Skip to content Skip to sidebar Skip to footer
0 items - £0.00 0
0 items - £0.00 0

Quelle crypto peut dépasser le Bitcoin ?

Quelle crypto peut dépasser le Bitcoin ?

Quand le Bitcoin est à 1 euro ? 2011. – février : Bitcoin atteint la parité avec le dollar puis, quelques jours plus tard, avec l’euro. Quel est l’avenir du Shiba Inu ? Quel Avenir pour le Shiba Inu en 2022 ? Le site Web CryptoPredictions.com s’attend à ce que Shiba revienne à ses sommets précédents, avec une prévision de prix de 0,000088 $.18 sept. 2022 Quel crypto va exploser en 2025 ? Bitcoin, Ethereum, Solana, Cardano, mais aussi Polkadot, VeChain, Ripple… ? Quelle crypto va exploser en 2030 ? Quelle crypto va exploser en 2030 : Binance Coin sans aucun doute. Le BNB vous connaissez ? Vraisemblablement puisque c’est la crypto monnaie de Binance. Qui est la personne qui a le plus de Bitcoin ? Satoshi Nakamoto

Qui gère les bitcoins ?
Quelle crypto va exploser en 2023 ?
Quel prix pourrait atteindre le shiba ?
Est-ce la fin du Bitcoin ?
Quelle est la crypto monnaie du futur ?
Est-ce que Shiba peut atteindre 1$ ?
Quel avenir pour le DOGE ?
Pourquoi 21 millions de BTC ?
Quel prix peut atteindre le shiba ?
Quel crypto va exploser en 2023 ?
Quel est l’avenir du Ripple ?
Quand sera la fin du Bitcoin ?
Quelle valeur peut atteindre le Ripple ?
Pourquoi investir sur Ripple ?
Quand va monter le XRP ?
Quelle crypto acheter demain ?

Qui gère les bitcoins ?

Cela signifie qu’il n’y a personne qui contrôle Bitcoin en tant que tel, car ce qui détermine vraiment son contrôle est un code purement numérique, un logiciel, quelque chose d’intangible. Ceci au moins dans son fonctionnement, et c’est quelque chose que nous ne pouvons guère changer.26 août 2022

Quelle crypto va exploser en 2023 ?

Dans notre liste des crypto qui explosent et qui sont amenées à briller en 2023, on positionne le BNB. Son cours a largement augmenté ces derniers mois. L’objectif de la plateforme Binance est de faciliter les échanges de trading.

Quel prix pourrait atteindre le shiba ?

Les experts estiment que le cours du Shiba Inu devrait atteindre 0,000020 $ en 2023. Et si la communauté de Shiba Inu s’agrandisse, sa valeur pourrait franchir la barre de 0,0005 $ d’ici 2030.18 sept. 2022

Est-ce la fin du Bitcoin ?

Geneviève Bouché et Philippe Herlin s’accordent tous deux sur le sujet : non, ce n’est pas la fin du Bitcoin. Selon la cybernéticienne, « l’avenir de la monnaie est numérique », et les fluctuations actuelles ne modifient pas cette certitude.16 juin 2022

Quelle est la crypto monnaie du futur ?

Meilleures crypto-monnaies du futur en 2022 IMPT – Cryptomonnaie qui a pour objectif d’utiliser la blockchain comme solution face aux émissions carbone. Tamadoge – Meilleure future crypto-monnaie dans l’ensemble. Battle Infinity – Meilleure future crypto-monnaie Play-to-earn à acheter.il y a 4 jours

Est-ce que Shiba peut atteindre 1$ ?

Actuellement, Shiba Inu dispose d’une offre totale de 589,6 billions de jetons. Si SHIB atteint un prix de 1 $ avec cette offre, il devrait avoir une capitalisation boursière de 589,6 billions de dollars.27 juil. 2022

Quel avenir pour le DOGE ?

Le Dogecoin débute l’année 2022 avec une valeur de 0,005 $ puis grimpe en flèche jusqu’à 0,1445 $ mi-avril, soit une hausse de 3000%.

Pourquoi 21 millions de BTC ?

La première suppose que Satoshi Nakamoto a choisi ce nombre car, en 2009, le nombre d’argent total en circulation dans le monde était de 21 trilliards de dollars. En espérant que le bitcoin devienne un jour la monnaie de base pour le monde, un bitcoin aurait alors une valeur fixe, correspondant à 1 million de dollars.7 oct. 2022

Quel prix peut atteindre le shiba ?

Les chiffres ne risquent pas de s’améliorer dans un futur proche. Avec une tendance pareille, il sera très difficile pour SHIB d’atteindre 1 euro en 2022. Et les investisseurs particuliers qui achètent le jeton maintenant pourraient arriver près du sommet. 💎 Ouvrez un compte gratuitement pour Investir dans la crypto !27 sept. 2022

Quel crypto va exploser en 2023 ?

Dans notre liste des crypto qui explosent et qui sont amenées à briller en 2023, on positionne le BNB. Son cours a largement augmenté ces derniers mois. L’objectif de la plateforme Binance est de faciliter les échanges de trading.

Quel est l’avenir du Ripple ?

Selon les experts de TradingBeats, le cours du XRP pourrait stagner entre 2022 et 2024. D’après eux, le jeton serait vendu à 0,67 € d’ici la fin de l’année 2024.16 sept. 2022

Quand sera la fin du Bitcoin ?

Cette limite de bitcoin a été insérée dans le code de la blockchain, et ne pourra jamais être transgressée. Il a été calculé que cette limite devrait être atteinte en 2140, mais la date exacte à laquelle le dernier bitcoin sera produit n’a pas encore été définie.7 oct. 2022

Quelle valeur peut atteindre le Ripple ?

Il est plus probable, si on tient compte des analyses de spécialistes, de le voir dépasser les 5 euros d’ici à 2025 avant de viser les 10, 15 voire 20 euros d’ici l’année 2030. L’augmentation est donc envisageable mais on devrait rester assez loin du montant de 100 euros que certains souhaitent atteindre.

Pourquoi investir sur Ripple ?

Les avantages du Ripple Des transactions très rapides, de l’ordre de 2 à 5 secondes. Des transactions présentant une commission très faible. Une faible volatilité de la cryptomonnaie.

Quand va monter le XRP ?

Quand le XRP va monter ? Après le Bear Market, le bull run devrait redonner des couleurs aux cryptomonnaies et on peut s’attendre à une reprise dès 2024, avec des prix qui seront supérieurs à ceux qu’a connu le XRP lors du précédent Bull Run.

Quelle crypto acheter demain ?

Si vous vous demandez quelle cryptomonnaie acheter en 2021, le Bitcoin parfait la valeur la plus sûre. Avec le nombre de ses utilisateurs qui augmente, le bitcoin voit sa demande augmenter sur le marché ce qui augmente par la même occasion son cours.


