Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Quel est le contraire de bonjour ?

Quel est le contraire de bonjour ?

Quel est le contraire de AMI ? rivale. opposé dans la course à un avantage, à un résultat… Quel est le contraire du mot merci ? Quel est le contraire du mot merci ? – Quora. Bonjour ! Le contraire de «Merci» est probablement de NE PAS le dire = garder le silence. Quel est le contraire du sel ? Le salé est l’une des saveurs gustatives de base. On peut donc considérer les noms des autres saveurs, acide , sucré , amer et umami , comme des antonymes de salé . Quel est le contraire de la mort ? Le vrai contraire de la mort, c’est donc l’amour. C’est l’ultime forme de résistance sur ma terre où il est quasiment impossible de rencontrer le bonheur. Quel est le contraire de belle ? Quelques contraires de belle : laide , moche , repoussante , hideuse .

Quel est le contraire d’intelligent ?
Quel est le contraire de timidité ?
Quel est le contraire du sucré ?
Quel est le contraire de beau ?
Quel est le contraire de l’amour ?
Quel est le contraire de la vie ?
Quel est le contraire de froid ?
Quel est le contraire de l’amitié ?
Quel est le contraire de la colère ?
Quel est le contraire de rire ?
Quel est le contraire du mot gentil ?
Quel est le contraire de la peur ?
Quel est le contraire de tristesse ?
Quel est le contraire de pleurer ?
Quel est le contraire de vide ?
Quel est le contraire de chaud ?
Quel est le contraire de calme ?
Quel est le contraire d’aimer ?
Quel est le contraire de fatigue ?
Quel est le contraire de coupable ?
Quel est le contraire de quelque chose ?
Quel est le contraire du mot heureux ?
Quel est le contraire du mot sauvage ?
Quel est le contraire de bête ?
Quel est le contraire de délicieux ?

Quel est le contraire d’intelligent ?

Contraires de intelligent à propos d’une personne On peut citer bête , stupide , idiot , pas doué , imbécile , abruti , crétin , sot , bêta , nigaud ou, plus vulgairement, con .

Quel est le contraire de timidité ?

Contraire : assuré, audacieux, cynique, décidé, désinvolte, dynamique, effronté, entreprenant, fanfaron, fier, hardi, impertinent, impudent, insolent, intrépide, résolu. – Familier : crâneur.

Quel est le contraire du sucré ?

Contraires de sucré en tant que saveur On peut donc considérer que les autres noms de saveurs, acide , salé , amer et umami , sont les antonymes de sucré .

Quel est le contraire de beau ?

Contraire : abominable, affreux, chétif, difforme, disgracié, disgracieux, hideux, inesthétique, informe, ingrat, laid, malingre, mauvais, vilain. – Familier : atroce, moche, sale. 3.

Quel est le contraire de l’amour ?

Si on considère que le contraire de l’amour est la haine, aimer a pour contraires détester et haïr . Avec une intensité plus grande, on peut dire exécrer , abominer ou, moins courant, abhorrer .

Quel est le contraire de la vie ?

Contraire : mort. – Littéraire : trépas.

Quel est le contraire de froid ?

Contraires de froid pour qualifier une température On a d’un côté tiède et tempéré ; de l’autre côté brûlant , incandescent , ardent , bouillant et bouillonnant .

Quel est le contraire de l’amitié ?

Contraire : animosité, antipathie, aversion, désaffection, haine, hostilité, inimitié.

Quel est le contraire de la colère ?

Dans des situations qui provoquent un sentiment de colère, mais pour lesquelles on choisit de ne pas réagir, on peut alors parler d’ impassibilité ou de sang-froid (pas de réaction du tout), de patience (attente que la colère passe toute seule), de modération (limitation des accès de colère).

Quel est le contraire de rire ?

se moquer, mépriser.

Quel est le contraire du mot gentil ?

Dans ce sens, ses antonymes sont désagréable , déplaisant , méchant , pas sympa et odieux .

Quel est le contraire de la peur ?

Contraire : audace, bravoure, courage, hardiesse, héroïsme, intrépidité.

