix?

ˈma- or matrixes ˈmā-trik-səz. : something within or from which something else originates, develops, or takes form. an atmosphere of understanding and friendliness that is the matrix of peace. : a mold from which a relief (see relief entry 1 sense 6) surface (such as a piece of type) is made.

Who is Jesus in the Matrix?

Neo is referred to throughout the Matrix trilogy as the One, that is, the chosen one, which also describes Christ—a messiah, sent to deliver salvation. References to Christianity proliferate in the films, and the Matrix films are an allegory for the Christian faith and that Neo is a modern-day Jesus.

What is the true meaning of the Matrix?

In a recent interview with Lilly Wachowski, she spoke about the movie’s true meaning, explaining that it was a metaphor for the trans experience. Fans suspected as much for a long time, but this is the first time Lilly or her sister has confirmed the theory on an open platform.14 août 2020

What does The Matrix symbolize?

The Matrix represents a system of control that operates completely in the mind. As a complex, machine-driven program, it appropriates any personal, political, or ideological leanings and renders them wholly false. It allows illusions but no action.

Is The Matrix based on Christianity?

While influences from both biblical motifs and pop mysticism are in evidence, the film references these sources — along with many other sources, including classical Greek culture, Lewis Carroll, and Star Wars — in a way that is of aesthetic significance, not religious.

What is a meat puppet in Neuromancer?

A meat puppet is a prostitute that works in a puppet parlor, such as the House of the Blue Lights.

What is flatline in Neuromancer?

Answer and Explanation: In the novel Neuromancer, Dixie Flatline, also known as McCoy Pauly, is a hacker. He is described as “legendary console cowboy” who was capable of stunning system hacks.

Was the Matrix all a dream?

Morpheus explains that Neo and everyone else has been living in is an illusion generated by a massive computer called the Matrix. The Matrix, in turn, is powered by the biologically-created electricity of millions of humans that are wired to it in a dream-like state.

What is the moral behind the Matrix?

The Matrix trilogy suggests that everyone has the individual responsibility to make the choice between the real world and an artificial world. Though Neo is the exemplar of free will, fate plays a large role in his adventure.

What does Matrix symbolize?

The Matrix represents a system of control that operates completely in the mind. As a complex, machine-driven program, it appropriates any personal, political, or ideological leanings and renders them wholly false.

Why did they call it The Matrix?

You want to know why The Matrix is called The Matrix? Well, it’s because the movie centers around a computer simulated virtual world known as the Matrix in which humans are mentally trapped and placated so that they can be kept alive and produce energy.

Is The Matrix based off the Bible?

While influences from both biblical motifs and pop mysticism are in evidence, the film references these sources — along with many other sources, including classical Greek culture, Lewis Carroll, and Star Wars — in a way that is of aesthetic significance, not religious.

Neo is referred to throughout the Matrix trilogy as the One, that is, the chosen one, which also describes Christ—a messiah, sent to deliver salvation. References to Christianity proliferate in the films, and the Matrix films are an allegory for the Christian faith and that Neo is a modern-day Jesus.

Is The Matrix a metaphor for the Bible?

References to Christianity proliferate in the films, and the Matrix films are an allegory for the Christian faith and that Neo is a modern-day Jesus. This interpretation is only one of the many possible readings of the films’ symbolism and references.

What is the main message of matrix?

This film was a thought-provoking conversation starter with its themes of existentialism, free will, premeditated futures, the rejection of groupthink, and a conglomeration of several religious ideologies, like prophecy and the godlike attributes that Neo exhibits throughout the movie.29 mars 2019

What cigarettes does case smoke in Neuromancer?

He smokes Yeheyuans. He was addicted to extremely powerful central nervous system stimulants, seen specifically to use a potent variety of Brazilian dex in the form of a flat pink octagon pill.

What is ice in Neuromancer?

Intrusion Countermeasures Electronics (ICE) is a term used in cyberpunk literature to refer to security programs which protect computerized data from being accessed by hackers.

How old is case in Neuromancer?

Twenty-four year-old

What is the deeper meaning behind The Matrix?

The Matrix trilogy suggests that everyone has the individual responsibility to make the choice between the real world and an artificial world. Though Neo is the exemplar of free will, fate plays a large role in his adventure. Neo relies on the Oracle, and everything she says comes true in some way.

What does the matrix symbolize?

The Matrix represents a system of control that operates completely in the mind. As a complex, machine-driven program, it appropriates any personal, political, or ideological leanings and renders them wholly false. It allows illusions but no action.

What religion is the matrix based on?

In The Matrix, that myth is embodied in Keanu Reeves’ chacter Neo — also known as “the One.” The Matrix offers up a stew of aspects from other religious traditions, particularly Buddhism. Dailey says it’s not surprising that the film combines aspects of Buddhism with Gnosticism.16 mai 2003

Who is Jesus in The Matrix?

Neo is referred to throughout the Matrix trilogy as the One, that is, the chosen one, which also describes Christ—a messiah, sent to deliver salvation. References to Christianity proliferate in the films, and the Matrix films are an allegory for the Christian faith and that Neo is a modern-day Jesus.

What is the Dixie Flatline in Neuromancer?

In the novel Neuromancer, Dixie Flatline, also known as McCoy Pauly, is a hacker. He is described as “legendary console cowboy” who was capable of stunning system hacks. He is said to have died multiple times but saved his mind in a Read-Only construct so he can be recreated as a simple feedback loop.

What does ICE mean in Neuromancer?

Intrusion Countermeasures Electronics

What is the most famous line from The Matrix?

1. “You take the blue pill… the story ends, you wake up in your bed and believe whatever you want to believe. You take the red pill… you stay in Wonderland, and I show you how deep the rabbit hole goes” – Morpheus (The Matrix) (Image credit: Warner Bros.)17 déc. 2021

What is the deeper meaning behind the Matrix?

The Matrix trilogy suggests that everyone has the individual responsibility to make the choice between the real world and an artificial world. Though Neo is the exemplar of free will, fate plays a large role in his adventure. Neo relies on the Oracle, and everything she says comes true in some way.

