Skip to content Skip to sidebar Skip to footer
0 items - £0.00 0
0 items - £0.00 0

Quand l’inflation va s’arrêter ?

Quand l’inflation va s’arrêter ?

Qui profite de l’inflation ? – L’inflation profite à ceux qui peuvent emprunter à des taux de faveur et, si possible, inférieurs au taux d’inflation : – La capacité d’emprunter est cumulative, et dépend déjà de la capacité antérieure d’emprunter. Ce qui confirme précisément le proverbe populaire bien connu : « On ne prête qu’aux riches ». Comment ne pas perdre d’argent avec l’inflation ? Une autre manière de préserver son capital des mouvements inflationnistes est d’investir dans l’immobilier. Les solutions locatives comportent des conventionnements de loyers sur l’inflation, et notamment sur l’ Indice de Référence des Loyers (IRL) pour les dispositifs Pinel ou Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP). Qui sont les gagnants de linflation ? Les plus jeunes actifs et ceux qui s’endettent peuvent en revanche être gagnants. L’inflation fonctionne donc comme une redistribution des plus âgés vers les plus jeunes. C’est exactement l’inverse de la désinflation des dernières décennies qui a plutôt favorisé les plus âgés.9 sept. 2022 Quelle est l’inflation sur 10 ans ? Tableau de l’inflation en France avec inflateur cumulé depuis 1901 Où placer son argent en cas d’inflation ? Une autre manière de préserver son capital des mouvements inflationnistes est d’investir dans l’immobilier. Les solutions locatives comportent des conventionnements de loyers sur l’inflation, et notamment sur l’ Indice de Référence des Loyers (IRL) pour les dispositifs Pinel ou Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP).

Comment profiter de l’inflation pour s’enrichir ?
Qui s’enrichit en période d’inflation ?
Où va l’argent de l’inflation ?
Pourquoi linflation est dangereuse ?
Où mettre son argent en temps de guerre ?
Où placer 100.000 euros en 2022 ?
Pourquoi il faut retirer son argent de la banque ?
Quelles sont les banques à éviter ?
Pourquoi il ne faut pas épargner plus de 3000 euros sur son Livret A ?
Quelle somme laisser sur un compte courant ?

Comment profiter de l’inflation pour s’enrichir ?

Dans cette optique les livrets deviennent encombrants. L’idée est simple. Avec un taux d’inflation avoisinant les 3%, mieux vaut éviter de se ruer les livrets bancaires, comme le livret A et le livret de développement durable et solidaire (LDDS). Il en va de même pour les LEP et tous les autres livrets du même acabit.24 août 2022

Qui s’enrichit en période d’inflation ?

Le meilleur rempart contre l’inflation demeure l’immobilier. Parce les loyers sont indexés sur la hausse des prix. Parce que la cote des logements progresse dans la durée comme l’inflation plus un point.21 mars 2022

Où va l’argent de l’inflation ?

La solution la plus simple est de passer par l’achat de parts de Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) , en acquérant des titres de patrimoine immobilier liés aux entreprises. Vigilance et prudence sont de mise, car le risque de défaut des sociétés est réel pendant la crise et la valeur des parts peut baisser.

Pourquoi linflation est dangereuse ?

Une trop forte inflation risque donc de réduire les investissements productifs et donc le potentiel de croissance. Cela pénalise les ménages si leurs salaires ne sont pas indexés sur la hausse des prix.26 janv. 2022

Où mettre son argent en temps de guerre ?

Il existe en effet plusieurs moyens de protéger son argent comme : acheter de l’or sous forme de pièces ou de lingot. Il aussi possible de diversifier ses placements en achetant et louant des appartements quand on a assez d’argent ou en profitant de ce que l’on appelle l’effet de levier.26 sept. 2022

Où placer 100.000 euros en 2022 ?

Placer son argent : 8 placements pour investir en 2022

Pourquoi il faut retirer son argent de la banque ?

Pour protéger son argent en cas de crise financière, il est important de placer son argent de façon à sécuriser un maximum son épargne quand on en a. Le meilleur moyen de se protéger est de ne pas laisser tout son argent sur son compte courant ou sur des comptes épargnes.26 sept. 2022

Quelles sont les banques à éviter ?

Les banques françaises les plus fragiles

Pourquoi il ne faut pas épargner plus de 3000 euros sur son Livret A ?