Quel est le contraire de tristesse ?

adjectifs : triste- antonyme de – joyeux.

Quel est le contraire de pleurer ?

regretter, déplorer. laisser couler la sève. quémander, réclamer.

Quel est le contraire de vide ?

relief. saillie sur un plan, une surface, dans un paysage, etc.

Quel est le contraire de chaud ?

bouillant, brûlant, caniculaire, étouffant, torride. Contraire : clément, doux, frais, froid, gelé, glacé, glacial, tempéré, tiède.

Quel est le contraire de calme ?

Le nom calme a donc aussi pour contraires nervosité , agitation , stress , angoisse , anxiété , affolement , panique , bouleversement , tourment et trouble .

Quel est le contraire d’aimer ?

Contraires du mot aimer pour dire « ne pas éprouver d’amour pour quelqu’un » Si on considère que le contraire de l’amour est la haine, aimer a pour contraires détester et haïr . Avec une intensité plus grande, on peut dire exécrer , abominer ou, moins courant, abhorrer .

Quel est le contraire de fatigue ?

déformer, plier, user.

Quel est le contraire de coupable ?

indigne, ayant effectué une action condamnable.

Quel est le contraire de quelque chose ?

 contraire 1. Qui est en opposition avec quelque chose ; contradictoire, incompatible, antinomique : Cette décision est contraire au règlement. 2. Qui est, qui se fait dans une direction radicalement opposée, inverse : Sens contraire à celui des aiguilles d’une montre.

Quel est le contraire du mot heureux ?

Contraire : affligé, amer, attristé, dégoûté, dépité, désespéré, désolé, ennuyé, malheureux, mécontent, triste. – Familier : embêté. – Littéraire : blessé, chagrin, infortuné.

Quel est le contraire du mot sauvage ?

Un animal sauvage est un animal qui vit dans la nature, sans intervention humaine. À l’inverse, les animaux dits domestiques vivent en compagnie des humains. Sauvage a pour autres antonymes domestiqué , dressé et apprivoisé .

Quel est le contraire de bête ?

très simple, enfantin.

Quel est le contraire de délicieux ?

Contraires de délicieux dans le sens « agréable » Dans ce sens, délicieux s’oppose à désagréable , pas agréable , déplaisant et pas plaisant .


