Skip to content Skip to sidebar Skip to footer
0 items - £0.00 0
0 items - £0.00 0

Est-ce que le Portugal etait espagnol ?

Est-ce que le Portugal etait espagnol ?

Quel est la descendance des Portugais ? Les Lusitaniens furent à l’origine de l’identité des Portugais. On croit aussi que les Ligures ont peut-être également occupé la péninsule avant l’arrivée des Celtes. Par la suite, Celtes et Ibères ont coexisté et se sont mélangés en formant le fond celtibère de la population de la péninsule. Pourquoi le Portugal ne fait pas parti de l’Espagne ? Pourquoi l’Espagne n’a-t-elle pas repris le Portugal ? Par la très simple raison que le Portugal n’a jamais fait partie d’Espagne. Tandis que le Portugal a été reconnu comme état indépendant bien avant l’année 1200, l’Espagne d’aujourd’hui n’a pas été fondée qu’un peu avant 1500. Qui sont les descendants des portugais ? Les Lusitaniens furent à l’origine de l’identité des Portugais. On croit aussi que les Ligures ont peut-être également occupé la péninsule avant l’arrivée des Celtes. Par la suite, Celtes et Ibères ont coexisté et se sont mélangés en formant le fond celtibère de la population de la péninsule. Quelle est l’origine de la langue portugaise ? La langue portugaise a des origines latines, comme la France et l’Espagne, le Portugal fut une province romaine que l’on appelait alors la Lusitanie, car à l’origine c’était le pays des Lusitaniens. Est-ce que le Portugal a colonisé le Maroc ? Le Maroc portugais (portugais : Marrocos português) est le nom donné à la partie du Maroc occupée militairement par le Portugal depuis le 15 août 1415 , à la prise de Ceuta par Jean Ier, jusqu’au 11 mars 1769 , quand Dinis Melo e Castro (pt), dernier gouverneur et capitaine-général de Mazagan, rend au Maroc cette …

Qui a inventé la langue portugaise ?
Quel pays a envahi le Portugal ?
Quel est le pays qui a colonisé l’Espagne ?
Quelle race sont les Portugais ?
Qui serait roi du Portugal ?
Quel est la descendance des portugais ?
Quelle est la différence entre le portugais et l’espagnol ?
Pourquoi les Espagnols et les Portugais ne s’aiment pas ?
Quel était l’ancien nom de l’Espagne ?
Qui sont les ancêtres des Espagnols ?
Est-ce-que les Espagnols sont des Blancs ?
Comment est né le portugais ?
Qui a découvert le Portugal ?
Quelle est la langue la plus proche de l’espagnol ?
Est-ce que le portugais est une belle langue ?
Quel pays à coloniser l’Espagne ?
Quel est l’ancien nom de l’Espagne ?
Qui sont les vrai latino ?
Est-ce-que Les espagnols aiment les Français ?
Est-ce que le Portugal a été colonisé ?
Comment le Portugal est né ?
Quelle est la langue la plus difficile au monde ?
Quelle est la plus belle langue du monde ?
Quel est l’origine du portugais ?
Quel pays n’est pas conquis par les Espagnols ?
Pourquoi Melilla est espagnol ?
Qui sont les ancêtres des espagnols ?
Pourquoi les Portugais ne sont pas latino ?
Est-ce que le Portugal est un pays latino ?
Quel est le pays qui a colonisé la France ?
Quelle est la langue du futur ?
Quelle est la langue de l’amour ?
Pourquoi l’Espagne et le Portugal ne s’aime pas ?

Qui a inventé la langue portugaise ?

Mais le document qui atteste de la naissance officielle de la langue portugaise date du 27 juin 1214 , il s’agit du Testament de Alphonse II, troisième roi de Portugal.

Quel pays a envahi le Portugal ?

8 L’empire colonial du Portugal En 1381, le Portugal entra en conflit avec la Castille; le pays fut envahi par les Castillans avec le soutien d’une partie de la noblesse portugaise.

Quel est le pays qui a colonisé l’Espagne ?

Colonisée, principalement sur ses côtes, par les Phéniciens, les Grecs, les Carthaginois, la péninsule voit se mêler à l’intérieur populations celtes et ibères. Passée sous la domination romaine après la fin de la deuxième guerre punique qui oppose Rome à Carthage entre 218 et 201 avant J.

