Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Qui se cache derrière Younited crédit ?

Qui se cache derrière Younited crédit ?

Pourquoi Younited demande les relevés de compte ? Afin de finaliser votre demande et vous fournir une réponse définitive plus rapide, nous avons besoin de vos relevés de compte pour avoir une vue globale de votre historique bancaire (90 jour glissants minimum). Qui sont Younited ? Younited Credit, un organisme de crédit pas comme les autres Les fonds sont directement accordés à l’emprunteur par l’investisseur lui-même, sans intermédiaire bancaire. C’est ce qui explique la rapidité de nos services. Quel document pour Younited crédit ? Dans le cadre d’un emprunt, il est généralement demandé la pièce d’identité (carte d’identité recto/verso), un certificat de domicile (quittance de loyer, facture de téléphone fixe…), une attestation de revenus (bulletin de salaire) et une attestation bancaires (3 derniers relevés bancaire). Qui se cache derrière Cetelem ? Cetelem est une organisation de crédit à la consommation. C’est une organisation liée à BNP Paribas Personal Finance. BNP Paribas Personal Finance est une filiale en propriété exclusive de BNP Paribas. Pourquoi ma demande de crédit est refusée ? Plusieurs raisons à cela (trop de prêts en cours, incidents de paiement antérieurs, situation financière trop fragile…). Pour tenter d’y remédier, faire jouer la concurrence et vérifier si une fiche existe à votre nom au FICP.

Quel document pour crédit Younited ?
Comment fonctionne Younited ?
Quel document Younited crédit ?
Comment payer Younited ?
Quel banque FLOA Bank ?

Quel document pour crédit Younited ?

Dans le cadre d’un emprunt, il est généralement demandé la pièce d’identité (carte d’identité recto/verso), un certificat de domicile (quittance de loyer, facture de téléphone fixe…), une attestation de revenus (bulletin de salaire) et une attestation bancaires (3 derniers relevés bancaire).

Comment fonctionne Younited ?

En 3 étapes, recevez vos fonds sur votre compte : c’est clair et simple, rien ne vous est caché !

Quel document Younited crédit ?

Dans le cadre d’un emprunt, il est généralement demandé la pièce d’identité (carte d’identité recto/verso), un certificat de domicile (quittance de loyer, facture de téléphone fixe…), une attestation de revenus (bulletin de salaire) et une attestation bancaires (3 derniers relevés bancaire).

Comment payer Younited ?

Vous pouvez aussi contacter le service client Younited Credit au 01 82 88 73 35 afin d’effectuer le paiement. Il vous sera proposé de payer le montant dû par carte de crédit ou chèque bancaire.

Quel banque FLOA Bank ?

Filiale du groupe BNP PARIBAS depuis février 2022, FLOA est déjà présente en Belgique, en Espagne, en Italie, au Portugal, et accélère le déploiement de ses solutions de paiement dans toute l’Europe.


