Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Quand Faut-il changer le dollar ?

Quand Faut-il changer le dollar ?

Qui est le plus fort entre le dollar et l’euro ? #9 Dollar des États-Unis Le dollar américain est la monnaie la plus échangée au monde, et c’est aussi la première réserve mondiale monnaie. Il est toujours fort parce qu’il a tant d’acheteurs. Le USD est détenu par des banques centrales et commerciales du monde entier aux fins de transactions internationales.19 juin 2022 Quelle est la différence entre 1 € et 1 dollar ? L’unité monétaire est le dollar américain, dont le taux varie sans cesse. 1€ = 1,14 USD. Pourquoi le dollar baisse face à l’euro ? Dans la situation actuelle, les investisseurs ont tendance à vendre l’euro pour acheter le dollar afin de pouvoir se placer sur son marché. Les mouvements de capitaux qui se dirigent davantage vers la zone dollar exercent un effet de dépréciation de l’euro vis-à-vis du dollar : l’euro baisse.22 sept. 2022 Est-ce que le dollar va baisser ? Celle-ci est suivie d’une phase de stabilisation autour de 1,15 dollar qui dure jusqu’à fin 2021 ; 2022 marque un nouvel affaiblissement de la monnaie unique : l’euro atteint le 13 juillet 2022 la parité avec le dollar, une première depuis 2002.28 juil. 2022 Pourquoi le dollar est si haut ? Dans un contexte d’incertitude économique et géopolitique, la monnaie américaine a dépassé l’euro pour la première fois depuis 2002. Une suprématie qui reflète les rapports de force à l’œuvre sur la planète.15 sept. 2022

Pourquoi l’euro dollar baisse ?
Quelle est la monnaie la plus forte du monde ?
Quelle est la tendance du dollar ?
Quand l’euro va remonter face au dollar ?
Pourquoi l’euro s’effondre face au dollar ?

Pourquoi l’euro dollar baisse ?

La montée des incertitudes et de l’inflation en Europe Les mouvements des taux de change ont de multiples origines. La dépréciation de l’euro face au dollar ne fait pas exception. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a, tout d’abord, bouleversé la stabilité européenne.27 juil. 2022

Quelle est la monnaie la plus forte du monde ?

dinar koweïtien

Quelle est la tendance du dollar ?

Pour 2021, le Fonds monétaire international prévoit une croissance de 6 % pour les États-Unis, contre 5 % pour la zone euro, tandis qu’en 2022, les prévisions sont respectivement de 5,2 % et 4,3 %. Là encore, cela laisse présager la force du dollar.7 déc. 2021

Quand l’euro va remonter face au dollar ?

Une baisse qui accélère l’inflation Sur fond de perspectives d’arrêt des livraisons de gaz russe et de la remontée des taux américains pour lutter contre l’inflation durant les mois d’été 2022, d’autres paliers cèdent successivement jusqu’à une relative stabilisation autour d’un euro pour un dollar en septembre 2022.22 sept. 2022

Pourquoi l’euro s’effondre face au dollar ?

Dans la situation actuelle, les investisseurs ont tendance à vendre l’euro pour acheter le dollar afin de pouvoir se placer sur son marché. Les mouvements de capitaux qui se dirigent davantage vers la zone dollar exercent un effet de dépréciation de l’euro vis-à-vis du dollar : l’euro baisse.22 sept. 2022