– Et bonjour à tous, et bienvenue dans lamatinale de France Contraire. Je suis aujourd’hui en compagnie de CéliaSalamené, Célia, bonjour. – Bonjour Stéphane, bonjour à tous. – Nous recevons ce matin Franjo, Franjo, quinous fait le plaisir d’être là. Franjo, bonjour. – Bonjour,- Alors, Franjo, pour faire simple, vous étiez à la base humoriste,vous êtes aujourd’hui activiste gilet jaune,représentant de l’extrême droite, étendard des anti-vaccins. Vous êtes en conférence,du jeudi au samedi, dans l’un des… Comment ? – Je vous interromps deux minutes,je suis toujours humoriste. Je fais pas homme politique ou étendard ou,Je fais de l’humour quoi. – Alors dans les salles aussi ? Enfin, je veux dire quand vous prenez laparole en public ? – Euh, oui. Précisément dans les salles justement, jefais des spectacles d’humour, du stand-up. – Alors, quand il n’y a pas de rire,c’est une conférence, ce n’est pas de l’humour, Franjo. – C’est une blague ! – Et oui. – Je n’avais pas compris. – Vous n’avez pas le monopole du sarcasme. – C’est vrai que c’était drôle,ça c’est ça c’était, c’était drôle Alors, vous êtes donc humoriste, dans votrevidéo post-élection présidentielle, vous avez annoncé avoir voté Marine Le Pen. Alors, est-ce qu’on est sur de l’humour ? ou une sombre propagande d’extrême droite ? Expliquez-nous, Franjo. – Non, c’est de l’humour. C’est un sketch quoi. – Certes, mais vous faites quand même passerun message, non ? – Ben non, enfin, oui à la limite, le seulmessage que je ferais passer, c’est de dire que je suis d’accord avec aucunmouvement politique. – Non, mais attendez, vous condamnezfermement, enfin, en tout cas, je l’espère, les gens qui ont voté RN,anciennement appelé « Front National » ? – Oui, mais après, pasplus que les autres quoi. – Donc, vous cautionnez les mouvementsd’extrême droite ? – Non, je n’ai pas dit ça. – Donc, vous avez voté RN ? – Non, non plus, j’ai pas dit ça. – Vous avez voté quoi, Franjo ? Soyez clair. – Pour être tout à fait honnête,je n’ai pas voté. – Eh ben, c’est scandaleux,je préfère rappeler qu’il y a des gens qui sont morts pour le droit de vote. – Exactement. – Oui, on est d’accord, mais enfin, aprèsmoi j’étais en partie de molkky, ça s’est éternisé, enfin, c’est pas laquestion mais, c’est vrai que moi, du coup, moi j’ai pas voté. J’ai pas voté RN, après pour contester, çam’aurait certainement pas dérangé. – Ah, OK, je suis pas« nazi » mais déporter des juifs, ça ne m’aurait pas dérangé. – Non mais là, vous comparez quand même unvote contestataire avec le nazisme, c’est un… – Alors non, c’est pas ce qu’on dit hein,c’est de l’humour Franco hein, calmez-vous. – Moi, c’est Franjo,- Oui, peu importe. – Et puis ça revient à dire que – Vous avez pas le monopole de l’ironie. – Je peux expliquer, enfin,je peux répondre, ou ? – Bon, on enchaîne. – Reprenons, alors, – Non, mais excusez-moi,je veux quand même insister deux minutes, puisque même si c’est de l’humour, entreguillemets, que vous faites, ça revient à dire que les gens qui ne sontpas d’accord avec vous sont des nazis ? Ça appauvrit un peu le débat, non ? – Alors, écoutez, moi, personnellement, je ne parle pas avec les gens qui n’ont pasle même point de vue que moi, je ne vais pas expliquer aux nazis que c’est mal ce qu’ils font, c’est ridicule, je vais pas perdre mon temps avec ça,excusez-moi hein. – Justement, c’est ce que je dis, que lesgens qui ne sont pas d’accord avec vous sont pas forcément nazis. – Bah, si. – Non mais, vous faitesaucune nuance en fait, et d’ailleurs, si on va plus loin dans lanuance et la réflexion, même dans les nazis, il y asurement des braves gens… – Oulà, waouh. – Non ? – Vous êtes quand même pas en train de cautionner les actes nazis endirect à la radio là ? Je suis peut-être allé un peu loin, maisc’était pour pousser la réflexion. – Bon, écoutez Franjo, là ça va