Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Quel instrument est utilisé le chef de la batucada pour diriger ?

Quel instrument est utilisé le chef de la batucada pour diriger ?

Quels rythmes particuliers sont utilisés dans une performance de samba Batucada d’où ces rythmes Proviennent-ils initialement ? Première danse considérée comme authentiquement brésilienne, résultat d’influences des rythmes africains comme le batuque et le lundu et d’autres rythmes comme la habanera et la polka. Quelles sont les origines de la samba ? La samba (ou le samba) est un genre musical et un style de danse originaires du Brésil. L’origine de la samba remonterait au XXe siècle, dans les favelas de Salvador de Bahia, au nord-est du pays. À l’époque, c’est une danse de rue pratiquée par les esclaves africains venus des colonies portugaises.8 mars 2022 Où faire de la batucada à Paris ? Centre Paris Anim’ Solidarité Angèle Mercier L’atelier de percussions brésiliennes (batucada) a pour but de permettre à chaque participant, de trouver une place dans le collectif, en fonction de son tempérament, ses capacités, en choisissant un instrument, un rôle, qui contribue à l’exécution des musiques.13 sept. 2022 Comment Appelle-t-on les amateurs de la samba ? Les amateurs de samba sont appelés sambistes. Comment utiliser les boules brésilienne ? Lubrifiant : à placer directement dans le vagin, la chaleur du corps va faire fondre doucement la boule pour une parfaite lubrification en effet chauffant. Massage : Appliquer en massant délicatement la peau.Au contact de la chaleur du corps, la boule se dissout rapidement, libérant son doux parfum.

Comment reconnaître une samba ?
C’est quoi le mot samba ?
Comment s’appelle la danse brésilienne ?
Quel est le pays d’origine de la samba ?
Qui a inventé la samba ?
C’est quoi les boule bresilienne c’est ?
Quel est le vrai nom de samba ?
Qui a creer la samba ?
Comment Appelle-t-on les danseurs de samba ?
Comment utiliser les Brazilian balls ?
Comment utiliser les boules brésilien ?
Où est né la samba ?
C’est quoi les boules brésiliennes ?
Qu’est-ce que Brazilian balls ?
Comment utiliser les Brazilian Ball ?

Comment reconnaître une samba ?

La première qui vient à l’esprit est probablement la samba. C’est un genre musical provenant du Brésil et qui représente dans l’imaginaire collectif le carnaval de Rio. On la distingue avec des rythmes très rapide et c’est la samba « en couple » qui est (non exclusivement) une danse de salon.10 mars 2020

C’est quoi le mot samba ?

Danse de salon, d’origine brésilienne, de rythme scandé, de mesure à 2/4 ; air sur lequel elle se danse.

Comment s’appelle la danse brésilienne ?

La samba c’est la danse représentative du Brésil dans le monde entier. Elle est inévitablement associée au Carnaval et à Rio de Janeiro, mais ne s’y limite pas, loin de là ! Son rythme entraînant, sa musique caractéristique, ses costumes colorés sont symboles de fête.10 août 2015

Quel est le pays d’origine de la samba ?

La samba (ou le samba) est un genre musical et un style de danse originaires du Brésil. L’origine de la samba remonterait au XXe siècle, dans les favelas de Salvador de Bahia, au nord-est du pays. À l’époque, c’est une danse de rue pratiquée par les esclaves africains venus des colonies portugaises.8 mars 2022

Qui a inventé la samba ?

Donga

C’est quoi les boule bresilienne c’est ?

Mais c’est quoi exactement ? La boule brésilienne présentée sous la forme d’une boule pour le bain renferme en fait un lubrifiant intime parfumé ou comestible suivant le modèle. Originale, on la place directement dans le vagin et avec la chaleur du corps elle se dissout libérant le lubrifiant.

Quel est le vrai nom de samba ?

De son vrai nom Samba Tine, le jeune rappeur Samba ou Samba BG est seulement âgé de 22 ans.Il habite dans la banlieue dakaroise, plus précisément à Diamaguene Diacksao.

Qui a creer la samba ?

La chanson a été imaginée par Chiquinha Gonzaga, en 1899, c’est-à-dire à une époque où la samba, formée à Bahia, a déjà accompagné vers Rio les Noirs poussés par la crise du café. La samba va donner tout son caractère et sa force au carnaval.28 févr. 1983

Comment Appelle-t-on les danseurs de samba ?

Les amateurs de samba sont appelés sambistes. Emblématique du Brésil et du carnaval brésilien, la samba fait partie de l’identité nationale brésilienne.

Comment utiliser les Brazilian balls ?

6 Brazilian Balls “Menthe

Comment utiliser les boules brésilien ?

Lubrifiant : à placer directement dans le vagin, la chaleur du corps va faire fondre doucement la boule pour une parfaite lubrification en effet chauffant. Massage : Appliquer en massant délicatement la peau.Au contact de la chaleur du corps, la boule se dissout rapidement, libérant son doux parfum.

Où est né la samba ?

La samba (ou le samba) est un genre musical et un style de danse originaires du Brésil. L’origine de la samba remonterait au XXe siècle, dans les favelas de Salvador de Bahia, au nord-est du pays. À l’époque, c’est une danse de rue pratiquée par les esclaves africains venus des colonies portugaises.8 mars 2022

C’est quoi les boules brésiliennes ?

Boules Brésiliennes Saveur Fraise X6 Marque : Brazilian Balls Les boules brésiliennes sont une huile de massage relaxante pour la romance et la passion qui favorise l’excitation et l’intimité. L’huile glisse facilement et facilement sur votre peau.

Qu’est-ce que Brazilian balls ?

Description. Secret Play Brazilian Balls Mint 8g sont des boules brésiliennes lubrifiantes qui, grâce à la chaleur de la main et à l’humidité, fondent entre 3 et 5 minutes pour libérer un liquide qui lubrifie.

Comment utiliser les Brazilian Ball ?

