Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Quel pays a la plus grande inflation ?

Quel pays a la plus grande inflation ?

Qui s’enrichit avec l’inflation ? Les « gagnants » sont ceux qui ont accès à ces liquidités surabondantes : les banques, les assurances (et réassurances), les opérateurs immobiliers, les fonds d’investissements, les fonds spéculatifs (ils ne se sont jamais portés aussi bien), les (grandes) entreprises dont le taux de rendement est supérieur à l’ …9 janv. 2022 Qui profite de linflation ? – L’inflation profite à ceux qui peuvent emprunter à des taux de faveur et, si possible, inférieurs au taux d’inflation : – La capacité d’emprunter est cumulative, et dépend déjà de la capacité antérieure d’emprunter. Ce qui confirme précisément le proverbe populaire bien connu : « On ne prête qu’aux riches ». Pourquoi France inflation plus faible ? Le rôle de l’énergie nucléaire La flambée des prix du pétrole et du gaz a moins touché la France car elle dispose de l’électricité provenant du nucléaire : le pétrole et le gaz naturel représentaient 45 % de ses besoins contre 41 % pour l’atome en 2020.13 août 2022 Quelle est la vraie inflation en France ? En France, elle oscillait entre 0 et 3%, voire 4%. Parfois, comme en 2015-2016 et lors de la récente pandémie, elle a même été nulle, voire légèrement négative. Depuis l’été 2021, l’inflation a brusquement augmenté.9 sept. 2022 Pourquoi l’inflation est plus faible en France ? Le rôle de l’énergie nucléaire La flambée des prix du pétrole et du gaz a moins touché la France car elle dispose de l’électricité provenant du nucléaire : le pétrole et le gaz naturel représentaient 45 % de ses besoins contre 41 % pour l’atome en 2020.13 août 2022

Pourquoi il y a de l’inflation ?
Où placer son argent en cas d’inflation ?
Comment se protéger de l’inflation ?
Où placer son argent en 2022 inflation ?
Qui profite de l’inflation ?
Quand l’inflation va s’arrêter ?
Où placer son argent en temps de guerre ?
Quel est le but de l’inflation ?
Comment éviter l’inflation ?
Quelles sont les 3 causes de l’inflation ?
Quelles sont les conséquences positives de l’inflation ?

Pourquoi il y a de l’inflation ?

Les principaux facteurs structurels en faveur de l’inflation sont : l’effet de “la loi de l’offre et de la demande”. La pandémie a affecté les modes de vie et de travail et elle a modifié certains besoins. Les achats de certains produits (biens informatiques et électroniques, matériel d’amélioration de l’habitat, etc.)9 sept. 2022

Où placer son argent en cas d’inflation ?

Une autre manière de préserver son capital des mouvements inflationnistes est d’investir dans l’immobilier. Les solutions locatives comportent des conventionnements de loyers sur l’inflation, et notamment sur l’ Indice de Référence des Loyers (IRL) pour les dispositifs Pinel ou Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP).

Comment se protéger de l’inflation ?

Comment protéger son épargne de l’inflation ?

Où placer son argent en 2022 inflation ?

Le Livret A, “mieux que rien” Dans l’ordre des placements, le livret A arrive en troisième position, derrière l’immobilier et l’assurance-vie. En temps d’inflation, ce livret réglementé a toujours la cote : 23 milliards d’euros supplémentaires y ayant été déposés depuis le début de l’année 2022.6 oct. 2022

Qui profite de l’inflation ?

– L’inflation profite à ceux qui peuvent emprunter à des taux de faveur et, si possible, inférieurs au taux d’inflation : – La capacité d’emprunter est cumulative, et dépend déjà de la capacité antérieure d’emprunter. Ce qui confirme précisément le proverbe populaire bien connu : « On ne prête qu’aux riches ».

Quand l’inflation va s’arrêter ?

Mais quand cette valse folle va se terminer ? “Nous sommes au pic de l’inflation, elle va commencer à baisser en 2023”, a déclaré hier Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement. Une stabilisation à venir pronostiquée par de nombreux experts.29 juil. 2022

Où placer son argent en temps de guerre ?

Livret A, LDDS et LEP Les livrets d’épargne réglementée offrent plusieurs avantages. Ils sont sécurisés, défiscalisés, et leur liquidité est totale. Vous pouvez retirer les fonds à tout moment. Au 1er février, les plafonds de ces placements atteignent 22 950 € pour le livret A et 12 000 € pour le LDDS.29 mars 2022

Quel est le but de l’inflation ?

Une hausse globale des prix On parle d’inflation lorsque les prix augmentent globalement, et non uniquement les prix de quelques biens et services. Quand tel est le cas, avec le temps, chaque euro permet d’acheter moins de produits. Autrement dit, l’inflation érode progressivement la valeur de la monnaie.

Comment éviter l’inflation ?

Pour contrôler l’inflation, la banque centrale peut agir sur deux leviers : son taux directeur, ou la quantité de monnaie qu’elle émet. Ces deux instruments ne peuvent cependant pas être utilisés en même temps, toute variation des taux entraînant une variation de la quantité de monnaie, et réciproquement.

Quelles sont les 3 causes de l’inflation ?

Les principaux facteurs structurels en faveur de l’inflation sont :

Quelles sont les conséquences positives de l’inflation ?

Si l’inflation a toujours, à long terme, des effets négatifs, elle peut avoir, à court terme des effets positifs. ➢ Les effets positifs : – allège la dette des débiteurs (par exemple, celui qui a emprunté pour acheter un logement). – profite à ceux qui bénéficient de revenus indexés sur l’inflation.