être trèsclair, si vous n’aimez pas les juifs, vous le dites tout de suite,et on arrête l’émission, et on rentre à la maison. – Je twitte : « Les nazis étaient de braves gens,mais c’est de l’humour. » et je mets des guillemetsà humour évidemment. – Non mais, c’est qui lui, là ? – C’est le Community Manager. – Il est stagiaire, mais il comprend vite. – Je rajoute un hashtag Metoo aussi ? – Quoi ? – Oui, oui, vas-y, vas-y, c’est super. – Mais quel est le rapport ? – Je sais pas, c’est viral,ça marche bien en général. – Non, mais attendez, qu’on soit bien clair,parce que là ça va un peu loin, je ne suis ni nazi, ni même antisémite, je veux dire, je regarde C8,je mange des falafels j’ai aucun problème avec ces gens-là. – D’accord. – Bon, écoutez, peu importe, de toute façon, c’est ce que jedisais tout à l’heure à Célia, et une phrase qui résumetrès bien mon état d’esprit, je ne discute pas avec les cons,ça les instruit, voilà, paf. – Ben, j’ai un peu l’impression de vousinstruire là, justement. – Là, j’ai pas compris. – Pas grave. – T’as compris, toi ? – Oui. Oui, bien sûr, j’ai compris. Oui, j’ai compris. – Ah, tiens, reposté par Dieudonné, bon,bad buzz, ça reste un buzz quand même. – Au fait, ce que je voulais dire,pour terminer sur le RN, je pense que les gens qui votent RN,on peut les respecter même s’ils ont pas le mêmepoint de vue que nous, voilà. – Ah, là, je suis pas d’accord, Franjo, jecondamne fermement les racistes. – Mais justement, c’est ce que je dis, c’estpas forcément des racistes. – Mais si. – Mais non. Et puis là, vous insultez unpeu une partie de votre audimat. – Ils sont pas obligés de nous écouter,on n’a pas besoin d’eux. Non mais voilà – Nan si Stéphane, après c’est vrai quetechniquement, on est financés par la contribution à l’audiovisuel public. – C’est quoi ça ? C’est encore une dérive du capitalisme ? – Non, mais comme on est un service public,tu sais, c’est les gens qui nous écoutent qui paient les impôts et tout ça. – Ouais, ouais, benil va falloir abolir les impôts. Et d’ailleurs, c’est pour ça qu’on auraitdû voter Mélenchon. – Eh ben, Mélenchon, on y est. – Quoi ? Voilà, Mélenchon, on y est,qu’est-ce qu’il y a encore ? – Ben, c’est la seule intention de vote quiest acceptée socialement. – Mais, enfin, écoutez, en même temps, il aun programme qui est populaire, qui est pro-immigration,anti-riche, anti-raciste, écologique, J’veux dire c’est quand même bien de se direqu’on est pour toutes ces choses-là. – Oui, même si on les pense pas. – Alors là, je ne vois pas du tout où vousvoulez en venir, Franjo, par contre. – Ben, c’est simple. Je veux dire que taxer les riches àquatre-vingt-dix pourcent, le SMIC à deux mille euros,la retraite à soixante ans, et accueillir tous lespauvres du monde entier. – Et c’est quoi le problème ? – Ben, ça fait bien de direqu’on est pour ça, mais c’est impossible à mettre en place. C’est hypocrite. En fait, c’est du populisme ou de ladémagogie, si vous préférez. – Ah, c’est marrant, parce que,il a l’air C** comme ça, mais en vrai, il utilisedes mots assez compliqués. – Mouais, mais enfin,est-ce qu’il les comprend ? – Vous savez, je suis là hein. Enfin, je vous entends quoi. – Bon, je suis désolé, Franjo, mais je penseque vous exagérez, vous le savez vous-même, les mesures de Mélenchon ne sont pasimpossibles à mettre en place. – Ben, on a du mal àgérer nos pauvres à nous, et on va accueillir lespauvres de l’étranger maintenant. – C’est étonnant, je sais pas si vous vousrendez compte comme vous tenez exactement les mêmes proposqu’Éric Zemmour. – Yes, yes, Franco est sympathisant deGargamel, hashtag anti-Schtroumpf noir. Lol. – Gargamel ? – Bah, Zemmour, boomer. Ah la gueule. – Excellent. – C’est bien de se moquer de Zemmour,personne ne le fait, bravo. – Ça vous gêne ? – Non, ça me gêne pas,mais, disons que tout le monde le fait