6 Brazilian Balls “Menthe


[Musique] bonsoir à toutes et à tous nous sommes le mardi 27 septembre 2022 et vous êtes en direct sur le média je suis Jimmy sunly et comme chaque mardi soir ma présentateur d’un nouvel épisode de toujours debout votre nouvelle quotidienne politique et culturel en direct sur le média à 18h30 du lundi au jeudi et qui dit une nouvelle émission dire rodage toutes nos excuses pour l’absence des replay des deux premiers épisodes ani lundi mardi dernier parthéophile et moi-même nous travaillons ici toutes et tous dur pour vous offrir la meilleure expérience possible et nous vous remercions pour votre soutien soutien vital vous le savez car le média ne vit que par vos dons réguliers et vos abonnements abonnez-vous donc des 5 euros par mois sans engagement sur le média-tv.fr et ou devenez sociétaire de la coopérative du média vous êtes déjà plus de 9500 abonnés et à financer cette chaîne là où il nous faut atteindre rapidement la barre des 12500 pour faire perdurer notre nouvelle offre médiatique ambitieuse une diffusion continue de nos programmes rythmée 4 par 4 rendez-vous pardon par jour en direct toujours debout donc à 18 9h30 mais aussi nos flash info à 13 15 et 17h quant à moi je suis très heureux d’être ici face à vous ce soir sur ce plateau nombreux et nombreux face à vous je disais rendez-vous ce soir après une émission une saison entière placée sous le signe de la contrematale merci de votre fidélité il est 18h32 vous êtes en direction de média et c’est l’heure de toujours debout [Musique] c’est parti pour plus d’une heure d’émissions en direct ce soir nous vous proposons deux plateaux pour deux entretiens que nous espérons passionnants pour commencer je recevrai dans quelques minutes ici Raphaël Kempf avocat au barreau de Paris à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage violence judiciaire la justice et la répression de l’action politique aux édition la découverte et dans ce sens dans un second temps ma console Lisa lap apprendra ici ma place pour un nouvel épisode de l’instant Porcher mené pour la première fois en direct à l’occasion de la sortie de son livre dictionnaire d’économies thomas Porcher nous invite à se réapproprier l’économie avec ma concert Lisa d’autres sujets d’actualité seront abordés comme le fascisme qui menace sérieusement l’Europe de l’ouest via l’Italie ou encore le petit buzz médiatique déclenché il y a quelques jours par Thomas dans les Grandes Gueules sur Rmc au sujet des transports publics et des taxis mais avant tout ça je reçois un autre Thomas Thomas Dietrich président du territoire du média vous le connaissez et infatigable pour sa carte blanche [Musique] infatigable journaliste salut Thomas c’est vrai quand ça va comment tu vas peut-être un peu trop ta présence ici déjà tu vas bien j’espère en forme et toi on a toujours très bien alors je crois que savoir que c’est l’actualité autour de venir ici mais rien à voir avec le monte-escalier pour personne handicapées je crois non rien à voir alors peut-être que les escaliers vont l’amener jusqu’au palais de justice mais on ne sait pas encore parce que en fait c’est le coup d’envoi d’une saison bien particulière en France une saison qui n’a lieu que tous les 5 ans c’est la saison des scandales politico financiers ça veut dire qu’en général après une élection présidentielle bah il y a tout un tas de dossiers qui commencent à sortir et je pense effectivement avec les contes de campagne des différents candidats après présidentiel qui ont été déposés on va découvrir certaines choses très intéressantes et pas tout à fait légales et donc ça commence effectivement avec Valérie picresse donc la machine avait été enclenché déjà au printemps quand suite à une démission d’une conseillère régionale restauratrice par ailleurs Babette de Rosières qui avait positionner dit qu’elle avait organisé des événements avec le Conseil régional pour que Valérie Pécresse fasse campagne et que Valérie ce qui est un mélange des gens puisque Valérie Pécresse était à la fois président du Conseil régional d’Île-de-France et aussi candidate de la présidentielle donc aurait-elle utilisé les moyens du conseil régional pour mener campagne présidentielle et pour gagner des voix en tout cas la justice c’est intéresse puisque le 26 septembre dernier elle a jugé que les éléments étaient assez probants pour ouvrir une enquête préliminaire donc Valérie Pécresse démant bien sûr annonce porter plainte pour dénonciation calomnieuses contre Julien Bayou de Europe Écologie Les Verts effectivement bon quoi qu’il en soit Valérie Pécresse s’accompagne n’a pas été très heureuse puisqu’on se souvient qu’elle n’avait récolté que le score family de 4,8% d’ailleurs à l’aide en dessous du seuil légal de 5% qui permet de se faire rembourser la moitié de ses dépenses près de la moitié de ses dépenses avec son prix Nobel elle avait appelé Odon et il s’est trouvé des personnes assez généreuses pour les rembourser 5 millions d’euros alors est-ce que tu penses que Madame Pécresse la risque quelque chose sur le terrain judiciaire ben c’est toujours assez intéressant c’est la phrase le verre de la fontaine qui dit que vous soyez puissant misérable et jugements de la cour vous rendront noir ou blanc on le voit dans ces scandales de financement occulte de financement troubles de campagne présidentielle déjà le temps que ça met souvenons-nous qu’en 1995 Édouard Balladur avait été soupçonné de financer sa campagne présidentielle par des rétrocommissions dans des contrats d’armement au Pakistan et en Arabie Saoudite contrat d’armement qui concernait des sous-marins et des frégates et le jugement était le procès était intervenu en 2021 soit 26 ans après l’effet alors que Édouard ballet dur était nonagénaire et pour des peines un film ça veut dérisoire par rapport à la gravité des faits qui étaient reprochés Édouard Balladur a été relaxé comme par magie on n’avait pas de preuve qu’il était de northog François Léotard qui était ministre de la Défense a été condamné deux ans de prison avec sursis donc il n’irait pas en prison et on a une autre affaire qui est symbolique et qui est toujours en cours c’est quand même le financement occulte de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy par le Guide de libyen financement sur lequel il existe des preuves et sur lequel la justice a mis en examen Nicolas Sarkozy on est quand même 15 ans après l’effet on va dire que la justice montre beaucoup plus de célérité à juger un gilet jaune qui a soi-disant commune violence contre un policier qui a jugé les politiques qui ont financé leur campagne présidentielle avec de l’argent salé c’est quand même assez inquiétant pour notre démocratie sujet qu’on va creuser avec mon prochain invité bien sûr peut-être dernière question avant de te laisser des vaguettes tes occupations la France on peut dire que la France quand même à une longue tradition quand même de financement de campagne avec de l’argent pas forcément on ne sait pas d’où il vient alors c’est vrai en France on a des grandes traditions la baguette le camembert et puis la mallette d’argent sale aussi ça marche bien c’est vrai que pendant des années les campagnes mais pas de présidentielle ont été financés par des entreprises par des dictateurs qui venaient d’Afrique on se souvient même que Robert Boulin qui était ministre du Travail de Valéry Giscard d’Estaing aurait été tué le liquide en tout cas Sud parce que il aurait voulu dénoncer des financements occultes du RPR le parti de Jacques Chirac part total final Elf à l’époque et donc on a eu des scandales qui ont émaillé les campagnes présidentielles mais c’est pas fini tout ça ça c’est quelque chose qui est encore en cours je pense qu’on va en découvrir beaucoup en 2022 mais en 2017 ça a été quand même le festival de la rage en salle ça a été la foire kermesse du financement cul c’est à dire qu’on a l’impression que tout le spectre politique a été concerné par des c’est transpartisans ça a été le cas la France insoumise où il y a eu des mises en examen pour préélicite de main d’oeuvre des soupçons de malversations ça a été cas on en parle jamais mais sur la campagne de Benoît Hamon qui était la campagne faut-il le rappeler la deuxième une campagne la plus chère 15 millions d’euros pour seulement 6% des voix ce qui fait quand même cher la voix et avec des dépenses de communication qui était complètement faramineuses il y a jamais eu d’enquête sur ça sur Emmanuel Macron il y avait salles des salles où il organise ces meetings qui ont été loués gracieusement à des prix dérisoires et puis il y a quand même Alexandre Benalla qui était son âme d’année qui au printemps 2007 il faisait beaucoup de tourisme le garçon il se baladait l’Algérie le Tchad l’île Maurice alors est-ce que tout d’un coup il faisait des safari où il allait récupérer quelques petites mallettes il y avait aussi il y a passé par l’île Maurice un paradis fiscal bien connu et à l’extrême droite de l’échiquier il y avait Marine Le Pen moi j’ai enquêté sur le financement de 2016 17 de Marine Le Pen puisque il y a un prêt d’un homme d’affaires complètement baroque qui avait des affaires en Afrique Laurent Foucher qui a sauvé le rassemblement national le Front national à l’époque elle est devenue un somme nationale de la faillite et selon enfouché à des incohérences avec les Russes parce que finalement la Russie aurait sauvé le parti d’extrême droite et Marine Le Pen de la faillite on saura en tout cas pour l’instant il n’y a pas d’enquête de la justice ça a pas l’air d’intéresser grand monde et encore une fois c’est un vrai problème démocratique merci beaucoup Thomas pour cette carte blanche et sans plus tarder on enchaîne avec le premier entretien d’actu du jour la question des violences policières et depuis quelques années déjà sur toutes les lèvres décrié illustrés documenter nier déformer la question nourrit un débat complet et présent partout dans les médias à l’Assemblée comme dans la rue si ces violences policières parfois zélé peuvent être systémiques comme on le démontre le film documentaire une France qui se tient sache du journaliste David Dufresne sorti au cinéma en 2020 pour mon invité elles sont avant tout sous tendues par d’autres abus qu’il décrit lui comme moins spectaculaire plus raffiné loin des caméras dit-il et qu’il nomme violent judiciaire alors qu’est-ce quelle est la nature de ces violences quel lien ont-elles avec celle observées dans la police quelle question c’est de lance postale dans le cadre plus large de notre aux libertés à la démocratie ou encore à la République enfin quel danger plus grand représente-t-elle et quelles sont les solutions encore possible pour répondre à toutes ces questions j’accue tout de suite Rafael Kempf pour cette entretien d’actu [Musique] bonjour Raphaël bonjour