Quelle race sont les Portugais ?

Les hispaniques (ou latinos) constituent ainsi dans cette classification un groupe ethnique sub-divisée en plusieurs races (blanc, noirs, métisses). Récemment une enquête a été menée dans la communauté portugaise nord-américaine pour savoir comment ils préféraient être classés comme hispaniques.13 avr. 2017

Qui serait roi du Portugal ?

Dom Duarte-Pio de Bragance

Quel est la descendance des portugais ?

Les Lusitaniens furent à l’origine de l’identité des Portugais. On croit aussi que les Ligures ont peut-être également occupé la péninsule avant l’arrivée des Celtes. Par la suite, Celtes et Ibères ont coexisté et se sont mélangés en formant le fond celtibère de la population de la péninsule.

Quelle est la différence entre le portugais et l’espagnol ?

Les deux langues utilisent des variantes de l’alphabet latin, il y a, cependant, des différences phonétiques et même de graphie. Les noms des lettres sont masculins en portugais mais féminins en espagnol. En portugais, il y a les digrammes lh, nh et aussi le ç (c cédille).

Pourquoi les Espagnols et les Portugais ne s’aiment pas ?

L’idée d’une union politique entre les deux pays divise les Portugais et provoque de l’indifférence en Espagne. Près de 40 % des Portugais seraient d’accord pour intégrer une fédération ibérique. Plus de 34 % sont contre.30 juil. 2009

Quel était l’ancien nom de l’Espagne ?

L’Espagne, appelée alors Hispanie, était totalement romaine (mis à part quelques indigènes récalcitrants) et des grandes figures se placèrent à sa gouvernance : en 77 av. J. -C., Pompée reçut l’imperium proconsulaire sur l’Espagne tandis qu’en 61 av.20 mars 2019

Qui sont les ancêtres des Espagnols ?

Un Espagnol ou Portugais sur cinq a des origines juives et un sur dix a des origines maures, selon une enquête portant sur l’ADN des habitants mâles de la péninsule ibérique, rapportée par le journal The Times.8 déc. 2008

Est-ce-que les Espagnols sont des Blancs ?

En 2000, sur les 35 millions, 47,9% se sentaient « Blancs », 42,2% « Autre » et 6% « deux races ou plus ». En 2010, sur 50 millions d’« Hispaniques » recensés, 53% ont coché « Blanc », 36% « Autre race » et 6% « Deux races ou plus » [18][18]À partir de 2000 les Américains purent choisir de cocher….

Comment est né le portugais ?

Les Lusitaniens furent à l’origine de l’identité des Portugais. On croit aussi que les Ligures ont peut-être également occupé la péninsule avant l’arrivée des Celtes. Par la suite, Celtes et Ibères ont coexisté et se sont mélangés en formant le fond celtibère de la population de la péninsule.

Qui a découvert le Portugal ?

En 1488, Bartolomeu Dias dépasse le cap de Bonne-Espérance, le continent africain peut alors être contourné. En 1493, Christophe Colomb revient d’Amérique et c’est à Lisbonne qu’il débarque en premier. Il annonce au roi que les terres découvertes lui appartiennent en vertu du traité d’Alcaçovas.

Quelle est la langue la plus proche de l’espagnol ?

Ces ressemblances s’expliquent par l’histoire : le portugais et l’espagnol sont tous deux des langues romanes. En revanche, si portugais et espagnol sont des langues très proches au niveau de l’écrit, la prononciation est sensiblement différente.23 févr. 2016

Est-ce que le portugais est une belle langue ?

Non seulement c’est un des plus belles langues qui soit, mais apprendre le portugais vous permet de comprendre mieux la magnifique culture des pays lusophones. C’est un immense enrichissement intellectuel et personnel.

Quel pays à coloniser l’Espagne ?

En plus de l’Espagne elle-même comme métropole, il faut mentionner le Portugal (à partir de 1580 jusqu’en 1640), le Royaume de Naples (de 1442 à 1713: l’actuel sud de l’Italie, les îles de la Sicile, de la Sardaigne et de Malte), la Franche-Comté (de 1547 à 1598: la région du centre-est de la France), le duché de Milan …29 juil. 2022

Quel est l’ancien nom de l’Espagne ?

