Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Pourquoi Google est gratuit ?

Pourquoi Google est gratuit ?

Quelles sont les différentes étapes du blanchiment d’argent ? Cela se fait normalement en trois phases : Est-ce le bon moment d’acheter de l Ethereum ? Vous aimeriez effectuer un achat Ethereum, les experts en trading annoncent une belle aventure pour l’année 2022. Selon les prévisions, elle connaîtra une amélioration de l’ordre de 170 % d’ici 2023. Comment retirer du Shiba sur Binance ? Connectez-vous à votre compte Binance. Une fois que vous êtes connecté, placez le curseur de la souris sur [Portefeuille], puis cliquez sur [Fiat et Spot]. 2. Cliquez sur [Retrait].10 août 2022 Can a SHIB hit 10 cents? In the next 10.5 years, Shiba Inu can reach 10 cents, provided 50% of Shib tokens are burnt and Shiba Inu’s price rises 50% a year.29 sept. 2022 Pourquoi les seniors doivent liquider leur patrimoine immobilier ? Malgré l’allongement de la durée de vie, le vieillissement s’accompagne souvent de maladies et/ou d’une perte d’autonomie. Liquider son patrimoine immobilier à partir de 70 ans permet alors de profiter plus sereinement de sa retraite. De même, cette anticipation permet de procéder à une donation-partage des biens.17 mai 2021