Comment ça va ça va bien alors le décor est planté ah oui voilà bien planté ah mais je pense que beaucoup au contraire le livre est très est très très pertinent je l’ai lu avec avec intérêt je suis passionnant pour ma part ce livre qu’on voit à l’écran j’imagine paru le 15 septembre dernier édition la découverte et j’ai toute une série de questions à poser beaucoup de questions dans rapace suffisamment le temps j’imagine de toutes les photos on va essayer alors que le sujet central on l’a un peu deviné on va on va y revenir mais qui est en lien avec tout un tas d’autres sujets c’est ça qui est complexe dans l’affaire alors l’ouvrage débute sur une station de Gisèle halemy quelques phrases en 82 où elle où elle dit pour presque la cité pour expliquer certains comportement un avocat doit quelquefois s’élever contre les lois elles-mêmes qui peuvent être injustes au regard de certaines libertés fondamentale pourquoi avoir fait ce choix parce que j’ai une admiration très forte pour Gisèle Halimi c’est l’une de nos grandes très grandes avocates quelqu’un qui pendant la guerre d’Algérie a défendu des militants indépendantistes et notamment Jamila Bou pacha qui avait été torturé et violet par les militaires français elle l’a fait avec un courage une abnégation extraordinaire et elle a été élue députée à l’Assemblée nationale en 1981 et c’est lors d’un discours à l’Assemblée nationale que elle prononce cette phrase que j’ai mis en exergue du livre discours qui portait sur les délits d’audience qui pouvaient être commis par les avocats toute la question était de savoir faut-il ou pas et si oui comment punir un avocat qui au cours d’un débat devant un tribunal ou une cour d’assise tiendrait des propos qui ne plairaient pas à respecter voilà ne l’aurait pas respecté et je disais la limite est très forte dans dans ce discours là qui est un monument de d’éloquence et décourage aussi elle dit d’une certaine manière qu’on ne doit pas respecter les magistrats et on ne doit pas d’une certaine manière non plus respecter les lois alors elle dit pas qu’il faut violer les lois ou qu’il faut insulter les magistrats mais elle dit qu’il ne faut pas avoir à leur endroit une déférence qui serait une acte de soumission donc il nous invite avec courage à s’opposer à des lois qui sont injustes ou à des lois qui dans leur application par les tribunaux peuvent être injustes et on comprend donc du coup mieux pourquoi et d’ailleurs elle a réussi une endurance son mandat à faire changer par une loi la chose que vous dénoncez là alors que vous rappelez là vous parlez de violent judiciaire durant tout l’ouvrage évidemment c’est peut-être du livre comme d’une matrice permettant d’autres violences plus spectaculaires toujours plus d’ailleurs sous nos yeux depuis quelques années les violences policières voilà alors avant tout une question très simple que tout le monde se pose qu’est-ce qu’une violence judiciaire pour vous vous en avez quelques exemples dans le livre mais je vous laisserai répondre et ensuite quel lien avec les agissements parfois problématiques que l’on sait systémique de la police nationale alors j’organise la violences judiciaire autour de d’un couple de termes c’est l’humiliation et la contrainte la contrainte c’est la base de la justice d’une certaine manière c’est-à-dire que la justice a un pouvoir de contraintes sur les individus elle peut par exemple les envoyer en prison c’est la pire la pire des contraintes contraintes qui peut parfois être légitime je tiens je tiens le préciser comme certaines fois malheureusement des violences de la police peuvent parfois être légitime je tiens bien précis et la question de l’humiliation c’est la manière dont des personnes qui vont avoir à faire à la justice vont être traités par l’autorité judiciaire et vont se sentir salies ou humiliés dans la manière quand bien même serait-elle légale dont ils sont traités ou dont on leur dont les magistrats peuvent leur parler donc autour de ce couple humiliation est contraintes j’identifie des formes de violences judiciaires qu’il faut désigner par leur nom par ce qu’elles sont et par les effets qu’elle produit sur sur les personnes qui ont qui en sont les victimes et moi ce que j’essaie de montrer c’est que dans un grand nombre de situations que j’explique dans le livre ces violences légitimes ces violences judiciaires pardon ne sont pas ne sont pas légitimes de la même manière qu’un grand nombre de violences policières ne sont pas non plus légitimes rapidement un exemple ou deux de ces violences non légitimes alors un exemple on peut on peut parler des de la manière dont les violences policières sont traitées par la justice on fait beaucoup on parle souvent des violences policières depuis plusieurs années notamment avec le film de David Dufresne on vous avait parlé à l’instant et grâce au combat que mène des associations des journalistes etc mais on voit assez peu où on voit moins que ces violences ces violences policières sont d’une certaine manière autorisées sous tendue immunisée par le comportement de l’autorité judiciaire un exemple qu’on trouve dans un grand nombre de situations c’est ce cas d’une manifestante gilet jaune de la Drôme à Valence que j’ai défendu qui dès le début du mouvement des gilets jaunes elle est intérimaire c’est une famille de classe moyenne ils ont du mal à joindre les deux bouts donc ils se sont jeté dans le mouvement des gilets jaunes ils se sont politisés par rapport à ce mouvement et donc il participait à une manifestation pour l’anniversaire des un an des gilets jaunes en décembre 2019 et au cours de cette manifestation des motards de la police nationale interviennent et trois motards vont interpeller ou contrôler cette manifestante la projetée au sol et elle va être elle va être violente elle va voir la carte sociale et sourcilière ouverte et elle va devoir être conduite à à l’hôpital aux urgences et juste après en sortant de l’hôpital quelques jours après elle se dit je dépose plainte contre les policiers pour les violences que j’ai subi et quelques semaines après les elle est invitée à se rendre au commissariat et elle se dit je vais me rendre au commissariat pour déposer ma plainte pour qu’on m’entende normal on se dit c’est normal et elle arrive au commissariat et là on lui dit à madame vous êtes placé en garde à vue ah bon pourquoi parce que vous avez commis des violences contre les policiers vous avez donné un coup de pied dans la sacoche du motard de la police nationale ce qu’elle cont mais on voit bien à travers ce mécanisme qu’on a une criminalisation de la victime de violences policières c’est à dire que l’autorité judiciaire en l’occurrence le procureur de la République de Valence à l’expérin avait ordonné suite à la plainte déposée par Madame et en contrechant une plainte avait été déposée par les policiers avait ordonné que elle soit placé en garde à vue pour les faits qu’elle aurait commis contre les policiers c’est un exemple un petit pied de renversement criminalisation de l’action politique c’est un peu aussi central dans votre livre on va revenir alors dans ce même livre vous observez vous dites observez et d’ailleurs vous posez la question dedans une instrumentalisation c’est un peu ce que vous décrivez là aussi de l’institution judiciaire qui selon vous est illustré par la tournement du droit et la procédure pénal dans le but de nuire aux manifestants et de réduire les rangs des manifestants je vous cite là aussi alors j’aurais fort à parier que que beaucoup de personnes pourraient dire notamment du côté du pouvoir en place ou des partisans qu’il s’agit là de créer au complotisme qu’est-ce que vous pourrez leur répondre à ce moment là non non j’essaye d’analyser les choses sur la base de texte de documents de décision de justice ou de plutôt plus exactement de décisions des procureurs de la République qui je le rappelle ne sont pas indépendants contrairement aux juge je pense que voilà les analyses ça à travers les déclarations d’une ministre de la justice par exemple Nicole Belloubet garde des sceaux à l’époque qui au début du mouvement des gilets jaunes fait deux choses c’est pas du complotisme j’examine ce qu’elle fait en sa qualité de responsable politique de garde des sceaux membres du gouvernement première chose qu’elle fait une circulaire à la fin du mois de novembre 2018 au tout début du mouvement des gilets jaunes elle écrit un courrier qu’elle envoie tous les procureurs de la République en France on leur demandant lorsque ils ont affaire à des manifestants interpellés dans les manifestations de gilets jaunes de faire preuve d’une forme de sévérité notamment les faisant juger en comparution immédiate et elle demande également au procureur de faire procéder à des contrôles d’identité préventif en amont des manifestations pour que les manifestants soient interpellés avant donc ça c’est pas du complotisme c’est une décision une circulaire qui qui est disponible que chacun et chacune peut aller consulter sur Internet deuxième acte j’allais dire c’était plus exactement au 3e acte le troisième acte du mouvement des gilets jaunes on est au tout début du mois de décembre rappelez-vous la bourgeoisie parisienne a eu grimpeur parce que voilà le premier décembre 2018 parce que il y a eu des manifestations dans les quartiers bourgeois de l’est pas de l’Ouest parisien ou habituellement les manifestants ne défilent pas et quelques centaines de personnes sont interpellées ce qui est absolument considérable et un grand nombre d’entre elles sont déférés comme on dit c’est-à-dire conduites au tribunal et le lendemain de la manifestation donc le dimanche 2 décembre Nicole Belloubet garde des sceaux se rend elle-même au tribunal de Paris pour dire pour annoncer elle-même à la place du procureur le nombre de personnes qui vous allez être jugé le lendemain en comparution immédiate et on voit bien que le gouvernement d’une certaine manière exerce une forme de pression sur l’institution judiciaire parce que à l’époque d’un point de vue politique et spectaculaire on avait besoin d’afficher une répression ferme sévère et immédiates troisième exemple c’est le relais de cette décision gouvernementale au niveau des procureurs de la République et donc moyen que le procureur de Paris en l’occurrence a appliqué les directives de Madame Belloubet et quelques semaines plus tard au début de l’année 2019 on a appris grâce au travail de journalistes du Canard enchaîné et de France Info que le procureur de la République de Paris de l’époque Remy eights avait transmis par email à ces subordonnés du parquet de Paris donc des magistrats du parquet leur avait transmis des consignes leur demandant de garder à vue les manifestants jusqu’au samedi soir au dimanche matin même si on n’avait rien à leur reprocher dans le but de dégrossir les