L’Espagne, appelée alors Hispanie, était totalement romaine (mis à part quelques indigènes récalcitrants) et des grandes figures se placèrent à sa gouvernance : en 77 av.20 mars 2019

Qui sont les vrai latino ?

Cela signifie toutes les personnes vivant ou venant d’Amérique latine. Vous pouvez donc être à la fois hispanique et latino, comme c’est le cas des mexicains, argentins, chiliens, etc., mais vous pouvez aussi juste être latino, comme les brésiliens, ou juste hispanique, comme les espagnols.20 déc. 2017

Est-ce-que Les espagnols aiment les Français ?

– Les Espagnols considèrent le Français comme arrogant mais ils nous prêtent une image de bon vivant. Le savoir-vivre, le luxe et le bon goût à la française ne les laissent pas indifférents. – Les Espagnols estiment que les Français ont un esprit nordique. Ils nous trouvent froids, peu ouverts et assez secs.

Est-ce que le Portugal a été colonisé ?

Seulement 2 ans plus tard, l’explorateur Pedro Alvares Cabral foulera les terres brésiliennes. Acteur majeur de la colonisation du « Nouveau Monde », le Portugal devint l’une des premières puissances mondiales grâce à son important empire colonial et les matières premières de grande valeur provenant de ses colonies.

Comment le Portugal est né ?

5 La naissance du royaume portugais Par le traité de Zamora de 1143, Alphonse VII de Castille, sous la pression du pape, finit par reconnaître le royaume du Portugal et son roi Alphonse Ier (1109-1185), connu aussi sous le nom de «Alphonse Ier Henriques»; auparavant, le titre d’Alphonse était “princeps” («prince»).

Quelle est la langue la plus difficile au monde ?

La langue la plus dure à apprendre : le chinois mandarin. La langue la plus compliquée à apprendre pour un Français comme pour un Anglais ou un Allemand est à coup sûr le chinois mandarin, c’est-à-dire la langue la plus parlée au monde en terme de nombre de locuteurs natifs.28 août 2022

Quelle est la plus belle langue du monde ?

FRANÇAIS

Quel est l’origine du portugais ?

La langue portugaise a des origines latines, comme la France et l’Espagne, le Portugal fut une province romaine que l’on appelait alors la Lusitanie, car à l’origine c’était le pays des Lusitaniens.

Quel pays n’est pas conquis par les Espagnols ?

Les colonies restantes de Cuba et de Porto Rico furent finalement perdues à l’issue de la guerre hispano-américaine en 1898, qui mit un terme définitif à la domination espagnole sur les Amériques.

Pourquoi Melilla est espagnol ?

En 1808, l’Espagne est confrontée à de graves problèmes de ravitaillement dans sa lutte contre les Français pendant la Guerre d’Espagne, on envisage de céder Ceuta, Melilla et les îles espagnoles d’Afrique du Nord au Maroc contre des vivres.

Qui sont les ancêtres des espagnols ?

Un Espagnol ou Portugais sur cinq a des origines juives et un sur dix a des origines maures, selon une enquête portant sur l’ADN des habitants mâles de la péninsule ibérique, rapportée par le journal The Times.8 déc. 2008

Pourquoi les Portugais ne sont pas latino ?

La confusion entre « hispanique » et « latino » constitue une erreur : « hispanique » est un terme incluant les personnes originaires des pays hispanophones (Espagne, 18 des 19 états d’Amérique latine…), tandis que « latino » fait référence aux habitants ou descendants des anciennes possessions espagnoles et …

Est-ce que le Portugal est un pays latino ?

En prenant en compte les deux critères que sont la langue et le catholicisme, l’Europe latine inclut la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, ainsi que quatre petits pays et principautés : Saint-Marin, le Vatican, Andorre et Monaco.

Quel est le pays qui a colonisé la France ?

Empire colonial français

Quelle est la langue du futur ?

Vous savez désormais que le chinois mandarin est la langue de l’avenir, il ne vous reste plus qu’à débuter l’apprentissage de la langue du futur !12 juil. 2021

Quelle est la langue de l’amour ?

français

Pourquoi l’Espagne et le Portugal ne s’aime pas ?