Le plafond du Livret A s’élève à 22 950 euros, placer plus de 3 000 euros vous fait en réalité perdre de l’argent. La crise sanitaire n’a fait que renforcer cette propension à épargner sans investir.

Quelle somme laisser sur un compte courant ?

Résumons : environ un mois de dépenses (récurrentes et non récurrentes) à conserver sur son compte courant. Ensuite, il est conseillé de placer l’équivalent de 2 à 4 mois de revenus sur le Livret A, le LDDS ou le LEP, pour l’épargne de précaution, disponible à tout moment en cas de coup dur.20 sept. 2022


[Musique] l’inflation poursuit son inexorable ascension sa hausse +4 8% en avril jamais vu depuis 1985 jusqu’où va t’elle bondir n’en parle avec vous match plein pour le fc bonjour mathieu bonjour david bon est ce qu’on sait où est ce qu’on ne sait pas il faut être modeste jusqu’à quel niveau d’inflation va s’envoler j’en veux dire quand quand est ce que sera le briquet pour combien temps que maintenant ça va durer moscow pride franchement vous savez pas et dans le brouillard comme nous tous moi je pense que comme beaucoup on est un peu dans le brouillard même si on a quand même quelques outils pour essayer de prévoir effectivement il ya énormément d’incertitudes en fait sur l’évolution de l’inflation la première c’est bien sûr celle des prix de l’énergie effectivement scénario dans lequel on a une stabilité des prix n’est régie ou même voir un reflux là on pourrait même imaginer ça n’a rien à voir avec un scénario dans lequel il peut y avoir un embargo généralisé sur l’énergie russe est là qu on pourrait conduire à une augmentation des prix de l’énergie important de faut quand même pas oublier que plus de la moitié aujourd’hui la hausse des prix observée est liée à la hausse des prix d’énergie donc un déterminant essentiel donc c’est quand même le premier pardon mathieu augmente 26% sur un an mais sa mallette moins qu’au mois de mars ont été à 25 29 il est vrai moins vive alors l’accident restaient vives léran contribution à laon s’est hissé ce qu’on peut vous regardez quand contribution sur les 4,8 points c’est 2,4 donc c’est 50 % qui sont via cet esprit d’énergie alors c’est vrai que comme on a une forme de début de stabilité sur les primes et regina contribution arrête d’augmenter mais on a encore une contribution très forte la vraie question elle est premièrement tout le monde sait prix de l’énergie ont évolué beaucoup moins 20 dollars maintenant il nous reste deux tours m 105 dollars on est autour des 100 120 110 alors voilà et donc l’ati on arrive tout ça est pareil à le gaz a aussi un cadre qui joue aussi beaucoup donc là aujourd’hui on autour de 100 euros à peu près le mégawattheure donc c’est aussi savoir qu’elle montre ce prix du gaz va évoluer la question désormais c’est les effets de second tour dans ce cas là c’est à dire où commence légèrement à observer c’est à dire qu’on voit que y compris dans le secteur des produits manufacturés ou des services on a une inflation qui désormais s’approche de 3% et donc là c’est vraiment la réponse premier choc et un choc lié aux prix importés et donc comment l’ensemble des composants de production de biens et services vont agir enfin y compris sur les salaires et donc c’est vrai qu’on peut imaginer en fait un effet où la dynamique inflationniste en fête change de forme c’est à dire que c’est moins tiré par l’énergie mais plus par des sous-jacents c’est-à-dire aller plus endogène à l’économie et donc c’est vrai qu’il n’est pas improbable de dépasser y compris les 5% on va dire dans les mois qui suivent et puis à prendre pour avoir un léger reflux mais on est clairement sur une sensation effet sur encore quelques mois sachant mathieu en réalité on est déjà sur une inflation qui est au delà 5% ci avait pas eu encore une fois le bouclier tarifaire oui sur le gaz électricité on serait donc c’est patrick artus qui misait salle économistes on serait peut-être déjà à 6 ou 7% d’inflation comme le petit copain en europe comme comme l’italie comme l’espagne et comme allemagne il faudrait certainement rajouté près deux points je penserai 7 donc d’inflation 4,8 alors on voit que la moyenne de la zone euro et à sète et nuit aujourd’hui alors c’est vrai que c’est un squat à lagny pch un indice harmonisé là-dessus la france est déjà au dessus de 5 1 mais on se rend trois mois un point et demi et 2 potentiellement