[Musique] bonjour à tous bienvenue sur ce nouveau webinar ou j’accueille thomas qui est si pioche il une étude crédite bienvenue à tous sur cette saison 2 donc de webinars bienvenue thomas merci quand est ce que tu vas très bien chez toi ça va très bien bientôt le week-end donc ça fait du bien avant de commencer donc comme vous voyez on n’a pas de masque parce que justement on garde cette distance de sécurité pour tous qui va être qu’ovide et donc on est très heureux vraiment de vous accueillir pour cette nouvelle saison des webinars thomas de quoi tu vas nous parler aujourd’hui alors je vais vous parler de l’expérience qu’on a eue sur l’internationalisation de notre boîte donc qui s’appelait prêt d’union qu’on a du renommé united et que du coup on a lancé dans plusieurs pays européens n’hésitez pas à poser des questions donc dans le live tweet ch donc vous avez normalement à la droite de votre écran un petit chat et on se fera une joie batoma de sera une joie de répondre à toutes les questions pendant toute la présentation donc si tu veux commencer thomas let’s go ok c’est parti donc comme je le comme je te le disais en fait on va évoquer l’internationalisation de prêt d’union et donc je je je me permets de vous présenter un petit peu en amont les différentes phases de ce toc l’idée en fait c’est de parler donc assez rapidement il manque le point 1 de la boîte pour présenter quelques chiffres clés et vous donner une idée de ce qu’on fait ensuite en fait on va on va repasser sur l’histoire de la boîte et donc l’idée que ça s’appelait prêt d’union avant et qu’on a dû l’appeler united pour ces raisons d’internationalisation évidemment on va on va passer en vue en fait l’internationalisation d’une boîte dans le crédit conso en europe et vous verrez que c’est pas aussi simple que ce qu’on pourrait penser voir c’est même très compliqué et donc ces enjeux en fait on a essayé de leur apporter des réponses avec des challenge très très précis ce challenge a toujours été un peu un challenge qui a irrigué tout la culture de la boîte c’est l’idée d’être rapide et d’essayer de lancer des choses très rapidement c’est d’ailleurs un des des choses qu’on apprend à faire dans produits pour essayer de tester des produits très rapidement on va voir si ça c’était une bonne idée et je vais pas enfin je spoile un peu mais oui alors c’était une bonne idée mais il ya eu des choses qui n’étaient pas terribles on va voir lesquels et on va voir quelle organisation on a mis en place maintenant pour pouvoir répondre à ce challenge est évidemment au ces on apprend en marchant ça fait que quatre ans qu on a lancé notre premier pays on a encore plein de challenge avenir et et c’est cette idée là que avec laquelle je finirai cette prise de parole donc on va commencer en fait part tient l’un est apparue par les quelques quelques mots sur united donc pour ceux qui connaîtraient pas très bien la boîte nous la mission qu’on ses programmes et de servir c’est de permettre à tout un chacun de réaliser ses projets et sa de façon sécurisée est simple et donc on a abordé cette mission par l’angle du crédit à la consommation au départ mais on a beaucoup d’autres idées et je reviendrai là dessus et pour ce faire on utilise la technologie donc on va être rangé dans catalogué dans les boîtes qui sont définies tech les finitec étant de mon point de vue des boîtes qui utilisent le digital et donc la technologie et plus précisément la data pour améliorer le service bancaire je reviendrai là dessus mais on sait que les banques ou un peu perdu de vue le client du fait d’une pression commerciale très intense et nous en fait on essaie de retrouver cette essence la houle industrialisant grâce à la donner donc on a plusieurs produits je reviendrai là dessus et surtout ce qui est hyper important c’est qu’on a une licence donc en fait il faut bien comprendre que pour lancer des services financiers en france et a fortiori en europe il faut passer par les fourches caudines des banques centrales qui contrôle un peu le marché ça donne un marché oligopolistique on va dire mais qui est alors le défaut de l’oligopole c’est que parfois il n’y a pas beaucoup de concurrence pas de concurrence égales pas d’innovation mais le point positif d’un marché qui est régulée c’est qu’a priori il est extrêmement bien contrôlé on évite des dérives on l’a vu lors des crises financières successives notamment celle de 2008 donc nous on a obtenu cette licence et ça c’était un sacré exploit parce que ça faisait 20 ans que aucune boîte n’avait obtenu la licence en france pour lancer un établissement de crédit et donc on a cette licence au même titre que bnp crédit agricole et toutes les grandes banques et justement vous savez pourquoi cela fait 20 ans qu’il ya eu aucune autre boîte qui a pu avoir cette licence alors parce que d’une part il n’y a pas grand monde qui a essayé de l’avoir parce que enfin quand on a commencé à monter ça moi je me souvenais de mes potes qui me disais mais qu’est ce que tu vas faire à monter un établissement de crédit une banque tfou ya pas de place sur le marché il est il est contrôlé quoi et donc je pense qu’il ya beaucoup de gens qui se disent ok c’est pas pour moi ce truc d’autre part c’est quand même quelque chose d’hyper long il ya énormément de contraintes on a mis deux ans à l’obtenir cette cette licence donc pendant deux ans on bossait à 425 mètres carrés sans aucune activité ce qui est très dur surtout pour quelqu’un qui aime le digital le produit on va dire tu te nourris un petit peu de ce que disent les clients qu’aucun client pendant deux ans et y en a eu on a eu de grosses difficultés à l’obtenir donc je reviendrai pas en détail là dessus mais ce n’est pas l’objet du toc mais mais mais voilà pourquoi je pense il ya peu de gens qui l’ont obtenu et on va dire on a défriché un petit peu ce secteur est aujourd’hui de plus en plus de films tech se montrent il ya de plus en plus d’alternatives finalement dans les services bancaires qui utilisent la tech et c’est pour le bien je pense des consommateurs et in fine est donc ce qu’on propose je vais être assez rapide là dessus un mais dans le secteur du crédit ça a été notre notre moto depuis le début c’était de proposer quelque chose de simple donc si on est arrivé là et si je suis moi même arrivé dans cette idée là c’est aussi parce que j’ai fait pas mal de crédit dans mon dans ma vie et je me suis rendu compte que c’était pénible notamment de faire une demande à sa banque qui est souvent fermée ils répondent pas émettre une semaine et on est dans une commodité en fait on a besoin de l’argent pour accéder à quelque chose donc ce qu’on a envie de d’avoir comme expérience c’est un truc hyper fluide hyper rapide et je vais vous donner un exemple moi j’ai une aversion énorme à l’administratif c’est heureusement du coup j’ai des associés qui ne l’ont pas et quand vous me demander d’aller poster un truc et donc de me rendre au bureau de poste généralement je vais mettre une semaine deux semaines trois semaines ça va être très long parce que ça me fait chier en fait et donc la signature électronique dans le monde du crédit ce quelque chose que personne ne faisait avant qu’on le fasse et on l’a fait pour tout le monde donc c’est un peu ça c’est on se dit ok quels sont les points de souffrance et qu’est ce qu’on peut faire pour le rendre hyper simple ce parcours du coup tu étais un des personnes a finalement de oui tout à fait c’est d’un peu on est on est porté par l’innovation et donc c’est vrai que cette innovation elle est portée par une seule idée au départ c’est de rendre ce parcours hyper simple je vais vous donner un exemple on fait de la connexion avec la banque je reviendrai sur ce sujet donc tu me files ton identifiant et son mot de passe et je vais aspirer tout tes données bancaires là où l’ensemble des établissements vont te demander de renvoyer un pdf avec donc été relevé de compte donc déjà d’une part point de vue clients bon il faut que tu récupères ton pdf que tu l’envoies et c’est là tu me files juste un login et un mot de passe et c’est parti on a les problématiques de sécurité aussi mais bon et points de vue analyse on récupère des données digitales donc on peut les analyser en temps réel là où on fait un pdf n’y a pas encore une seule boîte qui a réussi sur des relevés de comptes affaires de l’ocr sur les sur les lignes pour pouvoir l’analyse en temps réel donc ça veut dire que tu mets un homme derrière chaque analyse là où nous pour certaines analyses c’est programmé quoi donc voilà donc l’innovation c’est vraiment un des motos et donc ça résultant beaucoup de rapidité mais on a aussi de l’autre côté une grosse envie de transparence donc je le disais moi j’ai déjà fait des crédits je me suis déjà fait avoir en fait par certains types de crédits donc il ya des crédits à ces nocifs on parle du revolving bonne monde peut-être le connaissent mais en gros c’est une réserve de crédit c’est une réserve d’argent avec un taux variable donc en fait tu me souscrite et hyper content c’est hyper facile de souscrire ce genre de produits mettons tout il peut passer de 10 à 20 en 6 mois mais ça tu le sais pas forcément et donc ya pas de frais cachés aussi donc ces voix là on a deux choses on à la technologie pour essayer d’améliorer l’expérience client et on sait qu’elle est est améliorable et on a cette volonté d’être transparent claires simples pour que la personne puisse comprendre ce qu’on fait quelques chiffres rapidement donc l’année dernière on a observé 80 % de croissance ce qui est quand même assez fabuleux quand on sait qu’on a 10 ans il ya peu de boîtes qui peuvent se targuer d’avoir ce genre de rythme dix ans après le lancement on a une plateforme tech unique donc ça c’est hyper important je reviendrai dessus ça nous permet d’être très agile techniquement on est on est 450 à bosser dans plusieurs pays on a trois cent cinquante mille clients et surtout un taux de satisfaction qui est qu’ils excellent ça c’est vraiment un truc dont on est fier et donc nos produits donc on a trois types de produits on a united investment ou en fait ce qu’on fait parce que l’origine du maitien c’est d’aller chercher de l’argent chez des