L’idée d’une union politique entre les deux pays divise les Portugais et provoque de l’indifférence en Espagne. Près de 40 % des Portugais seraient d’accord pour intégrer une fédération ibérique. Plus de 34 % sont contre.30 juil. 2009


[Musique] les grands entretiens de storia Vautier [Musique] on retrouve Marie Gwen carrichon chers amis bonjour à toutes et à tous bienvenue sur storiabocci le podcast du magazine histoire et civilisations chaque pays a en quelque sorte son Michelet chaque époque célèbre différemment son histoire chaque pouvoir a ses références historiques et au 20e siècle le régime portugais de Salazar veut s’en créer dans l’histoire et il insiste sur l’idée de nation d’unités portugaises en mettant en avant certains pans du passé du pays et en s’appuyant notamment sur ce qu’on a appelé le triple F alors qu’est-ce que c’est que ce triple F c’est le foot alors inutile de s’étendre sur le football au Portugal c’est Fatima Fatima qui est un haut lieu d’apparition mariale symbole de l’importance et de l’ancrage du catholicisme dans ce pays et le fado qui est un genre musical un peu méconnu aujourd’hui notamment hors des frontières du pays nul besoin de s’étendre ici sur le lien très fort qui existe entre la fabrication de l’histoire et la construction ou l’affirmation d’une nation d’une identité d’un pouvoir finalement c’est un thème qui parcourt l’histoire mais quelle que soit le pays et quel que soit l’époque et aujourd’hui je vous propose de regarder avec lucidité l’histoire du Portugal que les Français faut être honnête il faut bien le dire connaissent assez mal regardez cette histoire loin des clichés véhiculés par les différents pouvoirs au Portugal mais aussi loin de l’idée que nous avons parfois de ce petit rectangle étriqué à la périphérie de l’Europe paraphraser l’écrivain Michel Torga n’oubliez pas chers amis qu’avant Cristiano Ronaldo il y a quand même eu Vasco de Gama ce serait bête de l’oublier quelle est la singularité de la nation portugaise et puis pour parler de ce vaste sujet j’ai la joie de recevoir aujourd’hui Yves Léonard bonjour merci d’avoir répondu à notre invitation vous êtes un grand spécialiste du Portugal vous êtes membres du Centre d’histoire de Sciences Po Paris et chercheur associé à l’Université de Rouen Normandie et j’ai envie de mentionner l’intitulé de votre thèse qui portait sur salazarisme nationalisme et idées colonial au Portugal puisque aujourd’hui nous allons parler de l’histoire du Portugal mais on va aussi parler du discours sur l’histoire du Portugal puisque c’est essentiel pour comprendre comment c’est forgé cette nation et vous venez de publier aux éditions thalandiers histoire de la nation portugaise une première question Yves Léonard votre ouvrage il appartient à une collection qui a été créée donc par Talenti qui est dirigé par ericanso qui est déjà venu souvent sur storiabocci est-ce que vous pouvez présenter cette collection une idée tout à fait pertinente qui consiste à partir du constat de la de la permanence même de la de la résurgence de l’importance de la nation aujourd’hui dans l’Europe et partout dans le monde donc fort de ce constat l’idée était de créer une collection qui permette de problématiser un peu les réflexions d’historien autour de ce qu’est la nation dans chacun des pays concernés et la sollicitation que que j’ai eu et que la proposition que m’a fait Éric en sauce c’était justement de braquer le projecteur sur ce pays singulier dont l’histoire est souvent peu connue en France et un pays singulier dans la mesure où c’est un pays qui a une histoire longue puisque ces frontières sont cadres territorial et fixé de manière intangible depuis le 13ème siècle et c’est à ce titre là qu’il était intéressant de se poser la question finalement de ce qu’est la nation au Portugal dans un cadre aussi ancien comment définissez-vous la nation euh Yves Léonard et notamment est-ce que cette notion a beaucoup évolué est-ce que cette définition évolue durant votre livre alors elle évolue cette notion de nation dans la mesure où en fait je me réfère à une conception assez moderne assez récente de la nation celle qui s’impose finalement à partir du 19e siècle et qui est celle de congruence de mettre en coïncidence en concordance à la fois un territoire une langue un cadre institutionnel et puis ce fameux sentiment d’appartenance à quelque chose qui vous dépasse ce sentiment qui éclot véritablement au 19e et et et prend une ampleur démesurée au 20e siècle donc parler de l’histoire