on voit par exemple aux pays bas sera désormais on est au delà de 10 % d’inflation est donc cette inflation elle est extrêmement élevé et forcément elle va se diffuser aussi à l’ensemble de l’économie à travers les salaires c’est à dire que sinon le choc sur le toit d’achat va être très très négatif on voit qu’il ya des mécanismes d’indexation sur terre par exemple au smic en france et indexés d’autres prestations sociales et donc c’est vrai que la nature de l’inflation va se transformer même si on n’a plus une augmentation des prix énergie imaginons que ce que vous disiez ça se stabilise on aura quand même une inflation qui devrait rester durablement élevé parce que les conséquences en arabe le mans c’est quoi ces 5 6% surplus nord trimestre alors pas mon avis alors ça dépendrait l’inflation telle que mesurée par l’insee on peut atteindre à mon avis on sera assez proche des 5 % encore là les moins bien alors si bien venir on à 4,8 on peut franchir les 5 par la question se pose est quand même mais bon on peut franchir les 5 et puis après ça peut refluer autour de 2 4% mais c’est à dire que la composante par contre énergie sera de plus en plus faible en fait dans cette inflation si les prix se stabilisent meaux qui aura du travail se stabilise ça veut dire pas d’embargo sur le pétrole russe par un embargo sur le gaz russe là on rentre dans une autre histoire rudd alors on rend dans une histoire maintenant la grande question c’est de savoir à quel point aujourd’hui les prix qu’on a sur le baril de pétrole ou du gaz incorporons pas un scénario avec un embargo a priori c’est pas intégrer complètement donc c’est vrai qu’on n’est pas à l’abri d’une nouvelle flambée des prix de l’énergie et là effectivement on serait dans un autre scénario c’est encore dans un scénario où on aurait pas de reflux finalement de cette inflation elle pourrait continuer à augmenter et avoir une vraie dérive inflationniste qui est pas le scénario privilégié aujourd’hui bien sûr mais la crise intérieure du pire mathieu le scénario du pire ce serait donc à la fois ce qu’on dit à savoir ce show qui se propage à l’ensemble des économies que les produits mes factures l alimentation les prix des services et en même temps un embargo en tout cas où une imaginaire en ukraine qui s’étend et s’aggrave et qui est là pour le coup on aurait à la fois les nerfs j’ai pris d’énergie qui montrait le reste de l’économie aussi et là pour le coup c’est à dire qu’on rentrait dans ce scénario noir dans une inflation quoi à 7 ou 8% c’est ça c’est à dire une inflation qui serait enfin voilà avec et qu’on n’aurait pas observé depuis le début des années 80 qui serait assez peu maîtrisé on aurait les deux phénomènes qui serait conjoint c’est à dire effectivement cette envolée des prix de l’énergie qui devrait contribuer encore plus positivement à l’inflation qu’on observe aujourd’hui est certainement des effets de second tour plus fort c’est-à-dire que si non plus le choc d’énergie important et moyens d’effets de second tour plus les faits par contre sur le prix d’achat va être négatif 1 et tout prix y aura aussi un choc sur le pibe bonne solution c’est ça qui est très compliqué ou alors il faut compenser d’un point de vue budgétaire ça coûte très cher s’accélère vraiment très vite mathieu les prix encore une fois des services de l’alimentation je lisais les 6,6 pour cent de hausse des prix des produits frais les produits manufacturés nette accélération elle est vraiment rapide pour le coup alors non elles restent encore maîtrisées elles restent maîtrisés c’est à dire que si les produits frais augmentent c’est pour aussi d’autres raisons c’est aussi booth coûts liés aux services de transport et donc c’est aux sicav liées à l’énergie pour le moment on n’est pas dans le vin c’est no men d’augmentation très nette des services qui sont pas très exposé en fait à l’énergie donc en réalité c’est parce que les salaires restent très maîtrisée jaillira par le smic est revalorisé automatiquement aujourd’hui on a des salaires qui augmentent moins vite que l’inflation on sera sûr de tenir sans a priori cette année de hausse de 3% mais avec une inflation qui sera certainement de 6 4% donc ça veut dire que des salaires réels qui seront négatifs donc on encaisse là pour le coup réellement une perte de poids d’achat c’est à dire que autant sur le quinquennat