bonjour à toutes et à tous et ravi de retrouver nous allons parler aujourd’hui de l’un des sujets chauds du moment la chute de l’euro et oui qui ne s’arrête plus finalement c’est vrai qu’on avait annoncé il ya quelques mois on est autour des 1 05 dollar pour un euro des fois un petit peu moins des fois un petit peu plus mais c’est vrai que cette baisse est là donc ce qu’ils appellent évident plusieurs questions pourquoi effectivement l’euro baisse est-ce que ça va durer puis surtout quelles sont les conséquences pour nous pour nos entreprises mais bien pour notre quotidien pour notre épargne pour les taux d’intérêts banques pour nos crédits donc vous voyez beaucoup d’impact effectivement de cette baisse de l’euro va voir tout ça dans le détail évidemment toujours avec des graphiques réalisé sans trucage un joli gâteau mais c’est important de le rappeler bien entendu parce qu’aujourd’hui on n’a beaucoup de trucage un peu partout alors justement cette baisse de l’euro à la voix si on la voit l’euro dollar ici depuis janvier 2021 donc ça a chuté de 9% depuis janvier 2022 on le voit ici mais si on se réfère à janvier 2021 une baisse donc de 15% en un an et demi un peu moins d’un an et demi finalement de l’euro/dollar je me souviens encore et encore quelques mois certains écluses dinan mais l’euro va remonter à 1,20 et 1,30 dollar pour un euro nous quand on disait qu’il allait baisser vers sous les indices voire 1 05 ont nourri lyonnais nous y sommes aujourd’hui alors c’est intéressant de voir que quand on regarde sur longue période et bien c’est on l’a rarement atteint un niveau aussi bas en fait seulement trois fois depuis que l’euro existe alors on avait la période de forte baisse de l’euro début de la création de l’euro donc de 2000 à 2003 début 2003 que l’euro ici était saoul donc les 1 05 dollar pour un euro en mars 2015 là également on a également connu et puis en décembre janvier 2017 dont des périodes où finalement il y avait des petites inquiétudes sur justement la zone euro mais néanmoins part ça c’est vrai qu’on a rarement eu alors on se souvient bien sûr d 1,60 dollar pour un euro en deux militants n’en est pas là bien sûr malawi ça y est on retouche les 1 05 dollar pour nous donc c’est quand même un vrai événement surtout que ça pourrait évidemment continuer leur déjà pourquoi cet euro baissent faut comprendre qu’il y à déjà des forces structurelles qui favorisent le dollar par rapport à l’euro même si on ne veut pas les voir il ya souvent une sorte de déni de réalité en disant oui mais l’euro ce qui est plus sûr que le dollar malheureusement non une raison simple c’est qu’aujourd’hui entre 62 et 65 % des réserves de change dans le monde sont en dollars seulement 20% pour le redon c’est à dire qu’on a évidement une demande structurelle de dollars et parallèlement 50% des transactions dans le monde sont en dollars avec dedans quand on paye les matières premières quant aux bayonnais airbus il est facturée en dollars donc ce qui fait que évidemment on a une demande aussi de l’art qui est importante alors que les américains ce n’est que 11 % du commerce mondial donc 50% donc du commercial alors au total 100 tonnes de la serre que les deux tiers du commerce en dollar ne sont pas américains donc là encore une fois on comprend pourquoi structurellement le dollar doit être plus fort que l’euro alors après évidemment bas et où des échecs il faut le dire moi j’ai souvent défendu bien sûr la création de la zone euro 1 elle nous a protégés mais néanmoins il faut admettre la vérité on a un échec en terme d’activité économique la zone euro n’arrive pas à dépasser les états unis en termes d’activité économique est là on voit le poids donc de la zone euro et des états unis au niveau mondial en termes de pib en fait intéressant de voir que dans les années 80 alors évidemment la zone euro n existait pas donc on prend la zone euro actuelle et on crée trop paul de calcul et dont on voit que la part dans le pib mondial de la zone euro 1 c’est la courbe rougeoyer était supérieure à celle des états unis on était autour des 22 % américain été légèrement en deçà et puis après bien évidemment on à la tendance baissière haut notamment l avantage des pays émergents notamment de la chine évidemment donc c’est que ce soit aux états unis ou dans la zone euro la part dans le pib mondial baisse mais néanmois regardez bien lasser les projections du fmi pour 2024 on devrait être autour des 11 % pour la zone euro contre autour des 15 16 % pour les etats-unis dont il ya quand même cet écart qui est toujours un avantage de l’oncle sam en termes de création de richesse au niveau mondial et d’ailleurs autre élément important bas à la suite de cette pandémie évidemment dramatique on se rend compte que les américains ont beaucoup mieux résisté que nous on le voit ici l’envoi l’évolution du pib évidemment hors inflation entre les états unis et la zone