de la nation portugaise c’est se poser la question de la pertinence au Moyen-Âge notamment lorsque apparaît ce pays le royaume du Portugal au 12e siècle c’est s’interroger sur la pertinence d’évoquer le concept de nations pour traduire ses sentiments complexes composites hétérogènes qui se manifeste au cours de la personne du roi autour d’un certain nombre d’événements mais qui pour autant ne permettent pas de distinguer clairement ce sentiment d’appartenance à quelque chose qui vous dépasse et c’est un peu la jeunesse l’histoire de ce sentiment que j’essaye de retracer dans l’ouvrage en mettant l’accent sur quelques moments forts notamment la question de l’expansion maritime qui est très ambivalente au regard de notre de ce concept de nation et pour montrer finalement que ce concept prend toute son ampleur au 19e siècle et aujourd’hui alors lorsqu’on demande à un portugais comment il définit son appartenance à sa nation qu’est-ce qui répond quelles sont les éléments qui pour lui font l’appartenance au pays du Portugal et à son identité il y a toujours plusieurs éléments constitutifs des symboles d’abord auxquels chaque portugais va se rallier assez volontiers à commencer par l’hymne national et le drapeau qui sont deux repères une balise extrêmement importante c’est Tim de d’ailleurs porte le nom a pour toguèse la portugaise et puis ce drapeau qui a été retenu comme drapeau national en 1910 avec l’instauration de la République tout comme l’hymne national et bien incarne ce passé long du Portugal avec les blasons historiques du Portugal la sphère armillaire c’est-à-dire représentation symbolique de la période de l’expansion maritime enchâssé dans une espèce de tonalité rouge et verte qui a été retenue par à la fois pour sa visibilité et sa représentativité de ce qu’est le Portugal donc ça ces symboles sont extrêmement présents et jouent un rôle très important ensuite il y a des éléments constitutifs relatifs à ce qu’on pourrait qualifier de récitationale serait si national qui s’est écrit au fil du temps et auquel les Portugais aujourd’hui restent sensibles avec quelques repères quelques dates un peu comme dans tous les pays des dates emblématiques des personnalités des personnages qui ont marqué ce destin et puis je verrai également deux autres éléments distinctifs le premier vous l’avez évoqué à travers la question des 3F tout à l’heure mais vous avez quelques symboles finalement qui parcourt l’histoire longue et notamment ses identifications autour du fado de la musique donc du football qui joue un rôle très très important au Portugal et qui est un moment fort si vous voulez de d’orgueil finalement national à travers des joueurs stars dont Cristiano Ronaldo et puis enfin je terminerai par l’importance de la langue et c’est peut-être un élément distinctif fort pour le Portugal une langue qui a été adoptée et pratiquée reconnu comme tel 13ème siècle et qui a nourri tout un discours tout un récit à la fois poétique l’exemple des luziade avec Camoins mais aussi et c’est très important des récits de voyage qui ont une école portée à travers l’expérience qui avait les Portugais tragicaux maritimes et c’est au tour de ça si vous voulez que je crois qu’il y a une espèce de corpus qui permet au Portugais de se sentir portugais aujourd’hui oui on dit souvent que c’est un peu le pays des poètes le Portugal alors c’est une nation de poète comme on l’a souvent qualifié parce que il y a quelques grands noms et il faut rappeler ici peut-être parmi les autres symboles et moments forts qui permettent au Portugais de se sentir portugais il y a la fête nationale notre 14 juillet c’est le 10 juin et pourquoi le 10 juin parce que c’est la célébration de la Journée du Portugal et de Camoins parce que Camoins chez mort le 10 juin 150 et c’est le poète national donc ça donne une tonalité c’est rare qu’un pays se choisisse comme fête nationale le jour de la mort d’un poète pour autant bon nation de poète vous avez quelques grands noms et le plus récent est peut-être le plus connu des Français c’est Fernando qui a vécu qui est mort en 1935 et grande figure de la littérature mondiale pour autant qualifier une nation de poète ça a quelque chose d’un petit peu comment dire réducteur et trompeur c’est un pays qui n’a pas vécu dans les limbes et dans de manière éthérée de manière irréaliste quoi que à certains moments il y a des mythologies qui se sont mises en place et je pense notamment à celle qui a certainement été la plus fertile le sébastianisme qui nourrit