[Musique] bonjour merci d’être avec nous aujourd’hui sur grand angle crypto bonjour on est ravi de te recevoir comme on le disait en off tu as un profil et un parcours assez particulier je pense que tu es une des premières personnes du secteur bancaire comme ça qu’on reçoit sur sur grand temps crypto comme on le disait on parle beaucoup en ce moment des banques de l’industrie bancaire comme quoi ce serait très réticente à l’arrivée de Bitcoin et des crypto et c’est pour ça que notre conversation va être très intéressante je l’espère en tout cas j’en suis sûr donc du coup explique-nous un petit peu qui tu es et ce que tu fais ok très bien donc je suis directeur général de Société Générale forge qui est une nouvelle filiale du Groupe Société Générale qu’on a déjà créé maintenant il y a 4 ans donc c’est pas tout récent et qui justement vise à adapter l’ensemble des dispositifs du groupe Société Générale aux actifs numériques au travers de l’ensemble de nos activités et qu’en gros focus quand même sur les activités de marché de la banque qui sont un peu le cœur de métier historique sur lequel on est c’est une activité qui qui a donc démarré comme je disais il y a 4 ans mais qui fait quand même suite à un certain nombre de développement qu’on a mené au sein du groupe societe générale depuis plusieurs années comme beaucoup de banques en premier lieu plutôt sur la blockchain en tant que technologie en tant que tel destiné à améliorer un certain nombre de nos processus opérationnels avec une acculturation interne une identification des cas d’usage qui nous semble les plus perturbants pertinents pour la banque et enfin une maturité on va dire plus avancé sur ce sujet qui petit à petit nous ont amené à nous intéresser aux actifs digitaux en tant que tel et à développer maintenant à proposer de la clientèle professionnelle un certain nombre de services autour de ces je vais me parler de mon parcours peut-être très rapidement moi j’ai un parcours bancaire complet depuis le début de ma carrière je suis ingénieur de formation je travaille dans le monde bancaire beaucoup dans l’Asset Management avant de créer ce style forge j’étais directeur des investissements de notre branche de gestion d’actifsor et peut-être la spécificité de l’xor et de mes anciennes activités d’être très concentré sur les stratégies d’investissement dites alternatives donc je baignais déjà dans le dans les investissements un peu plus exotiques non standard non linéaire et on va dire un intérêt personnel qui s’est développé autour du sujet de la crypto et de la blockchain comme beaucoup de collègues d’ailleurs dans le monde bancaire que j’ai pu un moment donné raccrocher à mon activité professionnelle au sein de la Société générale ces services qu’elle se fasse qu’est-ce que c’est concrètement pour les personnes qui nous écoutent ils avaient poser les services à des professionnels et à des personnes fortunés concrètement qu’est ce que c’est c’est vous proposer l’achat et la vente de crypto le custodial les infrastructures concrètement donc vous êtes impliqués le coeur de métier de Société Générale forge c’est de faire trois choses c’est en premier lieu d’accompagner de la clientèle professionnelle donc des corporats des institutions financières sur des activités de structuration et donc ce qu’on appelle des émissions aux primaires c’est-à-dire de la création d’instruments financiers destiné à faciliter du financement de l’accès du financement par exemple pour pour ces acteurs corporels ou institutions financières donc c’est le marché primaire c’est créer au format numérique au format token des instruments financiers pour lesquels on va chercher une capacité de placement mondialisé lié aux côtés mondial global d’une infrastructure blockchain et une facilité de l’opération c’est le premier métier le deuxième métier qui vient séquentiellement après le premier ce qu’on appelle le marché secondaire c’est d’organiser des transactions de l’achat et de la revente de ces titres financiers nativement inscrit sur blockchain en offrant là aussi à de la clientèle professionnelle les mêmes garanties de sécurité dans leur transactions financière que celle qu’on peut offrir sur des activités de marché tout à fait classique et le troisième métier qui est aussi un honneur pour les deux premiers c’est effectivement la conservation donc permettre à ses clients de conserver d’assurer la propriété de ses actifs là aussi de façon totalement sécurisée et en parfaite conformité avec les obligations réglementaires du coup si je comprends bien le premier pilier je suis total je veux lever 250 millions je viens vous voir pour mettre en place ce modèle et cette levée ou avoir cette dette tout à fait et vous faites cet accompagnement ensuite l’état d’esprit ou en tout cas la stratégie c’est de pas le faire version papier mais plutôt torganiser d’avoir un outil plus efficace avec un effondrement des coûts de cette levée mais par contre le pilier numéro 2 normalement quand tu te tennises ce genre d’actifs financiers tu as justement plus besoin d’avoir un intermédiaire dans le marché secondaire où est-ce que vous vous positionnez à ce niveau là alors le sujet est assez différent entre le primaire et le secondaire effectivement pour répondre à ta question sur le primaire c’est exactement ça c’est accompagner incorporé qui a besoin d’émettre un titre de dette on l’a fait multiple fois l’année dernière on a par exemple eu un mandat de la Banque européenne d’investissement qu’on a accompagné dans une émission de 100 millions d’euros dans une obligation qui a structuré qui a été déployé sur le réseau ethereum public il y a plein de bonnes raisons pour basculer sur ce type de format 100% numérique par rapport à [Musique] [Musique] pour le groupe au bénéfice la clientèle qui ont l’espère peut nous amener à dégager des parts de marché supérieur un avantage concurrentiel par rapport compétitif par rapport à la concurrence l’avantage compétitif il est pour ce citer général lorsque la banque émet il est pour le client externe à la banque lorsque Ben corporate passe par ce genre de dispositif quand vous vous essayez de convaincre justement une société de faire appel à vos services et de tokenniser ce genre de titre financier dans mon esprit moi il y a vraiment du coup l’aspect papier on était il y a 40 ans le banquier d’affaires qui vient signer une pile comme ça pour lever la dette etc on est passé au format numérique donc signature électronique etc et là j’ai l’impression qu’on est passé à la troisième phase de la numérisation qui est la tokenisation est-ce que tu peux expliquer et il y a beaucoup de gens qui comprennent pas forcément la nuance entre la numérisation et cette partie de tokenisation attends qu’est-ce que ça va permettre et qu’est-ce que ça permet à un acteur financier comme toi cette organisation alors moi il y a une analogie que j’utilise souvent qui je crois est très parlante c’est de passer de la lettre passe-pied au fax à l’email l’électronification c’est je passe à un fax je je rends digital un support qui primairement et physique et je l’envoie au travers d’une ligne téléphonique l’étape d’après c’est de passer à l’e-mail la révolution dans laquelle on est autour des infrastructures de marché au format crypto c’est exactement celle-ci c’est demain dès aujourd’hui mais encore à des échelles très faibles par rapport au volume que l’on peut traiter dans nos activités traditionnelles c’est d’être capable pour un émetteur donc encore une fois une institution financière incorporate de créer un instrument financier aussi facilement toutes choses égales par ailleurs qu’aujourd’hui on écrirait un