What is the metaphor of the Matrix?

trans metaphor


Adeptes de la grande toile, bonjour ! Vous vous souvenez des années 90 ? Il ne nous reste que des bribes d’information, Mais on est sûrsqu’au crépuscule du XXème siècle, l’humanité tout entière s’extasiaitdevant sa propre magnificence, car nous avions généré l’internet ! Bon alors certes, au débuton ne savait pas trop comment ça marchait Je vais appeler internetet leur demander de me faxer les numéros de téléphonede toutes ces femmes. néanmoins, ce tout nouveau réseau à largementcontribué à diffuser massivement la pop culture via les forum, les fandomou même le peer to peer. Certes, il y en a qui n’étaient pas superenthousiastes comme le groupe Metallica : mais d’autres se sont dit qu’il y avaitpeut-être moyen de surfer sur ce phénomène en se faisant un peu de pognon au passage,comme Hollywood qui s’est subitement intéresséau comic books ou aux jeux vidéos pour le meilleur, mais surtout pour le pire… En tout cas vers la finde ces glorieuses nineties, je me souviens avoir découvert,sur un CD-rom de feu le magazine Ciné-live, la bande-annonce hallucinanted’un film qui sortait de nulle part, un trailer qui ne nous disait riende l’histoire de ce film, mais qui posait cette simple question : Comme nous l’avions vu dans notre épisodeconsacré aux succès surprises du Box Office de l’année 1999, le second film des sœurs Wachowski fut un carton, un véritable phénomènequi donnera lieu à deux suites plus une troisième 22 ans plus tardque nous nous apprêtons à découvrir. Et oui, il y a clairement euun avant et un après Matrix. Durant les années 2000, on a vu fleurir pléthores de film qui tentaientd’émuler avec plus ou moins de succès le mélange improbable de comic-bookde Kung Fu et de philosophie du premier volet des aventurespicaresques de Neo et de Trinity. On retrouve même quelquesclins d’oeils appuyés dès 2000 comme dans l’Art de la Guerrede Christian Duguay par exemple : D’ailleurs, j’ai l’impressionque les Wachos s’en sont rendues compte et lui ont renvoyés son clin d’oeildans Speed Racer… En cette période,la mode est au bullet time cet effet ou la caméra se met soudain à naviguerdans une image figée ou ralentie à l’extrême que l’on découvraitpour la première fois dans Matrix… Ah ben non, tiens, il y en avait déjà undans Perdu dans l’espace en 1998, puis un truc un peu pareildans Blade la même année, et encore un en 1999dans Wing Commander… Et bien oui, l’une des particularitésde ce premier volet de la mythique trilogie des Wachowski, c’est d’avoir un pied dans le futur,l’autre dans le passé, et pas un passé très lointain car à l’aunede la production ciné de l’époque, Matrix à un petit air de “déjà-vu”. Alors est-ce que Matrix est devenule film charnière de toute une époque en copiant sur ses petits copains ? Ou bien, comme vous vous en doutez,c’est plus compliqué que ça ? Contrairement à mes habitudes,je vais commencer avec un peu d’auto-promo. Cet épisode du Ciné-club de M. Bobineest adapté d’un des chapitres de notre ouvrage édité chez Third Editions : L’oeuvre des Wachowski :la matrice d’un art social, qui est enfin disponibleà la vente un peu partout, et si vous souhaitez acquérirla magnifique édition limitée avec un couverture qui envoie du bois, c’est sur le site de l’éditeur que ça se passe ! Et puis c’est bientôt Noël, hein,je dis ça je dis rien… Ceci étant fait,il est temps d’entrer dans le vif du sujet. Peut-être avez-vous déjà repéréd’étranges similitudes visuelles ou thématiques entre deux films, au point que l’on se demande parfois si l’undes auteurs n’aurait pas un peu trop regardé la copie de son camarade. Effectivement, Hollywood est un environnementdans lequel les idées sont partagées, recyclées, ou même tout simplement recopiées. Et entre les procès pour plagiat les clins d’oeils ou les hommages assumésles adaptations plus ou moins pirates il est très difficilede faire la part des choses, d’autant plus que nous n’avons bien souventque la paroles des auteurs pour nous départager. Pourtant, il arrive que plusieurs œuvresentrent simplement en résonance, c’est-à-dire qu’elles développentune idée narrative, visuelle ou thématique de la même manière, sans forcément que ce soit conscientde la part de leurs auteurs. Par exemple, beaucoup ont remarqué quele Pacific Rim de Guillermo del Toro entretenait des similitudes avec l’animeNeon Genesis Evangelion de Hideaki Anno. En effet, les deux œuvres mettent en scènedes pilotes reliés psychiquement et émotionnellement à de gigantesques mechas, qui luttent contre des kaijus,c’est-à-dire des monstres titanesques. Quand ces similitudes furent rapportéesà Guillermo del Toro, il déclara n’avoir jamais vuni la série ni les films Evangelion. Comme ce dernier a toujours parlétrès librement de ses influences et des références qui parsèment ses films, il n’y a pas lieu de mettreen doute sa bonne foi, même si certains ne s’en privent pas. Ainsi, en puisant leur inspirationaux mêmes sources, les auteurs des deux créationsont simplement capté les mêmes idées, même si leurs applications formelleset thématiques demeurent très différentes. Le cinéma des sœurs Wachowski est lui aussiparsemé de références revendiquées à des œuvres qui les ont durablement marquées. Néanmoins, certains de leurs films ont égalementcapté des idées qui traînaient dans l’air, donnant même, parfois,une impression de déjà-vu ; et, comme souvent dans ces situations,les accusations de plagiat ne sont jamais loin. Si certains ont attribué l’échecau box-office de Speed Racer au fait que le film étaittrop en avance sur son temps, les quatre premiers films des sœurs Wachowskis’inscrivaient parfaitement bien dans le paysage cinématographiquede leur époque. Par exemple, Bound est sorti en pleindans la vague de thrillers érotiques démarrée en 1992 par Basic Instinct,réalisé par Paul Verhoeven et écrit par Joe Eszterhas. Ce dernier est égalementle scénariste d’autres thrillers coquins comme Sliver de Phillip Noyce en 1993, ou encore Jade de William Friedkin en 1995. Toujours en 1995, le duo Paul Verhoevenet Joe Eszterhas bouclent la boucle en sortant le controversé Showgirls, dans lequel on retrouveen petite tenue l’actrice Gina Gershon, qui, l’année d’après,incarnera Corky dans Bound. Matrix est sorti durantune année un peu particulière pour les cinéphiles du monde entier. En effet, 1999 voyait le retour d’une des pluscélèbres sagas de l’histoire du cinéma : Star Wars. Cette