rangs des manifestants donc peut-être ce sont des faits je pense chacun peut consulter et dans le lit j’essaie d’aller plus loin c’est que Nicole bédoubet ne s’est jamais expliqué n’a jamais eu à s’expliquer sur ses agissements en sa qualité le ministre de la Justice sur ces points là Rémi Heitz cela fait il l’a fait par courrier qu’il a envoyé au Syndicat des Avocats de France et j’argumente avec lui contre lui pour expliquer en les raisons pour lesquelles je pense que les justifications qu’il a donné étaient d’un point de vue juridique erroné je parle même pas du point de politique où là on est dans un désaccord total alors là du coup on en vient à ce que vous dénoncez enfin je sais pas en cette arme là mais une forme de segmentation des faits c’est-à-dire de dépolitisation de l’acte ou de délit je m’explique pour vous faire une infraction commise pour des raisons politiques en faire une simple infraction est une dépolitisation de l’acte en question alors comment ça se goupille on l’a un peu vu là à l’instant avec votre réponse mais comment en soi comment on en vient là et en quoi ça sert en fait en quoi c’est un problème aussi alors ce que ce que j’observe et finalement cette intuition vient d’une quelque chose Vanessa codacioni qui a beaucoup travaillé sur la justice d’exception on observe une forme de double mouvement il faut bien comprendre que la perte dans laquelle on vit aujourd’hui est organisée du point de judiciaire autour de ce double mouvement qui est d’une part la criminalisation de l’action politique et d’autre part la dépolitisation des actions militantes donc double mouvement qui va ensemble criminalisation de l’action politique pourquoi parce qu’on se met à utiliser la justice le droit la loi dans un but de punir des personnes qui exercent des libertés fondamentales comme notamment la liberté de manifester ou alors leur liberté d’expression en écrivant des articles sur des sites sur des sur Twitter sur des blogs etc donc on va voir que de plus en plus les parquets vont demander et parfois obtenir la sanction pénale devant les tribunaux de personnes qui exercent une liberté fondamentale démocratique comme celle de manifeste ça c’est la criminalisation premier mouvement deuxième mouvement la dépolitisation de l’action militante c’est-à-dire que parfois on défend des personnes qui ont commis des faits en manifestation ou à qui on reproche des infractions pénales en manifestations et systématiquement les procureurs en justice on nous dire qu’on ne poursuit pas on ne poursuit pas ces personnes-là en raison des actions politiques qu’elles ont menées mais uniquement la fraction voilà c’est bon parce qu’elles sont considérées aux yeux du parquet comme délinquante circonvanier la dimension politique des agissements de ces personnes qui peuvent se retrouver en justice et en quoi ça c’est un problème parce qu’on pourrait se dire que la justice est froide elle est impartiale et elle s’applique pour tout le monde à la même manière je viens briser un poteau je brise dans tous les cas je suis condamné sur le premier point c’est à la criminalisation de l’action délinquante ça pose un problème parce que des personnes sont privées de leur liberté fondamentale celle de manifester notamment d’autres personnes en sont dissuadés à l’avenir c’est qu’on a des gens qui après avoir fait une garde à vue parfois un déferlement en justice parfois ont été placés en détention provisoire se disent je ne retourne pas manifester trop dangereux pour ma liberté personnelle voilà comment ça se traduit dans la réalité voilà donc ça ça a une influence délétère sur la possibilité pour nombre de nos concitoyens et concitoyennes de participer à la vie démocratique en exerçant des libertés fondamentales politiques donc ça c’est un premier problème le deuxième problème le problème de la dépolitisation c’est quelque chose qui va avoir pour effet de deux fait miser l’action politique de gens qui agissent pour des raisons politiques et pour dire au pouvoir ce qu’ils ont à lui dire c’est quand même quelque chose de capital dans une démocratie que certains et certaines d’entre nous se disent le gouvernement fait ceci ou cela le pouvoir et ceci le capitalisme c’est cela j’ai besoin de dire et de le dire politiquement et lorsqu’on se retrouve devant un tribunal et qu’on nie cette dimension politique et bien on ne fait mise le rapport de force entre des personnes qui contestent un pouvoir en place et ceux qui s’y opposent tout à fait alors vous décrivez aussi d’autres choses dans votre livre je vous cite que les décisions sont prises sur la seule bonne foi la seule fois de ce que les policiers peuvent dire en gros c’est ce que vous dites notamment au procureur sauf que c’est un fait un agent de police est assermenté et après tes serment ce que vous avez peut-être récemment pour pour dire la vérité et rien que la vérité et on le croit de fait et d’en faire état dans l’application se fiant à ça un agent de police ne mange jamais on peut on pourrait on pourrait le penser des gens le pensent véritablement comment de fait un une procureur peut-elle faire autrement que de se fier à la parole de la police comment on peut faire autrement alors pas du policier en question je dois dire je il me faut dire ici que d’un point de vue juridique du point de vue de la loi française la parole d’un policier ne vaut pas plus que la parole de n’importe lequel ou laquelle d’entre nous si tu l’idée reçue c’est une idée reçue les processeurs pour reprendre le titre d’un article connu les procès-verbaux de police ne sont pas paroles d’évangile c’est absolument capital de le dire parce que cette erreur est commune elle est partagée dans la population et elle est que j’ai parfois même par des magistrats ou des magistrats et je pense que ça c’est un problème parce que lorsqu’on se retrouve devant un tribunal on a un policier qui dit j’ai vu un tel jeté une canette de bière ou un pavé en direction des forces de l’ordre et on a la personne en question qui dit non non je ne l’ai pas fait bien que fait-on dans ce cas-là moi je pense qu’il faut relaxer parce qu’on a pas d’éléments suffisant pour dire que la personne effectivement fait et la parole du policier est insuffisante à apporter cette preuve là malheureusement on pense le contraire et la réalité nous montre que souvent très souvent malheureusement les policiers peuvent mentir où se tromper ils peuvent mentir où se tromper un exemple plus flagrant c’est la faire Michel zeclerc du nom de ce producteur de musique qui s’est fait tabasser dans son studio de musique l’année dernière où il y a à peu près un an et demi et les policiers avaient sciemment menti sur procès-verbal on a pu voir qu’il mentait parce qu’il y a eu des vidéos dont les policiers à ce moment-là n’avaient pas connaissance et donc moi j’analie ça on peut avoir deux analyses on peut avoir une analyse qui dit il y a au sein de la police des brebis galeuses et des dérives individuelles où on peut faire un raisonnement autre qui est celui qui est le mien qui est celui du caractère systémique de ce rapport un peu on va dire aléatoire ou un peu souple à la vérité que peuvent avoir les policiers dans ce pays et constaté que malheureusement un grand nombre de procès-verbaux de police sont sinon erronés parfois mensonges alors je fais un autre un problème là tout à l’heure on essayait de voir le lien entre la justice et l’État on va y venir de plus en plus dans mes questions avec un élément je dirais de d’actualité récent mi septembre le mouvement écologiste alternatif à Poitiers peut-être que vous voyez à quoi je fais référence organisé un festival habituel dans lequel était entre autres proposés un atelier visant à sensibiliser à la désobéissance civile et le préfet macroniste de la Vienne a demandé au nom de la loi séparatisme à ce que l’on retire une partie des subventions publiques alternatiba l’atelier en question est donc le mouvement étant alors jugé non républicain c’est très important de le souligner qu’est-ce que cela à vous là qui dénonçait ces violences et qui sont en lien avec plein d’autres choses qui composent notre matrice républicaine qu’est-ce que ça vous inspire et est-ce que l’on peut déjà parler de là de violence judiciaire alors là non parce que la justice n’est pas encore intervenue dans cette affaire à ce stade uniquement une affaire politique et administrative mais ce que ça nous dit c’est le les risques qui naissent et les dangers qui naissent de la loi séparatisme qui a imposé aux associations qui reçoit des subventions de signer ce qu’ils appellent un contrat d’engagement républicain dans lequel on doit s’engager notamment si on touche des subventions à ne pas troubler l’ordre public or cette notion-là de trouve l’ordre public est tellement vague qu’elle peut inciter un préfet comme celui de la Vienne à dire qu’un atelier organisé par alternatiba sur la désobéissance civile qui est un moyen d’action politique que je considère pour ma part comme étant parfaitement légitime voire même indispensable dans la situation qui nous occupe aujourd’hui ces modalités d’action politique sont jugées sont considérés par le préfet de la Vienne comme étant susceptibles de construire un trouble à leur repli parce qu’elles inciteraient à la désobéissance à la désobéissance aux lois alors en parlant de loi et puis avec ce sujet là dans votre livre vous pouvez être référence à cette loi de 1863 sur les fragments qui prévoit de pas s’appliquer justement à ce que vous défendez donc au délits politiques mais aussi de presse règle qui s’applique normalement encore aujourd’hui normalement je dis bien alors pourquoi je me présente c’est la question pourquoi il y en a encore plusieurs centaines encore en prison aujourd’hui d’arrestation condamnation de militants écolo comme par exemple ceci alternatiba et d’autres mouvements on pense à extension rebellion qui ont subi aussi des arrestations arbitraires de la police pourquoi pourquoi que cela Lao n’est pas respectée parce que il y a un combat sur la notion de valeur républicaine circo aujourd’hui pour le gouvernement les valeurs de la République c’est ce qu’ils ont c’est ce qu’ils disent qu’elles sont comme notamment ne pas organiser d’ateliers des obéissance civ or si l’on regarde l’histoire un petit peu de la deuxième République puis de la Troisième République on voit sous la deuxième République notamment l’interdiction de la peine de mort pour les infractions à caractère politique on voit sous la Troisième République à la loi de 1963 c’est le second empire mais c’est conservé par la suite notant avec la grande loi 180 ou l’une des valeurs de la République c’est que on ne juge pas en flagrant délit aujourd’hui on dit on comparution médias des délits de presse des délits politiques certaines infractions spécifiques parce que