on est à 10% d’inflation sur l’alimentaire avec des Records qui semblent assez assez stupéfiants puisque moi de juillet il y avait eu 2% d’inflation en un mois ce qu’on avait avant même pas en non puisque l’alimentaire augmentait peu depuis plusieurs années maintenant c’est en un mois de manger ça c’est ça c’est évident [Musique] cela fait plusieurs mois qu’il a l’air telle une Cassandre qui avertit dans le danger dont au départ personne ne veut se soucier l’inflation nous menace l’inflation va nous faire très mal l’inflation va appauvrir les plus modestes des Français et ben maintenant on y est et Olivier nous revient pour faire le point et pour évoquer un scandale celui des enseignes de grandes distribution qui en profite pour pratiquer dans certains domaines des hausses de prix énormes et injustifiable on a du mal à lire et à regarder les chiffres des glucides sans parler sont utilisés le mot de profiteur de guerre bonjour Olivier bonjour Alors tu continues d’avoir les regards rivés sur l’inflation en Europe et ça ne va pas très bien comme le montre ce premier graphique oui en effet alors ça fait ça fait un an qu’on parle de ce sujet là c’est bien de le rappeler on a vu qu’il s’aggrave au fil au fil du temps dans une forme d’incapacité ou en tout cas volonté de ne pas voir la réalité du problème c’est très drôle j’avais fait une petite une petite animation avec les prévisions la Banque centrale européenne dont le seul objectif c’est l’inflation d’avoir quelques spécialistes et qui trimestre après trimestre n’arrive pas à prédire elle dit oui un peu d’inflation parce qu’elle met sa vie de tomber puis à chaque fois ça monte ça monte c’est bientôt c’est bientôt pour éviter de voir d’ici quelques années ça va revenir à la normale on voit qu’ils sont complètement perdus et dépassés par par le phénomène donc oui ce qu’on voit évidemment une explosion des prix donc là des prix en Europe alors au fil du temps les écarts en plus entre pays divergent de plus en plus fortement on voit que l’inflation est maximale dans les pays baltes avec 25% d’inflation faut se rendre compte que c’est mais c’est quand même maintenant 11% d’inflation en Allemagne quand on sait ce que ça représente pour ce pays-là et la France est le pays qui a dans l’Union européenne le moins d’inflation avec 6%, on voit quand même que toute l’Union européenne reste supérieure à certains autres pays comme la Suisse qui est un pays bien géré je porte un des thèmes ou à qu’ils ont que 3% donc autant nous dire on peut rien y faire il est quand même pays qui arrive à faire quelque chose on peut dire quand on se regarde on se désole et quand on regarde les autres on se console puisque la France ça va un peu alors il faut il faut quand même mettre un bémol là-dedans c’est ça ce qui est le gouvernement sorte ou les quatre matins finalement pourquoi il y a il y a que 6% d’inflation en France alors que quand même énorme par rapport à ce qu’on a connu depuis des années pourquoi il y a que 6 par rapport au reste en fait c’est qu’il y a toute une partie de l’inflation qui a été transféré sur le budget de l’État parce que l’État a mis des chèques énergies pour essayer de limiter la hausse colossale de l’énergie et on estime que ça représente à peu près 3 points d’inflation en moins dans le pays et donc l’inflation en France normalement devrait être autour de 9 % si il se passait ce qui se passe dans la plupart des autres pays en d’un côté boss bon on peut dire c’est bien d’aider un peu les gens ça c’est sûr que vu les explosions qu’on a eu et qu’on va avoir à l’avenir sur l’énergie c’est quand même bien laisser limiter notre côté le fait que l’État se mette à payer d’énergie aux gens alors que normalement l’État c’est comme une mutuelle surtout les fournisseurs d’énergie d’une certaine manière c’est quand même à la charge de l’État je veux dire c’est c’est 20 30 milliards d’euros qui qui sont à la charge de l’État et donc ils vont grever les dépenses publiques le déficit d’une autre façon en particulier qui est quand même de taux d’intérêt mais ça c’est quelque chose qui va sûrement déclencher en 2023 2024 donc voilà je sais pas l’objet de la chronique donc là je vais pas plus loin mais il faut bien voir que voilà il y a pas de magie il y a pas de l’argent qui tombe du logiciel c’est aussi quelque part une taxation à venir de l’ensemble des Français sur ce sur ce point là alors il y a une inflation spécifique qui est celle des prix alimentaires dans la grande distribution et c’est de ça que je voulais un peu nous parler on a fait une grande analyse en plusieurs articles sur élucides et on s’intéressait à l’inflation sur l’alimentaire parce que l’alimentaire ça nous touche tout évidemment on sait tous rendus compte que en grande surface ça a pas augmenté que de 6% mais beaucoup plus et en effet déjà quand on regarde l’ensemble comment on le voit ici sur ce sur ce sur ce graphe l’ensemble des prix bah ça n’arrête pas d’augmenter on est à 10% d’inflation sur l’alimentaire avec des Records qui semblent assez assez stupéfiants puisque au mois de juillet il y avait eu 2% d’inflation en un mois ce qu’on avait avant même pas non non puisque l’alimentateur augmentait peu depuis plusieurs années maintenant c’est en un mois et on était encore même si c’est un petit peu baissé sur le niveau du mensuel on était presque 40% encore le mois dernier en plus de prix chaque mois on perd du pouvoir de manger ça c’est ça c’est évident alors tu as pris l’exemple des coquillettes justement oui oui non mais l’idée si tu veux c’est aussi bien de voir que ça touche beaucoup de choses et que cette inflation quand on dit là encore c’est 10% si on regarde que les produits alimentaires qui qui sont un peu stars qu’on achète beaucoup c’est 13% waouh ça commence à être gigantesque et on voit que cette inflation est aussi différenciée alors donc elle touche elle touche elle touche certains produits particulièrement voilà j’ai pris j’ai pris l’exemple des pâtes qui étaient précis de prendre les mêmes types de pâtes pour regarder ce qui se passe la même quantité et on voit que évidemment suivant qu’on soit dans les marques distributeurs ou dans des marques nationales ce qu’on appelle les marques reconnues qu’on trouve dans tous les magasins et bien il y a une hausse de + 30 à plus 100%. donc on voit que sur des produits voilà aussi symbolique aussi nécessaire en doubler et ça c’est ça c’est énorme et ce phénomène quand on le quand on le regarde alors là 10% sur l’alimentaire mais c’est plutôt 9% sur les marques nationales les marques connues mais sur les marques des des grandes surfaces des marques distributeurs qu’on appelle c’est la marque Carrefour la marque Auchan c’est plus 12% et sur les marques premier prix c’est 15%. donc autrement dit les produits qui sont le plus achetés par les gens qui ont le plus de difficultés à boucler les fins de moi les premiers