année marque donc le coup d’envoide deux trilogies de science-fiction qui n’ont, a priori, pas beaucoupde liens thématiques entre elles. D’un côté, Matrix est une sagade science-fiction inédite qui se déroule dans un futurrelativement proche du nôtre, tandis que La Menace fantômese déploie dans l’univers déjà établi du plus célèbre space opera de tous les temps,dont l’action se situe, comme chacun le sait, il y a bien longtemps,dans une galaxie lointaine, très lointaine. Pourtant, ce ne sont pasles similitudes qui manquent entre les univers de Matrix et de Star Wars, ne serait-ce que dans la manière dontles deux œuvres sont arrivées sur nos écrans. Durant les années 1990 le nom de George Lucas est au moinsaussi légendaire que la saga Star Wars. Le cinéaste peut donc annoncer sans prendretrop de risques, une série de trois films avant même que le premier voletde cette prélogie n’arrive sur les écrans. Pourtant, c’est plutôt du côtédu premier volet de la trilogie originale, Un nouvel espoir, que l’on trouveles premières résonances avec Matrix. En effet, dans les années 1970, Lucas n’avaitque deux longs-métrages à son actif, et les studios étaient très sceptiquesà l’idée de produire ce petit film à la Flash Gordon dontils ne comprenaient pas très bien l’histoire. Grâce au soutien indéfectible d’Alan Ladd Jr.et au succès du précédent film de Lucas, American Graffiti, la 20th Century Fox accepta de débloquerdes fonds pour réaliser un film. Peu après, Lucas négocia le droitde concevoir deux suites, mais personne dans le studion’imaginait à l’époque que le film puisse atteindreun score suffisant au box-office. Star Wars eut donc droit à une sortierelativement confidentielle, et le carton du long-métrage futune surprise pour tout le monde. Matrix aussi était destiné à être une trilogieavant même la sortie du premier volet. Pourtant, les Wachowski n’avaientqu’un seul long-métrage à leur actif, et les studios étaient très sceptiquesà l’idée de produire ce film de science-fiction dont ilsne comprenaient pas très bien l’histoire. Grâce au soutien indéfectiblede Joel Silver et au succès d’estime du précédent film des Wachowski, Bound, la Warner Bros accepta de débloquerdes fonds pour réaliser un film. En cas de succès sur le marché vidéo, la Warner se réservait le droit de produiredeux suites en direct-to-video, mais personne dans le studion’imaginait à l’époque que le film puisse atteindreun score suffisant au box-office. Matrix eut donc droit à une sortierelativement confidentielle, et le carton du long-métrage futune surprise pour tout le monde. Notons également que le premier Star Warset Matrix se terminent tous les deux sur une fin ouverte où le héros gagnelittéralement une bataille mais pas la guerre, c’est-à-dire une conclusionassez satisfaisante en cas de flop. Évidemment, après le carton de ces deux films, les studios ont beaucoup moins rechignépour produire les suite. Ainsi, L’Empire contre-attaqueet Matrix Reloaded se terminent au contraire sur un cliffhanger annonçantimmédiatement un troisième volet. Toutefois, ce qui estparticulièrement intéressant avec le premier volet de la saga Matrix c’est qu’il multiplieles connexions avec son époque, et en particulier avec les autres filmsde la vague cyberpunk qui déferle sur les écranspendant les années 90’s. Avant d’aller plus loin, il convient de faire une rapide parenthèsesur le cyberpunk et ses origines. Ce sous-genre de la science-fictionest né dans les années 1980, et son représentant littéraire le plus connuest le roman Neuromancien de William Gibson, une influence majeure de la saga Matrix. Fruits de l’évolutiondes technologies informatiques et des dérives du néolibéralismedes années Reagan, les univers cyberpunk s’incarnentdans des mégalopoles futuristes étouffantes, dominées par des multinationales omnipotentes. La technologie et en particulier l’informatiquey tient une place prépondérante. Les romans de Gibson sont peuplés d’humainsaugmentés à l’aide d’implants ou de prothèses, de hackers avec un goût très prononcépour le cuir et les lunettes noires, ou encore d’intelligences artificielleshors de contrôle. William Gibson est également connupour avoir inventé une réalité virtuelle très proche de l’Internetque nous utilisons tous les jours, et dans le Neuromancien,il l’a baptisée… la Matrice. En 1982, pendant l’écriture du roman qui allaitposer les bases du cyberpunk en littérature, sortait un film qui allait en faire de mêmeau cinéma : Blade Runner de Ridley Scott. William Gibson fut très impressionnépar Blade Runner et, des années après la sortie des deux œuvres,à la faveur d’une discussion avec Ridley Scott, il se rendit compte que leurs travauxpartageaient les mêmes sources d’inspiration, à savoir la science-fiction des années 1970ou encore les romans noirs de Raymond Chandler Ainsi, les œuvres matricielles du cyberpunk en littérature et au cinéma sontelles aussi entrées en résonance. Cependant, si le genre gagne très viteen popularité dans le domaine de la littérature, c’est une autre histoire pour le grand écran. Après l’échec de Blade Runner,puis celui de Tron la même année, il faut attendre un peu moins d’une décennie pour que ce genre futuristene revienne en haut de l’affiche. Vers la fin des années 80,la démocratisation de l’informatique, et surtout l’arrivée d’Internet, vont remettre les univers virtuels etles fantasmes technologiques au goût du jour. La fiction va se tourner naturellement vers le genre qui parle le mieuxde ces obsessions nouvelles : le cyberpunk. S’il y a déjà des anime et des filmss’inspirant de ce genre dans d’autres pays, notamment le Japonavec Akira de Katsuhiro Otomo en 1988 ou Tetsuo de Shinya Tsukamoto l’année suivante, c’est le succès au box-office de Total Recallde Paul Verhoeven en 1990 qui relance le genre aux États-Unis. Dans cette adaptation de la nouvelleSouvenirs à vendre de Philip K. Dick, Douglas Quaid, campé par Arnold Schwarzenegger,est obsédé par Mars, sur laquelle de nombreuses coloniesminières se sont installées. N’ayant pas les moyensde se rendre sur la planète rouge, il envisage de se payer des souvenirs factices implantés directement dans son cerveaupar une société nommée Rekall. Mais les techniciens de chez Rekallse rendent alors compte que la mémoire de Quaid a été effacée et que ce dernier s’avère en faitun espion au service de Mars. Après de nombreuses péripéties et autant d’interrogationssur sa propre identité, Douglas Quaid