email et de l’envoyer c’est le transférer à un autre détenteur comme aujourd’hui on envoie un email indépendamment de la distance et la localisation de la contrepartie avec laquelle on traite et c’est vraiment ce genre de saut quantique sur tout un tas de métriques qu’on cherche à obtenir encore une fois en termes de rapidité de création de l’instrument financier coût création de l’instrument financier rapidité de transfert le sujet est bien connu aussi dans le domaine des paiements ce qui n’est pas le cœur de métier d’agg forge mais qui est un sujet classique on va dire dans le monde crypto et on en est tous conscients aujourd’hui faire un paiement transfrontalier il faut admettre c’est long et c’est cher et on a un peu du mal à comprendre pourquoi quand on soulève le capot et qu’on est dans l’industrie financière on comprend bien il y a une stratification des systèmes qui s’est construite avec le temps mais on a c’est vrai du mal à comprendre pourquoi faire un paiement international ça se fait pas de façon instantanée et quasiment gratuite dans le monde du titre là on était dans le monde du cash et de la monnaie dans le monde du titre on va chercher le même type d’amélioration encore une fois sur la rapidité les coûts de transaction c’est la circulation des actions des obligations et de n’importe quel titre financier genre par exemple une part d’une propriété de n’importe quelle société quel circule aussi rapidement aujourd’hui que 1 euro sur les c’est très vrai à périmètre fonctionnel constant mais on on entrevoit déjà également des améliorations possibles structurellement du produit lié à la programmabilité des crypto le vraiment Léa on est dans l’essence du Smart contra juste pour donner un exemple aujourd’hui lorsque vous avez un encore une fois un émetteur qui donc aimé une obligation un des critères essentiels qui font que cette obligation est une obligation c’est que tous les trimestres tous les six mois tous les ans elle paye un coupon au porteur de cette obligation aujourd’hui et ça arrive tous les jours dans les dans les banques lorsque vous avez un coupon à payer auprès d’un émetteur vous avez des gens ou des systèmes centralisés qui vont calculer par rapport à la formule qui a été prédéfinie qui vont calculer le montant de ce coupon vous avez des réconciliations qui ont lieu parfois très manuellement entre différents acteurs pour être bien d’accord que c’est ce montant là de taux d’intérêt qu’il faut servir à la clientèle puis à la fin il faut opérer le paiement opérer le paiement ça veut déjà dire savoir à qui vous allez le payer ce qui est pas forcément aussi évident que ce qu’on croit le monde bancaire habituel faut reconnaître le registre des porteurs et puis il faut processer le paiement et ben toute cette chaîne là que je viens de décrire si vous l’automatisez si vous l’embarquez dans le Smart contra qui est l’instrument financier en lui-même il y a plus de réconciliation parce que le Smart contrat c’est une golden source qui va calculer lui-même le mouton du coup du coupon et vous pouvez étendre le cycle au paiement si tenté que vous ayez peut-être une monnaie numérique de banque centrale ou un stable pour servir du coup des tokens qui représentent des parts d’une obligation en tout cas une fraction d’une dette d’une société XYZ et ce contrat a été programmé pour que tous les trois mois ils viennent par exemple prélever X sur telle adresse et les envoyer automatiquement à tous les porteurs qui détiennent cet Open exactement et c’est enfin c’est pas de la science-fiction c’est déjà ce qu’on fait sur un certain nombre des obligations que que l’on a que l’on a émis c’est l’automatisation du calcul du coupon dans l’instrument financier on n’est pas encore à l’automatisation du paiement parce que justement ce moyen de paiement numérique on l’a pas encore à disposition mais ça peut se faire très facilement et ça permet d’aller beaucoup plus loin parce que là on a pris l’exemple simple une obligation qui est l’instrument financier le plus simple qui existe mais vous pouvez très bien imaginer que ce paiement soit conditionnel alors je paye sous condition que quelque chose soit atteint par exemple des critères ESG liés à l’utilisation du financement vous pouvez moduler le mouton de paiement en fonction de ces critères LG vous pouvez le rendre conditionnel à la satisfaction d’un certain nombre de critères je pense notamment kawaii est-ce que la contrepartie qui reçoit le paiement est toujours éligible d’un point de vue kawaii c’est pas une entité qui est tombée sur une liste de sanction ou d’embargo au financement du terrorisme par exemple on peut imaginer tout un tas de développement qui est en fait ne sont pas si compliqué à atteindre et si difficile à atteindre à partir du moment où vous avez fait ce qui pour le coup est beaucoup plus compliqué c’est le la première marche qui est de numériser l’instrument financier en lui-même en le portant sous forme de token sur une blockchain parce que il faut réussir à concilier ce qui n’en ont notre monde de banquiers réguliers et toujours le plus compliqué qui est de concilier une faisabilité technique ou technologique avec un cadre réglementaire et juridique qui lui est posé souvent un peu plus rigide et qui s’accommodent mal avec certains développements qu’on peut connaître sur la technique j’ai le pour le droit suisse je sais comment ça se passe mais pour le droit français est-ce que une transaction crypto donc le fait de t’envoyer une part d’une obligation qui a été tokenisé constitué un acte de cession est-ce que c’est reconnu comme un acte de cession ou bien il faut faire autre chose ce qui perdrait du coup beaucoup d’intérêt non non alors il faut il faut reconnaître et tu prends l’exemple du droit français qui est de notre point de vue une aide juridiction les plus en pointes justement en termes de maturité juridique et réglementaire sur ces sujets là donc la réponse courte c’est oui aujourd’hui il faut structurer l’instrument financier sous forme de token de façon adéquate on peut pas le faire n’importe comment mais si on le fait bien effectivement le registre tel qu’il est inscrit dans la blockchain fait complètement fois et atteste de la propriété juridique de l’actif en question et donc un transfert de propriété matérialisé par une transaction sur la blockchain fait complètement fois et opposable à n’importe qui à l’émetteur à l’investisseur et à n’importe quelle tiers comme étant transfert que les gens se rendent bien c’est juste énorme en fait c’est à dire que de pas avoir à update à mettre à jour un tableau Excel ou la liste des des propriétaires de telle ou telle action qui ont été white listé qui ont été kawaii etc qui sont quand même cachés si je puis dire c’est juste énorme en fait c’est le marché secondaire et liquéfier instantanément oui alors c’est effectivement très fondamental alors on est amorcé la discussion tout à l’heure sur le marché secondaire en fait ce qu’il faut bien comprendre c’est que la transaction en elle-même c’est-à-dire le si on prend la définition vraiment de la transaction c’est à la rencontre d’une offre et d’une demande et un accord sur la chose et le prix en soit aujourd’hui celle-ci ne se forme pas sur la blockchain elle se forme toujours offshine et d’ailleurs la plupart des exchange crypto tout ce qu’on vient de dire ça pique aux instruments financiers mais sur ce sujet là on peut faire un parallèle avec les crypto-monnaies classiques Bitcoin était et autres à aujourd’hui la majorité tu le sais la majorité des exchanges sont tout à fait centralisées ils ont rien de rien de blockchain c’est exactement la même façon qu’une bourse