c’est extrêmement dangereux parce que ça permettrait d’envoyer en prison des opposants politiques et la République a toujours considéré qu’il était trop dangereux dans une démocratie comme la nôtre de permettre un gouvernement à travers ses procureurs d’envoyer en prison trop facilement des adversaires politiques et là la République a conservé cette idée là parce que les gouvernements changés puis on pouvait très rapidement se retrouver de l’autre côté de la barrière politique et devenir un opposant alors qu’on était au gouvernement auparavant donc mais on voit bien que ça ça a une importance me semble-t-il capital et on a oublié toute cette tradition tradition qui s’est qui a perdurer par la suite à travers la tradition des lois d’amnistie circa très régulièrement à chaque fois qu’un président de la République était élu alors il y avait la grâce mais il y avait aussi des lois d’amnistie et souvent le Parlement voter des lois d’amnistie permettant d’amnister les personnes qui avaient été condamnées pour des faits commis dans un contexte syndical un contexte de manifestation un contexte politique donc on voit bien qu’une des traditions de notre République c’est pas la répression à outrance des opposants et opposantes c’est au contraire de leur accorder une certaine marge de manœuvre de de pas trop les condamner de ne pas trop les envoyer en prison chose qu’on observe peu effectivement alors vous dites là à travers l’action politique du gouvernement à travers ses procureurs effectivement on ne sait le lien qu’il y a entre le parc et les procureurs et l’exécutif est-ce que pour vous une indépendance du parquet total comme beaucoup le demande serait on va se diriger vers les solutions un peu un début de solution c’est une solution idéale pour un meilleur respect des libertés fondamental alors moi je ne le pense pas comme je l’explique dans le lit j’ai longtemps cru parce que c’est ce que j’apprenais à la fac cette idée que la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France parce que les procureurs ne sont pas indépendants ce qui est vrai et donc son don dans une forme de liens de dépendance à l’égard du gouvernement j’ai essayé de le dire j’ai toujours pensé qu’il fallait qu’il soit indépendant pour que les choses aillent mieux le problème c’est sur quoi se fonderait lors indépendance elles se fondrait uniquement sur leur propre conception personnelle leur propre éthique personnelle de leur qualité de magistrat et moi ça je pense que c’est extrêmement dangereux parce que des procureurs ils sont quand même chargés de mettre en oeuvre une politique pénale en décidant d’en bastiller ou de tenter de faire en bastiller des manifestants ou en demandant une répression des propos qui inciteraient au sabotage ou interpréter comme tel et donc ça c’est dangereux mais je pense qu’il faut maintenir ce lien de dépendance à l’égard du gouvernement pour au moins savoir d’où vient d’où viennent ces exigences là mais surtout on a observe depuis quelques décennies en France un accroissement considérable des foires du ministère public donc moi la solution je propose c’est que le mystère public reste dépendant du gouvernement mais surtout qu’il est moins de pouvoir d’une part et surtout qu’il soit indépendant des juges du ciel c’est-à-dire quoi c’est-à-dire qu’il soit séparés dans leur formation qu’il ne soit pas formés dans la même école qui est aujourd’hui l’école nationale administrature pour qu’il n’y ait pas des switchs possibles assez exactement qu’il n’y ait pas cet esprit de corps entre juge du siège et procureur parce que l’expérience que fait que font les personnes qui se retrouvent en justice pour la première fois et qui arrivent dans un tribunal c’est souvent et moi je l’ai vu des dizaines de fois ils ne savent pas qu’ils procureur et qu’ils jugent ils se disent ce sont les mêmes personnes donc il y a pas ce sentiment qu’un juge au milieu va trancher entre la position de l’accusation c’est à dire d’une certaine manière celle du gouvernement et la position de la défense on a le sentiment d’un corps unifié de magistrats voilà il y a évidemment des contre-ex nous interpeller nous tant que citoyens et citoyen qui peut faire débat et qui doit faire et qui doit faire débat et donc je ne pense pas que des procureurs un totalement indépendant soit à même de faire ce choix là qui leur appartient aujourd’hui nous constatons moi je constate dans ma pratique quotidienne d’avocat que je vais dans des parquets je vais dans des tribunaux dans toute la France et parfois je dis et pourquoi pourquoi cette décision etc on me répond ah oui mais c’est la décision en raison de la politique pénale du parquet alors moi je veux bien qu’il y a une politique pénale du parquet mais on ne la connais pas elle n’est pas transparente elle n’est pas soumise à un débat démocratique et donc ça ça me pose un problème c’est à dire que aujourd’hui n’importe qui qui a une responsabilité dans ce pays sans matière économique en matière d’éducation on va dire de je ne sais quoi va devoir expliquer pourquoi il ou elle prend telle décision les procureurs non pas d’explication à donner sur les raisons pour lesquelles ils prennent telle ou tel décision et je pense que ça pose un problème démocratique oui vous dites ça dans votre livre en disant ils sont assez en parlant des procureurs et sont ainsi libres de faire juger des manifestants pour comparer son immédiate ou de classer ensuite un dossier de violence policière sans expliquer pourquoi ce que vous dites aussi dans votre livre mais j’ai un autre pourquoi à vous poser c’est comment comment cette état de fait puisse être possible sans soulever plus de réactions que ça dans la société le fait que il y ait cette forme d’injustice ça soulève des réactions alors dans les milieux judiciaires la question de l’indépendance du parquet suscite un débat intense depuis quelques années voilà mais ça concerne les avocats les magistrats dans la société ce qui est intéressant avec le mouvement des gilets jaunes c’est que un grand nombre de personnes qui spontanément avaient une confiance en la justice ont été confrontés souvent pour la première fois de leur existence à la justice et ont pu voir comment elle fonctionnait et ont pu voir quel était sa violence et donc moi c’est aussi pour ça que je rends ce livre et je veux rendre hommage aussi aux personnes qui m’ont demandé de les défendre depuis plusieurs années et aux avocats avocats avec qui on travaille en collectif pour monter des défenses politiques et collectives c’est à dire que ce livre vient aussi des observations que j’ai pu faire sur le terrain et je tiens à dire que depuis de trop nombreuses années les jeunes des quartiers populaires subissent cette violence de la justice subissent aussi nous le savons les violences policières et c’est un peu parallèle et ça se voit pas ou ça se voit peu et d’une certaine manière avec le mouvement des gilets jaunes ça a permis de mettre en visibilité les violences de la police et aussi d’une certaine manière aussi les violences de la justice donc moi je pense que ces mouvements là sont des mouvements de politisation qui aboutissent me semble-t-il la politiser la question judiciaire et la question de ses effets sur un grand nombre de nos concitoyens concitoyens alors vous prenez à la fin dans conclusion vous prenez l’exemple de ce journaliste Armand Carrel qui dans les années 1830 appelait tout écrivain à résisté résister c’est pas un terme quand même qui prend légère notamment par l’usage de la force en cas d’arrestation de la police chose qu’il avait faite tout en obtenant à l’époque acquittement aujourd’hui ça peut encore avoir lieu apparemment pourquoi ce choix comme ça en fin de d’ouvrages comme dans une solution est-ce que la rébellion serait pour vous une forme de voie de sortie ou tout du moins de défense des fois ce comme terme aussi face aux violences que vous décrivez parce que j’ai une infection pour Armand Carrel qui a un journaliste un peu oublié aujourd’hui qui a quand même fait la révolution de 1830 qui était une révolution pour la liberté de la presse quand même faut le rappeler faut pas l’oublier c’est et qui est mort très jeune dans un duel enfin bon voilà petite histoire on pourra en parler mais qui effectivement un moment donné il y avait un grand débat sur le point de savoir si on pouvait arrêter ou pas les journalistes les écrivains pour des propos qui déplaisaient au gouvernement et lui a dit et lui a dit non je refuse et si jamais on vient m’arrêter je résisterai par la force et il disait ça il est le courage de dire ça et et moi ce qui m’a intéressé c’est le le récit du procès qu’on lui a fait du procès dont la cour d’assise de la Seine comme on disait à l’époque dans les juré le procès qu’on lui a fait et la plaidoirie que lui a faite il a dit moi j’invite les gens à rester et j’assume totalement mes actes donc là il y avait pas de dépolitisations lui la politisée j’assume d’être en écrivain j’assume d’être un et j’assume de dire que le pouvoir n’a pas à se saisir par la force de ceux qui décident d’écrire de parler de dire quelque chose et donc si jamais on vient m’arrêter je résisterai par la force et on voit que dans il a parfaitement assumé ses propos il a été acquitté donc je trouve que c’est un bel exemple de défense alors je dis pas que ça marche aujourd’hui parce qu’à l’époque il y a des jury populaire on pourrait parler du juré des jurés d’assises j’en parle aussi dans le livre et la rébellion est un délit mais là c’est pas exactement lui on lui reprochait pas exactement la rébellion on lui reproché l’incitation à la Réunion parce que c’était pas révélé oui il avait écrit qu’il fallait se rebeller et ça c’est et moi je trouve ça très intéressant et aussi la station moi je pense que ça ne devrait pas l’être j’imagine bien tout à fait alors pour finir on va finir parce que on pourrait parler des heures de tout ça c’est passionnant alors du changement il veut rien avoir ce que vous pensez de la réforme de l’organisation judiciaire qui va venir dans quelques mois en France et qui est déjà testé depuis plusieurs mois à Martinique selon le nouveau des policiers avec beaucoup de cacophonie pour être police en gros pour que les gens comprennent c’est mettre la police judiciaire sous ordre des préfets via pas tout à fait directement la direction départementale de la police qui serait alors créé alors ça c’est ça c’est un problème qui touche plus à l’organisation de la police mais tout est spécifiquement alors on peut oui oui et non se dire que moi ce qui m’intéresse c’est de voir comment agissent les comment agissent les les magistrats notamment du parquet qui parfois ont sous leurs ordres ou donnent des directives à des agents de la police judiciaire comme le faire assez régulièrement des des jeux d’instruction