reçoit la visite d’un docteur qui va lui faire douterde la réalité de ses aventures. Ce docteur lui explique qu’il est toujoursattaché à la machine de la société Rekall, et que ce qu’il vit n’est qu’un rêve. Il lui tend alors une pilule rougequ’il doit avaler pour symboliser son choixde revenir à la réalité. Difficile de ne pas voir un échode cette scène dans la séquence de Matrix où Morpheus propose les pilules du choix à Neo. Les sœurs Wachowski ont-elles repriscette fameuse pilule rouge à Paul Verhoeven ou bien est-ce une coïncidence ? Bien qu’elles ne donnent pas facilementles clefs de lecture de leurs œuvres, les Wachowski sont néanmoinsassez transparentes sur leurs influences. J’ai donc tendance à penserqu’il ne s’agit pas là d’un emprunt mais bien d’une résonance entre deux œuvres. Pour s’en convaincre, il suffit de se penchersur un dialogue de Morpheus faisant directement référenceà Alice au pays des merveilles. Au début du roman de Lewis Carroll, lorsqu’Alice arrive au fonddu terrier de ce fameux lapin blanc, elle découvre une potion avecune étiquette sur laquelle est inscrit «Bois-moi. » Comme la pilule de Morpheus,cette potion symbolise symbolise la volonté d’Alicede continuer l’aventure ; elle transforme physiquementla jeune héroïne, qui rapetisse pour pouvoir franchirla petite porte à la clé d’or. Neo et Douglas Quaid pensentque la pilule est un moyen de s’éveiller du rêve dans lequel ils sont enfermés Dans Total Recall, la pilule rouge estprésentée comme celle qui réveille Quaid et son refus de l’ingérer le conduità s’enfoncer plus profondemment dans son rêve, jusqu’à finir lobotomiser comme le suggèrele fondu au blanc sur lequel se clôt le film. et pourtant chez, les Wachos,c’est plutôt l’inverse, si l’on en croit Morpheus, la pilule rouge,comme la potion d’Alice permet de s’enfoncer encore plusprofondément dans la fantaisie, tandis que la pilule bleue estlittéralement celle qui réveille Neo. Notons enfin que Ni les Wachos,ni Verhoeven n’étaient les premiers à faire le lien entre des pilules cheloueset les transformations d’Alice, puisque le groupeJefferson Airplane est passé par là avec leur chanson archi-connue White Rabbit, que l’on retrouve en toute logiquesur le trailer de Matrix Résurrections… Comme je le disais en introduction,en parallèle du succès de Total Recall, l’expansion d’Internet et du jeu vidéova donner des idées aux studios. Ce sont les débuts pour le moins difficiles de l’exploitation de franchisesvidéoludiques au cinéma avec Super Mario Bros, Double Dragon,Street Fighter, Mortal Kombat, ou encore Wing Commander. Cet engouement pour les univers virtuelset pour les images numériques va alors se conjuguer avecle succès du film de Paul Verhoeven et donner naissance à une poignée de filmsplus ou moins inspirés du courant cyberpunk. Parmi les plus connus,on trouve Le Cobaye, Strange Days, Judge Dredd,Passé Virtuel, Dark City ou encore Johnny Mnemonic avec Keanu Reeves, qui est assez librement adaptéde la nouvelle éponyme de William Gibson. Et puisqu’on parle de lui, sachez queChris Carter, le showrunner de X-Files, avait confié à William Gibson l’écritured’un épisode de la saison 5 où il est pas mal question de réalité virtuelleet de transfert de conscience. Comme nous le disions plus tôt, le carton de Matrix au box-office futaussi accompagné de petits désagréments, comme les traditionnelles accusationsde copiage, indissociables des succès surprise. Matrix fera l’objet de deux procèspour plagiat qui ne mèneront à rien. Toutefois, en dehors des tribunaux, certains commencent à comparer Matrixavec Dark City sorti un an plus tôt, comme Roger Ebert qui,dans sa critique du film des Wachowski, les accuse de recyclerles prémices du film d’Alex Proyas. Au contraire de Matrix,Dark City fut un échec à sa sortie. Néanmoins, le film a acquis un solideréseau de fans après sa sortie en vidéo. Dès lors, beaucoup de spectateursl’ont découvert après avoir vu Matrix et n’ont pas manqué de remarquerles similitudes entre les deux longs-métrages. Aujourd’hui encore, Internet pulluled’articles et de vidéos comparatives accusant les Wachowski d’avoir piochésans vergogne des idées chez Alex Proyas. Ce dernier a d’ailleurs récemmentremis une petite pièce dans la machine : Et il faut bien reconnaître que les deux œuvresont effectivement beaucoup de choses en commun. Voyez plutôt: en tentant d’échapperà de mystérieux poursuivants Thomas Anderson, le protagoniste de Matrix,et John Murdoch, celui de Dark City, découvrent que leur vie n’est qu’un mensonge. D’abord désemparés, ils reçoiventl’aide de guides providentiels : Morpheus pour l’un,le docteur Schreber pour l’autre. Ces deux figures de mentors vontalors révéler la vérité à nos héros : le monde qu’ils prenaient pour acquisn’est qu’une simulation fabriquée par des êtresqui n’ont d’humains que l’apparence. D’un côté, les Machines ont crééla Matrice pour pouvoir se nourrir de l’énergie générée par le corps humain. De l’autre, les Étrangers sontune race mourante d’extraterrestres qui se servent de la ville dans laquellese déroule l’action de Dark City pour percer le secret de l’âme humaineet y trouver le salut de leur espèce. Thomas Anderson, alias Neo, et John Murdochdécouvrent qu’ils possèdent des pouvoirs semblables aux créateurs de la simulationqui les retiennent prisonniers. Leurs mentors respectifs vont alorsles aider à développer leurs capacités jusqu’à ce que les pouvoirs de nos deux hérossurpassent ceux de leurs ennemis, Ainsi, le docteur Schreber inoculeà Murdoch les souvenirs d’une vie entière d’entraînementau développement de ses pouvoirs psychiques, tandis que l’un des subordonnés de Morpheustélécharge plusieurs styles de combat directement dans l’esprit de Neo. Néanmoins, les correspondances entreles deux films ne sont pas uniquement narratives. Lorsque Neo aperçoit deux chatsétrangement similaires dans le hall d’entrée d’un immeuble délabré, il fait part de son sentimentde «déjà-vu» à Trinity. Une sensation qui fut très certainement partagée par les rares spectateurs qui avaient découvertDark City en salle l’année précédente. En effet, l’escalier que s’apprêteà gravir Neo est exactement le même que dans le préambule du film d’Alex Proyas, puisque les films ont tous deux été tournés dansle même studio, comme souvent à Hollywood. Par ailleurs, les deux longs-métragespartagent la même directrice artistique, Michelle McGahey, et James McTeigue,premier assistant-réalisateur