tout un imaginaire très particulier autour du thème du Sauveur et et de la capacité finalement de trouver un salut à travers une personnalité hors norme et ça c’est quand même assez prégnant assez fort dans on va dire la culture portugaise vous dites dans votre livre la chose suivante cette nation donc le Portugal a inscrit son devenir dans une mission universelle à accomplir longtemps nourri d’un esprit de croisade de reconquête liées à un rêve impérial et messianique depuis Henri navigoteur et la prise de ce tas au Maroc lorsqu’on lit l’histoire de France on a aussi cette le sentiment que la France va porter ses lumières enfin c’est pas seulement un sentiment au monde entier pareil pour la destinée messianique des États-Unis est-ce que cette conviction messianique finalement ne fait-elle pas partie de la notion même de nation elle est certainement qu’en substantielle à cette notion mais dans le cas portugais elle est augmentée du fait que le pays vous l’avez rappelé est un pays un petit rectangle à l’échelle du continent européen moins de 100000 km². et donc pour assouvir ce rêve de grandeur d’être plus que ce rectangle européen cette dimension messianique évoquée tout à fait importante parce que elle est constitutive de cette image quelque part irréelle mais embellie que le Portugal et les Portugais ont longtemps eu de même ça prend un nom simple et la portugalité mais cette portugalité est très importante et j’en veux pour preuve que la sphère armillaire et sur le drapeau national figure en bonne place et c’est véritablement l’illustration de cette dimension mécénique universelle l’universalisme est très important dans la définition de la nation portugaise alors vous avez longtemps travaillé sur le salazarisme et vous parlez vraiment de la construction de l’histoire à cette période là est-ce que toute cette écriture de l’histoire a encore une influence aujourd’hui dans l’histoire qu’on écrit du Portugal sur la vision qui est Portugais ont de même et de leur pays le récitational même s’il a évolué depuis la période du salazarisme heureusement garde un certain nombre de très constitutifs autrement dit mais ça n’est pas propre au Portugal dans le récit national il y a une manière très particulière d’aborder l’histoire d’un pays c’est-à-dire que on l’a on l’explique à travers un certain nombre de grands événements de grandes personnalités certains événements sont dénaturés un peu réécrits et réadaptés et de la même façon certains grands personnages l’identifiés comme des héros nationaux et à ce titre souvent panthéonisé ou qu’on peut voir dans des lieux illustres au Portugal il y en a quelques-uns et bien c’est ce récit national effectivement qui a été beaucoup véhiculé beaucoup traduit notamment dans les programmes scolaires et l’histoire savante on va dire essaye depuis maintenant pas mal de temps de revenir ou du moins d’éclairer d’un jour nouveau serait si national et ça vaut aussi notamment et principalement pour la question de la nature de l’expansion maritime du terme même qui fait problème aujourd’hui de découverte bref cette histoire décentrée que les Portugais aujourd’hui reprennent à leur compte après avoir très longtemps succombé à une sorte de récit un peu mythié de leur passé et alors vous soulignez le prestige vous expliquer que en fait Salazar il avait il était vu de manière assez positive dans le reste de l’Europe et aussi en France comment est-ce que vous expliquez ce phénomène alors entendons-nous il était vu de manière assez positive à une période de particulière et de manière nuancée la période où il a été certainement le plus sinon admiré mais cité référencé comme finalement l’incarnation d’une troisième voie a l’air des des dictatures on va dire dans les années dans l’entre-deux-guerres dans les années 30 il a effectivement suscité beaucoup d’interrogations parce que il était en un sens singulier et donc il a drainé dans son sillage pas mal d’admirateurs notamment en France où on peut parler d’un philo salazarisme et d’une admiration de Salazar très prononcée dans certains Sénats intellectuels littéraire et politique qui se sont nourris de la pensée de Salazar et surtout d’une pensée en action c’est-à-dire que on voyait à travers lui non pas il était universitaire mais un intellectuel perdu dans les limbes de la réflexion mais quelqu’un qui mettait en œuvre des principes d’action d’ailleurs c’est le titre d’un de ces ouvrages qui a été traduit en France et c’est ce personnage là qui a suscité effectivement des des