particuliers je reviendrai là dessus et de leur permettre de financer la dette d’emprunteurs particulier donc en fait on distribue un nouveau produit d’épargné quelque part qu’on a confectionné nous mêmes avec des fonds d’investissement et des comptes à terme de l’autre côté on a le pendant de ce produit d’épargné c’est le prêt personnel et le rachat de crédit donc moi je vais distribuer un une offre de prêt qui est non affectés et je vais faire des rachats de crédits et j’ai mis juste en dessous crédita ce service est crédité de payment parce que depuis trois ans on distribue nos technologies hobbit ou bi ça veut dire quoi ça veut dire que toi en tant que l’entreprise dont contre avec free par exemple qui veut vendre des boks devialet ses box mais il coûte 500 balles et donc en fait ils ont cherché des solutions de crédit pour pouvoir permettre à des gens d’acheter 100 x x et jusqu’à présent ils pouvaient faire appel qu’à des sofinco ou des cetelem et ses boîtes sont très rigides en fait là où nous on est beaucoup plus agile et on prête la technologie et donc la politique commerciale ils peuvent la voir à leurs mains contrairement à cetelem ou sofinco en fait les mecs te dise non mais c’est nous qui décidons du risque et donc tu peux pas faire varier tonton et dernier truc donc on va qu’on va sortir là d’ici fin d’année donc c’est pour ça que voilà je parlais de prendre l’idée de permettre aux gens de réaliser un projet sous l’angle du crédit à la consommation au départ et maintenant en fait on va rajouter une corde à notre arc qui va être un produit on va l’appeler united coach en fait sans doute c’est un outil de management de ton argent et l’idée c’est justement de permettre à des gens de mieux comprendre ce qu’ils font avec leur argent et de trouver des parades pour économiser là où tout seul il n’y arriverait pas c’est pas l’objet de la présentation donc je passe rapidement là dessus mais donc on a un panel de produits assez large maintenant et donc voilà et donc on fait ça puisque c’est l’objet du toc 1 on fait ça aujourd’hui dans cinq pays européens donc en france au portugal en espagne en italie et en allemagne on a la licence en fait l’intérêt d’avoir la licence française il ya un adage qui dit souvent qui peut le plus peut le moins quand je prononce les est ce parce que je viens du sud ouest mais cet adage là il est vrai encore plus dans le territoire bancaire parce qu’en fait la licence de la france est la plus difficile à obtenir une fois que tu as la france tu peux très rapidement trois mois à voir l’allemagne l’italie la pologne on a regardé la roumanie par exemple donc on peut très facilement se déployer à l’international en tout cas en europe justement la licence française a vraiment un impact en fait finalement quand tu essaie d’avoir des licences à l’étranger ou tout à fait tout à fait carrément le fait d’être passé par les parler des fourches caudines mais il faut caudines de la banque centrale française te permet d’évacuer pas mal de questions quand tu t’adresses à l’espagne ou à l’allemagne par exemple qui s’est passé beaucoup plus rapide je le disais pour la pour avoir la france on a eu deux ans pour avoir l’espagne on a mis quatre mois un truc comme ça donc voilà on va venir donc au sujet de cette discussion en fin de ce monologue l’idée c’est c’est de commencer par le commencement donc prêt prêt d’union donc on a commencé on a commencé la boîte on s’appelait prêt d’union parce qu’elle est née d’un d’un copycat de modèle anglo saxon qui étaient des plateformes de peer-to-peer lending donc l’idée de base c’est de se dire que l’intermédiaire bancaire quelque part rend le coût du crédit beaucoup plus cher que s’il n’était pas là et donc l’idée c’est de fluidifier en fait les échanges d’argent entre les acteurs économiques dans un pays par exemple donc disons que marcel il a de l’argent moi j’ai besoin d’argent pour m’acheter une voiture par exemple ces modèles anglo-saxons permettait à thomas d’aller déposer une annonce un peu comme dans libé ou tu disais voilà je vais acheter une automobile voilà mon profil et marcel arrivé avec son pognon un soir ils se disaient tiens moi j’ai envie d’investir sur suran sur un projet de crédit qu’on soit c’est pas des projets entrepreneuriaux c’est pas du kit starter c’est pas des choses comme ça et marseille va me poser des questions et après marcel va dire tiens je mets mes billes sur thomas donc ça c’était le modèle de départ nous on l’a twist est pour le rendre beaucoup plus sécure sert marcel ne choisit pas de mettre sur thomas mais marcel près de son argent à prêt d’union à l’époque est prêt d’union fait la sélection des emprunteurs ce qui fait que marcel si jamais thomas y fait défaut de paiement parce que ça peut lui arriver il perd pas tout son argent en fait ça s’appelle la dilution du risque donc c’est un modèle qu’on a lancé donc sur ce modèle initial de peer-to-peer landing et la plateforme sap le prêt d’union on aimait bien le nom il était il avait une belle consonante il était à ses fins c’était vraiment une union entre deux communautés est donc le combat qu’on poursuit depuis le début je dois l’avouer moi je suis bien pas du tout du secteur bancaire quand j’étais en école je fais école de commerce ils avaient l’une des voies royales c’est de faire l’audit et la finance ça me disait absolument pas j’ai comprenez rien ça m’intéressait pas et en fait justement du coup je me suis rendu compte avec un peu plus de bouteille que ce à quoi je ne comprenais rien ça m’intéressait d’y aller parce qu’en fait je voulais faire en sorte que les autres comprennent et je trouve ces démarches et qui sont très obscur très abscons en fait ils font exprès d’avoir une rhétorique inséminer sémantique hyper spécifique hyper technique parce que plus je suis technique – tu comprends on peut en parler voilà je pense à des gens qui travaillent dans le produit et la relation tu peux avoir qu’un un thé qui par exemple le mec qui va aller le voir tu lui parles et puis va te parler en code tu vas faire non mais je comprends rien et c’est une technique d’ailleurs d’été cause parfois pour dégager et faire en sorte qu’il soit tranquille et justement est ce que ça n’arrive pas de plus en plus aussi dans le produit ce genre de chose de l’hyper complexifier à les méthodologies dénoncer je trouve depuis ce rôle je trouve gg par rapport à ça j’ai une philosophie qui dit que globalement en fait on devrait revenir un peu être plus terre à terre juste écouter le client se dire voilà moi j’ai envie de répondre à ce point de souffrance qui est le mec qui veut pas aller à la banque il veut pas aller à la poste pour ça le fait chier ok on lance la signature électronique et puis basta quoi c’est mais quand ben agit d tout bon c’est des façons d’arriver à cette idée là quoi donc voilà donc ça c’était c’était vraiment notre combat est donc du coup on a lancé en france commercialement fin 2011 et avec cette volonté donc de pénétrer ce secteur du crédit à la consommation qui pèse quand même en france à l’époque 45 milliards d’euros par an donc c’est énorme on s’était dit ok si on shoppe 5 % de ce marché on est déjà on est déjà bien quoi et on s’est rendu compte donc en travaillant chaque année sans relâche avec une belle croissance à chaque fois mais on s’est rendu compte ce n’était pas facile c’était pas facile en france pour deux raisons la première c’est ça c’est con à 70% des consommateurs en france qui ont le réflexe bancaire quand j’ai besoin d’argent je veux m’acheter une voiture je veux refaire ma cuisine tout de suite en fait je vais me dire je vais appeler ma banque et ça la plupart des gens font ça et donc du coup il est très difficile pour une nouvelle marque tout à fait jeune de se retrouver entre la banque et le client et d’intercepter le reste le réflexe bancaire et ce d’autant plus qu’en fait ça c’est un truc dont je me suis rendu compte quand on est n 2 tours d’ivoire à 4 a bossé pendant deux ans en activité je m’étais dit bon l’argent n’a pas d’odeur d’où qu’il vienne tutu la saisie c’est pas du tout vrai en fait les gens ont son flipper un son clip et de se faire avoir surtout sur internet et donc du coup en fait ce réflexe banques car il est encore renforcé par cette angoisse donc ça c’est un premier point qui faisait qu’on s’est dit ok au bout d’un moment on fait comment est ce qu’on va faire pour se faire connaître on peut pas balancer 40 millions d’euros en télé faut qu’on trouve un autre moyen le deuxième deuxième chose c’est qu’en france il ya les taux sont extrêmement bas donc on sait qu’aujourd’hui voilà l’argent et pas chère la banque centre les banques centrales distribuer de l’argent pour irriguer le crédit et ça a été une stratégie française très franco française que de sélectionner les meilleurs emprunteurs et donc pour sélectionner les meilleurs il faut faire les taux les plus bas et donc au bout d’un moment en fait ce crédit conso se produit c’est une porte d’entrée pour les banques pour pouvoir capter de nouveaux clients et après faire de l’obscène et du cross sell et faire de la marge donc voilà des marges assez limitée des consommateurs qui ont un réflexe donc on s’est dit ok si on veut pouvoir croître sans que ce soit trop pénible il va falloir qu’on lance d’autres pays donc on s’est dit il faut qu’on élargisse le marché voilà donc ça on est arrivé à ce constat là en 2015 et on s’est dit bon ok premier truc qu’on doit faire prêt d’union là ça va pas le faire déjà en fait moi je me rendais compte quand j’allais faire des rendez vous pro tu dit prêt d’union à l’accueil à la personne écrit soit prêt d’oignons soit trait d’union vous êtes une boîte maritale et s’est fait 90 du crédit donc du coup on s’est dit on va changer et là ça a été compliqué donc je vais faire une petite parenthèse en ce côté international sur le nom de marque quand on a eu prêt d’union à l’époque le droit des marques et est parce qu ils étaient en 2015 cinq ans plus tard s’est considérablement renforcée et donc là où on peut penser qu’on prend une bouteille de rosé entre potes et on va trouver des noms sympa et puis c’est bon ça fait un nom de marque c’est plus du tout vrai il ya énormément de règles qui