sur Matrix et futur collaborateur régulier des Wachowski,était second assistant sur Dark City. Évidemment, avec autant de pontsentre les deux tournages, il est très facile d’imaginerque des informations aient circulé pendant la production des deux films. C’est d’ailleurs une choseassez courante à Hollywood. Seulement, comme Jean-Pierre Jeunetavec Guillermo Del Toro, Alex Proyas à peut-être un peu tendance à oublierque son film aussi a été largement irrigué par les productions cinématographiquesou littéraires de son époque, et même peut-être par certainsde ses collègues cinéastes. Je t’aime bien Alex, mais là… Non. Il est évident que les Wachowski avaientconnaissance de la production de Dark City pendant qu’elles travaillaient sur Matrix. Cependant, l’inverse est probablement aussi vrai et, avec seulement une annéed’écart entre les deux sorties, il est difficile de savoirqui aurait copié quoi sur qui. En effet, l’écriture des premièresversions des deux scripts remonte au moins au début des années 1990, et narratifs des deux films étaient décidésdepuis bien longtemps. Par exemple, pour convaincrele studio de produire Matrix, bien avant le lancement de la production, les sœurs Wachowski avaient recrutéles dessinateurs Steve Kroce et Geof Darrow pour réaliser un storyboard de six cents pages, que Joel Silver prétend êtrevirtuellement identique au film fini. Il nous semble, encore une fois, qu’il s’agitd’un nouvel exemple de deux films qui sont entrés en résonance. Attention, je ne dis pasque les Wachos n’ont pas piqués quelques trucs sous le manteauà d’autres films ! Par exemple, la scènede l’éveil de Néo ressemble pas mal à celle de Visiteurs extraterrestressorti en 1993 un film sur lequel le chef opérateur étaitd’ailleurs Bill Pope, comme sur Matrix… Mais durant les années 90, les connexions thématiqueset formelles concernent un sacré paquet de films de science-fiction. Le cyberpunk étant un sous-genre de la SF,il est de fait tourné vers l’avenir. Or, il s’agit également d’un genreavec un pied dans le passé, puisque comme on l’a vu plus tôt, il s’inspirelargement des romans et des films noirs, très populaires durantles années 40 et 50 aux États-Unis. De même, ce dialogueentre passé et futur est récurrent dans le cinéma de science-fictiondes années 1990. Ainsi les voitures et les costumesdes personnages de Dark City semblent sortis des années 1950, et Alex Proyas a déclarés’être inspiré du Faucon maltais pour son personnage de détectiveen quête de vérité. Dans Matrix, lorsque Morpheusmontre à Neo ce qu’est la Matrice, c’est par le truchementd’un vieux poste de télévision. De même, l’équipage du Nebuchadnezzarutilise d’antiques téléphones à cadran ou de vieilles cabines téléphoniquespour entrer et sortir de la Matrice. Les Agents de Matrix, quant à eux,renvoient au mythiques hommes en noir qui intervenaient souvent dans les récitsd’apparition d’ovnis dans les années 1960. Ces mystérieux personnages ont d’ailleurségalement inspiré Lowell Cunningham pour son comics Men in Black, dont est tiréle film de Barry Sonnenfeld sorti en 1997. Sorti la même année que Matrix, Passé virtuelde Josef Rusnak s’ouvre sur le meurtre d’un programmeur qui a conçu une réalitévirtuelle à l’image de l’époque de sa jeunesse : les années 1930. Pour l’anecdote, le filmde Josef Rusnak partage lui aussi beaucoup de points communs avec Dark City. Tout comme John Murdoch,le héros de Passé virtuel, Douglas Hall, est accusé d’un meurtre qu’il nese souvient pas avoir commis. Douglas aussi rencontre une jeune femmedont il n’a aucun souvenir, mais avec qui il a entretenu une relationamoureuse dans une autre vie. En parallèle, l’inspecteur chargéde faire la lumière sur le meurtre est d’abord persuadéde la culpabilité de notre héros mais, peu à peu, va se rallierà lui dans sa quête de vérité. Dans Passé virtuel comme dans Dark City, le héros voyage jusqu’au bord du mondepour découvrir sa véritable nature. En tentant de se rendre à Shell Beach,un lieu imaginaire où il pense avoir passé sa jeunesse, John Murdoch tombe dans une impasse. Lorsqu’il réussit à percer un troudans le mur qui lui faisait obstacle, il se rend alors compte que la villeoù il se trouve flotte dans l’espace, une scène qui fait d’ailleurs référenceà un épisode de La Quatrième Dimension. De son côté, Douglas Hall découvre queson monde est une simulation informatique lorsqu’il arrive aux limitesde cette réalité virtuelle. Passé virtuel est lui aussi sortiun an après Dark City mais, si vous êtes encore tentésd’y voir un cas de plagiat, sachez que le film de Josef Rusnak est adaptédu roman Simulacron 3 de Daniel F. Galouye, paru en 1964. Bien avant Dark City, donc. Tiens et tant qu’on y est, toujours en 1999, on trouvait également dans Mystery Menune ville en train de se faire remodeler de la même manière que dans Dark City. Du coup on ne peut pas dire qu’Alex Proyasait volé sa mention “visionary director” du moins à cette époque… On trouve égalementun dialogue entre passé et futur dans Demolition Mande Marco Brambilla sorti en 1993, dans lequel Sylvester Stalloneincarne un sergent de police évoquant les héros typiquesdu cinéma des années 1980 qui, après avoir été cryogénisé, se retrouvepropulsé dans un avenir aseptisé sans violence ni jurons. Ou encore le film Blade de Stephen Norrington, dans lequel les technologiesinformatiques les plus modernes côtoient les traditionset les mythes d’un monde ancien. Évidemment, ce jeu de va-et-vient entredeux époques ne se limite pas au cinéma épisode de la série Star Trek : La NouvelleGénération s’intitule «The Big Goodbye », en référence au romanThe Long Goodbye de Raymond Chandler. Dans cet épisode diffusé en 1988, le capitaine Picard troque son uniforme de laFédération contre un trench coat et un fedora ; pour endosser le rôle détective privédans une simulation des années 1950 générée par le simulateurde l’Enterprise : le Holodeck. De même, la série X-Files a largement jouésur l’imaginaire des années 1960 lié aux ovnis. Notons qu’en 1998, le film tiré de cette séries’appelle dans sa version originale : The X-Files: Fight the Future,littéralement « combattre le futur ». Il n’est donc pas étonnant que la modesoit au cyberpunk durant cette décennie puisque, face à un avenir incertain, beaucoup sont nostalgiquesd’un passé révolu. À ce titre, Demolition Man est,avec Retour vers le futur II en 1989, l’un des premiers films à exploiter la nostalgiedu cinéma des