finalement le poids d’achat s’est plutôt améliorée autant sur 2022 on va voir après recul de poids d’achat en particulier des actifs way est en tout cas ce choc de prix qui se propage à l’ensemble de l’économie pardon pas comme taxes et noir mais c’est quand même pas de très bon augure non c’est pas très bonne augure parce que comme j’essayais de dire là c’est qu’il n’y a pas vraiment de bonne solution c’est à dire que on le voit à partir du moment où c’est un choc importer un lien une inflation importée liés aux hydrocarbures et que c’est cette énergie l essentiel dans nos systèmes de production ce transport de chauffage il qu’on produit pas ces hydrocarbures forcément on va payer ça plus chère et plus et prix de l’énergie sont élevés plus ça nous coûte cher et plus il va falloir que on encaisse le choc inflationniste est donc soit c’est l’état et qu’il encaisse et à ce moment là on n’a pas d’effets de second tour et on a un peu d’inflation mais par contre une grosse perte pour l’achat pour les salariés soient cédés entreprises qu’il encaisse et elles peuvent faire beaucoup de marges de compétitivité soit elles répercutent ça dans leur prix on a une spirale qui sera plus inflationniste soit c’est l’état qui vise à compenser avec des boucliers tarifées en d’autres mots lors du difficile on a un coup de boule jetair voilà donc ça veut dire qu’il va être le partage il n’y a que les jokers relationniste inde et qui paye la facture ces deux salariés à quitter leur entreprise ou l’état et sa phrase où la présence en ravitaillant pardon c’est la présence et l etat est payé pour partie alors pour partie avec le bouclier tarifaires mais on voit que malgré le bouclier tarifaire malgré les mesures qui ont été prises on a quand même une inflation à 4 8% donc on n’est pas sur un scénario non plus à 2% donc on voit bien que malgré les mesures prises ça nous a permis d’économiser 1 ou 2 points d’inflation ce qui est loin d’être négligeable et ça compense pas l’ensemble du choc inflationniste et surtout c’est extrêmement inégalitaire comme choc c’est à dire que tout le monde n’est pas exposé de la même façon à ce choc énergétique et donc en fonction de votre lieu d’habitation aux modes de transport votre niveau de vie vous aurez pas vous allez porter c’est de la même façon ce choc là et on parle de natation durablement élevés sur combien de trimestres parce qu’il y avait le franc ou de bézieux le patron du medef qui disait ce week-end je crois que dans le jdd que la france est entrée dans une économie d’inflation durable durable c’est quoi en parlant en moi en trimestres en amérique joad durable c’est normalement d’année trimestre ça reste du court terme condamné c’est à dire que il ya quand même des changements de paradigmes j’allais dire serre que on peut imaginer que même s’il ya une désescalade sur la guerre en ukraine qui nous entraîne en plus ce qu’on voit aucun peintre moment il y aura quand même une des relations avec la russie qui vont être très complexe cependant assez durable donc on est dans un scénario probablement il on va finir par avoir un embargo et donc c’est vrai que créer une une forme d’indépendance énergétique vis-à-vis de l’énergie russe à la prendre du temps ça nécessite des transitions rapides qui sont coûteuses qui sont plutôt plus inflationniste on a un problème sur les chaînes d’approvisionnement au niveau mondial la stratégie zéro co vis de la chine qui entretient aussi des prix élevés notamment sur certains composants industriels on voit que l’on a on envisage de mettre une taxe carbone aux frontières européennes de façon à renchérir le coût des importations les plus polluantes voilà il ya une forme de démondialisation qui s’opère donc tout ça de toute façon conduit à imaginer qu’on va vivre durablement avec une inflation plus élevée on était aussi dans une inflation qui était très très basse pendant plusieurs années donc c’est vrai que il faut s’imaginer que ça va changer un certain nombre de choses et notamment y compris les rapports sociaux et les revalorisations salariales savoir comment on indexe un certain nombre de prestations donc s’est dé nouveau dangereux qui ce qui s’ouvre à nous voilà merci beaucoup expliqué sont signés matthieu plane directeur adjoint du département analyse et prévision de la fci merci mathieu merci beaucoup la vie de salut [Musique]

Leave a comment