euro donc on commence l’histoire au quatrième trimestre 2010 9 donc avant évidemment la pandémie la pandémie arrive tout le monde s’effondre après ça redémarre et aujourd’hui alors on a alors eu une petite baisse surprise du pib américain au premier trimestre 2 mais néanmoins malgré ça donc le pib américain la richesse concret outre atlantique hors inflation depuis donc de quatrième trimestre 2009 a augmenté de 2 8% alors que dans la zone euro v on vient seulement de retrouver le niveau qu’on avait fin 2019 on a une petite hausse de 0 4% de manquer un écart évidemment qui est là alors si on regarde les fameux glissement annuel du pib c’est vrai qu’on a une petite surprise au premier trimestre 2011 22 et bien voyez que la croissance américaine est passée en dessous on sait la courbe rouge donc de la croissance de la zone euro cela comble oui celle qu’on a une bonne surprise pour la zone euro bonds est ce que c’est durable ça c’est une autre question valoir tout à l’heure mais néanmoins on a ce petit avantage mais quand on regarde sur longue période là évidemment on est très très vite déçu là on à l’écart de croissance annuel cumulé donc entre les états unis et la zone euro je rentre pas dans les drivers l’axé la courbe rouge est bien depuis 1995 on a quasiment 100 points d’écart de croissance al’avantage de l’oncle sam 98 points exactement c’est assez énorme et s’il n’en voit l’évolution du pib sur la période donc le niveau du pib en 1995 en rouge c’est dans la zone euro en bleu c’est aux états unis mais là aussi malheureusement il n’y a pas photo et que là on avait bien sûr la pandémie dont que tout le monde a été concernée mais depuis 95 le pib américain a augmenté de +2 87% alors que nous c’est moins de 47% on a compris 40 points d’écart de moins donc de variation de pib et finalement de richesses créées entre les états unis et la zone euro d’aucun comment pourquoi malheureusement leur au delà est structurellement faible le niveau des clips de l’euro dollar c’est autour des 1 10 dollar pour 1 euro et donc voilà pourquoi évidemment leur baisse alors il ya d’autres éléments par exemple le chômage c’est vrai que là on voit le taux de chômage américain c’est la courbe rouge le taux de chômage de la zone euro c’est la courbe bleue alors c’est vrai que pendant la pandémie bah oui il flambait on n’a pas eus aux états unis autant dette que chez nous en europe donc à une flambée évidemment d’une autre chômage on est passé de trois et demi à a quasiment 15% taux de chômage nous on a un petit peu augmenté voyez on est resté autour des 8 9% eh ben bien sûr aujourd’hui ça s’améliore on a tellement aidé un peu partout donc on a cette baisse d’autres chômage dans la zone euro on est retournés 6,8 pour cent mais outre atlantique on est à 3 6% donc c’est assez incroyable c’est qu’on a toujours 7 10 amic du marché du travail qui est là aussi à l’avantagé des états unis et donc davantage du billet vert justement si on fait une petite synthèse de toutes les forces et faiblesses entre le dollar et l’euro d’un point de vue structurel encore une fois on voit qu’on a beaucoup davantage aux états unis donc lorsque c’est en bleu c’est un avantage des américains alors que c’est en rouge à l’avancé de la zone rouge avec un seul petit point donc on croissance structurelle donc c’est la croissance qui s’obtient lors d’un fonctionnement normal de l’économie 2 5% aux etats-unis 1 % de la zone euro à peu près le même niveau en france à peu près 1% pendant le pib mondial voyait 16 % à 12 % dans la zone euro de chômage moyen depuis 2001 pas seulement avant ou après la pandémie depuis 2006 % outre-atlantique 9,3 pour cent chez nous alors au niveau de la dette depuis 2001 pas sur les derniers mois on a à peu près la même d’être un peu plus aux états unis 86 % par rapport à 80 c’est vrai qu’en 2021 eh bien on a eut fait en une dette publique américaine à 133 % du pib les américains ont été ont été encore plus large que nous 100 % dans la zone euro simplement dans la zone euro il ya évidemment des écarts entre nous par exemple est français on est 1 115 % les les grecs sont à 200% institutes mais globalement c’est vrai qu’ on est en 100 % en moyenne et puis serait qu’un petit avantage les américains ont un déficit de la balance courante qui est permanent alors que dans la zone euro en un léger excédent qui est en train de fondre un d’ailleurs depuis quelques mois mais néanmoins sur la période crs al’avantage de la zone euro alors par contre en terme de crédibilité de la banque centrale frick celle des états unis est un peu meilleure que celle de la zone euro mais elle est pas quand même génial surtout c ces derniers mois où les américains ont refusé de voir l’inflation qui arrivait à y compris donc à la réserve fédérale mais elle est quand même supérieure à celle de la zone euro où nous allons continuer de de rester aveugle et sourd ambiant mais non n’y a