années 1980 qui envahira nos écransdurant les années 2010. Depuis Tron en 1982, les images de synthèsen’ont cessé de progresser. S’il faudra attendre quelques annéesavant de retrouver le niveau stupéfiant de réalisme des dinosauresde Jurassic Park en 1993, dès les années 1990 la technologieest suffisamment convaincante pour représenter une réalité virtuelle. Ainsi, durant cette décennie, la modedu «cyberespace» bat son plein. En 1992, Brett Leonard réalisel’un des films les plus célèbres mettant en scène une réalité virtuelle, qui connaîtra une suite quatre ansplus tard intitulée comme par hasard : Le Cobaye 2 : Cyberspace,réalisée quant à elle par Fahrad Mann. Brett Leonard récidive en 1995avec Programmé pour tuer, dans lequel Denzel Washington poursuitune intelligence artificielle psychopathe, campée par un Russel Crowe en roue libre totale, qui s’est échappée d’un programmed’entraînement en réalité virtuelle. En 1995, dans le climaxde Johnny Mnemonic, Keanu Reeves tente de piraterune grande compagnie pharmaceutique dans un système qui ressemble beaucoupà la Matrice inventée par William Gibson, par ailleurs scénariste du film. Les mondes virtuels sont tellement populaires qu’ils sont parfois introduits de manièreun brin opportuniste dans certains films. Par exemple, dans le thriller sulfureuxHarcèlement de Barry Levinson, sorti en 1994, la compagnie dans laquelletravaille Michael Douglas développe un système de réalitévirtuelle appelé le Corridor. Malheureusement, ce fameux Corridorn’est qu’un prétexte pour faire du suspense pendant une séquence où le héros tentede récupérer des fichiers compromettants sur sa rivale Meredith Johnson,interprétée par Demi Moore. Pourtant, voyez en quels termescette dernière présente le Corridor aux actionnaires de sa compagnieau début du film : Cette réplique trouve un écho dansHackers de Iain Softley sorti en 1995, dans lequel un policier litle manifeste des hackers qu’il a confisqué après une descentechez l’un des protagonistes du film : Le cyberespace est donc un mondeque l’on peut maîtriser par la connaissance, un monde qui nous libèredes entraves de la chair et du monde matériel corrompupar de mauvais démiurges. Cette définition rappelle énormémentles préceptes du gnosticisme, un courant religieux qui irrigue égalementl’ensemble de la trilogie Matrix, mais aussi Dark City. Ce qu’on appelle le gnosticisme est en faitune multitude de doctrines et de pratiques religieuses qui se sontdéveloppées en marge de l’Église au cours du IIe et du IIIe siècle. On pourrait résumer les grandes lignesde ces doctrines ainsi : l’homme est de nature divine,mais il est le prisonnier du monde matériel, un monde régi par un dieu mauvais,le Démiurge, qui ignore sa nature inférieure. En effet, il existe également une entité supérieure, désignée sous plusieurs nomsen fonction des sources l’Un, la Monade, le Dieu suprême, etc., qui règne sur le monde spirituel. Le salut des hommes passe par l’acquisitiond’une connaissance secrète, la gnose, une vérité transcendantalequi leur ouvrira le royaume spirituel. Cette idée d’un monde factice contrôlédans l’ombre par un mauvais démiurge est au cœur de The Truman Showde Peter Weir, sorti en 1998, dans lequel le héros se rend compteque sa vie est une émission télévisée, avant de se rebeller contrele réalisateur de ce programme. En 1997, dans The Game de David Fincher, un banquier participeà un jeu de rôle grandeur nature mais finit par ne plus savoirce qui est réel ou fictionnel. Car la principale angoisse liéeaux mondes virtuels, c’est de ne plus pouvoirles distinguer de la réalité, autrement dit d’en perdre le contrôle, commele rappelle le carton d’ouverture du Cobaye : «Au tournant du nouveau millénaire, la technologie connue sous le nomde réalité virtuelle sera largement utilisée. Elle vous permettra d’entrer dansdes univers artificiels générés par ordinateurs, dont la seule limite sera votre imagination. Ses créateurs en ont envisagédes millions d’utilisations positives tandis que d’autres y voient une nouvelleméthode de contrôle de l’esprit…» Dans eXistenZ, sorti en 1999, David Cronenberg s’amuse à imbriquerplusieurs niveaux de simulation dans lesquels se perd Allegra Geller, une conceptrice de jeux vidéopoursuivie par des fanatiques du réel. Et puis si Blade ne se déroule pasdans un univers virtuel, voyez en quels termes le diurnambuleexpose sa vision du monde à Karen Jenson, une jeune femme qui découvre l’existenced’une nation souterraine de vampires : Dans le même style,la célèbre tagline de la série X-Files résume très bien le sentimentqui plane en cette fin de siècle : «La vérité est ailleurs. », même si le citoyen lambda préfèrese complaire dans son ignorance… Mais c’est Tyler Durdendans Fight Club de David Fincher qui décrit le mieux les enjeuxde la grande bataille de cette fin de siècle : Si le premier volet de la saga Matrixpioche allègrement dans cette angoisse sur la nature de la réalité, nous verrons plus tard que les Wachowskipousseront la réflexion bien plus loin que la simple oppositionentre réalité et simulation. Ainsi, le simulacre est à la modedans le cinéma des années 1990. Le monde n’est pas ce qu’il paraît et, comme le dit le personnage campé par TomSizemore dans Strange Days de Kathryn Bigelow : On peut évidemment y voir une résurgencedu cinéma paranoïaque des années 1970 avec JFK, le chef-d’œuvred’Oliver Stone sorti en 1991. Néanmoins, la paranoïa ne trouveplus sa source dans la guerre froide ou dans le scandale du Watergate. Désormais, elle s’avère aussi technologique. Dans Complots de Richard Donner sorti en 1997, Mel Gibson joue un ancien cobayedu programme secret de la CIA, MK-Ultra, qui visait à développer des techniquesde manipulation mentale. L’année suivante, c’est Will Smithqui est pourchassé par toutes les technologies de surveillancede la NSA dans Ennemi d’État de Tony Scott. Toujours en 1998, un jeune enfantautiste ayant percé le secret du code de cryptage le plus sophistiquéau monde est menacé de mort par des agents fédérauxdans Code Mercury de Harold Becker. La génétique n’est pas en reste, puisqu’il est question de clonagedans Judge Dredd en 1995, d’eugénisme dans Bienvenueà Gattaca d’Andrew Niccol en 1998, et de grosses bébêtes génétiquementmodifiées dans Jurassic Park en 1993 puis dans Alien, la résurrection en 1997 et dans Peur Bleue en 1999 où l’on retrouveaussi quelques étranges ressemblances… La grande peur de cet te époque, c’est