entourent le droit des marques et je vais vous montrer 3i trois exemples qu’on avait évoqué et on aurait pu s’appeler comme ça plutôt que united est à chaque fois en fait on a eu un logo donc le la première idée qu’on avait eue c’était incredible donc on aimait beaucoup ont trouvé que ça faisait très marvel avengers voilà c’était top on est on est un peu des fans on aimait bien le côté on va tout casser un hulk et donc on a essayé de déposer et à quand on l’a déposée avec notre cabinet d’avocats renée eu un retour on a eu un logo parce que le nom est trop laudatif donc à cette occasion là j’ai appris le l’adjectif laudatif qui veut dire qu’en fait tu te survivants globalement donc tu peux plus à l’époque dans les années 2000 pouvait lancer un site internet qui s’appelait meilleures tables points comme et eu vent des détails et sélectionner les meilleures tables aujourd’hui tu peux plus dense de points comme je crois un meilleur taux mais c’est une marque déposée qui était antérieure à ce nouveau à ce nouveau droit des marques donc peut-être qu’il faut présenter le prochain droit des marques dans cinq en déposant énormément de marques dès maintenant pour pouvoir avoir des trucs à revendre à des gars qui veulent monter une boîte dans cinq ans quoi donc incredible ça n’a pas fait après on avait pensé accrédite men ont trouvé ça génial alors évidemment le logo là que je vous montre il montre le défaut de crédit tu mènes ont trouvé ça super entre aix était projeté les mecs efficaces ils font du crédit cds zone du crédit voilà et en fait ça c’était déposables mais on a fait donc une étude conso et on a demandé à nos consommateurs ce qu’ils ont pensé et là ça a été ça a été horrible parce qu’en fait on était complètement à côté de la plaque la plupart des gens nous disaient c’est super vous allez monter un truc ou en fait une plateforme de gigolo quoi donc tu avais des crédits tu pouvais acheter des hommes non mais tu imagines nous quand on a lu les retours des gens on était sur notre truc crédit tu mènes c’est génial et tout est là on se dit on a une botte de finances était complètement à côté de la plaque donc ça c’est le deuxième learning que j’ai vu c’est pense pas que ton nom il est génial tout seul va voir tes clients et les diffuseurs la question parce que sinon tu vas te plantes et donc tests utilisateurs les troisièmes truc on avait trouvé mona lisa l’ont trouvé ça assez smart c’était un peu dans la veine de prêt d’union il y avait un côté un peu faim et tout et on était vraiment très fan aussi mais là dessus donc on a découvert qu’on pouvait être poursuivi assez assez assez rapidement et en fait quand tu déposes neumarkt à cinq ans pendant laquelle tu sais que tu un risque il ya quelqu’un qui peut dire quelque part dans les pays où tu auras des pauses et amar qui peut dire un non moi je suis pas d’accord et en fait on a trouvé un courtier en assurances à dresde en allemagne de l’est d’ailleurs il paraît que c’est très joli dressed qui genre 10 employés le truc avec une activité à ces locales en fait et ça plaît monae hallyday cette boîte est donc en fait à cause de la phonétique ils pouvaient nous poursuivre en disant que globalement on avait volé leurs marques donc voilà donc on est arrivé à united crédit on a rajouté le crédit parce que on voulait pour des raisons et sio notamment et de compréhension de notre service d’ailleurs on a bien faire parce que crédit ans et si au tout le monde y est vous dire jamais il ya crédit agricole iaea cofidis et tout ça et là aujourd’hui je crois qu’on est deuxièmement ici en france sur crédit donc la main donc voilà on a fait une étude crédit avec la volonté à terme de retirer crédit parce qu’on veut pas faire que du crédit donc voilà on avait notre nom et a maintenant qu’on avait notre nom il fallait qu’on sache un peu quel pays on allait attaquer en premier donc on a mandaté un gros cabinet de conseil qui a fait des analyses diverses et variées sur tous les pays européens et c’est là qu’on a commencé à se dire waouh ça va être du taf donc je vais revenir sur trois points clés qui entourent justement ces analyses qu’on a fait est qui et qui montrent le taf que ça représente alors déjà premier truc bon ça c’est une lapalissade mais tout le monde le sait c’est que les européens c’est pas les états unis cédées d’état de culture hyper précise hyper différentes et donc on vérifie dans le monde du crédit donc à un truc intéressant c’est un petit vs j’aime bien le côté street fighter donc quand on regarde la france et qu’on la compare aux italiens je trouve ça hallucinant j’espère que j’arriverai à bien faire passer l’idée mais les gens en france et dans pas mal de pays quand ils vont sur internet et qui tape crédit s’attendent à trouver du crédit en ligne voilà normal et donc en fait il ya quelques gens donc désolé le chat est pas bon parce qu’il faut inverser crédit et crédit en ligne mais il ya quelques personnes qui tape crédit en ligne quand même en france genre je suis flipper je suis sur internet je vais quand même mettre en ligne derrière crédit pour être sûr que le truc soit bien en ligne et bien en italie tu as beaucoup plus crédit en ligne que crédit enfin beaucoup plus un peu plus et ça c’est le seul pays où tu sais qu’en fait il faut attaquer crédit en ligne parce qu’en fait il n’y a pas de culture du en ligne je lisais un truc sur le e-commerce dernièrement les italiens ils achètent en moyenne 1 italiens achètent deux fois sur internet par an deux fois simplement ouais donc c’est ridicule et je parle d’une moyenne donc il ya énormément de gens qui n’achètent absolument pas en digital voilà donc voilà il ya plein de trucs comme ça où on s’est dit mince l’italien l’allemand l’espagnol et seront complètement différent d’hier après c’est des trucs qu’on voit souvent dans les toc mais moi je les ai vérifiés l’allemand on a 22 % des ald aidée des visiteurs sur notre site qui vont tout en bas et qui vont dans les mentions légales là où en france ces 4 % oui nous ont généralement on va scrollé c’est bon et c’est fini c’est fini donc ça c’est un premier point donc l’utilisateur final vraiment hyper différentes deuxième truc ça c’est très spécifique au monde de la finance et crédit conso c’est la régulation donc la régulation et les locales c’est là qu’on voit que la souveraineté enfin l’idée de l’europe elle est bien belle mais il ya encore une souveraineté supranationale qui est hyper forte et donc chaque pays met en place des règles qui lui sont propres pour pouvoir encadrer les services financiers notamment le crédit donc là je prends un exemple qui est assez frappant c’est l’exemple de la vérification de l’identité dans lequel voit ici en france tu prends la carte d’identité ça suffit voilà je le fais à distance j’ai la carte d’identité ça correspond au nom prénom c’est bon je peux y aller en allemagne la régulation demande à ce que tu vérifies que la tête de marcel soit bien la même tête que celle de la carte d’identité et donc du coup ça demande du fail to fail donc quand tu veux monter un truc 100% digitale comment tu fais ton faillite ou faith donc l’allemagne a mis en place un système où ils disent ok la deutsche post donc la poste allemande fait office de d’intermédiaire et donc le postier à son guichet peut vérifier donc marseille va venir avec son contrat de crédit avec sa carte d’identité il va montrer ça ou postiers qui veut mettre un tampon je caricature à mort est donc marseille lille peut repartir il peut poster son contrat avec le tampon de la poste c’est bon j’ai une question du coût ou est-ce que la poste est ouverte comme en france ou pas en termes d’horaires je connais pas assez je n’ai pas aimé mais c’est oui ben alors moi pour est ce que j’aurai jamais moi j’aurais jamais fait crédit c’est pas possible et donc du coup il ya un deuxième il ya quand même une deuxième option heureusement maintenant tu peux faire du de l’appel vidéo pour vérifier finalement l’identité de marcel mais ça engage des coups c’est très cher l’appel vidéo quand tu veux quand tu t’intéresses aux boîtes qui font ça c’est un bon business c’est très cher et c’est pas encore hyper clean en fait donc souvent tu va appeler le truc est mal foutu ça marche pas voilà donc ça introduit en fait toutes ces choses là toutes les différences introduisent des différences fondamentales dans l’expérience client qui fait que très difficile d’envisager d’avoir la même chose partout et le troisième point qui est encore hyper important c’est des outils c’est à dire les banques centrales donc l’intérêt d’avoir un agrément c’est que tu à l’appui de la banque centrale ont été audités par la banque centrale mais tu as aussi un soutien et ce soutien s’est il prend forme par des outils qui permet de bien faire ton job un des trucs dans le crédit auquel il faut faire attention c’est donner un crédit à une personne qui va pouvoir l’assumer financièrement en france quand marcel vient me voir par exemple je connais rien sur lui et la banque centrale française la banque de france va mettre un seul outil à disposition c’est le fichier des incidents de la banque de france donc quand marcel il est foutu ils n’arrivent plus à rembourser plus rien il est ainsi dans banque de france il a un plan de désendettement et il a plus de moyens de paiement il a plus de compte bancaire etc et donc il est référencé dans ce fichier là et moi je peux avoir ces informations néanmoins tout le monde heureusement n’est pas fiché et donc du coup en fait je on a des personnes qui peuvent devenir ficher ou qui vont avec ce crédit souffrir et ça on peut pas le savoir sauf si marcel nous envoie énormément de documents sur lui ils montrent patte blanche de l’autre côté en italie de l’autre côté des alpes ils ont monté un fichier positif donc un fichier c’est une base positif qui s’appelle crif donc marseille quand il fait un crédit cette information doit être remonté par l’institution bancaire à la banque d’italie est donc marcel oms et la banque d’italie c’est qu’il a un crédit chez à gauche et puis s’il fait un autre crédit dans une autre banque cette information va remonter aussi et tous les mois l’établissement bancaire va renvoyer les informations