traditionnelle où il y a un carnet d’ordre avec des gens qui posent des intérêts acheteurs et d’autres qui posent des intérêts vendeurs et puis à mon on est le carnet se rencontrent donc il y a rencontre sur le l’offre et le prix c’est offshine et c’est le transfert de propriété effectivement qui peut lorsqu’on descend dans la chaîne de traitement peut s’opérer il fait foi sur la blockchain là dans le monde des instruments financiers on est exactement dans dans le même registre dans le sens où la transaction au secondaire continue et en tout cas dans l’état actuel de la réglementation continue à s’opérer de façon centralisée après tout le cycle de traitement et notamment ce qu’on appelle dans le jargon le post marché lui effectivement se perd complètement ou peut s’opérer complètement unchaine mais on est à deux pas de enfin et ça existe déjà actuellement avec les crypto de ces automatismes market maker d’avoir ces bourses unchaine ou au final on a deux poules entre Bitcoin enfin ça marche pas pour Bitcoin mais entre par exemple les usdc USD cusd et demain je vois bien que sur curve y est des actions tokenisées Apple et usdc et que ça marche exactement la même manière et là on a décentralisé toutes les places de marché du monde alors effectivement là aussi il y a deux sujets je pense dans le niveau de décentralisation qu’on peut atteindre grâce à la technologie si on le prend dans l’autre sens la centralisation des activités de marché ou de l’échange de valeur plus généralement parce qu’on peut inclure le monde des paiements dans ces sujets là pour moi il résulte vraiment de deux choses et résulte un d’obligation réglementaire dur c’est à dire la volonté explicite d’en régulateur d’avoir en gros à certains ne fonctionnelles d’une transaction pour faire simple quelqu’un qui est responsable il faut que j’ai quelqu’un à aller voir si jamais ça se passe mal s’il y a une fraude enfin il faut qu’il y a quelqu’un qui soit là et bol et en conséquence de ça plutôt quelqu’un qui soit en mesure de faire face à ces responsabilités et donc on rentre dans des discussions des débats de capital réglementaire minimum organisation des structures de gouvernance minimum pour faire face à ces obligations réglementaires donc décentraliser ce type d’acteur ou ce type de noeud fonctionnel je pense que ça va être plus compliqué probablement plus lointain pour autant il y a une deuxième catégorie qui est très très importante en termes de d’acteurs économiques de système et autres qui sont des nœuds de centralisation fonctionnelle en fait qui ne résulte que de en fait d’inefficience opérationnelle ou de modalités de fonctionnement kiwi par exemple qui oui par exemple sur des enfin les exemples que tu cites par exemple du marketing du neting de transaction pour de citer que ces exemplaires ou je pense à d’autres d’autres systèmes ou d’autres acteurs qu’on peut avoir dans les activités de marché qui finalement n’ont qu’un rôle d’enrichissement des transactions d’amélior enfin de voilà d’enrichissement de l’information de des transactions de réconciliation qui peuvent être parfaitement simplifiées voire éliminer de la chaîne grâce encore une fois une automatisation des processus qui découlent de l’autre fonction cœur qui est la blockchain la blockchain c’est pas que un registre un falsifiable c’est aussi un ordinateur mondial avec des smart contracts qui exécute et donc une encore une fois une automatisation native dans certains membres de tâches qui aujourd’hui sont opérés of shame dans des mythologies dans des back offices qui demain pourront être simplifiées et coder toutes les personnes qui ont acheté par exemple les token qui représentaient une part des obligations que vous avez mis les 100 millions avec la banque européenne du coup si j’ai bien compris qu’est-ce qu’il faut qu’elles sont maintenant leurs possibilités parce que j’imagine qu’il y a pas un marché ce ou pas comment ça circule que sont devenus ces dokkan aujourd’hui est-ce que c’est parce que si c’est juste conservé chez vous au final je vois un peu moins l’intérêt que cette circulation cette liquidité ou cette interopérabilité avec certaines applications defailles par exemple ouais bien sûr alors plusieurs éléments de réponse parce que si c’est juste on a fait un token intérieur pour faire un token intérieur voilà c’est maintenant comment on joue avec bien sûr alors bon déjà c’est sont pas des individus on a placé ces jetons du fait des règles qui s’appliquent un auprès de l’institutions financière alors effectivement un titre financier c’est fait pour vivre donc il faut qu’il y a un marché secondaire donc on a on a déjà organisé plus d’une quinzaine de transactions au secondaire sur ce titre eBay qui ont été en l’occurrence qui ont été remplis surtout accélérer grâce à la totalisation qui ont été transférées d’acteurs d’un rectorat vers un acteur B pour faire vivre le titre pendant sa pendant cette durée de vie avec le même objectif que pour le marché primaire c’est-à-dire de d’accélérer et de simplifier la façon dont ces titres sont échangés maintenant il faut reconnaître malgré tout on est encore très jeune dans ce dans ce cycle de développement on avance progressivement parce que bon il y a tout à mettre en place donc évidemment on n’est pas sur des volumétries comparables à celles qu’on aurait pu trouver sur un titre de même nature et mis au format traditionnel mais en tout cas on note qu’il y a une adoption beaucoup beaucoup plus rapide déjà que ce qu’on aurait pu anticiper à ce Société Générale lorsqu’on a démarré ces projets il y a 4 ans juste pour donner un petit anecdote sur le premier financement qu’on a qu’on a mis sur ces projets là il y a il y a 4 ans dans le groupe bon on prévoyait un horizon de d’adoption à 15 ans ou plus donc on était vraiment dans la catégorie R&D on va dire au sein de la banque là maintenant avec l’accélération de l’adoption mais aussi on va dire l’entrée en scène des banques centrales sur l’eau de voler qui nous intéresse beaucoup qui est le monnaie enfin le volet cash monnaie digitale de banque centrale on voit que ces horizons d’investissement et horizons d’adoption sont considérablement raccourcis on est plutôt sur des horizons de 3 à 5 ans ce qui lorsqu’on considère enfin l’effet structurel qui qui sont engagés derrière et plutôt courts quand je t’entends du coup là on parle de Banque centrale européenne d’obligation européenne d’acteurs du coup qui ont acheté c’est token qui représentait les obligations qui les détiennent il y en a eu plusieurs parce qu’il y a eu un marché secondaire ensuite là je vois cette affiche surfin Bitcoin 2022 avec la BPI KPMG la banque de l’ubac en tant que sponsor on reçoit sur GAC le directeur général de la Société Générale forge est-ce qu’il y a un changement de paradigme qui est en train d’opérer parce que il y a encore quelques années on entendait un bon il parlait beaucoup de Bitcoin quand même il y avait une certaine réticence mais un Jamie Diamond qui rejetait toute idée de enfin crypto bon ça m’intéresse pas forcément Warren Buffett c’est de la mort au rap comment la menthe les mentalités ont évolué au sein de la Société générale hier aujourd’hui et comment ils seront demain ouais bon les citations de Jimmy Diamond datent déjà il y a quelques années maintenant enfin je pense qu’il faut aborder tout ceci très sereinement il y a il y a une déjà une compréhension et une prise de conscience qui nécessairement ont été progressives dans les banques et puis ce qu’il faut voilà aussi garder en tête c’est que les banques sont forcément des on va dire des animaux très gros et plus lents à bouger mais aussi parce qu’on a