pas d’inflation tout va bien donc évidement la crédibilité de la banque centrale européenne est quand même particulièrement faible et puis dernier point d’un point de vue fédéral la stabilité politique évidemment les états unis est bon on peut être pour compte que vous voulez mais néanmoins c’est clair que dans 20 ans la probabilité que les à lui disparaissent et relativement faible alors qu’on ne sait pas si dans 15 20 ans la zone euro sera toujours là parce que justement elle n’est pas complètement unifiée donc ça la socri ça génère des craintes sur l’euro de là donc c’est pourquoi des cadets des craintes par exemple évidemment ça du crâne et spi des craintes au niveau de la stabilité de la zone euro l’euro est attaqué c’est ce qui est exactement ce qui est en train de se passer aujourd’hui donc ça c’est donc les efforts structurels par rapport au dollar donc sur le dollar par rapport à l’eau voilà pourquoi le dollar s’apprécie structurellement et en plus alors si on voit maintenant cette guerre en ukraine justement ça qui est complètement fou elle a évidemment beaucoup plus d’impact négatif chez nous dans la zone euro que aux états unis où même les américains profitent de la hausse des cours des matières premières ce qui est normal heureusement mais n’est pas notre cas et on le voit sur l’indicateur de confiance des ménages de ça c’est intéressant de voir ça nous la confiance des ménages donc comparé aux états unis et dans la zone euro aux états unis donc c’est en rouge donc ça résiste bien et que on est plutôt sur des niveaux assez favorable au dessus largement de pan ce qui se passait pendant la pandémie alors que dans la zone euro et qu’on est revenu sur un plus bas depuis justement la pandémie si on regarde la confiance en france c’est un plus bas depuis décembre 2018 et la crise et gilet jaune donc cette guerre en ukraine cette hausse des cours des matières premières de l’inflation à plus d’impact négatif sur la confiance donc sur la consommation donc sur la croissance de demain c’est à dire que la croissance américaine va rester supérieure à celle de la zone euro et là aussi un avantage au dollar par rapport à l’euro et alors c’est souvent dit oui mais non mais nous on 3 euros ça va en limiter l’inflation n’est très bon et c’est oui enfin bon on sait plus trop le cas aujourd’hui voyez ça c’est une inflation américaine c’est la courbe rouge on est à 8 5% dans la zone euro et à 7 5% à quasiment un point d’écart et le drame c’est qu’elles ont l’air tout à l’heure plus leur obèses plus ça aggrave évidemment cette inflation alors face à cette inflation de les américains réserve fédérale américaine a enfin réagi c’est un petit peu normal donc qu’elle a augmenté son intérêt donc là la semaine dernière il a augmenté de 1 point en une seule séance à ses plus s’était plus produit depuis 2000 lorsque la réserve sera avec nous à fédérer américaine justement voulait casser la bulle internet qu’on voit ici cette remontée tout d’intérêt aux états unis ça va évidemment continuer parce que ça c’est l’inflation la courbe bleue l’objectif d’inflation de aux etats unis c’est 2% donc on a évidemment encore de quoi remonter tout d’intérêt outre atlantique alors que chez nous dans la zone euro pas non le déni de réalité continuons de l’inflation c’est pas grave oui on a un objectif mais aussi à 2% d’inflation là on est donc à 7,5 ou non mais c’est pas grave on les taux d’intérêt à zéro peut-être même qu’on fera un petit peu de planche à billets madame lagarde n’y a pas de risque de stagflation bon ça c’est incroyable on peut tous faire des erreurs mais après il faut admettre ses erreurs et réagir en conséquence donc aujourd’hui on laisse effectivement cette politique monétaire quasiment inchangé en tout cas il ya un écart de taux d’intérêt entre les états unis et la zone euro ce qui favorise évidemment le dollar je vous ai fait un petit graphique pour vous le montrer à ses taux d’intérêt américains c’est la courbe rouge réserve fédérale américaine donc ce qu’on appelle objectif des federal funds comble c’est le taux refi toujours 1-0 évidemment cet écart avantage le dollar on a un autre avantage qui est cette fois c’est sûr les taux d’intérêt des obligations d’état donc qui anticipe également la politique monétaire est là aussi c’est pareil là c’est le taux d’intérêt américains on est donc à 3 1% dont nous parlons d’un en allemagne à 1,9 pour cent de ceux que ça monte aussi ça demande beaucoup mais on a toujours ce cet écart ce qu’on appelle en anglais ce spread cet écart de taux d’intérêt al’avantage du dollar donc voilà pourquoi le dollar reste fort et va encore évidemment s’apprécier surtout si ces américains montrent encore le taux d’intérêt alors que nous nous ne faisons rien c’est là aujourd’hui le danger alors vous allez me dire oui mais finalement l’euro qui baisse et c’est plutôt bien c’est vrai que moi manger j’ai souhaité