surtout que cette technologie finissepar se retourner contre nous, comme dans les Terminatorde James Cameron. Dans la série B Virus de John Bruno, un navire scientifique à la pointede la technologie se retrouve sous le contrôle d’une intelligence artificielled’origine extraterrestre qui considère l’humanité comme un virus, faisant écho aux parolesde l’Agent Smith dans Matrix. Ces angoisses débordent mêmedans l’actualité, puisqu’en 1999, le fameux bug de l’an 2000 menaçait de fairedérailler tous les systèmes informatiques à cause d’une simple erreurde calcul de la date. Un scénario digne du projet Chaosde Fight Club, en somme. Si ce fameux bug n’a pas renvoyéle monde à l’âge de pierre, il demeure tout de même révélateur de notredépendance aux technologies informatiques. Et oui, si nous n’avions plus l’ascendantsur les machines dont nous sommes dépendants, quel contrôle nous resterait-ilsur nos propres vies ? Le cinéma va évidemment se fairele miroir de ces angoisses, notamment en mettant en scène des personnagesaliénés par ces nouvelles technologies. En effet, une poignée de filmsdes années 1990 présentent des machines tellement invasivesqu’elles peuvent accéder à l’esprit humain, et même le trafiquer. Par exemple, dans Total Recall,Le Cobaye, Johnny Mnemonic, Dark City ou encore Judge Dredd, la mémoire des protagonistes estlittéralement piratée puis réécrite. Dans eXistenZ, les personnages principauxse font implanter de nouvelles personnalités selon le niveau de simulation où ils se trouvent. Pire, certains de ces héros se révèlentêtre des intelligences artificielles tellement avancées qu’on ne peut quasimentplus les distinguer de véritables humains, Neo lui-même pourrait tout à faitêtre une intelligence artificielle, au même titre que tousles personnages de Matrix. Même une comédie loufoquecomme Disjoncté de Ben Stiller, cache une part de noirceuret d’angoisse existentielle. Jim Carrey y joue le rôle de Chip, un employé de la compagnie du câble dont les parents démissionnaires l’ont laisségrandir devant la télévision. À l’instar du narrateur de Fight Club, ce personnage névrosé évolue dans le mondedes mass media et de la surconsommation. Sa rébellion contre le système évoqueégalement le projet Chaos de Fight Club, puisque Chip décide de « tuer la baby-sitter » en se jetant sur une gigantesqueantenne parabolique. Ce faisant, il interrompt la diffusion d’unfeuilleton judiciaire qui passionne l’Amérique, forçant les téléspectateursà se reconnecter avec le monde réel. Un final qui ressemble quelque peuà celui de The Truman Show avec le même Jim Carrey… Ceux d’entre vous qui ont étécontemporains des années 1980 se souviennent certainement que l’an 2000avait une résonance toute particulière, du moins pour ceux qui se réfèrentau calendrier grégorien. L’imaginaire lié à l’an 2000 était alors peupléde voitures volantes et de voyages dans l’espace des visions encouragéespar certains réalisateurs comme Stanley Kubrick avec2001, l’Odyssée de l’espace. Bref, l’an 2000, c’était l’avenir. Mais les années passant, nous avons compris que cette promesse d’un futur idylliquene serait jamais tenue, laissant place à une angoisse millénariste qui résonnait encore une foissans le paysage cinématographique. Dans Matrix, on nous apprend que l’année 1999représente l’apogée de notre civilisation. Dès lors, quoi de mieux qu’une bonne apocalypse pour en précipiter l’inexorable chute ? Cette fin de siècle est doncl’occasion pour Hollywood de rivaliser d’inventivitépour détruire notre bonne vieille Terre. Et de rivalité, il va en être question puisque, à partir de la moitiédes années 1990, les idées d’apocalypse arriventsystématiquement par deux… 1995 est une année visionnairepuisque la mode est à la pandémie : avec nos moyens de transports modernes,les virus d’Alerte ! et de L’Armée des 12 Singes peuvent librementse répandre à travers le monde. En 1996, ce sont les aliens qui s’invitentà la fête dans Independance Day et dans son pendant parodique : Mars Attacks. Plus localisé mais tout aussi apocalyptique, En 1997, le magma refait surface pour tout péterdans Le Pic de Dantes et dans Volcano. En 1998, deux météores se font la coursedans Armageddon et dans Deep Impact. Enfin, certains scénaristes ont remarqué que lorsque l’on retourneles trois derniers chiffres de 1999, on obtient 666. Cette année est donc l’occasionpour l’antéchrist d’organiser une petite apocalypse surprisepour fêter la nouvelle année dans La Fin des temps et dans La Neuvième Porte. Même dans les films qui se déroulentdans un futur plus ou moins lointain, le présent est le prélude d’un cataclysmequi a changé le monde à jamais. Si l’Agent Smith prétend que l’année 1999représente l’apogée de notre civilisation, c’est parce que, peu après,un événement a précipité le monde dans une guerre totale contre les Machines, comme nous l’apprennent les deux épisodesde Seconde Renaissance des Animatrix. Dans Demolition Man,c’est un tremblement de terre, celui que les Américains appellent«The Big One », qui ravage la côte Ouestà l’aube du XXIe siècle. Dans ce futur, la fin du XXe siècle y est dépeintecomme une époque de violence et de chaos dont le héros du passé, campé parSylvester Stallone, est le digne représentant. Stallone reprend d’ailleurs du servicedeux ans plus tard dans Judge Dredd. Cette fois, l’action se dérouledans une ville gigantesque construite sur les ruinesd’une apocalypse nucléaire. Et puisqu’on est à parler de résonance, le comparatif entre les intrigues respectivesde Demolition Man et de Judge Dredd se révèleencore une fois édifiant. Dans les deux films, Stalloneest confronté à un politicien qui souhaite renforcer son contrôlesur ce nouveau monde. Pour ce faire, il libère la némésis du héros et lui donne les pleins pouvoirpour remplir sa mission. Ces deux antagonistes finissent parse débarrasser de leur commanditaire afin de prendre le pouvoir. Notons aussi que dans le climaxde Demolition Man, le bad guy utiliseune sorte de rayon congelant au sein d’un plan très similaireà celui dans lequel Cypher, dans Matrix, utilise un lightning guncontre les opérateurs Tank et Dozer. Vous voyez, tout est lié… Sorti en 1995, Strange Days de Kathryn Bigelow estune parfaite illustration du point de rupture que représente l’arrivée du nouveau siècle,puis du nouveau millénaire un an plus tard. Dans ce film qui s’inscrit de nouveaudans le courant cyberpunk, les protagonistes sont prisonniers d’un passé