sur marcel c’est bon ils arrivent à bien payés et c est donc ce qu’en mars elle va venir me voir moi united je vais avoir cette information donc je vais pouvoir savoir où il en est s’il me semble être voilà il est en surcapacité ou en sous capacité et ça ça me donne des informations essentielles pour aller beaucoup plus vite et donc il faut se rendre aussi introduit des différences dans l’expérience client qui sont fondamentales en france je vais demander plein d’informations je vais demander les relevés de compte en italie j’ai juste l’information je caricature mais juste l’information la banque d’italie et ça me suffit et justement est ce que là on s’est placé du côté utilisateur mais du côté de la banque est-ce que donc il ya en fait finalement moins de risques pour la banque d’être en italie que d’être en france parce que finalement si l’italie a déjà tout sur toi en tant qu’utilisateur en france à chaque fois il faut demander des documents peut-être qu’on fait les falsifier enfin c’est peut-être un peu plus facile du coup de passe et autres assure que quand ya pas de fichier positif c’est plus facile de frauder donc du coup ça t’oblige toi en tant qu établissement à avoir des règles et des contrôles qui sont bien plus dense que dans un autre pays oui c’est certain et est ce que ça pourrait presque impacté le pourcentage finalement entre les banques à chaque fois on vous prenez potentiellement un pourcentage pour justement et c’est le couvrir le risque exactement est ce que finalement le taux peut être plus bas dans des pays comme l’italie qui centralise tout et ça pourrait après ça dépend encore une fois du marché dans la logique de marché en italie les taux sont bien plus élevés mais aussi parce que ça ne tient pas qu’à ça ça tient aussi à l’économie du pays tu sais qu’en gros globalement ni en italie c’est moins solide que la france donc forcément tu as tendance à gonfler ton tôt pour pouvoir couvrir un risque futur que tu sais pas programmé par rapport à la france qui est un pays plus solide par exemple donc voilà donc on a des on a des utilisateurs différents évidemment on a une une régulation bien plus strictes sur pas mal d’autres secteurs avec des banques qui choisissent en fonction du pays les règles qu’elles veulent imposer et on a des outils qui sont dispensés par les banques qui sont tout à fait divers et variés et qu’ils ont plus ou moins puissants donc forcément en fait l’ensemble des établissements de crédit classique quand ils vont se développer à l’international choisissent une implantation locale parce que l’implantation locale est te permets de bénéfices des outils parce que ta relation avec les banques est plus sympa et aussi parce que souvent les banques centrales te dis si jamais tu veux avoir accès à cet outil il faut que tu aies une succursale en local le deuxième point c’est que en fait tu te rends compte on parler de tas de documents divers et variés pour pouvoir vérifier que marcel et il est solide la fiche de salaire en france c’est pas du tout la même gueule que celle d’un en italie et donc du coup il faut des experts en fait des documents et sur des tâches opérationnelles comme ça tu es experts il n’ya pas voilà il ya pas d italiens analyse de crédit tu vas pas en trouver beaucoup à paris donc pour trouver ces gens là tu es obligé d’être dans le pays et le troisième point c’est que on s’en est rendu compte les italiens ont très peu de volonté d’aller en ligne donc si jamais tu veux trouver des relais de croissance il va falloir grenouille est un peu dans le pays pour comprendre comment est ce que tu veut distribuer et ont produit donc en fait avoir une présence locale c’est essentiel mais le problème de cette stratégie là c’est que alors pardon j’anticipe la prochaine slight parce que je la connais un peu quand même la presse ça se voit très vite du coup la différence c’est à dire on se retrouve dans une logique où chaque pays est un peu autonomes et on a une différence qui est fondamental sur toute la ligne c’est à dire en fronton en middle et back office tu as des différences fondamentales et ça se voit très vite quand on regarde ne serait-ce que les trois hommes pitch de cetelem en espagne france et italie voilà il ya toujours le petit bonhomme vert et ce code couleur mais globalement tout les hommes pêche sont différentes alors que chez nous par exemple toutes les enquêtes se ressemblent donc quand en frontal or ce n’est pas le plus le plus compliqué tu as de la différence comme ça c’est juste pour vous donner une idée de la différence qui peut y avoir derrière mon bac et donc du coup ce qui se passe c’est que quand tu fais ça tu t’adaptes tu te sur adaptant locale donc tu as des délais de livraison qui sont hyper long pour monter un établissement de crédit les les grandes banques m un an plus d’un an pour monter ça les coûts sont élevés un t’as pas de mutualisation tec tap la de mutualisation métier et enfin l’idée quand même d’avoir plusieurs pays c’est de favoriser l’émulation il n’ya pas d’émulation parce qu’il a un pouvoir local qui est hyper fort et donc chacun est plus ou moins autonomes sur son activité donc nous on voulait éviter on voulait éviter de tomber là dedans et donc on avait on s’était fixé des challenge l’étiage qu’on s’était fixé c’est de lancer des pays beaucoup plus rapidement que ce que font les établissements classiques donc on s’était fixé quatre mois développement pour coast to coast avoir un pays a lancé on voulait créer cette culture d’entreprise internationale aussi et enfin assumer un rythme soutenu de deux pays par an donc c’était de sacré challenge et et pour répondre à cette ambition on avait mis en place l’organisation suivante donc fait on est parti avec un pays qui est la france qui avait à l’époque cinq ans d’âge puisqu’on avait lancé la boîte en 2010 même si opérationnellement été lancée qu’en 2012 on avait beaucoup réfléchi pendant deux ans au marché français et dans cette dans ce pays amiral tu retrouves des fonctions opérationnelles des fonctions support la tête le risque la rh et la collecte d’argent pour aller chercher de l’argent pour pouvoir financer à cette époque n’avait pas encore dans l’innovation produit dans la boîte ce qu’on s’est dit c’est qu’on allait monter une équipe internationale donc une équipe un peu en mode commando qui va regarder ce qu’on fait en france et qui ensuite va étudier les pays et va essayer d’ajuster à la marge juste sur ce qui est obligatoire donc on copycat la france et on a juste sur ce qui est obligatoire c’est le fameux point de régulation et donc du coup l’équipe internationale est chargé de faire ça donc la france peut continuer de bosser dans son coin elle fait son effet son business pendant que l’équipe internationale elles recrutent les équipes pour gérer le nouveau pays principalement au départ le country see you et après toutes les autres fonctions opérationnelles marketing commercial service client et va pas se porter ce qu’on fait en essayant d’être intelligent sur la régulation et sur le reste hop on copycat ont fait pas d’adaptation ça ça nous a permis cette organisation d’être oui très rapide donc il ya eu un gros succès là dessus puisque on est arrivé à faire quatre mois de kout est donc le premier pays a été plus lourd mais petit à petit on est arrivé à streamliner le délai est neuf mois de délai au total avec le recrutement des équipes donc en neuf mois on était capable de lancer un pays donc là on était au top nos actionnaires nous c’est super on va envahir l’europe c’est extrêmement courts neuf mois pour lancer même un produit en plus ce qui est dans le secteur un peu bancaires assurances et crédits c’est fou voilà plupart des gens nous disaient que c’était impossible et pourtant l’a fait et on l’a fait alors et c’était super ça nous a permis de valider le truc ça nous a accompagné notre développement on a été plus rapide nous a permis de lever des fonds aussi en apportant des promesses à nos investisseurs mais parce qu’il ya toujours des mais il ya deux principaux problèmes qu’on a rencontré le premier c’est la plateforme fronde commune fait que petit à petit ont creusé la dette utilisateurs on faisait des sacrifices sur des trucs qui était pas la régulation qui étaient plutôt des attentes des consommateurs et on se rendait compte petit à petit qu’en fait on pouvait en faisant ça on se coupe et du business et ça en fait ça a été aggravée par le fait d’avoir une plateforme texte spécifique c’est à dire qu’en gros on avait comme on n’avait pas philosopher la boîte comme étant une boîte globale en étaient à leur mode prêt d’union c’est bon on a 45 milliards de marché devant nous donc on peut y aller on va s’auto satisfaire de la france tout a été bâti dans cette logique là de se conformer à la france donc le système en fait n’étaient pas capables d’absorber des dérives des dérivés finalement de ce qu’on avait bâti et donc en fait pour aller vite on a pris le parti de bâtir un nouveau système en parallèle donc une nouvelle plateforme tech est en fait à chaque nouveau pays on apprenait est donc en fait le pays d’après c’était une nouvelle plateforme donc en fait on est arrivé après l’espagne à avoir trois plates formes tailles différentes et quand on voulait faire une évolution qui était intéressante pour tous les pays parce qu’on avait réussi à faire cette émulation entre pays on devait la développer trois fois donc en fait on se retrouvait si on voulait lancer d’autres pays on devait recruter d’autres textes ouais et on le sait aussi un turnover dans la tête donc dès qu’il ya des textes qui partait sur la plateforme la plus ancienne ça devenait du legacy ou personnes voulaient le toucher face à felipe tous connus donc donc on s’est dit ok c’est super ça nous permet de valider qu’il ya un intérêt au niveau international on est capable de le faire vite mais maintenant il faut qu’on n’exclure notre modèle qu’on construise la plate forme pour pouvoir absorber maintenant les nouveaux pays de façon beaucoup plus simple et rapide parce que là vraiment fait finalement c’est comme si vous aviez plusieurs produits au final vraiment séparé presque distincts battu twitter ouais à terme tu pourrais dire tu as