mais sur cette réforme effectivement ça crée un risque de soumission des agents de la police judiciaire au préfet mais honnêtement c’est pas un point sur lequel je souhaite promettant aujourd’hui parce que ça ça implique plus les relations entre la police et sa propre hiérarchie qu’entre la police et la justice donc c’est pas vraiment l’objet central lui mais c’est sûr que ça risquerait ça risquerait de renforcer un lien de dépendance et de la police judiciaire à l’égard du pouvoir exécutif et bien merci beaucoup pour cette merci à vous d’avoir t’aider notre ce soir je rappelle du coup l’apparition de votre livre que je montre à l’écran je lance le dis ça la justice et la répression de l’action politique que la découverte et bonne soirée à vous à bientôt merci à vous aussi alors de mon côté je me on est en direct évidemment le prompteur peut parfois bugger et il revient quand à vous la derrière l’écran ne zappez pas toujours debout n’est pas terminé dans quelques instants lisa-la prendra les rennes du plateau pour recevoir thomas Porcher merci d’avoir suivi cette première partie d’émission évidemment je vous donne moi rendez-vous ici la semaine prochaine pour un nouveau numéro de chambre de vous toujours debout ne résiste à rester connecté les missions se poursuit toujours en direct juste après ce cours clip que vous connaissez bien et surtout abonnez-vous la violence dans notre société est liée à une immigration qui n’est pas intégrée donc là c’est vraiment un énorme connard c’est pas grave weekend de caniculaire des Émirats arabes unis en profite à l’étranger l’horreur il fait ce pourquoi doit à mon avis être payé en politique ça m’a touché une sans bouger l’autre bienvenue sur la nouvelle antenne 24/7 du média avec une grande émission en direct des flash info et toutes les émissions que vous aimez [Musique] ne cassez pas votre télé le média il fait sa rentrée diffusé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 soutenez-nous aidez-nous à construire la chaîne du peuple [Musique] bonjour tout le monde et bienvenue pour ce nouvel instant Porcher dans toujours debout je suis ravie de vous retrouver l’instant Porcher c’est un petit moment qu’on se prend entre nous avec thomas Porcher chaque semaine pour décrypter l’actualité car on le sait le discours est politique et les comprendre est un véritable en jeu démocratique je vous rappelle que pour nous aux médias objectif minimal de 12500 abonnés sinon on devra tout arrêter rendez-vous sur le média-tv.fr/soutien pour nous soutenir ce projet de télé-libres et indépendante ne peut pas se faire sans vous au programme aujourd’hui thomas Porcher sort un livre pour se réapproprier l’économie puis on parlera du fascisme qui s’installe en Italie et enfin Thomas reviendra sur la problématique des transports après sa sortie remarqué sur les taxis [Musique] [Applaudissements] alors avant de commencer on va réagir sur une actu chaude c’est le luxe d’être en direct le chef économiste de la Banque centrale européenne suggère de taxer les riches et les super profits bon alors ce n’est absolument pas le premier à dire ça mais là ce n’est pas n’importe qui Philipp Plein le chef économiste de la BCE suggère une hausse d’impôt sur les hauts revenus ou sur les industries et les entreprises qui sont très rentables malgré le choc énergétique pour soutenir les plus modestes face à l’inflation en ajoutant que si vous soutenez ceux qui sont dans le besoin en augmentant les impôts cela a moins d’effets sur l’inflation que si vous augmentez les déficits on avait déjà abordé cette question dans les instants Porcher Thomas qu’est-ce que tu penses de cette déclaration est-ce que tu penses que ça peut changer quelque chose est-ce qu’il faut maintenant une décision au niveau européen alors c’est une des aujourd’hui il y a beaucoup de d’économistes de grands organismes comme le FMI et là on le voit la BCE et c’est pas n’importe qui puisque le chef économiste qui s’accorde à dire qu’il faudrait taxer les hauts revenus parce que toujours après une guerre ou un événement catastrophique comme nous l’avons vécu avec le covid et comme nous le vivons actuellement encore avec la guerre entre la Russie et l’Ukraine et ben il y a un effort de reconstruction à faire et cet effort de construction il se fait sur la taxation des plus riches ou des profiteurs de guerre un moment on ne peut pas se dire qu’on doit il doit y avoir des rentrés budgétaires on ne peut pas faire en sorte que de faire des coupes des économies sur la réforme des retraites des économies sur l’assurance maladie ou sur l’assurance chômage sans avoir de rentrer et donc c’est c’est du bon sens c’est c’est ce qu’il y a toujours été fait après tous les conflits ou toutes les catastrophes on s’est mis à taxer les plus riches mais je pense pas que ça aura une influence parce que en fait dans le gouvernement qui est en place en tous les cas en France et même dans beaucoup d’autres pays quand même on picore chez les économistes que les idées qui nous arrangent et je pense pas je vois pas Emmanuel Macron taxer les plus riches enfin s’il revenait déjà au même niveau de taxation d’avance serait déjà une victoire mais je le vois pas faire ça on va passer au premier sujet alors de cet instant [Musique] on vous l’a déjà dit mais dans l’instant Porcher ça nous semble très important de rendre l’économie accessible pour vous donner les clés du savoir savoir c’est la démocratie et à ce sujet Thomas tu viens d’écrire un livre qui est tout chaud il sort demain dictionnaire d’économie plus de 100 définitions à ta sauce donc d’être publique argent magique planification écologique chômeur profiteur retraite etc pour comprendre ce positionner débattre des enjeux économiques contemporains aux éditions Fayard Thomas pourquoi un dictionnaire parce que je trouvais que il était important aujourd’hui que des gens et des quand vous dire des clés de compréhension et des mêmes des capacités techniques à débattre c’est à dire que je trouve aujourd’hui qu’on joue beaucoup sur l’indignation et c’est une bonne chose moi j’étais d’une génération on s’indignait peu c’était pas mon calme majoritairement les gens s’alignaient peu puis il y a eu ce livre de Monsieur et celle qui a dit indignez-vous qui a été un grand succès aujourd’hui on a une génération qui s’indigne et donc qui a une colère une révolte en elle et je trouve ça très bien mais l’indignation les marches en fait pour moi permettent de gagner des batailles mais ne perd pas de gagner la guerre pour gagner la guerre il faut avoir pour moi un corpus d’idées et voir dans quel monde on va être projeté et quand il y a des débats sur les retraites quand il y a des débats sur le déficit public la dette publique mais même des débats sur l’énergie les avantages des inconvénients de l’énergie nucléaire les renouvelables j’en parle dans mon livre bah il faut avoir des des compétences techniques parce que on vous oppose toujours la voix de la raison qui est l’économie et la voix on va dire du rêve qui serait la voie de la gauche et moi je propose que parce que l’économie peut proposer on peut proposer avec des la science économique une économie hétérodoxe de gauche enfin une économie en tous les cas qui puisse répondre à des enjeux écologiques et sociaux et moi je propose justement via ce dictionnaire que les gens se réapproprient ce discours pour qu’on oppose les soi-disant pragmatiques à notre économie à nous l’économie qui répondent aux enjeux aux enjeux sociaux et environnementaux alors j’ai dit il y a une centaine de définition argent magique d’être public chômeur profiteur déficit public marché innovation pompe aspirant de l’immigration bref autant de termes qui peuvent être difficiles à saisir et qui sont malmenés dans le débat public et politique ou médiatique donc quel but toi tu as écrit ce dictionnaire je l’ai écrit aujourd’hui tout le monde a un récit et moi j’aimerais bien en fait que que la gauche retrouve un récit alors elle l’a en partie mais qui prennent vraiment que c’est les gens se l’approprient je pense que pour beaucoup de gens l’économie fait peur parce que c’est technique parce qu’il y a des chiffres donc dès que vous avez quelqu’un en face de vous qui manipule trois chiffres et qui vous matraque la même idée parce que nous matraque la même idée on me dit qu’il faut flexibiliser le travail ça fait je sais pas combien d’années qu’on nous dit qu’il faut baisser des impôts sur les riches ça fait combien d’années qu’on nous le dit que la dette est un problème et donc il faut faire des économies sur l’hôpital l’éducation la petite enfance ça fait combien de temps qu’on nous le dit ça fait des années et donc en face il faut un contre discours un contre discours sur de l’économie et ne pas passer à côté or je trouve aujourd’hui que beaucoup de militants passent à côté de cette question qui est essentielle il y a un discours crédible on va le maîtriser et on va combattre votre ex ce discours là donc c’est ça donc on sort de l’indignation de des questions de rhétorique bien parler pour là on est sur voilà avoir des des arguments des des punchlines pour pouvoir répondre à tous les sujets aussi diverses que l’énergie l’écologie les services publics le développement dans les pays africains etc ce qu’il y a tout un chapitre il y a des décisions comme le FMI les fonds pour les générations futures que que l’on demande au pays africains de construire quand ce sont des pays pétroliers il y a aussi une définition payer en développement qu’on explique ce que c’est un pays en développement parce qu’on pense toujours que c’est un pays qui soit corrompu soit qui n’arrive pas à se développer parce que les gens n’ont pas la bonne formation c’est beaucoup plus compliqué que ça il y a une organisation du commerce qui pousse ces pays à se spécialiser à devenir des pneumonogateurs comme la plupart des pays africains et donc d’être très dépendant des marchés financiers donc il y a plein de définition pour avoir un spectre complet de l’économie et puis avoir des arguments contradictoires voilà alors que l’extrême droite a son récit les marcheurs et les libéraux ont le récit nous il faut maintenant que notre récit qu’on le matraque bon tu nous a donné une ou deux définitions en avant-première sinon on peut venir te voir aussi jeudi c’est ça dans la plus grande librairie indépendante la librairie ici librairie qui est au 25 boulevard Poissonnière métro bonne nouvelle il y aura une présentation du livre des discussions avec ceux qui sont là et puis un apéritif dinatoire voilà vous êtes tous des sociaux souvent débattes dans les commentaires il veulent me poser des questions ils sont pas d’accord avec moi bah là qu’on vient d’en discuter en direct c’est beaucoup plus sympa dans la joie et la bonne humeur et pour ceux qui sont pas à Paris on