prix en grande surface c’est plus qu’un pourcent pourquoi aussi parce que il y a pas beaucoup de marge sur ces produits là et comme la matière première augmentée l’augmentation est encore plus forte donc on voit que ça touche le pouvoir d’achat fortement et en particulier de ceux qui ont le plus de mal à boucler les fins de moi alors la question de l’inflation naturelle et des profits éventuels de guerre s’est posée elle a notamment mobilisé la commission économique du Sénat oui je sais pas si tu te rappelles mais au printemps il y a eu tout un débat qui avait été lancé d’ailleurs par Michel Edouard Leclerc on avait beaucoup parlé qui avait dit c’est bizarre moi j’ai des concurrents qui manquent beaucoup les prix ça me semble un peu louche et donc voilà vu le buzz et le Sénat c’est quand même en parler de la question et il a fait une une petite commission pour enquêter les résultats ont été assez intéressants ça concluait à l’époque c’était le mois de juillet que ils avaient pas vu de gros problèmes au niveau des producteurs au niveau de ceux qui font la nourriture mais que c’est vrai que parfois chez certains distributeurs évidemment pas tous mais chez certains il y avait ce qu’ils ont appelé des hausses de prix suspecte en se disant ouais c’est bizarre parce qu’on voit que la grande surface a augmenté les prix alors que son fournisseur n’a pas augmenté les prix donc à la page était plus cher les produits mais les vents plus cher donc évidemment augmentation d’aubaine on profite de l’atmosphère générale pour gagner plus d’argent pour en rajouter pour en rajouter un peu plus donc c’est quelque chose c’est quelque chose d’important et et qu’on va voir parce que c’est vrai que les gens se disent aussi oui mais enfin finalement ces produits alimentaires il coûte 1 euro 3 euros 5 euros c’est pas énorme donc je vais pas avoir de grosses différences finalement entre entre grandes surfaces et bah ça c’est pas c’est pas vrai et on va le voir un peu plus loin dans ce que je vais vous vous expliciter parce qu’on va voir qu’il y a de grosses différences en particulier suivant les enseignes et on a les noms et on va pouvoir vous donner de bons conseils pour faire des des bons choix et augmenter un peu votre pouvoir d’achat par celui-là alors ce qu’il faut comprendre c’est que les taux de marge brute sont très variables d’une catégorie à l’autre de produits il faut comprendre finalement comment ça marche la grande distribution c’est quelque chose d’assez simple en terme de en terme de business puisque en fait on a une activité qui consiste à acheter un produit 100 et à le revendre mettons 130 au client simplement c’est ce que ça fait la grande distribution ça ne craint rien ça se contente d’acheter de revendre donc quand j’ai acheté 100 et que je revends 130 les 30 on appelle ça la marge la marge brute en général c’est pour ça qu’on entend tiens il y a des marges comment ça se fait qu’est-ce qu’ils font donc c’est ce qui permet c’est ce qui fait le chiffre d’affaires la grande distribution de manière concrète alors faut faire attention c’est pas du bénéfice il faut pas dire là mais ils ont mis 30% de bénéfice c’est énorme non non pas du tout parce que finalement cet argent là sert à payer plein de choses ça sert à payer le loyer la grande surface assez rapide il est salaire ça sert à payer l’électricité qui coûte de plus en plus cher etc ça sert à faire un bénéfice à la fin sachant que sur le modèle la grande distribution il faut aussi savoir que le bénéfice est très faible généralement c’est à peu près 1% du prix qui est vraiment du bénéfice c’est pas beaucoup par rapport à plein d’autres secteurs mais comme la grande distribution elle vend le même produit plusieurs fois dans l’année au final elle a quand même à gagner de l’argent là-dessus c’est ça mais il faut dire que sur ce qu’on paye il y a pas une grosse partie qui va qui va c’est pas totalement pas du tout dans ses dans ces dans ces niveaux là alors qu’en fait en parlant des marges brutes il y a des des grosses marges des marges moyennes et des faibles marches et c’est quand même un écart important comment ça se construit justement alors ça on est au cœur finalement du secret de la grande distribution notamment c’est le cœur du business comment ça se construit ces marches généralement c’est secret on le sait pas il y a une fuite il y a quelques années qui qui a permis d’y voir un peu plus clair et on se rend compte que une grande surface ça fait de toutes petites marges brutes sur les produits qui sont très connus en fait les patates tartiner les boissons américaines sucrées ce genre de truc en fait voilà pourquoi alors pourquoi parce qu’en fait un on connaît on en achète souvent donc c’est le prix donc on connaît le prix on aime bien c’est plutôt quelque chose il est en train de m’avoir j’achète pas voilà c’est ce genre de truc donc on est très sensible on aime bien on regarde je sais combien ça coûte ça coûte moins cher ailleurs et donc quand tu en fait là je vais vraiment faire ça très très peu cher moi je peux dire aux gens et regardez il y a pas de marche tous les concurrents viens chez moi et donc on voit en effet sur ce sur ce petit exemple que Ben les marches pouvaient aller entre 3 et 9 % sur ces produits très connu une marque de café 3% de marche c’est très très peu en fait alors quand elle fait ça veut dire qu’en réalité on perd de l’argent là-dessus ouais ça dépend comment tu regardes en pratique en pratique on n’a pas perdu parce qu’elle a vraiment acheté 100 elle a vend du 103 mais c’est sûr qu’elle ne peut pas vivre si elle fait ça surtout les produits il faut à peu près en moyenne 30% hein c’est ça le le chiffre Moyen-Âge donc c’est évident si j’ai fait 3 % sur le café bah faut que je fasse 40 ou 50 % ailleurs sinon ça va pas sinon ça va pas le faire alors où est-ce qu’ils font des des grandes marges la grande distribution dans différents types de produits le premier plus important c’est ce qu’on appelle les marques distributeurs pourquoi il faut beaucoup de marge là-dessus et comment ça marche en fait la grande surface va directement négocier avec une PME qui fait les produits en disant bah voilà j’en prends une énorme quantité peut-être même que ça va être le plus gros client voir le seul puis tu mets ma marque dessus sur le produit puis je vais le vendre donc en fait ça coûte moins cher que si tu as demandé une marque très connue de faire le même produit donc le produit il est moins cher à l’achat comme il est moins cher à l’achat elle peut faire une grande marge et le produit restera quand même moins cher que la marque nationale qu’on trouve dans tout dans tous les magasins et donc ça lui permet de faire beaucoup de marge ici c’est ce qu’on voit sur le sur le petit schéma on voit que tous les produits comme si c’était un Franprix la marque c’est Leader Price et bien les produits d’empresse avaient avaient une