le rachat de crédit et le prêt personnel qui sont des produits en tant que tel et puis après tu multiplies du factory s’est produit par le nombre de pays et après je reviendrai sur autre chose qui a encore rajouté de la complexité là depuis deux trois ans mais j’en parle pas encore donc voilà donc on s’est dit ok bon là on sait bien on a validé des choses mais si on veut continuer il faut qu’on ralentisse le rythme c’est pour ça que voilà aujourd’hui au bout de quatre ans de développement international n’a fait que cinq pays parce que là c’était le temps de se reposer de rebâtir sur des bases solides pour pouvoir lancer des plus petits pays comme la belgique la lituanie des trucs comme ça où la taille critique du pays est pas suffisante pour absorber les coûts le deuxième le deuxième truc qu’on a appris de ça c’est la création la culture d’entreprise donc nous ce qu’on voulait c’était vraiment favoriser les échanges l’émulation et faire en sorte que tous les pays s’apportent mutuellement donc ça ça a été un succès parce qu’en fait on a et j’ai un exemple je parlais du bang rider donc cette fonctionnalité où je vais demander à marcel de me filer son mot de passe et son login bancaire flippant quand on parlait de ça on s’était dit ok c’est l’avenir il nous faut c’est donner un format numérique pas ça va vous permettre d’opérer les scores de façon plus rapide de faire des audits du conte de marcel et c est en fait on se disait on est un peu frileux on pensait que les gens ne le ferai pas et donc en espagne il voulait le faire parce qu’il nous en espagne tout le monde le fait c’est génial et toubon aucune donnée rien papa d’études utilisateurs les mais qu’ils y croyaient quoi et on leur disait bon ok bon d’accord on verra plus tard et à salé il était tellement agacé qu’on le fasse pas que finalement ils ont commencé à le faire avec qu’ils ont trouvé une boîte en espagne un partenaire local et puis ils ont commencé à appeler les clients et au téléphone alors dire bon ben nous on a un connecteur bancaire fils et moi votre mot de passe et votre login et puis on va récupérer vos données truc à larache total influents et en fait il avait un taux d’acceptation ce truc donc nous on mais après ça ils nous ont montré que ça marchait en étant un peu en mode en quoi tu vois le truc sorti de nulle part c’est la préhistoire ils se débrouillaient avec un actif technologique 0 et en nous montrant ça on s’est dit ok super ça marche faut qu’on y aille quoi et du coup on l’a 9 on s’est posés autour d’une table et on a réfléchi à comment on doit le monte d’un poids d’un point de vue technique et aujourd’hui on a on a 90 % des gens en espagne qui le font et on à 70% en france qui le font c’est juste monstrueux finalement c’était un mini putt fille ouais un poc allard a chauffé sur à partir de rien qui nous a poussés à aller plus loin quoi et du coup on a dans tous les pays maintenant avec des mecs qui croit dur comme fer et ils nous poussent ils nous poussent ils nous poussent et alors parfois on fait pas parce que c’était une bêtise mais parfois c’est génial et donc ça amène une émulation positive dans la boîte qui est monstrueuse en fait plutôt que d’avoir du coup un impayé autonome l’espagne il aurait réalisé techniquement leur truc mais il n’aurait pas pousser les autres pays à le comprendre du coup ça ça c’est génial finalement il ya des vraies initiatives qui sont prises de part les pays exactement walesa c’est l’intérêt de pas avoir un déploiement alors on était un peu forcé mais ne pas avoir tout fait depuis la france ça nous a forcés à embaucher dans les pays des dégâts assez solide en les conneries manager chez nous c’est des conneries si haut c’est des mecs qui ont 40 balais qui ont un tract corde à c’est assez fabuleux sont meilleurs que nous et comme ils sont meilleurs que nous ils ont plein d’idées ils ont envie de bourret et du coup en fait ça ne ça nous pousse nous aussi à être meilleur quoi donc ça c’était génial le point négatif c’est d’avoir des plateformes tech différentes on se retrouve avec parfois deux exemples mais la data et et les bases de données sont différentes aussi la façon de de nommer l’équipe y sont différents et donc les pays étant un peu souverain ils construisent leur propre qui piaillent est donc en fait c’est très difficile de comparer les pays donc ça tue tout de suite dans l’oeuf toute idée de comparaison et d’émulation vers le haut et les mecs te dise oui mais en fait ce qu’est piaillent s’il est différent de la france si la france est meilleur c’est parce que si et parce que ça il a toujours une bonne raison de se faufiler et de se défiler en fait est-ce que les raisons sont vraiment bonnes du coup est-ce que c’est pas simplement pour se faufiler ou est ce qu’il ya un an je pense qu’ils se rendent pas vraiment compte ils sont dans l’ordre sont dans leur jus tous les jours opérationnellement donc ils sont persuadés de choses et parfois c’est bien d’avoir quelqu’un qui vient de l’extérieur qui soulève un peu la tête et qui dit regarde là je vais te montrer avec des stats avec des chiffres que on est en train de se planter quoi et ça c’est quelque chose qu’on a qu’on a loupé au départ le troisième point c’est donc en collant j’y reviens c’est assez rapide mais voilà multiplicité des plates formes tech à maintenir égal 1 possibilité de lancer plus de pays et c’est pour ça je parlais en tout début de la presse de la plateforme tech unique puisqu’on est passé à ça maintenant et ça c’était essentiel pour pouvoir lancer plus de choses donc voilà donc on a vu tout ça on s’est rendu compte de tout ça en 2018 et c’est là qu’on s’est dit ok il faut qu’on change notre organisation enfin on a commencé en 2017 et donc on a installé une vraie organisation produit donc là la slide est un peu lourde mais je vais essayer de simplifier le propos globalement classique on a découpé toute l’organisation en futur team donc on a pris l’expérience client et à chaque futur team correspond à segment l’expérience client le mec arrive dans la boutique c’est le site web le mec doit faire sa demande c’est le formulaire la personne doit nous renvoyer ces documents complétion et c’est donc sur chacune ita detec cul etc et un product manager business honneur donc c’est un des cadres rouges passé en d1 d’équipé paul de cette organisation dans l’équipe hollande ainsi ce qu’on appelle le relais produit le relais pays pardon donc le relais pays c’est quelqu’un qui représente le pays qui doit converser avec les unit pour exprimer les besoins du pays je reviendrai sur ce rôle hyper important et le country launcher pour tout nouveau pays on a une personne qui va être responsable de ce lancement de pays donc revenons un peu sur les sur les différents rôles de l’organisation le rôle du product manager slash business honneur chez nous il est triple on va dire je caricature un peu mais il ya beaucoup de discovery énormément donc ce discovery va se faire parler coûte donc moi j’écoute les pays directement donc là c’est je passe outre le relais produits j’écoute le pays et j’écoute mon interlocuteur ce qu’on appelle le stakeholder métier j’écoute le client aussi ça c’est un des enjeux aussi je reviendrai là dessus de l’organisation donc j’écoute le client final écoute le marché bref j’écoute beaucoup et je regarde ce qui se passe je regarde où ça coince où ça grince et donc j’identifie là dessus des leviers des projets en fait pour améliorer et ses projets quand j’ai identifié je les vends donc je les vends au stakeholder des pays je vais aller voir l’équipe marketing de leur dire écoutez pour faire ce truc moi j’ai trouvé un une idée c’est ça et donc du coup le stakeholder du pays va dire oui ou non et de stakeholder du pays ça peut être le marketing le country ci-haut etc et une fois que j’ai récupéré les ouïes de tout le monde c’est bon je me lance en mode projet donc je fais l’expression du besoin si je définis le workflow je bosse sur le design du produit et une fois que j’ai un petit peu ma mon projet qui est quasi en phase terminale de vente je le lance dans les équipes tech avec le pendant du project manager chez nous qui est une sorte de product owner qui lui va s’occuper du delivery mais le project manager don qui on va dire il définit la vision il fait des idées il définit le produit avec le design et après ils filent tout ça au progrès le toner qui lui doit lancer le truc et donc il ya un producteur par project manager pascal nature sairgroup ans chez nous on les appelle des applications manager d’accéder product owner d’un public manager en application manager et les deux en fait fond le couple qui voit la définit la direction de la unit et après derrière une fois que le produit est lancé le project manager revient alors évidemment il ya jamais il disparaît jamais mais revient beaucoup plus fort et lui son objectif c’est de voir si ça marche faire l’équipier haye communiquer avec des pays pour dire voilà on a lancé ce truc c’est super ou alors j’ai trouvé des leviers pour améliorer voilà comment on va faire et clairement en fait nous on a délesté dans l’organisation du product manager lui à délester la charge de s’occuper des devs moi je trouve que l’application manager il a vraiment un métier de des veneurs signe souvent faire en sorte que l’équipe aille bien que les dogues se sentent bien et il rédige les user story ce genre de choses du coup il est entre le producteur et aussi le scrum master voir exactement côté social tautologie ok c’est ça donc ça c’est le rôle du product manager ensuite on a donc ce fameux relais produit donc l’heureux les produits donc il est essentiel et on s’est rendu compte de ça on avait besoin de ce rôle il est essentiel parce que le project manager parle pas forcément italien et project manager est pas tout le temps à rome dans nos locaux donc on a besoin d’avoir quelqu’un qui soit la voie du produit qui est basé à paris pour pouvoir faire en sorte que les équipes en local comprennent ce qu’on fait la roadmap et tout donc cette personne a c’est un peu elle un peu le cul entre deux chaises elle appartient à la fois l’équipe centrale mais aussi à l’équipe locale donc elle va s’occuper de faire en sorte que toutes