continuera bien sûr les instants Porcher et puis même il y aura une tournée dans d’autres librairies je vous tiendrai informé normalement je dois aller à Rennes Lyon Toulouse Marseille donc voilà je vous tiendrai informés mais là on commence par Paris puisque j’habite sur Paris ça marche pas on va passer à l’Italie du coup [Musique] donc c’est une actu que vous n’avez pas dû louper je pense le parti d’extrême droite Fratelli italienne est arrivé en tête aux élections législatives italiennes ce dimanche avec plus de 26% des voix à sa tête Georgia Meloni qui admirait Mussolini à ses 19 ans qui brille le poste de première ministre la coalition des droites avec la Ligue le parti d’extrême droite de Matteo Salvini crédité de 8 à 12% et le parti Forza Italia de l’Éternel civio perlusconi 8,2% pourrait totaliser environ 43% des voix ce qui lui assure la majorité absolue des sièges au Parlement aussi bien à la Chambre des députés qu’au Sénat un score qui permet à la leader de se voir déjà présidente du conseil donc l’équivalent de Première ministre en France enfin en Italie du coup raconte France Info le fascisme en Europe grandit et aux portes de la France Thomas selon toi quel a été le moteur de l’extrême droite en Italie mais moi je l’ai toujours dit partout où il y a ce qu’on appelle des gouvernements techniques qui imposent soi-disant d’un point de vue technique des Kurdes d’austérité de la flexibilisation du marché du travail des coupes sévères et drastiques sur les services publics qui profitent à la majorité des Italiens ou de la population partout d’ailleurs dans chaque pays vous avez l’extrême droite qui va monter vous savez il faut avoir un peu de recul quand les Grecs on les a accusés d’avoir triché avec Goldman Sachs à l’époque beaucoup de gens mettaient en avant la Hongrie en disant mais vous avez vu la Hongrie ils ont fait tous les efforts ils ont accepté les cures d’austérité ils ont tout accepté quel a été le résultat monsieur Orban voilà ça a été ça le résultat quand on nous a dit mais regardez les Américains ou les Anglo-Saxons ils ont fait ils ont beaucoup plus flexibiliser leur marché du travail ils ont des retraites par capitalisation ils ont plus de service public tout va bien regarder le vote du brexit qui s’est fait sur l’immigration et sur l’anti l’anti-europe et le vote de Trump et on a eu après les réformes de Matteo Renzi à Salvini qui est monté très très haut très très haut il faut voir ce qu’on disait sur mattorrenti Mateo Renzi c’était le Macron italien c’est pour ça qu’en fait l’Italie c’est le laboratoire de ce qui se passe souvent en France quand ma théorie est arrivé c’était le vraiment le Macron italien il a flexibilisé le marché du travail il a fait de super Jobs italiens et on nous la rabâché comme Macron est arrivé en disant mais regardez même les Italiens on parle plus des Anglais même les Italiens pays du Sud font des réformes que nous on ne veut pas faire et c’était quoi le résultat de ces réformes tout musique ça marchait bien que c’est super que ça allait créer 500 000 emplois c’était quoi le vrai résultat quand on regarde les chiffres c’était 55% des jeunes qui sont dans la précarité c’était 15% des stagiaires qui ont plus de 45 ans depuis quand quand tu as plus de 45 ans tu es encore stagiaire tes stagiaires à 18 19 23 ans tu es pas stagiaire à plus de 45 ans 15% avec plus de 45 ans il y avait eu 115 millions de bons à travailler qui avait été distribué un bon à travailler c’est quoi c’est un bon que ton employeur te donne qui vaut 10 euros pour une heure c’est à dire que tu as juste la quantité de travail que tu veux à l’heure prêt j’ai besoin de toi trois heures je donne trois bons 30 euros vous voyez il y avait eu 115 millions de bons distribués comme ça donc ça veut dire que le travail avait été flexibilisé au maximum à leur prêt alors oui ça avait créé 500 000 emplois face à pas créer 500000 emplois vous savez sorti 500000 personnes du chômage alors tu sors du chômage tes stagiaires tu as un bon à travailler de quelques heures parce que vous savez si tu travailles plus d’une heure par semaine tu sors du du chômage selon le BIT donc tu travailles deux heures par semaine tu n’es plus chômeur je sais pas comment tu vis avec deux heures par semaine faudra m’expliquer et donc il y avait des très bons chiffres et tout le monde disait c’est super l’Italie c’est super ce qui se passe mais derrière il y avait une lame de fond qui allait vers les extrêmes qu’on avait marre et je crois même qu’il voulait tout en l’air vous voyez et donc et donc là c’était une des premières des premiers avertissements et puis là on a eu un nouveau gouvernement technique qui est arrivé là pendant le covid et Salvini la droite ont tous voté leur confiance à ce gouvernement technique la seule qui n’a pas volé voté sa confiance c’est mélonie vous voyez et donc faut pas s’étonner après que la défiance que les gens via ce gouvernement technique qui allait faire la même chose en fait et ben à récompenser finalement Mélanie qui était aujourd’hui au pouvoir donc il faut faire attention parce que ce scénario est possible en France moi je je pense qu’à un moment là il est possible que les droites et l’extrême droite se trouvent des points d’entente parce qu’elle ne savent pas où se positionner et qu’on est une extrême droite qui l’a puisse passer au deuxième tour et prendre le pouvoir tu penses que ce scénario il est possible en France alors que on n’a pas la même gauche enfin la gauche un peu plus forte en France qu’en Italie tu penses que ouais ça peut arriver en fait alors faut voir ce que ce que la gauche fait maintenant de sa majorité à l’Assemblée faut voir ce qu’elle en fait parce qu’en fait là grosso modo qu’est-ce qui se passe bon Mélenchon devrait pas se représenter il faut trouver quelqu’un qui puisse se présenter à sa place et qui arrive à unifier tout ça de ce que je vois c’est pas gagné c’est pas gagné et puis après c’est le risque de ne pas satisfaire tous les espoirs enfin moi le mouvement 5 étoile début beaucoup de gens ils croyaient puis finalement la il stagne a quand même à des scores assez élevés il faut quand même des coins à s’élever donc la gauche pour rester amener à 12 13 % faire des scores quand même assez élevé vous voyez mais pas suffisamment pour prendre le pouvoir alors qu’une alliance des droites voilà pourrait et si là on en rebouffe alors on va voir ça quels sont vêtement manger mais si on rebouffe la réforme des retraites là on a les les premiers éléments qui ont été faits des politiques sur des collectivités locales ou les crèches sont en train de craquer ou les écoles ça se passe très mal si on en a encore 5 ans comme ça il est possible qu’après vous avez l’extrême droite qui monte c’est ça a été déjà le cas entre Macron sous le premier quinquennat parce que vous savez il est toujours plus simple je l’explique dans le livre dans les pompes aspirantes de l’immigration il est toujours plus simple une fois que tous les pompes Espérants de l’immigration c’est une théorie une théorie entre guillemets qui n’a aucun fondement acadé académique et scientifique qui a été mis en avant par l’extrême droite pour dire grosso modo quand vous avez un modèle social généreux vous attirez les immigrés et que finalement on n’est pas raciste mais il y a pas de place pour tout le monde puisqu’il y a pas suffisamment de logements sociaux de place en crèche et donc voilà et donc on détourne le la vraie problème qui est l’austérité budgétaire à la flexibilisation du marché du travail la réduction trop rapide des déficits on en trouvant un coupable idéal qui est l’immigré vous voyez et donc après ces années où Macron dans le budget veut réduire rapidement les déficits veut faire la réforme des retraites à la fin il y aura quoi ben on va dire bah écoutez les amis regardez il y a pas de place pour tout le monde et donc l’immigré le coupable idéal donc le mec qui va faire la critique du libéralisme soi-disant version extrême droite qui n’est pas une vraie critique et le coupable idéal ben on voit bien dans les scores là que fait le FN chaque élection il fait de plus en plus donc moi ça m’inquiète et et je veux dire l’inquiétude aujourd’hui c’est pas de de lever les bras lever le point et d’aller faire des marches c’est de trouver une réponse à ça une réponse solide vous voyez pas une réponse une réponse solide et de se préparer à la prochaine élection voilà on suivra tout ça de façon instant Porcher on va passer au dernier sujet [Musique] alors tu as fait une sortie remarquée dans les Grandes Gueules sur Rmc on va regarder après on en parlera je vais vous raconter parce que là c’est une somme de dysfonctionnement c’est hallucinant en fait je prends j’ai un taxi tous les matins à 8h c’est un peu rétrack le matin avec mon fils etc donc je prends un taxi normalement je mets 20 30 minutes là Tolbiac est en travaux donc ça coupe un peu la voix on arrive sur la porte du périph normalement vous avez des panneaux à l’entrée qui vous permet d’arbitrer entre le périph et les maréchaux où il y a le temps le panneau est cassé donc tout le monde s’engouffre dans le périphérique périphérique accident tout est bloqué j’ai fait Tolbiac mon sourire 48 euros de taxi là il me dit prends le tram je descends je prends le tram tram à l’arrêt problème tu me dis mince je prends un ticket machine cassé alors dans un contexte de débat sur la sobriété les mobilités et le nombre de gens qui ne veulent pas du tout en entendre parler voir son climato-sceptique et où s’en fiche car complètement adossé dans leur privilège on peut comprendre que cette extrait au premier abord est pu faire tiquer alors on n’est pas là pour t’offrir une tribune mais pour aller plus loin pour décortiquer cette thématique des transports ou comme dans bien d’autres sujets qu’on aborde dans l’instant Porcher il y a des personnes qui se divisent alors qu’elles ne devraient pas du tout l’être donc est-ce que tu peux comprendre les critiques car les gens ont pu comprendre que tu étais anti-transport si on écoute vraiment premier abord est-ce que c’était pas une grosse malchance c’est dysfonctionnements qui étaient accolés tous dans la même journée alors déjà il y a une erreur que j’ai fait vous savez quand vous êtes en direct il faut que les gens comprennent ça parce que les gens et c’est très simple de parler chez soi mais quand vous êtes en direct et en plus que vous arrivez 40 minutes en retard à une émission qui commence il est possible que vous fassiez des erreurs donc là j’ai dit je prends le taxi tous les jours en fait je prends le texte toujours quand je vais aux Grandes Gueules c’est dire 2 à 3 fois par mois je prends pas le taxi tous les jours puisque j’habite dans un endroit tout le monde le sait puisqu’il y a eu des dans le quartier chinois dans une tour de de 30 