grande marge pour pour finir elle fait aussi beaucoup de marge sur d’autres types de produits soit les produits qui ont plein de références alors les spaghettis qui va dans un magasin à 10 15 paquets différents spaghettis pourquoi elle nous embrouille elle parce que c’est bien pour la nature c’est bien pour la santé alors ça c’est un c’est un des combats de en particulier de l’UFC Que Choisir qui a été mis en avant alors quand tu appliques ça à des produits bio et non bio qu’est-ce qui se passe c’est assez intéressant parce que c’est pas une bien comprendre la problématique du système le premier c’est que si on prend l’exemple d’une pomme ici je prends une pomme conventionnelle bah elle coûte 1 €, on va dire que ils mettent 100% de marge et donc pareil j’en ai j’ai un euro de marge pour la grande distribution donc au total elle est vendue 2 euros le bio on sait que pour l’agriculteur ça coûte plus cher à produire donc la grande surface va l’acheter 2 euros qu’est-ce que fait la grande surface elle applique toujours le même taux de marge de 100% et donc à 100% sur deux bah c’est fait 2 euros de marge et donc la pomme elle coûte 4 euros elle coûte deux fois plus aussi à la sortie de la grande surface mais c’est là qu’arrive la petite réflexion le petit problème la marge ça sert vraiment à payer les coûts les charges de la grande distribution et la pomme qu’elle soit bio ou bio il y a les mêmes charges ça coûte pas plus cher les mettre en rayon ça a pas consommer plus d’électricité la caissière elle est pas payée plus cher parce qu’elle passe du bio donc en fait il y a pas de raison que la marge en euros ne soit pas identique et donc voilà que choisir alerte là-dessus et c’est de dire aux grandes surfaces mais engagez-vous à baisser votre taux de marche sur le bio pour qu’au total il est la même marge en euro sur les deux produits c’est pas c’est pas négligeable comme ils ont fait des calculs et ça permettrait de baisser le bio d’à peu près 30% au moins accessible à un moment où là aussi on va le voir bah le bio ça souffre beaucoup d’inflation parce que maintenant comme tout coûte cher et ben les gens ils ont du mal à se payer du bio et donc les ventes de bio sont en train de baisser ce qui déstabilise finalement toute la filière parce que peut-être que aussi la grande distribution se dit le bio s’adresse à une clientèle qui a les moyens d’investir dans l’alimentation et donc on peut augmenter les marges pour autant baisser les volumes égalité il y a pas tant que la santé ce soit aussi que pour aller que pour les cartes parce qu’après ça serait rien de dire ben regarde les cadres ils vivent plus longtemps que les ouvriers ouais bah oui mais c’est ce sont les limites justement c’est un vrai combat en fait c’est de faire ça et parce que derrière si tu veux les grandes surfaces elles essayent de nous dans ce déballage de nous embrouiller en fait de dire mais non mais moi j’ai plus que la même marge sur le bio et pas le même bio tu appliques le même taux de marge mais pas la marge en euros elle est évidemment plus cher et plus importante sur le bureau alors une loi votée en 2018 n’a pas vraiment arrangé les choses c’est la loi égalim exactement donc il y a toutes les chances que personne en a entendu parler et pourtant vous envoyez tous les jours les effets quand vous faites quand vous faites vos courses et ça c’est encore tellement kafkaïen qu’il faut qu’il faut expliquer ça aux gens c’est vraiment important on a on a ici le je pense un bel exemple du macronisme un triomphant et donc ils se sont dit en 2018 bon il y a un problème avec les avec les pour les agriculteurs pour certains producteurs sur tous les PME dont je parlais tout à l’heure ils gagnent pas assez d’argent on sait que c’est compliqué on a tous vu ces reportages d’ailleurs on est tous sensibles ce qu’on se dit c’est pas moi je vais acheter je vais acheter un peu de lait à 2 euros enfin je me rends compte que en tout cas moi l’éleveur il touche 40 centimes et puis crève de faim alors que s’il touchait 45 centimes ça serait vachement mieux il arriverait à bien se payer on se dit ou enfin pour 5 centimes moi je suis prêt à payer mon mon lait 2,05 centimes de 2 € si vraiment le type il vit mieux en fait c’est pas parce que dès que le prix monte tout ça c’est pas qu’à Paris par la grande surface par producteur par les intermédiaires ça va rarement au pauvre éleveur qui triment alors ils sont dit il faut faire quelque chose sur l’idée moi je suis d’accord enfin ça me semble très intéressant et là qu’est-ce qu’on fait nos génies politiques les types ils se sont dit ce qu’on va faire on va faire une loi qui va obliger les grandes surfaces à vendre plus cher donc c’est une loi qui interdit à une grande surface de vendre avec moins de 10% de marge brute la loi dit vous avez chez votre produit 100 vous êtes obligé de vendre 110 donc dans mon exemple café qui était à 3 % de marge d’oubli tout le reste tu oublies c’est 110 minimum on se dit waouh donc là vous êtes en train de faire une oie qui augmente les prix et donc le chiffre d’affaires donc bénéfice des grandes surfaces et puis il y a rien on va gaver les grandes surfaces et ça va ruisseler tranquillement jusqu’aux agriculteurs les impôts des milliardaires en fait oui ça n’a évidemment pas marché ce truc là attention si un truc au marché ça coûte plus cher donc en 2019 la loi est rentrée en vigueur en 1er janvier 2019 tout 2019 il y a une augmentation des prix qui a été relativement limitée pas plus de un peu plus de 1% d’augmentation de prix mais avant il y avait zéro ça va augmenter pas l’alimentaire depuis plusieurs années et surtout en fait ça a baissé 3% les volumes les prix augmenter les gens ont moins achetés des de ces produits alimentaires au final il y a eu encore une petite commission d’enquête du Sénat qui aime bien faire des petits tapis au gouvernement et puis qui a regardé vu qu’il a dit je le cite les agriculteurs n’ont pas pour l’instant et de la corinanime des acteurs ressenti un quelconque effet de la loi donc était étonnant mais l’argent il est resté il est resté bloqué au niveau des grandes surfaces il est pas forcément partie non plus faut pas le penser en bénéfice comme d’autres en fait comme ça à monter les prix de l’alimentaire bah ils ont baissé les prix d’autres produits et savons machin pour essayer tu vois de garder les gens de faire en sorte que ça attaque pas trop aussi le pouvoir d’achat de leurs clients parce que sinon ils vendent de moi donc il y a eu tout un truc tu vois complètement bizarre qui est venu et au final bah il y a pas eu du tout du tout l’effet l’effet escompté alors ce rapport du Sénat il évoquait les fraises gariquette exactement dedans il donne un exemple il donne un exemple assez rigolo donc je vous en parle il faut que ce soit un peu concret alors c’est pas généralisé enfin ça montre là encore que le truc il est complètement