des responsabilités j’ai envie de dire quasiment sociétal qui sont extrêmement importantes en termes de de d’irrigation de l’économie de courroie de transmission économique de de maintien des moyens de paiement de protection des épargnants donc on peut faire les choses que bien on peut pas les faire à moitié c’est aussi pour ça que c’est très compliqué d’innover dans les banques parce que vous le le progrès enfin le progressif est très compliqué vous pouvez n’arriver qu’avec une transaction ou un système si vous le passez en production qui est d’entrée de jeu conforme à toutes nos obligations réglementaires juridiques et toutes les guidelines internes qu’on peut avoir donc on est obligé d’avancer par étape mais enfin moi je vois pour l’avoir vécu que ce chemin a toujours été fait de façon très volontariste la prise de c’est pas qu’il y a une prise de conscience très récente au sein des banques plus établies de l’importance du sujet pour parler de ce que je connais les discussions qu’on peut avoir avec la Direction générale de la banque déjà il y a cinq six ans était très avancé avec une compréhension très nette des enjeux et de la transformation très profonde des activités de marché qui pouvait naître de ces innovations technologiques c’est simplement que le chemin que l’on a dû prendre pour proposer maintenant de façon commerciale ces services à nos clients nous a demandé de passer par certaines étapes de certaines discussions avec les régulateurs pour mettre en place tous ces dispositifs mais je crois qu’aujourd’hui on voit un peu la vague arriver près de la côte et se soulever bon on a été je crois relativement on est en train de surfer en train de pagayer en tout cas pour attraper la vague et bon je crois ce siège on a été assez assez en avance mais je connais plein plein de projets dans beaucoup de banques qui sont très concrets après peut-être la communication des uns et des autres étaient plus discrète mais en tout cas il y a des choses très concrètes qui se qui se mettent en place vous êtes actifs en défaille on parlait des services et différents piliers sur lesquels vous accompagnez vos clients est-ce que il y a un accompagnement un accompagnement diffailles il y a de l’investissement en diffai quel est votre client avec la défaille alors moi ça fait déjà plusieurs fois que je je dis et que je pense que je l’intuition que finalement les banques seront demain les premiers clients des solutions Defy parce que la défaille en fait c’est vraiment au cœur de l’industrie bancaire dans le sens système technologies moyen à mettre en oeuvre pour faire notre métier de banquier auprès de la auprès de la clientèle donc c’est ça un ensemble d’outils et de solutions qui dans beaucoup de cas colle parfaitement avec ce que l’on doit faire et le type de service que l’on am à la clientèle donc on voit ça de façon extrêmement favorable nous-mêmes chez Société Générale forge on a on a commencé à travailler depuis quelques temps maintenant avec des protocoles de diffailles vous posez la question il y a une minute de ce qui est arrivé à ce security token qu’on avait émis pour la Banque européenne d’investissement aujourd’hui c’est des ce sont des titres qu’on peut refinancer au moyen de solutions on est en train de de proposer une structuration un setup notamment avec le protocole Maker Dao pour pour refinancer du détail nous expliquer ce que le processus de refinancement pour très rapidement le refinancement c’est ce sont des opérations tout à fait classique et extrêmement importante en volume qui existe déjà entre banques il y a un marché interbancaire extrêmement important sur sur le financement et c’est un peu au cœur de la machine bancaire qui consiste très simplement à prêter c’est une opération de prêt je prête à une contrepartie un certain montant contre un pledge sur le collaboratif sur un collatéral donné alors le l’opération de refinancement la plus simple que tout le monde connaît c’est j’achète un appartement la banque progne hypothèque sur mon appartement et la banque vous prête l’argent nécessaire à l’achat de cet appartement donc ça c’est dans le monde physique réel mais le même type d’opération structuré de façon un peu différente existe dans le monde bancaire ou n’importe quelle détenteur de titre financiers peut amener en collatéral ce titre financier auprès d’une autre banque qui va lui re-financer lui payer cette actif là et donc ça permet sans se dessaisir de la propriété de l’actif d’avoir des moyens en tout cas je peux faire pour faire autre chose et donc là aussi à partir du moment où on crée un titre financier au format token au format digital que vous pouvez payer stocken via un instrument de 7lement de cash qui lui-même et numérique si possible sur la même blockchain pour faciliter quand même les choses et ben c’est extrêmement tentant et très rapide et c’est un peu le pas qu’on a aussi franchi de d’encapsuler de frapper ce premier token ce premier Smart contrat par une deuxième couche finalement de Smart contrat qui va avoir autorité sur les mouvements du token sous-jacent puisque dans ces opérations de collatéralisation dans le monde bancaire classique on va en permanence ajuster le montant de collatéral au montant de financement puisque n’importe quel actif voit sa valeur évoluer dans le temps donc sur des fréquences qui sont relativement comment dire espacés aujourd’hui typiquement de l’ordre de la semaine ou parfois du mois en période de crise de la journée on va envoyer un peu plus de collatéral ou récupérer un peu plus de collatéral face à un montant de financement donné en fonction de la variation de cette actif en valeur et dans certains nombre d’hypothèses de stress on fait tourner des moteurs de risque de stress sur les marchés financiers ce sont des opérations concret j’avais par exemple une obligation qui valait 1000 euros ou 1000 dollars je vais sur Maker down je bloque ce token qui vaut 1000 dollars qui représente une obligation et le Maker down va me permettre d’emprunter exactement 500 dollars et là j’ai eu un collatéral de 200% et je veux garder toujours ce ratio de collatéralisation à 200%. donc si mon collatéral varié je vais en rajouter un petit peu pour que je sois toujours safe parce que si je arrive à égalité c’est pas égalité mais pour simplifier on va dire la plateforme va vendre automatiquement mon collatéral je dois plus rien mais mon actif a disparu exactement et là aussi ce genre de mécanisme on peut très bien conceptuellement en pratique imaginez l’automatiser totalement alors qu’aujourd’hui ce sont des systèmes des fonctionnements qui demandent quand même un certain nombre de ressources en interne parce que dans une opération telle que décrite vous avez des contreparties qui doivent s’accorder entre elles sur la valeur de l’actif sous-jacent doivent s’accorder sur les fameux stress tests de marché on n’a pas les mêmes paramètres moi j’étends toi tu attends on n’est pas d’accord bah finalement il faut que tu me postes un peu plus non j’ai pas assez voyez si tout ceci est automatisé natif dans un smart contrat ça se fait tout seul donc ça veut dire un gain opérationnel immédiat ça veut aussi dire une sécurité d’opération beaucoup plus rapide parce que là pour la petite histoire quand même la crise financière de 2008 et quand même née sur ces sur ces sujets là sur sur le fait que euh bah le le la gestion du collatéral était déficiente et finalement un savon d’acteurs ne savait plus trop où était leur collatéral ou qu’elle était sa valeur on peut même aller plus loin et envisager des gains financiers économiques pour le détenteur de l’actif donné là aussi sans faire trop compliqué lorsqu’on