étages et mon travail est à 3 4 minutes à pied mon école de commerce à pied donc je la plupart du temps je suis je suis à pied mais là en fait pourquoi en fait la mobilité la question qu’on devrait se poser je me la pose je me pose c’est quoi c’est en fait de quoi dépend la mobilité elle dépend d’un certain nombre de contraintes la contrainte écologique est importante elle n’existait pas avant et après il y a la contrainte du temps bien sûr la contrainte du temps et puis après vous allez vous autres contraintes contraintes familiales qu’est-ce qui se passe moi je l’explique le matin quand ça se passe j’ai mon fils a amené à l’école l’école ouvre entre 8h10 et 8h20 à peu près voilà moi je dois arriver un quart d’heure avant 9 heures d’accord j’ai testé tous les types de trajet parce que quand je rentre en transport je rentre en tram en tramway quand j’entends en transport je mets à peu près 50 minutes pour pour arriver de en porte à porte c’est presque une heure en réalité parce que il me faut 10 minutes pour aller au tram donc je mets après 50 minutes jusqu’à tram en plus quand il est rempli roule depuis lentement non mais c’est ce qu’on doit tous ultivé justifier en nous donc là j’appelle un taxi j’amène mon fils à l’école qui est juste à côté et je reviens prendre le taxi directement parce qu’il faut après 10 minutes taxi pour venir et là j’ai 30 à 40 minutes en fonction du trafic pour rejoindre mon point donc vous avez effectivement un critère écologique qui est important effectivement je pourrais avoir un vélo pour deux trois mois j’en avais un avec moi ma compagne on se les fait voler mais là il y a un arbitrage que vous faites entre plein de choses et c’est tout le temps comme ça enfin il y a beaucoup de gens de gauche et des écologistes qui quand ils se rendent sur un plateau télé par un taxi ils viennent pas tous en vélo non mais je veux dire là j’ai une conférence par exemple en octobre l’UCN c’est une plus grande une des plus grosses conférences mondiales sur la nature et la biodiversité tous les ministres de l’écologie seront là bas tous quasiment de la Finlande de la Corée peut-être en France voilà mais il y a déjà une quinzaine de ministres de l’écologie qui ont dit qu’il serait là c’est en Corée qu’est-ce que je fais non mais la réalité moi quand j’y pense que je fais ce que je dois prendre l’avion pour y aller 15h avec un détournement parce qu’on peut plus parler de passer par la Russie 3 heures de plus de consommation de fuel 15 heures de vol ce que je vais dire là-bas j’ai présenté mon programme de transition énergétique est-ce que vraiment les ministres ont écouté les ministres sont en train de Twitter sur autre chose ils pensent à qu’est-ce qu’ils doivent éliminer ce qu’ils vont vraiment écouter quel va être l’impact de ça quasiment nul est-ce que je dois y aller non mais après on se pose on peut se poser plein de questions comme ça à l’infini non mais c’est ça que je veux dire donc la mobilité elle dépend de plein de critères voilà moi ce que je trouve dommage c’est que sur une émission d’une minute on en vient quand même à juger quelqu’un dont on connaît l’apport depuis pratiquement 10 ans moi j’écris un livre le déni climatique en 2015 il y a beaucoup de gens qui vont parler et vraiment ils n’ont pas d’enfants ils savent pas ce que c’est que d’emmener un enfant à l’école probablement en 2015 ils avaient 15 ans quand j’écrivais Steve là enfin un moment il faut remettre les choses dans leur contexte et moi c’est ça qui me dérange un peu enfin dérange en plus mais voilà mais effectivement j’ai fait une erreur dans la justification mais après c’est justification était parfaitement c’est une histoire vraie c’est je veux dire moi je c’est une histoire vraie qui est arrivé qui est qui est complètement folle j’ai pourquoi je la raconterai pas je dis pas que ça écoute toujours comme ça mais c’est une histoire folle c’est une somme de dysfonctionnement qui s’est alignée et c’est pour ça que j’ai mis 1h40 et c’est pour ça que c’est exceptionnel et que je la raconte de toute façon la vraie problématique c’est absolument pas cet épisode c’est plus aujourd’hui l’état des transports le fait que suivant l’état des transports c’est la demande qui s’adapte à l’offre j’en avais vu un exemple aussi comme ça où aux États-Unis il y avait une autoroute a été toujours bouchée alors il rajoutait des voix et en rajoutant des voix elle était toujours bouchées parce qu’en fait c’est c’est dans l’autre sens que ça marche est-ce que c’est aussi ça que tu voulais pointer le fait l’état des transports surtout que c’est les classes populaires qui sont les plus je racontais juste une histoire en fait je voulais rien pointer je raconterai juste une histoire enfin tout le monde connaît position par exemple la taxe carbone la taxe carbone qui a une taxe sur les carburants beaucoup de gens pour beaucoup de gens étaient pour moi j’ai toujours été contre parce que je sais que la mobilité quelque chose de complexe je vous raconte plein d’histoires je vais vous raconter une anecdote pardon vous allez vous allez voir des gens qui prennent leur B tous les jours vous allez leur dire vive les transports faut prendre les transports vous croyez qu’ils vont vous répondre quoi oui c’est super les transports ils vont jamais vous répondre ça le RER B c’est une catastrophe il y a pas eu d’investissement préfère investir dans des lignes directes qui vont à Roissy et la plupart des gens de banlieue et moi j’ai grandi en banlie je le sais qu’est-ce qu’ils font à 18 ans il passe il passe leur bac où il passe il bosse l’été et il se paye leur permis de conduire voilà et une fois qu’ils ont ça qu’est-ce qu’ils font moi la première voiture que j’ai acheté je l’ai acheté avec deux autres personnes dans un même quartier on achète une voiture à trois parce que la mobilité est plus importante que les transports ne fonctionnent pas le soir quand on sort vous sortez vous prenez pas le RER B vous faites pas un garde du Nord Sevran beaudotes en sifflotant comme vous prenez la mine une de Saint-Paul à Champs-Élysées Clémenceau vous voyez ce que je veux dire donc les gens qui te font la morale comme ça faut les transports faut le vélo pouvez très bien que la mobilité c’est beaucoup plus complexe que ça et ça dépend de plein d’éléments et ça dépend aussi du temps encore une fois moi quand quelqu’un de mon quartier aller à Villetaneuse la fac où j’étais mais il ramassait au moins 5 personnes on était à 5 dans la voiture parce que quand on a la Villa nous en voiture du Bourget de banlieue à banlieue on mettait 25 minutes quand on y allait en transport on faisait moi je vais aller marcher jusqu’à la gare gare du Nord gare du Nord Épinay Villetaneuse épine et Villetaneuse un bus un bus qui n’est pas le samedi par ailleurs soit il est en passant donc qu’est-ce qu’on fait voilà un mot tu as aussi des tu as aussi la le temps à prendre en compte tu vois et donc c’est pour ça que j’ai une thématique qui touche surtout les classes populaires parce que pour aller de banlieue à banlieue les les temps sont forcément allongés par rapport aux voitures et puis surtout c’est pas une question qui touche que les Franciliens la question de la mobilité ça touche toute la France les ruralités il y a des dysfonctionnements en plus moi dans mon extrait j’ai quand même pris les transports parce que j’ai dit au mec de m’arrêter pour prendre le tramway le tramway ne fonctionnait pas mais ce weekend j’amène mon fils et la mère de mon fils à la gare on veut prendre un bus 19 minutes d’attente alors je suis pas le premier parce que j’ai vu qu’il y a plein de gens qui ont twitté qu’ils avaient attendu disent tu as 19 minutes d’attente mais qu’est-ce que j’ai fait alors j’ai fait quoi j’ai pris un taxi à la base de faire ça mais c’est une idée qui ne peut sortir que de la tête d’un mec qui a vécu à Paris parce que bien sûr un mec qui a vécu à Paris c’est très simple de dire ça mais quelqu’un qui vit en banlieue le taux d’utilisation de la voiture quand vous êtes en banlieue il était oui mais comme ça concernait les régionales c’était l’Île-de-France donc là le tout d’utilisation de la voiture dans la petite couronne il a 50 % pour les travailler faut se poser des questions dans la grande couronne il a 75 % il faut se poser des questions et tu vas taxer ces gens-là le mec de 77 qui va travailler peut-être à Roissy dans le 93 tu vas le taxer et tu vas rendre les transports en commun gratuit le mec comment il fait il doit prendre trois bus pour arriver à Roissy ou sinon il prend la ligne directement à Gare du Nord gare du Nord et reprend toute la ligne pour aller à Roissy faut arrêter je veux dire aujourd’hui c’est très complexe la mobilité et moi je dis toujours en fait que quand on vit en banlieue quand on vit en province et bah il faut encourager la mobilité parce que il faut l’encourager je veux dire et là et bah oui bah parfois tu as une voiture tu la prends le soin à passer une bonne chose voyez faut pas être dogmatique comme ça mais bien sûr quand tu viens à Paris bah oui et là tu as des mobilités plus douces moi j’ai j’ai pas de voiture j’ai le permis à 18 ans d’ailleurs avoir le permis aujourd’hui jeune je pense un marqueur social parce quant à le permis jeune ça veut dire que ta grande est dans un endroit il y avait très peu de transport moi je veux dire l’ami à mon fils n’a pas le permis il y a plein de gens qui n’ont pas le permis à Paris autour de moi ils n’ont pas mon petit frère il a grandi pour une partie de sa vie à Paris il n’a pas le permis il a 37 ans 38 ans il n’a pas le permis moi j’ai eu le permis à 18 ans ça veut dire quelque chose et tous les gens de province et devant lui ils ont le permis à 18 ans parce que c’est la seule façon de trouver un travail et cetera merci Thomas [Musique] ils ont des milliards mais nous sommes des millions et si le média débarqué à la télé pour assurer la continuité de nos programmes pour défendre une information indépendante et différente mais aussi grandir et devenir une réelle chaîne de télévision nous avons absolument besoin de vous et de votre abonnement car nous sommes une coopérative qui ne vivons que de la communauté citoyenne rendez-vous sur le média tv.fr/soutien pour en savoir plus sur ce grand projet et le réaliser le réaliser pardon tous ensemble je vous le répète mais il nous faut minimum 12500 abonnés pour ne pas s’arrêter nous sommes ravis de décrypter l’actualité en direct avec Thomas et vous chaque semaine merci de toujours nous suivre pour tous vos commentaires et vos pouces en l’air sous la vidéo et sous les directs merci d’avoir suivi ce toujours debout que vous retrouverez dès demain à 18h30 et pour ma part dans l’instant Porcher on vous dit spectateur abonnés donatrice et sociaux à la semaine prochaine [Musique]

Leave a comment