mal conçu qui ne comprend pas comment marche un secteur comment ça marche le le business alors ça donne un exemple d’une grande surface qui avait acheté des fraises Gariguette à 1,99 comme on le voit souvent alors en fait la grande surface acheter ça 1,99 au producteur et le vendait 1,99 € marge pourquoi parce qu’on appelle un produit d’appel donc elle mettait ça sur ses prospectus ta boîte aux lettres ouais 1,99 vient chez moi c’est pas cher et puis bon bah les gens ils sont sensibles ouais – 2 euros c’est un symbole j’y vais j’essaie d’autres choses j’achète évidemment d’autres choses où là il y a de la marge pour la grande distribution parce que quand on s’est tapé les rayers on va pas le faire juste pour une barquette de fraises alors la loi égali m’arrive normalement la barquette à 2 euros elle devait passer à 2 € 20 c’était ça la loi quel sera plus passée comme ça ça s’est passé comme ça dans une certaine grande surfaces mais ici dans cet exemple la grande surface elle a dit mais dans ta barquette à 2,20 €, moi c’est plus un produit d’appel les gens vont pas venir m’intéresse pas bon j’en veux pas tu peux tu peux les garder là le producteur son champ de fraise là qui va bientôt pourrir sur pied il était très embêté et donc au final la grande surface elle a fait pression sur un sur l’acheteur enfin sur le sur le producteur pardon pour qu’il baisse de 10% sont pris de vente et donc au final les a achetés 1,80 au lieu de 1,99 pour pouvoir le vendre au final avec la loi égalim avec les 10% de plus un nouveau patron 19 donc en fait on a fait une loi pour que le producteur est touche plus d’argent et au final dans cet exemple là il a touché 10% de moins donc c’est sûr que c’est jamais que ne voter plus rien laissez-nous tranquille merci regarde ça montre finalement mais tu vois cet exemple il caricatural c’est pas passé comme ça partout mais en général on a tous payé plus cher ça a complètement déstabilisé le marché et moi j’ai pas vu les agriculteurs vivre beaucoup mieux et ils le disent d’ailleurs sur ce sur ce point-là donc on voit qu’on est dans un système qui est qui est complètement pervers et que l’inflation évidemment attaque de plus en plus alors pour revenir justement à l’inflation constatée dans le secteur alimentaire ces derniers temps tu as toi-même fait un relevé de prix dans un casino et tu as découvert des hausses de prix très importantes on te février et juillet 2022 exactement on a joué un peu Sherlock Holmes parce que c’est bien de voir des chiffres sur l’Insee mais c’est mieux d’aller voir ce qui se passe vraiment au supermarché et donc oui on a regardé on a fait un relevé de prix assez détaillé sur plein de sur plein de sur plein de choses que quelques-uns vous en trouverez d’autres sur le site et lucide qui parle qui parle de ça mais par exemple j’ai constaté sur le paquet de riz tu vois qui est très connu beaucoup de gens achètent ah bah c’est plus 20 % quand même entre février et juillet 4 mois c’est ah oui c’est quand même robuste Laos un autre exemple la viande plus 27% encore d’impression annuelle quand même des gros écarts sur plein de produits je donne un dernier exemple les céréales du petit déjeuner aussi avec un des exemples plus 45%, le paquet en quelques en quelques mois donc on voit que c’est généralisé je vous passe pas les autres mais c’était pareil sur la farine c’était pas à peu près tout j’ai pas vu beaucoup de choses qui n’ont pas fortement augmenté c’est bizarre ce truc là par rapport à la statistique officielle dont on dont on dispose et tu te demandes est-ce que ce n’est que la guerre l’inflation le contexte international [Musique] je l’ai pas dit sur le premier graphique mais vous remarquez que la plupart de l’inflation elle est venue avant la guerre en Ukraine d’ailleurs mais oui c’est ce qu’on te raconte tu dis bon ok là ça prend cher quand même là l’inflation et je me mets à faire un petit comparatif non plus dans le même casino entre juju entre entre février et juillet mais au mois de juillet entre casino et d’autres enseignes et là je découvre des écarts surréalistes c’est-à-dire que le même paquet de riz vous voyez bah quand il était au prix que je voulais montrer tout à l’heure il est 76% plus cher que chez Edward Leclerc ça veut dire qu’on peut pas accuser un facteur extérieur en tant que tel on peut peut-être oui en partie mais tu dis ah c’est bizarre parce que là j’ai dans lequel ils ont pas monté aussi aussi fortement le prix là aussi vous trouverez d’autres exemples sur et lucide mais je vous en donne un ou cette fois j’ai fait un relevé sur plein de sur le même produit chez plein de distributeurs et là on voit des trucs quand même délirants sur un plat cuisiné en plus plutôt bon pour la santé c’est dont on disait tout à l’heure écoute à peu près 3 euros chez Leclerc il coûte presque 7 euros chez Casino ça fait 4 euros de plus chez Casino chez les autres concurrents et plutôt autour de 5 donc on voit que les écarts de prix sont ils sont surréalistes moi je dois avouer que quand j’ai commencé ce truc là je pensais pas qu’il y avait des écarts aussi importants je vais revenir tout à l’heure je vais vous montrer ce qui s’est passé depuis plusieurs années mais on voit qu’il y a vraiment quelque chose qu’il faut bien comprendre au niveau des enseignes et et et pour ça ce que je vous propose c’est de vous expliquer finalement comment marche la grande distribution en France au niveau de ses enseignes parce que il y a trois modèles que les gens ne maîtrisent pas forcément bien donc voilà c’est ce qu’on vous montre c’est ce qu’on vous montre ici faites toute la grande distribution en France c’est à peu près 10 groupes tu vas retrouver à peu près tous les grands magasins évidemment qu’on connaît tous et ces 10 groupes il se sentent donc en trois en trois modèles le premier c’est le modèle qu’on appelle coopératif donc pour faire simple c’est les voir Leclerc c’est les Intermarché c’est les Super U c’est à dire alors qu’est-ce que ça veut dire coopératif ça veut dire que quand tu vas dans un magasin Leclerc au Super U le magasin c’est la propriété de quelqu’un comme toi comme moi vas-y viens on se lance on fait notre supermarché on met de l’argent il faut un peu mais c’est mon super marché mais quand j’ai fait mon supermarché je vais dire bon je vais rejoindre un groupement et puis comme ça en fait je vais avoir centrale d’achat qui va me vendre des produits puis je vais marquer Edward Leclerc dessus mais c’est mon magasin et c’est je peux moi Théophile comme moi avoir un magasin et dans le club et il est à toi si derrière il y a de l’argent au final du bénéfice il est à toi c’est le premier modèle voilà j’ai mis une marque pour regrouper l’ensemble c’est des groupements en fait ça marche ça marche comme ça le deuxième modèle c’est le modèle coopératif non le modèle pardon c’est le modèle c’est pardon c’est le modèle intégré