un euro normal quand on était à 1,50 même 1 30 dollar pour 1 euro s’étaient pas normal quand on passe sous les indices là effectivement l’euro devient un petit peu trop faible alors très rapidement d’un point de vue économique c’est vrai que quand l’euro baisse ça permet de soutenir les exportations ça redonne la compétitivité également aux produits nationaux par rapport aux produits importés dont on gagne des parts de marché comme c’est moins cher chez nous ça peut également attirer les investisseurs étrangers pour investir chez nous que c’est les points positifs empiriquement on sait que lorsque l’euro baisse de l’ordre de 10% ça ramène sur une année à peu près 0 5 point à la croissance ça c’est pour les effets positifs mais malheureusement dans le contexte actuel de forte inflation ballet des effets négatifs l’emportent sont plus forts que ce 05 points notamment au travers de l’augmentation de l’inflation et oui lorsque le l’euro baisse par rapport au dollar comme les matières premières sont libellés en dollars vous ai compris qu on paye encore plus cher la facture des matières premières et des produits importés au sens large donc c’est à dire que l’inflation importée augmente et ce qui évidemment casser le pouvoir d’achat j’ai également une remontée des taux d’intérêt des obligations d’état ce cas cela aussi la croissance et surtout risque de générer une perte de crédibilité une nouvelle crise de la zone euro ça c’est extrêmement dangereux quelques graphiques donc pour vous montrer pour terminer il envoie donc la france l’inflation en france donc on est à 4 8% aux normes françaises indicateur avancé de l’inflation les prix à la production on est à plus de 24% 24,4 exactement ce mois de mars qui veut dire que la courbe rouge évidemment un peu monter on peut avoir 7-8 % d’inflation très vite en france évidemment plus l’euro baisse plus ça augmentera l’inflation importée plus ça générera donc une inflation plus forte et donc moins de pouvoir d’achat ça c’est le premier problème deuxième problème évidemment les taux d’intérêt qui augmente donc la vie le taux d’intérêt allemands alors walton d’intérêts français à 10 ans sur la dette publique en était à 0,1 rappelez vous il ya même vent légèrement négatif et au début 2021 là on est à 1,6 et 1,7 pour cent c’est c’est assez incroyable et donc ce qui évidemment va générer une augmentation des taux des crédits et donc va limiter la consommation limiter l’investissement donc là aussi on va que cette hausse de l’euro qui génère une hausse due de l’inflation est bien temps se traduit également par une tension sur les taux longs et ça s’est également particulièrement dangereux et donc dernier point bas il ya un risque que l’on parle de la france si on regarde d’autres pays par exemple la grèce rien on est à plus de 3 5% sur taux d’intérêt à 10 en italie à 3 3% sur taux d’intérêt à dix ans ben oui ça y est fait des niveaux qui était là lorsque lors de la dernière crise de la zone euro et oui ce qui veut dire que la tension on l’a oublié mais la dette publique elle est énorme et donc s’il est l’intérêt augmentera le quoi qu’il en coûte va nous coûter extrêmement cher donc c’est là le danger est que comme on a des pays évidemment qui sont surendettés sur la grèce l’italie l’espagne le portugal la france également là il ya un risque de stabilité de la zone euro est ce que c’est ce qui est particulièrement dangereux donc il faut vite je dirais qu’on arrête cette baisse de l’euro c’est vrai que l’euro qui baisse quand on est au tour d entre eux 1 051 dit c’est bien si on passe sous les 1 1 05 dollar pour un euro la fin du ve est extrêmement dangereux en terme de crédibilité ça peut même généré je dirais des tensions au sein de la zone euro alors je dis pas encore l’explosion de la zone euro mais c’est vrai qu’il ya quand même des risques extrêmement fort de tensions au sein de cette zone euro d’un point de vue économique politique évidemment financier donc il faut que la bce agit ce qu’elle remonte un petit peu le taux d’intérêt au moins pour montrer qu’elle ne veut pas laisser l’euro baisser trop loin et puis bien sûr faudrait que cette guerre en ukraine s’arrête le plus vite possible d’un point de vue on veut dire diplomatique a bien entendu déjà et ben ça permettra d’arrêter ce nombre de morts un dramatique donc depuis déjà plusieurs semaines espérons qu’on évitera également la troisième guerre mondiale donc c’est ça qui est complètement fou aujourd’hui on est en train de mettre en danger la zone euro la stabilité de la zone euro et donc par ricochet ben notre activité notre quotidien notre consommation la cour d’achat et notre épargne donc espérons que les dirigeants de la zone euro sauront prendre les bonnes décisions c’est vraiment tout ce qu’on peut nous souhaiter pour les prochaines semaines des prochains mois merci beaucoup pas de continuation et à très bientôt

Leave a comment