Entre 1998 et 2018,les ordinateurs sont passés de ça à ça. Internet est passé de ça à ça. Et Google est passé de ça… : deux chercheurs en informatique dans un garagemal rangé. à ça : des services allant de la messagerie en ligneà la voiture autonome, et un quasi-monopole sur certains secteurs du numérique, ce quigénère des critiques. Mais alors, comment l’entreprise Googleest-elle devenue un empire en à peine vingt ans ? Pour commencer, il faut comprendre pourquoi ce moteur de recherche s’est imposé faceà ses concurrents, comme Yahoo! ou Lycos. « Allez, va chercher. Bravo mon Lycos, tu l’as trouvé ! » Dans les années 1990, les moteurs de rechercheutilisent une manière de classer les pages très basique et peu efficace. Les pages sont principalement rangées en fonction des mots-clés qu’elles contiennent : en gros, si on schématise, une page qui comporte trente fois le mot “chocolat” a beaucoup plus de chances d’apparaître en tête des résultats qu’une page qui ne le contient qu’une seule fois, même s’il s’agit de la page du meilleur chocolatier au monde. Beaucoup d’utilisateurs préfèrent consulter des annuaires de liens, comme celui proposépar Yahoo!. Les liens y sont sélectionnés et classés par des humains — c’est plus pertinent, mais les annuaires sont souvent mal mis à jour, et on ne peut pas faire desrecherches précises. Résultat : Lui, c’est Larry Page. Le cofondateur de Google avec Sergey Brin. C’est lorsqu’ils font leurs études en informatique à l’université Stanford, entre 1995 et 1998, qu’ils comprennent comment rendre plus faciles les recherches sur Internet. L’intuition géniale de Page et de Brin,c’est de partir du principe que plus une page Web a un grand nombre de liens qui pointentvers elle, plus cette page va être importante et fiable. C’est autour de ce principe qu’ilsconstruisent un algorithme qu’ils appelleront le « Page Rank », qui leur permet de classer demanière très efficace l’ensemble des pages d’Internet. Et la beauté du système, c’estqu’ils peuvent utiliser l’ensemble d’Internet comme une sorte de sondage géant qui leurpermet de mettre à jour en continu les pages les plus intéressantes et leur classement. L’entreprise est fondée le 4 septembre1998, et son moteur de recherche s’impose assez vite. Et cet important trafic va rapidement êtremonétisé. Pour la société, qui s’installe à Mountain View, en Californie en 1999, le deuxième facteur de développement, c’est la publicité. L’autre idée révolutionnaire de Google, elle ne concerne pas tant les internauteseux-mêmes que les annonceurs publicitaires. Puisque en 2000, Google commence à leurproposer d’afficher des résultats contextualisés directement à côté des résultats de recherche. Par exemple, un Internaute qui fait des recherches sur une panne de moteur de voiture se verra proposer directement les annonces de constructeurs automobiles. C’est extrêmement efficace : les utilisateurs cliquent beaucoup sur ces publicités, quicommencent à rapporter énormément d’argent. Ça va permettre à la firme d’acquérirune position ultradominante sur ce secteur. Entre 2001 et 2017, les revenus publicitairesde Google vont passer de 70 millions de dollars… à 95 milliards. Mais si ces revenus ont explosé, c’estque ses fondateurs sont aussi allés chercher la publicité sur d’autres supports que son moteur de recherche. Le troisième facteur de la réussite de Google, c’est la diversification. Pour s’étendre, l’entreprise a plusieursstratégies. En premier, elle met au point de nouveaux services efficaces, comme Gmail,Google Maps ou Google Chrome. Par exemple, en 2004, Hotmail ou Caramailsont ébranlés par l’arrivée de Gmail. Le service de messagerie électronique propose plus de stockage que ses concurrents. Et le géant s’appuie sur sonsavoir-faire de moteur de recherche interne à la messagerie. Donc, pour gagner un marché, la sociétéde Page et de Brin s’assure une avance technologique pourêtre sûre d’écraser la concurrence. Deuxième stratégie, le rachat de structuresprometteuses, comme Android en 2005. En effet, Android équipe plus de 85 % des mobiles dans le monde. Puis, en 2006, Google dépense 1,65 milliardde dollars pour racheter YouTube, une plate-forme de vidéos en ligne. Aujourd’hui, YouTubeest devenu le numéro un de la vidéo sur Internet et représente une gigantesque manne publicitaire. Enfin, troisième stratégie, Google ne cesse d’investir dans des secteurs avant-gardistes, parexemple, l’intelligence artificielle. Les projets les plus spectaculaires sont développésdans Google X, la branche la plus futuriste de l’entreprise. C’est le cas des GoogleCars, pionnières des voitures autonomes. Ou des Google Glasses, qui n’ont cependantjamais trouvé leur public. Car il ne faut pas oublier qu’en vingt ansde course à l’innovation, l’entreprise a aussi connu de nombreux échecs. C’est le cas de Google +, un réseau social, ou de Wave, pour le travail collaboratif… Mais si l’échec n’est pas vraiment unproblème chez Google, c’est parce qu’il affiche un quasi-monopole sur certains secteurs du numérique. C’est le dernier facteur de son développement. Sept de ses services comptent plus d’un milliard d’utilisateurs chaque mois. C’est grâce à eux que la multinationale affiche des revenus de 110 milliards de dollars en 2017, avec un taux de croissance de 21 %. Avec tout cet argent, l’entreprise continuede consolider son empire avec toujours plus de rachats et toujours plus de nouveaux projets. Du moteur de recherche à la voiture autonome, en passant par la domotique et la santé… La firme de Mountain View est devenue tellement tentaculaire qu’elle a dû se restructureren 2015. La société Alphabet a été créée. Elle est placée sous la direction de Larry Page et la présidence de Sergey Brin. Google n’est plus qu’une filiale dans laquelle ont étérassemblés les services les plus rentables. Tandis que d’autres structures d’Alphabet accueillentles projets de recherche, comme la biotechnologie ou Google X. En vingt ans, Google, qui était une petitestart-up avec un fort capital de sympathie, est devenue une gigantesque multinationale qui s’est invitée dans presque tous les domaines de la vie quotidienne. Ça s’est aussi accompagné de nombreuses critiques et d’une baisse de leur image. La première critique concerne l’accumulation de données personnelles. Ce qui pose la question de leur protection. Par exemple, Google a collecté des données de localisation d’utilisateurs d’Androidà leur insu en 2017. Deuxième critique : ses techniques d’optimisation fiscale. Par exemple, un transfert de près de 16 milliards d’euros aux Bermudes aété signalé par la Commission européenne. Il aurait permis à Google d’éviter depayer des milliards d’euros d’impôt. Troisième critique : le risque d’abusde position dominante dans certains secteurs. En 2018, Bruxelles a infligé une amendede plus de 4 milliards d’euros à l’entreprise pour avoir favorisé ses logiciels sur Android. Cette fragilité s’accompagne aussi de problèmesau sein même de l’entreprise. Depuis peu, Google fait aussi face à desproblèmes en interne, ce qui est une vraie nouveauté pour cette entreprise qui a toujoursaffiché une grande unité dans sa communication et dans son fonctionnement. Plusieurs projets, des contrats avec l’armée américaine ou un projet de moteur de recherche censuré à destination de la Chine, ont également fait dire à des salariés, qui se sont exprimés publiquement, que Google avait peut-être un peu perdu ses idéaux du début.

Leave a comment