qu’on appelle et donc ça c’est les modèles de de Carrefour ces modèles d’Auchan c’est le modèle de casino quand tu vas dans un magasin ce magasin est la propriété de la multinationale en question donc tous les magasins Carrefour appartiennent tous à Carrefour ce sont des succursales qui sont détenus par cette motivationale qui d’ailleurs on a aussi à l’étranger qui est côté en bourse etc donc sur laquelle la pression actionnariale va être beaucoup plus forte surtout chez Carrefour et et Casino puisque là il s’est vraiment écouté en bourse donc il faut cracher cracher de l’argent évidemment que l’indépendant d’Intermarché il va quand même essayer de faire de l’argent mais il y a pas la même pression ça reste quand même quelque chose de patrimonial faut dire j’en perd un peu là je rentre après dans deux trois ans comme font des comme je veux faire des entrepreneurs le troisième point je vais passer rapidement c’était discounter évidemment c’est les Lidl c’est les Aldi alors ça c’était c’était un modèle vraiment différent c’est un modèle intégré à la base tout le magasin appartiennent aussi à la filiale façon filiale de la société allemande en l’espèce qu’ils a créé mais ce modèle un peu différent on sait qu’il y avait beaucoup moins de de type de produits vendus que c’était des plus petites surfaces ça cherchait à casser les prix en fait c’était ça dans les années 90 2000 2010 maintenant c’est en train de changer ils sont en train de monter en gamme c’est moins moins cher que que précédemment ça sera proche de modèles intérêts classiques il se peut que d’ici quelques années et plus que ces deux modèles qui soient les conséquences de ces modèles là allez conséquences elles sont elles sont elles sont importantes et on va le voir dans quelques minutes quand je vous présentez ce qui se passe au niveau des prix mais pour comprendre ce qui se passe au niveau des prix dans les anciennes il faut comprendre ce qui se passe maintenant avec l’inflation parce qu’on a quelque chose qui est pas nouveau il y avait ça il y a très longtemps enfin c’est sûr que tous ceux qui ont pas des chevaux blancs ont pas forcément connu cette période là passée alors comment on réagit les acteurs face à cette claque historique d’inflation les producteurs producteur il a pas beaucoup de choix quand tu es en train de faire le produit ta farine elle est plus chère tes produits dedans ils sont plus chers il faut payer un peu plus les salariés puisqu’il y a de l’inflation l’électricité ça a explosé bon bah donc il a augmenté ses prix ils ont pas fait que ça certains ont été beaucoup plus filous et donc faut quand même attirer l’attention des gens là-dessus est apparu ce qu’on a appelé le phénomène de shrink de shrinkflation Shrek c’est à dire avec rasé un peu tu vois être un peu plus un peu plus petit c’est à dire que en fait ils augmentent le prix de leurs produits mais ils mettent moins de produits dans le contenant donc en fait tu as l’impression voilà que c’est pas beaucoup plus cher voire que c’est moins cher alors qu’en fait le prix au kilo lui a augmenté donc là moi je vous ai posé cet exemple d’une boisson d’une boisson enfin en tout cas de lait maternisé comme important pour les petits bébés bah tu t’aperçois que au mois d’octobre le produit ben faisait 900 g dans sa dans sa boîte et puis maintenant c’est un peu c’est la même boîte ah mais il y en a plus cuisson 30 g dedans ouais c’est ballot et donc quand tu regardes la boîte au début elle était même moins chère à 830 grammes qu’à 900 maintenant elle est 5% plus cher qu’avant mais si tu regardes au kilo en fait le kilo mais il est bien 15% plus cher qu’avant 50 cl les petits trucs là maintenant c’est plutôt 33 centilitres ah ouais c’est le genre de truc et là tu peux plus comparer tu peux vu ce qui s’est passé t’inquiète pas c’est on t’a passé l’inflation en espérant que tu vois pas trop la différence en plus il la voit pas les différences simplement quand tu payes à la fin waouh puis à la fin du mois je comprends pas là je comptais aller au cinéma ou sentait que des amis bah c’est pas possible et plus l’argent donc c’est quand tu dis que des grandes surfaces par exemple elles ont monté leur prix et diminuer leurs assortiment c’est le même parce que qu’est-ce que tu peux faire quand tu es une grande surface parce que ton fournisseur t’a augmenté les prix bon bah donc tu vas devoir forcément toi aussi augmenter les prix il y a pas de choix si vous expliquer il y a pas beaucoup de marge net finale de bénéfice donc ils peuvent pas dire ouais non mais c’est bon je vais prendre des pertes pendant certains temps sinon ils sont en faillite tout de suite mais par contre ben voilà tu essayes de gagner de gratter par ailleurs et donc ce qui s’est passé en tout cas l’autre axe sur lequel ils ont essayé de jouer ce qu’on appelle la baisse des assortissements c’est à dire que tu as moins de type de produits différents tu as moins de code barre qu’est-ce qu’il y avait précédemment tu as plus de 15 paquets de pattes maintenant tu as peut-être que 12 puis tu as remarqué peut-être que le produit que tu aimais bien il y en a plus mais je comprends pas si j’ai plus cette marque là ouais tu as un truc qui ressemble mais il y a plus celui que je consommais depuis plusieurs années donc ce qu’on appelle les assortiments et donc ils ont baissé assez fortement les assortiment en tout cas ça fait moins de produits à gérer c’est plus facile de négocier tu vas essayer d’acheter un peu plus de l’autre produit de gratter un peu plus avec ton fournisseur mais tu vois c’est pas du tout anecdotique c’est 4% de de code barre en moins dans une grande surface c’est 6% dans un proxy le petit truc à côté de chez toi là pour le coup tu as dû voir qu’il y a vraiment des produits que tu aimais bien qui sont plus là donc voilà c’est pour essayer de gagner de cette façon là au passage mais après on voit que ça va créer d’autres problèmes du coup c’est plus vendu par le producteur donc ça va faire des pertes aux producteur donc ça sinistré un peu la filière de production et ça a peut-être faire des licenciements chez producteurs alors résultat des courses de toute façon c’est le consommateur qui s’ajuste en faisant lui des sacrifices c’est la principale victime de tous ces jeux là exactement parce que le premier truc quand tu vas dans ta grande surface tu as plus beaucoup beaucoup de choix je veux pas les négocier donc bah tu vas te prendre une hausse de prix assez importante mais il te reste quand même une quelque chose que tu peux faire c’est moins acheté ou acheter des choses un peu moins cher donc c’est ce qu’on constate sur sur le ce premier graphique on a en bleu les augmentations de prix dans les différents rayons des supermarchés passons c’est pas très intéressant mais ce que je voulais montrer c’était surtout l’orange c’est les volumes vendus et on voit que en particulier sur l’épicerie