donc c’est pas très original, voilà. C’est comme se moquer de Le Pen,Lalanne, tout le monde le fait, c’est pas une véritable prise de risque. Vous avez qu’à vous moquer aussi,je sais pas moi, des prêtres pédophileset de la manif pour tous. Comme ça, ce sera pile dansl’humour facile de gauche qu’on fait depuis quinze ans, c’est bien. – Vous êtes désagréable. – Mais non, mais c’est vrai. En même temps, c’est comme les fauxcombats là : « Je suis contre le racisme. » C’est bien beau, mais bon, c’est consensuel,on n’avance pas avec ça. – Bon, alors écoutez, je suis désolé, maisje pense qu’il faut continuer à lutter contre le racisme età abolir dans notre société les privilèges de l’homme blanc. Ben, ça me parait évident. – C’est twitté. – Ben, vous dites ça mais, je ne vois quedes blancs dans le studio là. – C’est vrai que là, il y a que des blancs, mais… – Il n’y a pas Patrick euh ? – Le truc c’est que Patrick, il est à la sécuritéalors ça compte pas vraiment là. – Bon, je crois qu’on s’égare un petit peu,revenons à nos moutons. – Vous voulez dire les vaccinés ? – Pardon ? – Non, rien, c’est une petite blague. – OK, euh… Revenons donc au débatsi vous le voulez bien. Alors, on en était où d’abord puisque… – Ben, il était en trainde défendre Gargamel, enfin Éric Zemmour, puisque apparemment,on ne peut plus rigoler. – Oui, voilà, c’est ça. Oui, bon, donc, vous êtes,vous aimez Zemmour, c’est ça ? – Non, j’ai pas dit ça,j’ai dit que ben tout le monde le critique, parce que c’est facile de le critiquer, d’ailleurs, c’est pour çaque tout le monde le fait. Moi, je suis pas forcément pro-Zemmour, d’ailleurs, à choisir même entre Macron et Zemmour, je préfère limite Macron,c’est vous dire. – On a du mal à vous suivre quand même, je veux dire, vous êtes pro-Macronmaintenant ? – Non, je disais juste que… – Alors, « Franco est macroniste,il n’est pas Gilet jaune et il ment à sa communautépour faire de l’audience. » hashtag hypocrite. – Il est lourd, lui hein. Je suis pas macroniste, voilà, je suis paspro-Zemmour non plus, je dirais que… – Bon, vous êtes anti-système quoi. – Oui, à la limite- Oui, mais dites-le. – Oui, ben à la limite, c’est ça. – Ouais, ouais. – Et pourquoi pas pro-Macron ? – Ah, je sais pas, j’ail’impression qu’il a envie de faire la guerre à Poutine alorsque je suis plutôt pacifiste. – Alors ça, pour le coup,il a raison d’être opposé à Poutine. – Évidemment, et d’ailleurs, nous apportonstout notre soutien aux Ukrainiens. – Tous à fait ma chère Célia, et d’ailleurs, je sais pas si je vous l’aidit, mais il y a pas longtemps, j’ai eu l’honneur d’accueillir un jeuneUkrainien chez moi. – Oh, c’est beau. C’est magnifique même. – Oui, j’ai été obligémalheureusement de mettre ma maman dans une maison de retraite, c’est dire, sic’est une preuve de vertu. – Ah oui, franchement vousavec le sens du sacrifice. – Je vous remercie. Tu peux twitter ça, stagiaire. – Alors, deux minutes, je n’ai pas suivi,vous avez fait quoi avec votre mère ? – J’ai.. Je l’ai mise dans une maison de retraite. – Et elle était d’accord ? – Oh, je lui ai pas demandé,mais vous savez, euh… Bon. Soixante-deux ans, c’est l’âge parfait pourentrer dans un EHPAD hein. Surtout si c’est pouraccueillir chez nous un Ukrainien. – Une Ukrainienne, d’ailleurs. – Oui. – Veuve. – Oui, j’ai eu de la chance, oui. – Tu m’as pas dit quet’avais mis des critères ? Alors, vous êtes pro-Poutine, vous ? – Non, je dis juste qu’on est anti-Poutine,sans trop savoir pourquoi quoi. – Mais évidemment qu’on sait pourquoi. Vous tenez des propos choquants, vous savez ? – Mais quoi ? Vous êtes anti-Poutine,vous savez pourquoi, vous ? – Moi, je le sens pas. – Il a l’air super méchant. – Moi, j’ai lu sur Twitter qu’il mangeaitde la viande en plus. – C’est ça votre étude géo-politique ? Il a l’air méchant, il mange de la viande ? Vous êtes sérieux ? – Bon, il attaque l’Ukraine quand même. – Ouais, mais on ne sait pas ce qui adéclenché le conflit, personne ne sait rien. On est tous anti-russes,on n’a rien suivi, on sait pas pourquoi. – Alors, si. Moi, j’ai suivi. – Vous avez suivi quoi ? – Les médias, Libération,L’Humanité, je lis tous les jours. – C’est bien, Libération, ça c’est impartialcomme média, c’est bien ça. – Bon, écoutez, si vous ne faites même pas confiance aux médias, on va arrêter là,tout de suite. C’est que vous êtes complotiste,et ça, c’est inacceptable. – Si pas croire aux médias,c’est être complotiste, ça me va hein. Et pour revenir à Macron,parce que c’est quand même, c’est ça dont on parlait, je veux dire, il a quand mêmemal géré la pandémie quoi. – Mais pas du tout. – Il a su parfaitement gérer la crise. – Mais tout à fait, Célia. – Ah ouais ? Le confinement, les masques à l’extérieur,les doses à répétitions, le passe sanitaire pour aller à l’hôpital, c’est vrai que c’estbien géré, ça, c’est bien ça. – OK, je parie que vous, vous n’avez pasvotre quatrième dose en fait. – Si je vous réponds, vous allez dire quoi ? Que je suis un nazi anti-systèmecomplotiste ? – Bah, évidemment. – Bah, oui. – Bon, vous êtes antivax ? – Je me prononce pas là-dessus. – Non, mais dites-le – Vous dites que vous ne vous prononcez pas,pourtant vous avez dit, je cite : « Un vaccin qui dure six mois, ce n’est pasun vaccin, c’est un lissage brésilien. » Ça te fait rire ? – Non, mais je rigolais pour un autre truc,c’était … – Tu veux être payé, stagiaire, ou ? – Non, mais c’est de l’humour,justement voilà, moi, je rebondis sur des sujets qui intéressent les gens, enl’occurrence, le vaccin, c’est que j’essaie de rester dans lestendances quoi, au fait. – En parlant de tendance, je twitte : « Franco est antivax pour lamonétisation sur les réseaux et les placements de produits.” Quel connard ! – Attendez il va mettre« quel connard » là ? – Non, non, ça, c’est juste moi,ça me soulage, égoïste, j’arrive même pas à le mentionner à Franco – C’est normal, c’est Franjo, déjà, je l’ai déjà dit. Et en plus, ils ont fermé mon compte Twitter. – Oh le loser. – C’est vrai que les gens qui se vaccinentpas sont des égoïstes. – Tout à fait. – Là, encore une fois, je suis pas d’accord. Ça fait deux ans qu’on a le même débat, etmême après deux ans au fait, on sait pas si le vaccin,il est véritablement efficace. – Non, mais c’est facile, ça on sait pas, çaon sait pas, vous savez jamais rien, vous prenez jamais aucun risque. – Ben oui, quand on n’a pas de certitude, ilvaut mieux pas prendre de risque en fait. Tout le monde a un point de vue différent,avec des sources différentes, tout le monde se contredit, au final, moi,je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire. – Bon, au final, il est quoi ce mec ? – Je sais pas. Réactionnaire ? – Bon, eh bien, nous allons pouvoir clôturercette émission qui ne figurera pas dans les annales de cette chaîne, disons-le. Franjo, merci d’avoir été au micro de FranceContraire ce matin, merci Franjo. – De rien, c’était un plaisir. – Pour conclure, vous pouvez aller voir lesmeetings de Franjo. – C’est des spectacles,voilà, je l’ai dit au début. – Oui, oui, c’est ça, lesconférences de Franjo, vous pourrez également le retrouver dans les manifestations, les samedis avec Florian Philippot à République,accompagné de Francis Lalanne… – Et Adolf Hitler. – Excellent, mais au fait,je vais partir, en fait. – Mais c’est la fin de l’émission en mêmetemps, donc faut y aller. – Et petit coup de pub France Contraire,« Franjo fera bientôt une tournée sur la ligne 14 du métro parisien. »hashtag fin de carrière, point d’interrogation ? – La semaine prochaine,nous accueillerons Nicolas Hulot, qui nous expliquera s’il est plutôtclimatosceptique ou féministe. D’ici-là, bonne journée à tous,sur France Contraire.

Leave a comment