a la capacité ou qu’on a que la capacité d’ajuster la valeur d’un collatéral par exemple qu’une fois par semaine évidemment vous allez prendre en tant que banquier une petite marge de sécurité parce que vous savez pas ce qui peut se passer pendant une semaine peut-être que les marchés financiers vont baisser plus que ce que vous avez anticipé plus que ce que vos modèles ont anticipez donc vous prenez une petite marge de sécurité si maintenant c’est à justement de collatérale vous le faites non pas toutes les semaines mais comme on le fait dans de cas d’utilisation de protocole de Defy toutes les 30 minutes cette marge de sécurité elle est bien sûr beaucoup plus faible donc ça veut dire de façon très très mécanique très très direct pour le détenteur du titre financier plus d’argent pour le même actif financier est-ce que je voudrais t’amener sur le secteur bancaire on parlait du coup de l’évolution des mentalités par rapport à aux crypto à la défaille donc ça a bien évolué et pourtant dans la réalité si on se balade dans l’événement à surfin Bitcoin et on discute avec quelques entrepreneurs quelques-uns relativement connus ils vont te dire que c’est encore très compliqué de d’ouvrir un compte en banque ou de le garder ouvert les deux pourquoi en France donc nous avec Richard on est on est parti en Suisse je vais pas dire que c’est facile mais c’est possible en tout cas pourquoi en France les banques commerciales on s’y peur des crypto ouais alors bon je pense qu’il y a pas de problème philosophique avec les activités crypto en soi et d’autant plus que en France faut quand même reconnaître qu’on a un environnement réglementaire et politique aussi très favorable à cette industrie maintenant on est très conscient et sans que ce soit mais prérogative propre à la Société générale on est très conscient de cette problématique d’accès aux comptes bancaires et de bancarisation des acteurs de la crypto donc c’est un sujet qui a été pris à bras le corps par le groupe on est très régulièrement sollicité soit par des startups du monde crypto soit par les pouvoirs publics qui qui sont aussi moteur pour aider à cette à cette financière je pense que là aussi il y a eu une courbe d’adoption et un travail interne qu’on a dû faire en premier lieu pour se doter des outils nécessaires au monitoring de ses activités parce qu’on a des quand même des obligations notamment liées à la lutte contre le blanchiment d’argent qui sont extrêmement strictes extrêmement encadré faire du du suivi sur des crypto ça évidemment ça se fait pas comme du suivi sur du cash on a dû se doté d’outils de monitoring des transactions sur sur les différentes blockchain et on aussi dû adapté et former un certain nombre de dispositifs et de collaborateurs dans le groupe pour être à même de traiter de façon opportunes ces sujets là mais est-ce que tu crois pas qu’il y a un peu d’excès de zèle dans ce secteur qu’on considère comme plurisqué 1000 euros venant des crypto que 1000 euros venant du cash alors que c’est tout le contraire par rapport aux statistiques on a aujourd’hui c’est par exemple par rapport à la nouvelle réglementation Mika on a un deux poids de mesure par rapport au cash et par rapport aux crypto pourquoi selon toi oui c’est c’est un bon point je pense que sur le sujet encore une fois de du monitoring des crypto et encore une fois l’ouverture au compte on ne sait pas faire un petit échelle dans une grande banque c’est très compliqué de faire un petit échelle et donc il faut qu’on ait des dispositifs qui soient robustes d’entrée escalade d’entrée donc ça prend forcément un peu plus de temps à arriver que si on pouvait par itération maintenant c’est vrai que sur la traçabilité des transactions on voit bien cette tentation qu’il y a à être plus propre peut-être ou plus stricte que dans le monde traditionnel ou finalement lorsque vous payez à n’importe quel transaction avec une liasse de biais en euros ou en dollars finalement personne va s’intéresser à ce que ces biais physique enfin ce pourquoi c’est billets physiques ont été utilisés il y a quelques mois alors que dans le domaine de la crypto on se pose la question c’est une question personnellement je la laisse au régulateur mais en tout cas c’est un constat effectivement qu’on peut qu’on fait également on est quand même à surf fine Bitcoin donc je vais d’abord poser la question à Monsieur le Directeur Général de SC forge et puis je poserai ensuite la question à Jean-Marc on a beaucoup parlé de détérium de Diffa et de Smart contracte de tokenisation tout ça c’est encore assez abstrait pour Bitcoin je voudrais recentrer du coup le sujet sur l’invention de Satoshi Nakamoto quel est votre position de nom là-dessus quels sont les demandes des clients donc là vraiment niveau professionnel corpo et ensuite j’aimerais bien ton avis personnel ouais bon les deux se rejoignent de toute façon moi Bitcoin je le vois déjà de façon un peu différente dans l’univers crypto que toutes les autres crypto bon parce que ça déjà c’est historiquement c’est un peu la matrice fondatrice qui a créé tout le reste mais surtout au-delà d’une innovation technologique qui est très importante en particulier je remets ma casquette forge sur le la façon dont des opérations de marché peuvent être opérées moi je vois aussi surtout une proposition de valeur sociétale et une proposition de nouveaux business model intrinsèquement lié au mode de fonctionnement la chaîne père à père et je pense que là où l’industrie financière a peut-être pas encore totalement fait SAMU sur le sujet c’est justement de prendre la mesure de ces nouveaux business models ou de ces nouvelles façons d’interagir qui peuvent résulter on va dire de l’exploitation pleine et entière d’un réseau terre à pair comme blockchain c’est à dire qu’il peut y avoir le besoin d’offrir des services à de la clientèle qui ont besoin d’activités bancaires traditionnelles en copiant collant les modes de fonctionnement les rôles et responsabilités de l’industrie financière telle qu’on japonais aujourd’hui je pense qu’on peut aussi envisager des voix certainement plus disruptives et donc peut-être un peu plus difficile en termes de chemin d’adoption mais qui peuvent être plus créatrices de valeur à terme en modifiant peut-être ou en faisant évoluer peut-être un petit peu plus justement cette cartographie des rôles est responsabilités des différents acteurs mais on avait Raphaël Rosello juste avant que je sais pas si tu as croisé mais bref il nous racontait que certains de ses collaborateurs le prenaient pour un fou ou un idiot ou quelqu’un de sénile de se rendre à un événement lié à Bitcoin donc j’ai l’impression que il y a quand même encore un certaines critiques qui persistent et ben voilà pour mettre les pieds dans le plat par exemple est-ce que aujourd’hui au sein de la Société Générale alors toi c’est plutôt côté fort donc d’une partie assez spécialisée mais dans tout ce qui est à cette management quel est votre positionnement par rapport à Bitcoin je sais que Blackrock la commence à proposer des services liés à l’achat et à la vente de crypto mais ils ont précisé Bitcoin où on en est en France est-ce que Bitcoin est toujours sale pour les banquiers français oui je crois que alors déjà cette image a perdurer ou en tout cas on a l’impression Bitcoin pour le financement du terrorisme Bitcoin non écologique etc etc non non mais c’est vrai que il y a il y a il y a un peu de ça il y a beaucoup eu ça en particulier au sein des banques et je pense qu’il faut se remettre dans le contexte il y a plusieurs années la discussion historiquement a été difficile entre les acteurs on va dire crypto Unity