sur sur la crèmerie et ben c’est 3% de vente en moins 5% de montrant moins 6% de montant moins donc les gens achètent moins de de produits dans l’exemple ça a augmenté pour les eaux les surgelés parce que c’était le mois de juillet ici donc c’est normal il y a eu un boom avec la canicule mais le reste ceux qui sont comme des plus gros volumes ce sont des baisses de volume qui sont importantes et dans ce deuxième graphique évidemment j’achète moins mais je fais pas que ça on fait aussi ce qu’on appelle de la descente en gamme c’est à dire qu’avant j’ai acheté du bio mais j’ai plus de tout j’achète plus de bio j’ai du mal avant j’ai acheté la marque nationale qui est très connue bon je vais passer la mode distributeur c’est quand même moins cher avant je prenais la marque distributeur Carrefour je vais prendre le premier prix parce que j’ai pas le choix j’ai premier prix alors j’ai vraiment plus de choix parce qu’il s’est pris 15%, c’est ce qu’on voyait tout à l’heure donc là j’achète moi quoi tout simplement donc ce sont aussi des choix qui sont qui sont difficiles à faire ils sont vraiment au quotidien où les gens ben voilà c’est quoi bien sûr c’est clair alors tu as trouvé un moyen d’identifier de manière assez systématique et aussi suspectes de prix dans la grande distribution exactement c’est là où ça devient très intéressant vous allez voir pourquoi vous allez comprendre ce qui se passe que je dois avouer que moi j’étais très surpris de ce que j’ai de ce que j’ai trouvé j’étais resté sur un truc depuis que j’étais jeune ouais les grandes surfaces elles se battent elles te mettent les prospectus dans ta boîte aux lettres sur ces 2,10 c’est pas 2 euros 20 machines je me disais au final il y a pas très grosse différence entre entre les enseignes ouais on sait qu’il y en a qui sont un peu plus cher c’est quelques pourcents je veux dire si je prends la voiture que je fais 4 km de plus ça me coûtait plus cher en essence vaut pas la peine quoi en fait c’était vrai et ça n’est plus vrai et ça ça se voit sur ce sur ce graphique qui est très intéressant c’est un graphique qui montre l’écart qu’il y a de prix entre les deux enseignes et les moins chers et les deux les plus chers donc ça montre l’écart de prix à peu près qu’il y a entre les grandes surfaces et qu’est-ce que je vois en 2006 il y avait 8% des cas c’est ce que je disais 8% d’écart je prends un panier à 50 euros ça me fait 4 euros ok je passe c’est pas grave ça coûtait de chez moi je gagne du temps mais qu’est-ce qu’on voit que année après année évidemment en particulier avec les pressions actionnariales dont je parlais tout à l’heure sur les groupes côté bah c’est il faut plus d’argent il faut plus de cash sors et donc faut pointer les prix de plus en plus et donc le 8% mais il est devenu 10% il est devenu 13 %, 2015 pour cent au moins du covid il était à 20% des cas 20% ça commence à faire beaucoup petite ça baisse un tout petit peu quelques quelques mois pendant le covid et puis qu’est-ce qu’on s’aperçoit à la sortie du covid c’est exactement le moment où l’inflation démarre là après la petite roue vous voyez et on passe de 20% à maintenant 26% des cas donc en fait si vous regardez bien le bout de la droite vous voyez une pente en plus qui augmente très fortement c’est à dire que les écarts de prix encore augmenté pendant l’inflation bon les alarmes ça montre bien que l’écart entre grande surface a augmenté pendant l’inflation donc autrement dit ce qui était les plus chers ils ont encore augmenté plus que les que les autres ils ont profité ils en profitent évidemment c’est ce qu’avait dit le Sénat et on voit ici apparaître très clairement la chose puisque évidemment c’est pas ce qui n’était pas cher qui ont dit ah non je vous montre pas les prix c’est pas grave c’est quoi 10% de de 10% de hausse des fournisseurs je vais pas les répercuter non c’est délirant ils font faillite dans le mois donc c’est bien ça ce qui était cher sont encore plus chers donc ça montre bien qu’on arrive à des écarts de en tout cas ici de 26% dans cet exemple là qui est un exemple encore c’est une moyenne je vais vous expliquer pourquoi ça devient colossal là ça devient colossal et entre 100 euros et 130 euros ça commence à faire à faire cher et en fait c’est encore bien pire il faut savoir que ce qui n’existait pas avant c’est que maintenant tout est informatisé toutes les grandes surfaces sont informatisées et en fait il y a des sociétés qui font ces relevés de prix en magasin ou en drive puisque c’est sur Internet qui sont spécialisés là-dedans et donc en fait qui peuvent te sortir des statistiques maintenant extrêmement précises extrêmement robuste et surtout les produits qu’on a regardé j’ai pris tous les codes-barres je vous ai fait des moyennes et des comparatifs et on arrive à ce graphique qui est extrêmement important et qui vous montre quel est l’écart de prix entre enseigne c’est pas des niveaux de prix absolue ça montre que en moyenne quand les prix en France ont de 100 et bien chez Leclerc si on prend la courbe bleue dans les magasins chez Leclerc ils sont à peu près 90 chez Carrefour chez Auchan ils sont pas très très loin de 100 puis vous arrivez à ceux qui sont évidemment connus comme étant les plus chers les gens casino sont tous les monopriers les supermarchés Casino qui sont presque à 120 donc autrement dit vous retrouvez bien ce qu’on a vu précédemment dans notre analyse et bien 30% des cas et vous voyez qu’ils sont répercutés par enseigne donc c’est colossal le choix de ton enseigne un impact très important sur ton pouvoir d’achat quand on a de telles écarts qui sont plus les 8% d’avant qui sont maintenant les 30 minimum et bien ça veut dire que sur la plupart des produits que tu achètent c’est un euro ou 2 € de plus que tu donnes à la grande surface sur chaque produit tu en achète 20 c’est 30 ou 40 euros tu dépenses et puis c’est pour les actionnaires un Casino Carrefour rétroversi quoi des contraintes c’est à dire a priori on pourrait se rendre compte de ça et fuir toutes ces grandes enseignes qui qui profitent un peu trop de l’inflation mais il y en a il y en a que 10 ça profite pas que de l’inflation parce que c’est quelque chose qui était aussi avant l’inflation c’est vraiment la structure du marché qui est comme ça évidemment ceux qui sont déjà chers ils sont là ils en rajoutent un peu plus mais en plus regarde il y a quelque chose encore plus drôle parce que je vois pas être trop méchant non plus avec quasiment parce que je vais vous donner un très bon conseil si vous êtes client casino si tu regardes on range tu as la même chose qui n’est plus dans le prix dans les magasins mais c’est le prix en drive donc quand tu commandes sur Internet soit évidemment ce qu’on appelle drive donc tu as fait ta commande sur Internet puis tu vas aller le chercher au magasin mais tu mets là dedans aussi les grandes surfaces qui