les équipes soient à l’aise avec les produits l’homme boarding du produit le faire en sorte que le voilà les téléconseillers quand on leur sert un nouveau crm parce qu’en fait on fait tout in house on n’a jamais pris de trucs extérieur il ya pas de cette soirée tout ça donc on va faire de l’éducation sur nos produits et donc il va s’assurer que ça tourne bien et après il va collecter les feedbacks des équipements locales et souvent comme on a pas mal d’équipés opérationnelles parle pas anglais et tout donc on a besoin de cette interface italiennes ou allemandes et et donc du coup il va ramener un peu tout les besoins il va faire le cahier des doléances qui va ramener après derrière aux centrales et donc il est censé bien montrer c’est quoi la culture du pays qu’elles essayent quelle est l’actualité du pays et quels sont les vrais besoins du pays donc voilà il fait ce ce trait d’union on en revient finalement au premier nom de boîte entre un pays et le central et le produit aux centrales et dernier point donc sur le country band sera donc dès qu’on veut lancer un nouveau pays l’idée c’est d’avoir une personne qui s’occupe de toutes les études pré lancement qui va du coup labourer le terrain peut comprendre comment on doit faire les choses et qui va faire le chef de projet avec toutes les unit au lancement et cette personne va accompagner l’accouchement du pays comme une nurse en fait enfin le sage femme et elle va accoucher le pays et elle va accoucher du pays du bien et elle va en fait elle va accompagner le recrutement des premières équipes en local et favoriser cette aune boarding et cette montée cette montée en compétence des équipes locales pour pouvoir appréhender le produit qu’on aura monté du coup il a vraiment un rôle extrêmement important quand même évidemment le lacie loupé son truc qu’on va louper le pays ce qui est assez risqué ouais mais bon après il est souvent accompagné du country si haut qu’on va trouver en local qui sont comme je te disais des dégâts qui feint dégâts ou des nanas c’est vrai qu’on a que des gars pour l’instant qu’ils ont un certain track-record est une expérience très forte donc du coup le la personne quand elles arrivent généralement elle drague bien le truc typîque voilà et donc du coup je finirai sur le challenge parce que donc cette organisation elle fonctionne aujourd’hui mais demain on sais pas encore je pense qu évidemment on peut pas dire qu’on a trouvé le truc parfait on va devoir s’adapter et on a plusieurs challenge on a déjà l’idée que si jamais on n’a plus de pays ça veut dire plus d’interlocuteur donc comment on va gérer ça parce qu’il ya un moment donné où tu peux pas faire le discovery dans tous les pays tu va écouter tout le monde donc il va falloir trouver une nouvelle organisation ça serait sans doute une organisation en mode pub donc faire des pays à partir d’autres pays pour éviter d’avoir ou non plus une structure de coûts monumental avec des bureaux comme je disais en pologne en roumanie j’en sais rien ça c’est un premier point il ya un deuxième point sous jacent c’est la you there i search multi pays c’est hyper compliqué c’est pas quelque chose qui est dans l’adn de tout le monde que d’écouter d’utilisateurs et ce qui est intéressant quant à une boîte l’international c’est de comparer et donc pouvoir éviter le subjectivisme souvent ça c’est un des trucs horribles l’italien moi je me suis at on annoncé l’italie le mec il dit donc on avait notre batterie de l’e-mail transactionnel ça a l’air con ce que je te dis mais c’est voilà on se dit bah oui animal transactionnelles que le mec qui fait une demande d reçoit un e-mail qui dit merci de votre demande et l’italien me disais non mais ça sert à rien mais pourquoi fait pas les italiens nous on lit pas les emails mais doute tous les italiens ils disent pas les emails as tu sais nous on préfère les sms donc il me disait il faut des sms tout le temps partout je vais nommer c’est un cool et sympa c’est dix fois plus cher qu’un email ouais mais nous en reviendra jamais les emails bon donc du coup on a dû faire des tests et on lui a prouvé que les italiens relisez les emails et l’a fait bon d’accord je bien des emails mais c’est horrible parce que tu es tout le temps en train de te battre tu vois donc l’idée de la 12e reasearch et de la coordonner au point de vue international c’est de pouvoir justement comparé des usages en jambes et oui des italiens ils disent les emails comme les français donc voilà on avance quoi donc il va falloir qu’on organise ça et si on a plus de pays évidemment c’est un boulot un boulot de dingue il faut parler moi je moi tous les mois je me prends une demi journée une journée ou j’appelle des clients moi même donc il ya donc je me présente thomas ne dit pas co fondateur de la boîte dit à thomas études clients quoi d’accord et je me fais des discussions écrit qui ont donc tu quand tu fais ça sans fois dans la journée quand tu vas te prendre déjà il y en a au moins la moitié qui répondent pas donc c’est quand j’ai personne c’est du lait tout et tu fais dix fois le même numéro enfin bon et puis il ya sur la moitié que tu ailles en à la moitié qui t’envoient chier genre qu’est ce que vous m’emmerdez je suis au boulot et tout ça donc ça c’est hyper déprimant puis sur l’autre moitié allant à une moitié que tu comprends pas je les mets au téléphone ça marche pas grave c’est en obligeant les gens du sud est oui toi tu as perdu ton accent moi j’y arrive pas quoi bref et donc du coup par contre tu as des discussions hyper intéressante il ya des gars ou tu dis super il ya des nanas tu dis c’est génial ce qui est raconté ça donne la pêche et où tu ressors d’une journée comme ça tu peux te dire ça va être déprimant mais c’est toujours toujours hyper inspirant et mais je peux pas le faire en italie je parle pas italien je peux pas le faire en allemagne je me souviens de mes cours d’allemand deux camps se dote maintenant et c’était horrible tu es un des seuls qui s’est élevé un allemand du coup je n’ai pas fait mon père m’a obligé donc voilà et donc forcément il va faire qu’on réfléchisse à comment l’organisme deuxième point hyper important s’est il n’ya pas d’animation c’est united business solutions donc c’est ce truc dont je parlais maintenant on va parler à free qui va parler à des gros opérateurs de téléphonie mobile par exemple on va parler des constructeurs de téléphonie ordinateurs et cetera pour leur apporter des solutions en be to be ça rajoute un autre pays en fait ça complexifier encore plus le truc et c’est des écosystèmes bref c’est hyper complexe hyper intéressant mais c’est une nouvelle ligne est donc bientôt ce nouveau produit de btu ci qui serait lyonnais titre kotch la gelée bien écrit et est donc comment est-ce qu’on va déployer à l’international c’est un produit plus simple à déployer mais c’est une nouvelle arme dans chaque pays comment est-ce qu’on va organiser les pays pour qu’ils se saisissent du truc et qu’ils le distribuent voilà donc énormément de challenge c’est hyper enthousiasmant voilà moi ça fait dix ans et je continue de me dire tous les jours tu 1 c’est cool on a plein de trucs à faire je pense que c’est aussi dû au fait qu’on est sur les services financiers voilà comme je le disais auparavant plus c’est dur moi plus j’aime ça et je m’étais dit ça va être dur ça va être chiant c’est réguler à mort mais c’est super enthousiasmant de se dire comment est ce que je vais remettre du sens client dans un truc où ils sont échappés des fois en fait on discute avec des juristes je sais pas si vous tu connais mais dans le crédit tâter le juriste way n’est peut-être pas dans le créditer aeg ou taux nominal ouais si faire la différence tu sais faire la différence alors non faire la différence mais en tout cas je connais les cylons le lycée hyper compliqué personne ne comprend qu’il ya deux taux qu’est ce que ce taux est qu’est-ce que ce taux donc ça se dire je vais essayer de faire en sorte que les gens à la fin le comprennent moi ça me porte parce que moi même je suis passé par là quoi je sais que c’est infernal donc je trouve ça cool je trouve ça cool et voilà qu’en fait c’est fini c’est fini non mais je voulais finir en disant que et ça c’est un peu d’auto promo mais on est tout le temps en train de recruter on est tous en train de chercher des gens donc faut pas hésiter quoi ceux ci ça si ça excite ça vous excite comme moi ça m’excite surtout l’avenir c’est quand même un sujet peu sexy il faut se l’avouer totalement totalement et pourtant quand tu le tu en parles ça rend la chose vraiment produit au final c’est quelque chose de plutôt sexy plutôt toi tu vois par exemple j’ai un énorme fan de musique cinéma et tout ça quand j’étais étudiant je voulais travailler dans le cinéma dans la musique c’est ça qui me faisait qui fait aujourd’hui j’ai spotify je suis un gros fan de spotify la grande idée pour eux et tous etc mais c’est trop facile c’est plus difficile d’aller dans un truc ou sap a été labouré ou où il ya vraiment des challenge hyper dense et et tu découvre tous les jours des trucs qui était tellement loin de toi et ça moi moi ça m’excite il faut des gens qui aiment le challenge mois encore une fois si tu me dis tu le feras jamais tu y arriveras jamais c’est ce qui fait que je vais bosser comme un âne pour pour te prouver que je vais le faire quoi tu vois quand c’est trop facile j’ai tendance à me reposer donc donc voila et je pense que ça a été un des trucs qui nous a tous excités quand on a monté cette boîte c’est de se dire quand avec tous tes potes qui te disais mais qu’est ce que tu fous et moi ça me rend encore plus ça m’a encore plus malade quoi j’ai vraiment envie de prouver à tout le monde que ouais on va y arriver quoi surtout que tu viens pas du tout du milieu comme tu l’as dit c’est c’est fou c’est pas mon truc j’aime pas ce à quoi s’est et je suis content de posséder un financier de pouvoir être en tee shirt et en baskets ces start-up nation mais bon moi j’ai toujours été en tee shirt et en basket avant je bossais dans le e-commerce avant de monter cette boîte et j’étais en tee shirt et baskets j’ai jamais pu me conformer à ces codes delà de la finance quoi et si pour moi