et l’industrie financière traditionnelle mais peut-être aussi beaucoup parce que le très vite c’est une industrie qui s’est positionnée en disruption si le mot est français Total de l’industrie bancaire donc forcément il y a un rapport de force entre les deux rapports de force et les on va dire les deux typologies de d’industrie et se regarder un peu en chien de faïence ce qui de mon point de vue a peut-être freiné ralenti un petit peu le l’intérêt au sens je m’intéresse à comment fonctionne ce bidule qui s’appelle Bitcoin du côté des banquiers traditionnels il y a eu une sorte de réaction de rejet peut-être un peu émotionnel au début mais pour les gens qui ont dépassé cette première réaction qui a peut-être par curiosité intellectuelle ou autre sont rentrés dans le sujet assez tôt et on passait le temps qu’il fallait aussi se rappeler qu’à l’époque l’accès à l’information était peut-être pas aussi simple donc aujourd’hui donc fallait bien comprendre de quoi il s’agissait toutes les personnes de l’industrie financière que je connaisse qui ont passé le temps et qui ont fait l’effort intellectuel il y a quelques années de s’y intéresser ont quand même été assez rapidement séduit et on peut aussi noter alors je pense pas qu’il y ait de statistiques là-dessus mais moi je vois quand même que dans les les personnes qui vraiment à titre privé sont actifs dans l’industrie de la crypto moi je connais beaucoup de collègues dans la banque et pas que à la Société générale dans toutes les banques qui le soir et le weekend bon [Musique] une activité de trading personnel sur les crypto parce que ça c’est culturellement quand même très proche de ce qu’on connaît dans l’industrie financière et ça nous parle donc ce cette convergence dans l’industrie tu parlais des sponsors de la conférence oui on est en train de l’avoir elle a démarré je pense il y a quelques années c’est juste qu’elle est beaucoup plus visible aujourd’hui et cette convergence du côté des banques elle est en train de se faire peut-être sur la technologie principalement mais je note aussi on parle un peu moins de ce deuxième versant je trouve elle est aussi en train de se faire de façon extrêmement rapide du côté des acteurs crypto traditionnels là on est plutôt sur le versant dispositif de contrôle conformité réglementation puisque évidemment c’est industrie était non régulé pendant très longtemps et en train d’être régulé je pense que c’est plutôt une bonne chose pas d’un point de vue de banquier je pense que c’est une très bonne chose du point de vue de épicerie crypto parce que c’est le seul chemin possible pour atteindre enfin pour de la scalabilité aujourd’hui on peut considérer que les montants traités sont déjà importants c’est le cas mais si on place ça en perspective du volume de transaction financière ou des volumes qui peuvent être peut-être accessibles via de la par exemple la tokenisation d’actifs physiques sont des marchés colossaux qui peuvent être capturés par ces acteurs mais ça ne pourra être le cas que s’il y a une j’allais dire une professionnalisation c’est peut-être pas le bon terme mais une industrialisation et une adoption de la réglementation qui se fait de façon plus importante que ce qu’elle a été historiquement donc est-ce que je comprends est-ce que tu es d’accord si je dis que Bitcoin est casher c’est juste une question de temps pour que les mentalités voilà progressent petit à petit mais c’est juste une question de temps surtout par rapport vraiment à l’adoption de l’actif en temps que réserve de valeur c’est peut-être un grand mot mais un natif un actif relativement normal c’est pas quelque chose de déviant ou c’est pas quelque chose tu parlais d’actif et très exotique je sais même pas si Bitcoin rentrer dans cette catégorie à l’époque est-ce que il y a une normalisation de Bitcoin au sein des des assets managers des grandes banques et plus particulièrement à Société Générale Paris la réponse courte c’est oui je pense qu’on peut le dire maintenant je pense qu’il y a ça fait déjà un moment qui a plus de problème comment dire philosophique autour du autour du sujet et à la fin bon les banques sont comme des entreprises classiques on est des entreprises commerciales on est là pour proposer des services des clients et vendre ses services contre rémunération la spécificité du secteur et qu’on on évolue dans un environnement qui est très fortement régulé et donc on ne peut pas proposer ses services à n’importe qui et n’importe comment donc c’est là où effectivement il y a une adoption une réticence qui qui voilà qui est peut-être été plus longue qu’ailleurs encore une fois sur Bitcoin moi je pense que la discussion elle est très particulière dans la dans le reste des crypto actifs et très spécifique liés à peut-être aux différences fondamentales de Bitcoin par rapport à d’autres réseaux c’est peut-être pour ça que le la question reste un peu plus compliquée sur Bitcoin et là aussi pour faire simple je pense la vraie question quand on est un banquier et qu’on regarde Bitcoin c’est quel est le cas d’usage derrière c’est quel est comment concevoir notre rôle de banquier dans toutes ces facettes l’accès à l’actif la conservation de l’actif la mise à disposition de financement collatéralisé par cette actif là enfin on peut faire toute la liste l’organisation des changes au secondaire sur cette actif quelle est notre rôle vis-à-vis de cette actif là et pour l’instant et le régulateur en premier tout le monde je crois encore un peu de mal de à déterminer qu’elle est exactement le cas d’usage particulier de Bitcoin est-ce que c’est un moyen de paiement est-ce que c’est une réserve de valeur est-ce que c’est simplement un actif volatile dont on a besoin pour je piler voilà on peut on peut donner encore toute une liste ça c’est pas stabilisé et en temps il y a vraiment à choisir est-ce que c’est pas un peu de tout le problème c’est que quand on est dans une banque oui il faut ça serait sacrément incroyable que ce soit une réserve de valeur un moyen de paiement et un actif relativement relatif dans les 10 prochaines années à la fois bien sûr mais quand on est dans une banque à un moment donné on atterrit sur des sujets très concrets très opérationnel très réglementaire et très juridique et il faut qu’on fasse rentrer les choses dans une case pour déterminer quel est le service que l’on va construire comment on va l’amener à la clientèle avec quel disclosur et puis on est gentiment accompagné dans ces démarches par notre régulateur aussi et oui il faut qu’on faut qu’on le détermine il faut qu’on le sache pour pouvoir designer de façon propre ces services là et lorsque ce sera le cas moi j’ai aucun doute sur le fait que les assets managers en premier puisque c’est eux qui sont on va dire dans le le cycle produit peut-être le les premiers exposés à ces questions là à un moment donné la question va aussi arriver du côté des banques donc aujourd’hui c’est pas encore le cas par exemple je sais qu’en Suisse je passe citer de nom mais c’est pas forcément automatique voire le contraire que on vous propose des produits crypto moi je connais du conseiller à cette manager on les déconseille même d’aborder le sujet parce que c’est pas le rôle pour le moment des banques de conseiller leur client d’aller sur ce secteur s’ils veulent le faire allez-y mais nous on sait pas faire et on vous propose pas est-ce que c’est la même chose en France c’est la même chose à la Société Générale ou alors clairement la Société Générale pour l’instant on n’a pas de velléité particulière et on n’a pas de plan particulier pour accompagner la clientèle retail parce que c’est le sujet que tu amènes