dont ils doivent impérativementse libérer s’ils veulent avoir un avenir. En effet, le héros, Lenny Nero,est un trafiquant de clips virtuels qu’il enregistre et diffuse directementdans le cerveau de ses clients, grâce à une technologie futuristedéveloppée par des services secrets puis tombée dans le marché noir. Lui-même est prisonnier de ses propres souvenirs puisqu’il se sert de cette technologiepour vivre de nouveau avec Faith, une chanteuse qui l’a quitté. Si les personnages de Strange Daysse complaisent dans le passé, c’est parce qu’à l’aube du nouveau siècle, ils ne sont guère optimistesquant à l’avenir du monde. Par exemple, le meilleur ami de Nero aun point de vue assez cynique sur la question : D’autres, au contraire, appellent de leursvœux un changement de paradigme. C’est le cas de Jeriko One, un rappeur noirqui tient un discours engagé : Tiens d’ailleurs, Tyler Durden aussiévoque le Titanic dans Fight Club : Et puis il y a aussi eu ça… Même si le film de James Cameron sortien 1997 est un drame historique dans la veine des grands classiqueshollywoodiens et n’a, a priori, rien à voir avecun mouvement futuriste comme le cyberpunk, il ne s’en inscrit pas moinslui-aussi dans les thèmes et les angoisses eschatologiquesde cette fin de siècle. En effet, le gigantesque paquebotest un monde à part entière, bâti sur la technologiela plus avancée de son époque. Un monde stratifiéen classes sociales bien distinctes, dans lequel chaque personnage est l’engrenage d’une gigantesque machinerieparfaitement huilée. Par exemple,le personnage de Rose est aliénée par sa condition de femmede la bourgeoisie du Vieux Continent. Lorsqu’elle décide de ne plus jouerle rôle qui lui a été assigné, elle fait dérailler cette machinerieet conduit ce monde à sa perte. Ben oui, en fait c’est elle qui fait coulerle bateau en détournant le regard des vigies. Dès lors, James Cameron ne met pas en scène le naufrage du plus gros paquebot jamais construit, il nous donne à voir la find’un monde rigide et vieillissant, une apocalypse régénératrice qui va permettreà Rose de se libérer de sa condition et de vivre pleinement sa vieselon ses propres termes, sur le nouveau continentqui est aussi appelé le Nouveau Monde. Ainsi, le cinéma des années 1990 ne metpas tant en scène la fin du monde que la fin d’un monde, le vieux monde,celui qui n’a pas tenu ses promesses. Voici comment le mythologue Joseph Campbell définissait cette apocalypse dans un essai «Le terme “Apocalypse” ne désigne pasun Armaggedon dévastateur mais le fait que notre ignoranceet notre complaisance touchent à leur fin… L’unicité du chemin vers le salut, l’idée qu’une seule religion est seuledétentrice de la vérité, c’est ce monde tel que nous le connaissonsqui doit disparaître. Qu’est-ce que le royaume des cieux ? C’est notre compréhensionque la présence divine est partout, en notre prochain, en nos ennemis,en chacun de nous. » On retrouve d’ailleurs cette idéede la fin d’un vieux monde, d’un système injusteet défaillant dans la tirade de Neo qui clôt le premier volet de la saga Matrix : Toutes ces résonances rappellentla théorie du Rhizome de Gilles Deleuze et Félix Guattari. Selon ces deux philosophes, le mond des idées n’est pas organisé en arborescence, mais en rhizome, c’est-à-dire une racine qui n’a pas de centre etqui se développe sans structure ni hiérarchie. Si l’on en croit ce modèle, la culture s’organise donccomme un gigantesque réseau dont on pourrait interconnectern’importe quels points. Non seulement les sœurs Wachowski partagentcette vision d’une culture sans hiérarchie, mais elles en ont fait un des principesfondateurs de leur filmographie. C’est la raison pour laquelle elles ont conçuMatrix comme un véritable film-somme dans lequel les questionnementsphilosophiques les plus pointus côtoient des références à la pop culturesans aucun ordre de valeur. On y retrouve des références explicites, d’autres plus discrètes, on retrouve à peu près tout ce que le cinémad’action mondial proposait à l’époque : des courses-poursuites,des gunfight de western, du kung fu comme dansIl était une fois en Chine, ou cet assaut aérien d’un immeuble qui rappellele True Lies de James Cameron sorti en 1994… A mon sens, si Matrix a souvent étéla cible d’accusations de plagiat, ’est parce que contrairementaux autres films des années 1990 qui ont capté quelques idées formelles outhématiques qui flottaient dans l’air du temps Matrix contient littéralementtous les thèmes et les questionnements inhérents à la fin de cette décennie. Dès lors, Matrix est le film qui a le mieux défini l’esprit de son époque, ce que la philosophie allemande nomme zeitgeist. On peut voir là une profonde ironie, puisque les Wachowski utilisent justementces questionnements propres aux années 1990 pour mieux nous tendre un piège intuitif qui seraméticuleusement déconstruit dans Matrix Reloaded, laissant plus d’un spectateur sur le carreau. En fait, Matrix est en quelque sorte,un anti film-doudou, une oeuvre qui oppose la nostalgied’un monde familier mais vieillissant à l’avènement d’un monde nouveau,inconnu et angoissant, et qui nous invite à faire évoluer la seule chos sur laquelle nous avons un véritable pouvoir : notre regard ! Deux décennies après la sortie de Matrix, nous faisons de nouveau faceà des angoisses existentielles mêlant technologies informatiquesen roue libre, ultralibéralismeet fin inéxorable du monde. Nous entrons de plain pieddans la nostalgie des 90’s et en toute logique, le cyberpunket ses thématiques dystopiques font leur grand retour sur nos écrans. Dans ce contexte, il n’est guère étonnantde voir revenir la saga qui a su si bien définir l’espritde cette décénnie dans nos salles de cinéma. Et pourtant, la bande-annonce de MatrixRésurrections est au moins aussi mystérieuse que celle que je découvrais en 1999 sur mon cd-rom de Ciné-Live. On peut cependant remarquerque comme avec le premier volet, il y a des airs de déjà-vu, des résonances qui pourrait n’êtrequ’une enième manière d’exploiter la nostalgied’une franchise à succès si elles n’étaient pas intégrées à un étrangejeu de symétrie avec le premier volet Car comme Alice dans la suitede ses aventures à travers le miroir, il y a de fortes chances quece quatrième opus soit un monde inversé, une version miroir du premier film dans lequelon prend cette fois la pilule bleue, un nouveau piège intuitif dans lequel nous avons hâte de nous précipiter.

Leave a comment