justement est ce que t’as pas eu des mauvaises expériences par rapport à ça parce que c’est à dire des personnes qui regardent un petit peu bizarrement parce que tu étais un petit peu externe à ce milieu là tu arrives avec tes propres codes finalement non j’ai jamais j’ai jamais connu ça parce qu’en fait il il s’agit juste de se mettre à la hauteur des autres aussi alors quand je dis quand tu dis hauteur c’est très verticale mais je pars d’horizontalité c’est à dire on vient de milieux différents mais quelque part en fait si tu simplifie ton discours on a tous été enfants donc je veux dire on comprend tous des mots simples donc parlons simple et puis les gens en face ils te regardent différemment donc c’est sûr que quand on est arrivé on a plein de gens dans le milieu qui me disais bon bah vous allez jamais y arriver c’est pas possible votre truc ça marchera pas et aujourd’hui on voit qu’on fonctionne très bien avec eux et on embauche des gens qui viennent du secteur bancaire et qui tombe qui tombe la cravate et ils sont hyper content en fait pas son affaire content ça peut être différent parce que ce que je vois c’est que c’est toutes ces boîtes l’aller fintec dont on est sur des marchés hyper régulier c’est pas très sexy mais toutes ces boîtes qui se monte et qui sont en train de prouver que ça peut être ça peut être sympa on peut être sexy ça peut être simple lydia ces voix là c’est un truc tout le monde utilise aujourd’hui c’est super simple donc on prouve que ce marché peut devenir sexy et ce qui est bien c’est que c’est toutes ces boîtes là sont en train de faire en sorte que les banques changent aussi et il ya des trucs maintenant on fait un ton application bancaire je sais pas qui tu es mais elle évolue moi j’étais chez fortuneo n 26 et tout ça a débarqué avec un truc qui est génial mais un truc génial pour moi c’est que je perds tout ma carte bleue je la perds tout le temps donc je tout en flip est en fait je faisais opposition et c’était horrible pendant dix jours j’avais plus moyen de paiement je tombe au défi cp et a du coup faire juste tu vas sur ton appli tu bloques ta carte et tu la retrouves généralement trois heures après il fait un super jeu là des blocs sa fortune il l’avait pas n 26 est arrivé un an plus tard fortunio s’est retrouvée obligée de le faire quoi et je pense que c’est comme ça c’est avec plus d’acteurs plus de concurrence qu’on arrive à toujours innover faire quelque chose d’encore mieux et est ce que tu penses que justement les banques vont continuer d’évoluer au même rythme enfin est de plus en plus haut niveau produit parce que là il ya quand même des concurrents qui arrive que ce soit 26 que soirée volutes en ce sens ils sont déjà presque dépassé n 26 et presque dépassé déjà enfin je suis client n 26 le produit n’a pas évolué non il n’a pas évolué pourquoi parce qu’ils ont beaucoup de problèmes avec la législation avec la régulation ils ont voulu aller trop vite et sont pas mis à se conformer à la régulation donc ils sont obligés de rattraper le retard qu’ils ont sur la régulation du coup en fait c’est un produit qui n’évolue plus c’est pour ça que c’est pas facile en fait c’est tu deviens très vite gros il vient très vite gras et très vite et non pas du tout diriger et très vite eu peu plus évolué et on le voit les banques elles évoluent oui mais très lentement donc ça laisse de la place pour toute nouvelle boîte et ça c’est un des gros challenge que nous on a s’il faut pas qu’on devienne gras faut qu’on continue d’être agile et pour être agile l’architecturé technique elle est essentielle et c’est pour ça que souvent alors en tant qu’entrepreneur qui vient du business des fois tu allais tech qui disent non mais attends il faut passer 20 % de notre temps sur la consolidation technique l’architecturé toi tu comprends pas tu fais maintenant mais j’en ai rien à de ces 20% vas-y tu veux pas faire des trucs business un peu là pour qu’on gagne ça avance et sa gelée appris grâce à notre site y aussi un c’est non les gars faut qu’on arrête de cramer et qu’on fasse pas n’importe quoi parce que ça nous ralentit après donc ça fait du sens de passer un peu de temps au départ pour être sûr de pouvoir continuer à évoluer et d’éviter d’avoir cette trop gros steak d’être technique en tout cas savoir qu’on a c’est d’être techniquement ça c’est le plus important d’ailleurs n’hésitez pas sur twitter à poser des questions actuellement on a des questions il ya hadrien qui te pose la question est ce qu’il ya des comportements très différents dans les administrations étrangères ou la licence fonctionne de manière assez similaire alors c’est pas facile de répondre à ça [Musique] je suis pas dans le local et je suis pas confronté à égal dans chaque pays je le vois en france non c’est un peu pareil hein les retours qu’on a des pays c’est la loi et la loi il faut se conformer très rapidement et ils vont chercher ils sont bons un cd des auditeurs ils vont gratter tout ce qu’ils peuvent il rencontre tout le monde dans la boîte pour essayer de comprendre comment ça fonctionne et ils le font dans tous les pays et des clients dès qu’il voit un truc il leur montrait rapidement on a des rapports comme ça de chaque de chaque à ses pairs locale et non je pense pas qu’il y ait vraiment de grosse différence c’est pas parce que c’est des italiens qui sont plus voilà que des allemands non je pense que il recrute que des gens qui sont hyper certes et j’espère qu’à et et les mecs sont là pour que ça pour que sa fille ce droit droit exactement il ya même du qui te poses la question développement en europe pour l’instant avez-vous des réflexions pour sur d’autres pays d’autres continents du oui j’imagine je peux parler de l’europe les réflexions qu’on a eu entouré ces derniers temps la roumanie gros challenge les roumains parce que en fait la bancarisation en roumanie est très faible donc les roumains ont beaucoup de d’argent en monnaie quoi ce sous leur matelas on va dire quoi c’est à la vieille on voit vraiment comme l’ancien temps avec un exutoire qui un peu c’était ce à quoi on avait on a regardé la belgique aussi complexe aussi à cause des multi langues la pologne aussi aimé on s’intéresse aussi aux nordiques ce bon bref on regarde tout ça avec un peu de distance puisque on a maintenant ce truc web baisse avec le ‘b to b’ comprend pas mal de place et sur les autres continents on sait on a déjà évoqué l’afrique parce que il ya peu de concurrents en tout cas on voit souvent justement des initiatives à propos de l’afrique parce que vraiment il ya pas mal de faire un petit peu mais dans l’est dans le milieu bancaire c’est hyper chaud hein c’est on a besoin de tous ces contrôles et tous et le calcul du riz c’est compliqué c’est un d un des freins au développement d’une boîte comme celle ci c’est pour ça qu’on développe d’autres produits maintenant c’est pour pouvoir justement attaqué d’autres marchés et posé notre pied dans un autre marché sans prendre un risque sur le risque sur terre si jamais je finance donc imaginer ça marche je trouve plein de gens et tout je fais 10 millions d’euros par jour et en fait deux ans plus tard paf il ya personne qui rembourse parce qu’on s’est planté on a octroyé des crédits à des tas de gens qui pouvaient pas mais là tu coules la boîte donc on pourrait faire ça on pourrait prendre l’argent prend l’oseille et tire toi c’est pas notre eau notre philosophie on entend une marque sur le long terme donc j’imagine en tout cas tu dirais pas de vente which non non et justement là dans d’autres continents parce qu’on ya aussi l’asie les états unis est ce que c’est quelque chose aussi qui peut être intéressant est ce qu’il ya déjà énormément de le marché déjà saturé par rapport à ces crédits conso où ça fonctionne complètement différent comment par exemple que tu connais plus les états unis clasique ouais les états unis donc c’est on s’est inspiré du modèle américain pour s’installer en france les états unis ça marche et monumental déjà ça c’est un premier point qui fait que les acteurs américains peuvent besoin de sortir de leur marché ils ont déjà un truc monumentale à aller chercher et ensuite les américains vivent à crédit globalement beaucoup plus que les européens là-bas le rachat de crédits c’est un truc de malade puisque tout le monde a au moins dix quinze crédits en portefeuille donc ça marche hyper bien parce que tu peux toujours faire de la consolidation etc etc etc un marché hyper 1 à guichen j’ai envie de dire donc c’est enfin je me prononcerai passé il ya déjà des acteurs mais je pense que d’être sur l’europe c’est tellement plus contrôlés que ça nous force à être bien meilleur et donc potentiellement on pourrait avoir un actifs technologiques qui seraient bien meilleurs que ceux de nos futurs concurrents aux états unis on voudrait on pourrait on pourrait y aller l’asie s’est encore ses complexes l’asie c’est complexe entre la chine et puis tu vois des trucs la thaïlande enfin singapour tout est différent je connais pas assez pour pouvoir dire quoi que ce soit mais il ya francky qui est qui te pose une question et ce sera la dernière puisque on a dépassé un petit peu du temps et qui produit dédié pour unité de business solutions est ce qu’il ya une équipe produit qui est dédié pour unité de business solutions alors non les product manager chez nous la présentation était axée sur l’international elles vont travailler à la fois sur le bitoux si united crédit et vont travailler aussi sur le ‘b to b’ donc on est en train de trouver une organisation qui fait qu’on a une équipe de delivery manager qui écoute le client qui va un peu comme des costauds moeurs access manager ils vont remonter toutes les allées les besoins des clients et après ils vont aller voir un une personne aux produits qui sera un peu head of me to be qui va collecter toutes ces informations et ensuite va le déployer au sein de toutes les tous les project manager ce fameux country launcher va être finalement cette personne-là quoi bah écoute merci infiniment thomas c’est moi cette première de la saison 2 des webinars merci à tous de nous avoir suivi sur twitter et on vous dit au mois prochain bonne journée bonne journée

Leave a comment