sur sur ces questions là pour les raisons que je viens d’évoquer mais aussi parce que on pense qu’il y a d’autres enjeux et d’autres cas d’usage qui nous semblent beaucoup plus intéressant à développer et c’est la raison pour laquelle d’ailleurs on a créé ce stage et les cas d’usage c’est ce dont on parlait tout au début nous ça nous semble beaucoup plus immédiatement utilisable et beaucoup plus pertinent en termes de création de valeur pour la clientèle finale aujourd’hui de créer des instruments financiers au format security token natif sur des blocs chaîne comme éthereum par exemple qui sont programmables que d’organiser des transactions sur Bitcoin la valeur économique je peux le formuler ainsi je dis pas qu’elle est nulle ou inexistante sur Bitcoin je dis juste que en termes de compréhension de quelle est cette valeur économique pour la clientèle finale notre diagnostic a aujourd’hui c’est qu’on voit plutôt sur d’autres sujets donc qu’est-ce que tu réponds à Bitcoin comme futur or numérique de du troisième millénaire salut c’est tout à fait possible j’ai aucun sujet avec ça et je dis que c’est une question très pertinente qu’il faut poser derrière il y a très bon panel sur le sujet à la conférence aujourd’hui vraiment extrêmement intéressant bon c’est philosophiquement extrêmement intéressant comme question en tant que banquier la question effectivement se pose aussi mais sans vouloir botter en touche c’est je pense pas que ce soit une question à laquelle les banques commerciales pourront apporter une réponse c’est une question pour les banques centrales liés au fonctionnement du finalement du système financier c’est une question extrêmement importante pour les banques centrales on en a pas parlé mais on est également engagé dans un certain nombre de d’expérimentation avec des banques centrales sur justement ces sujets de monnaie digitale de banque centrale on est une sorte de en anglais on dirait de sparring partner naturelle des banques centrales on crée des instruments financiers sur ethereum c’est assez tentant de de mener un certain nombre d’expérimentations avec des banquiers centraux qui ont besoin de tester d’apprendre comment pourrait fonctionner une monnaie numérique de banque centrale donc justement pour opérer des règlements sur ces sites financiers numériques donc voilà on suit ces questions de très près je sais qu’il y a des débats extrêmement importants il y a beaucoup de questions structurantes liées derrière qui sont pas du tout évidentes qui sont pas forcément celles qu’on croit par exemple pendant citer que deux quel courroie de transmission d’une politique monétaire dans un environnement d’actifs numériques aujourd’hui les courroies de transmission des politiques monétaires passent quasiment exclusivement par les mondes commerciales à partir du moment où on désintermédié les banques en créant directement une monnaie numérique émise par la Banque centrale européenne ou une autre voilà comment on active sa politique monétaire c’est le vrai vrai question on se doute bien que les banquiers centraux vont pas prendre cette question à la légère un autre exemple qui est très important en terme de financement de l’économie la façon dont le système financiers a été organisé globalement depuis la fin de la première guerre mondiale est quand même très fortement ancré sur la structure des banques la façon vous savez la façon dont une banque structure son bilan à la différence de à peu près toutes les autres industries et pas totalement libre il y a des règles extrêmement précises qui découlent notamment des travaux du Comité de balle qui sont édictés la base de la structuration du bilan d’une banque ce sont les dépôts des particuliers combien d’argent j’ai mis dans mon compte en banque et ça ça forme le socle de tout ça là aussi à partir du moment où on tokennise se cache et on le transforme en notre chose et on opère un transfert de valeur de ces actifs là vers Bitcoin vers une monnaie digitale de banque centrale ça perturbe l’équilibre bilaniel du manque et donc potentiellement une fine et la capacité d’une banque à financer une économie donc là aussi ce sont des questions évidemment très structurantes qui vont bien au-delà en termes d’enjeu des problématiques souvent plus techniques que je peux entendre autour de la façon dont tu ne manque centrale construirait une MBC exactement et je mets les pieds dans le plat une mnbc ou les particuliers ont du coup un euro directement enregistré dans le Ledger de la Banque centrale à Francfort que devient la Société Générale en gros c’est que deviennent les banques de retail que deviennent les banques commerciales quand il y a un lien direct sur mon Wallet crypto avec des iorots de la Banque centrale européenne bon là aussi on est très serein face à la question mais la question est légitime déjà moi j’ai tendance à voir de façon générique dans ce genre de d’évolution technologique plutôt une approche on va dire incrémentale ou un dispositif nouveau en l’occurrence les MB français va venir s’ajouter au dispositif qui existent précédemment en gros une mbdc va pas se substituer totalement et du jour au lendemain au cash physique les pièces et les billets à la monnaie commerciale telle qu’elle peut exister du fait de l’activité des banques commerciales ça va simplement être mon avis personnel ça n’engage que moi ça va simplement être je pense un outil additionnel qui sera mis à disposition de de tout le monde pour faciliter certains usages et bon sans vouloir aller trop loin on constate tous que le monde se numérise ce digitalise à grande vitesse tout un tas de plateformes qui existent des réseaux sociaux des réseaux parentaires sur plein de plein de services c’est quand même pas idiot d’imaginer que avoir un moyen de paiement sur ces plateformes facilite la vie de tout un tas de gens simplifient les choses les rendre plus rapides plus fiables moins cher donc il y a un besoin je crois pour ces monnaies numériques de banque centrale maintenant c’est certain là aussi qu’il y a d’usage certains paiements c’est probablement pas des cas d’usage qui comment dire emporte un risque systémique lié au système monétaire donc c’est pour ça que je suis raisonnablement confiant sur le fait que les banques centrales vont créer c’est civil ici elles vont le faire très progressivement pour les raisons que j’évoquais tout à l’heure mais c’est à peu près clair que ça va arriver ça fait longtemps qu’on l’a pas posé cette question pour finir si tu rencontrais Satoshi Nakamoto qu’est-ce que tu lui dirais aux quelles questions tu lui poserais déjà j’aimerais bien le rencontrer pour comme tout le monde savoir qui il est donc c’est peut-être la question que je lui poserai pourquoi comprendre les motivations parce qu’il y a eu beaucoup de spéculations et d’interprétation je pense à être un sujet très intéressant darchéologie numérique qu’on va peut-être voir émerger dans les années à venir comme aujourd’hui on essaye de lire voilà des vestiges du passé dans la pierre peut-être que des personnes se pencheront là-dessus demain mais voilà moi je sais cette question que je lui poserai la motivation profonde qui là où les ont poussé à lancer ses développements merci beaucoup Jean-Marc c’était super intéressant on espère te revoir très bientôt sur GAC merci à vous au revoir si vous aimez ces vidéos abonnez-vous et pensez bien à appuyer sur la cloche pour être notifié des prochains épisodes et puis n’oubliez pas que vous pouvez bénéficier de 10 euros offerts pour l’ouverture d’un compte premium le meilleur endroit pour acheter du Bitcoin le lien est dans la description de la vidéo [Musique]

Leave a comment