ont un système de livraison tu t’aperçois que dans la plupart des enseignes c’est le même prix il n’y a pas de différence entre le Drive et le magasin en moyenne sauf chez le groupe Casino auquel appartient à Monoprix casino Géant Casino et là tu vois qu’il y en ait carré énorme entre le magasin ce que j’ai relevé dans mon exemple précédemment le Drive et en fait ces gens-là sur le drive ils sont vraiment pas cher ils sont très peu cher c’est presque des comparateurs pour tout ce qu’il y a Charlie parce qu’il y a tellement d’argent en te tendant au magasin qui se disent tiens je vais gagner des parts de marché sur Internet sont très en retard sur la vente sur Internet et donc je fais des produits pas chers sur sur Internet et donc ça veut dire tout simplement que si tu veux gagner beaucoup d’argent en faisant tes cours j’ai casino fais-toi livrer vous allez voir que en ligne c’est beaucoup moins cher qu’en magasin alors il y a ça c’est un c’est une moyenne nationale vous trouverez sur elle lucide une analyse que fait un spécialiste de la grande distribution qui s’appelle Olivier d’auverte ça vous intéresse allez voir son site c’est vraiment très bien fait il a créé un district où il suit vraiment la moyenne pour les supermarché aux champs voilà ce que ça donne voilà ce que ça donne sur les Drive vous verrez il y a un graphique là-dedans que que vous trouverez sur hallucine qui vous montre le détail pour faire la aussi des des bons choix et ce ce truc là j’insiste bien c’est des moyennes contrairement à ce qu’on pense tous les magasins Leclerc ils ont pas les mêmes prix partout tous les magasins Casino c’est pas le même prix partout le même produit ils sont libres d’aller ajuster en fonction de leur contrat de financière et surtout surtout de la contrainte de concurrence tu t’aperçois quand tu es un supermarché qui a pas de concurrent aux alentours il t’en rajoute une bonne couche en fait de marge un magasin où il y a plusieurs supermarchés aux alentours dans la même zone il faut faire attention donc ils vont gratter un peu plus les marges donc quand on dit c’est 30% d’écart c’est la moyenne parce que si je prends le moins cher des Leclercs et le plus cher des casinos tu vas être à 50 60 % d’écart entre les deux donc on est sur des montants qui se répète pour les gens sont vraiment très importants donc c’est un vrai levier pour essayer de gagner du pouvoir d’achat bah c’est simplement en choisissant le bon le bon le bon magasin et donc j’en profite pour faire une petite une petite publicité là-dedans puisque en fait on a reçu elle fait une interview du du directeur de l’UFC Que Choisir et justement c’était très intéressant parce qu’ils ont fait un bel outil qui est gratuit vous pouvez aller le voir on vous mettra en description Le le lien de la vidéo et en fait vous allez voir supermarché par supermarché le niveau de prix qui est pratiqué parce que je vous dis ça dépend aussi de la densité en supermarché de votre de votre région donc vous tapez où vous êtes et ça vous montre au supermarché puis on vous diront vous verrez même comme dans ce petit exemple ce que ça donne par grand rayon en fait les écarts donc il y a des moyens tu vois de devenir un consommateur responsable de faire des belles économies très facilement en faisant les bons choix alors on a parlé beaucoup des stratégies de ces grands groupes pour gagner le plus d’argent possible mais tout cela se déroule sur un terrain où en fait les Français certains Français ont vraiment faim certains ne mangent pas à leur faim des famines ne mangent pas à leur faim bien sûr parce que on parle quand même de la nourriture des gens et c’est encore c’est un truc ça va pas te faire à la Une là chez cnews mais tu as en France un Français sur 5 qui ne mange pas à sa fin qui est obligé de se priver de nourriture pas parce qu’il a pas les sous pour faire pour manger comme il voudrait et ça c’est c’est la moyenne si tu regardes c’est un jeune sur trois c’est un employé sur trois c’est un smicard sur 3 donc faire les bons choix pour ces personnes là c’est c’est pas juste un petit plaisir en plus tu vois c’est pas le petit bonbon que je vais payer moins cher c’est vraiment manger à sa fin au quotidien et ça par exemple la question de ces marges excessives de ces marges il est très difficile d’imaginer quel sera portée à bras le corps par les grands médias et pourquoi bien sûr si tu veux ça aussi c’est quelque chose moi qui m’a qui m’a choqué comme souvent tu te rends compte quand tu es obligé de retrousser les manches puis d’aller creuser ça c’est un travail assez c’était des semaines de travail ça mine de rien tu arrives à la fin tu vois les résultats tu dis vraiment enfin bon ok c’est du boulot pour trouver pour faire comme quelques graphes sympas qui parlent aux gens mais c’est pas confidentiel tu les trouves ces données les données entre grandes surfaces là que je te présente tu les trouves pourquoi mes agents en fait pourquoi il y a pas un grand média qui m’a dit bah tiens regarde c’est cette marque là et puis tu regardes et puis tu dis ouais mais attends peut-être que la différence c’est que nous comme vous on est on est un média indépendant moi je peux dire ce que je dis sur casino et je peux refaire sur Leclerc je donne une information aux gens ce que les gens ne savent pas c’est que sur ce dernier dernier graphique c’est que la grande distribution c’est le premier annonceur publicitaire de France de très loin c’est presque 20% des dépenses publicitaires du pays donc c’est sûr que tu vas quand même pas trop de fâcher avec avec ces gens là donc tu vois ces informations qui sont importantes pour les gens bah tu as intérêt à voir quelques médias indépendants pour les tenir quoi donc c’est sûr que les gens il faut qu’ils soutiennent le média il faut qu’ils soutiennent les glucides on a vraiment besoin voilà de soutien financier d’abonnement pour qu’on vous donne ces informations qui vous qui changent la vie en tout cas qui vous aide sur votre sur votre pouvoir d’achat merci à toi en tout cas Olivier pour cet éclairage voilà ce que je peux juste dire une dernière chose évidemment qu’on est tous en train d’essayer d’avoir des abonnements surtout dans les temps qui sont difficiles si vous pouvez pas il y a un truc qui peut vraiment nous aider qui est extrêmement simple c’est au moins abonnez-vous à la chaîne Youtube c’est gratuit avec la petite cloche et au moins vous pourrez suivre nos publications nos vidéos c’est quelque chose qui nous aide énormément merci beaucoup merci bon toujours debout c’est fini pour aujourd’hui on rappelle que le média et lucide donc ne vivent que des abonnements et des dons de celles et ceux qui considèrent que le journaliste indépendant est important pour défendre nos libertés nos droits la démocratie et l’intérêt général si vous en avez les moyens sauter des pas soutenez-nous abonnez-vous

Leave a comment