admirations durables en revanche bon c’est un personnage qui très vite a été perçu pour ce qu’il était à savoir un dictateur et de nombreuses personnalité en France et ailleurs ont pointé du doigt les agissements les pensées les actions de ce dictateur certes hors norme atypique mais qui a eu sur d’autres dictateurs la capacité de durer car c’est ça aussi qui le singularise c’est que finalement il a duré en tant que personne il est resté 40 ans au pouvoir ce qui est considérable donc c’est un personnage et peut-être aussi une certaine méconnaissance c’est-à-dire que il est nimbé de mystère il a longtemps été navré de mystère et on l’entourait dans une espèce de halo de sagesse et on l’a même surnommé certains le surnommait le marc Aurèle comme si c’était un stoïcien un peu désincarné un philosophe roi et ça c’est une image évidemment qui a été non seulement écornée sur lequel on est revenu mais le personnage par certains nombre de qualités qui lui étaient propres par son son parcours universitaire c’est un des rares dictateurs sinon le seul à ne jamais avoir porté l’uniforme et être un pur universitaire c’est-à-dire quelqu’un qui avait fait jusque-là une carrière académique et qui se reconnaissait pleinement dans les milieux académiques les pleinement les milieux universitaires donc voilà c’est ce personnage à typique qui a suscité des admirations profondes notamment au sein de l’Action française en France mais pas seulement et également dans la durée qui a trouvé dans son sillage y compris dans les années 1950 et 1960 tout un courant qui s’est reconnu ensuite dans ce qu’on a appelé le néolibéralisme l’école Lippmann etc qui ont trouvé chez Salazar des éléments extrêmement intéressants qui ont perduré jusqu’à aujourd’hui puisque au sein du toute une composante de la droite radicale américaine et bien Salazar fait figure sinon de modèles mais de sujets de réflexion venons-en aux origines du Portugal qui sont les premiers peuples les premiers hommes qui habitent au Portugal avant le Portugal avant la création avant son unité alors avant le Portugal comme je le dis ce n’est pas le Portugal c’est à dire que vous avez un territoire qui est en péninsule ibérique qui est parcouru par des vagues d’occupation multiples des Phéniciens il y a fort longtemps en passant par ce qu’on va appeler les Lusitaniens et c’est important le mytheusitanien parce que souvent il y a une synonyme on parle de portugais ou des Lusitaniens et pourtant ce n’est pas tout à fait la même chose d’un peuple celtibert donc a vécu deux trois siècles avant notre ère et qui s’est installé sur une partie de seulement du Portugal et aussi sur une partie de l’Espagne avec un héros emblématique leur Vercingétorix si l’on peut dire qui s’appelait Viriat et qui est un personnage qui a résisté aux Romains à l’occupation romaine puis il y a eu l’occupation romaine puis ensuite les vagues d’invasion Suède wisigo etc et puis la présence prononcé à partir du 8ème siècle des des Berbères des arabes qui sont venus s’installer en péninsule ibérique et c’est en réaction si vous voulez à cette présence arabe que les princes Bourguignons ce sont organisés ce sont structurés au tournant du millénaire à partir du 11e 12e siècle pour pousser ce phénomène qu’on appellera ensuite la reconquête pour repousser ce qu’on considérait comme les infidèles mais c’est donc une terre de brassage c’est une terre qui a été peuplée par des populations d’origine extrêmement différente avant de ce cristalliser de s’organiser mais avec des emprunts justement à tous ces présences antérieures avant de se cristalliser en un royaume chrétien au 12e siècle et donc est-ce qu’on peut dire que c’est à ce moment là qu’émerge l’idée de nations portugaise ou c’est un peu tôt alors ce que j’essaye de montrer dans le livre c’est que s’il y a formation effectivement d’un état de frontières d’une monarchie qui a assez faible au départ s’organise et acquiert une certaine autorité il est prématuré d’évoquer l’idée de nation au Moyen-Âge mais ce faisant je reprends aussi des arguments qu’on objecte lorsqu’on réfléchit au concept la Nation France au Moyen-Âge il y a plusieurs écoles qui s’opposent là-dessus mais je suis plutôt enclin à penser tout comme dans le cas français que c’est on parle d’autre chose si vous voulez et peut-être de patrie ou trouver un autre terme la notion la nation elle-même c’est quelque chose qui va se développer plus tardivement plus progressivement alors évidemment il y a des moments de cristallisation il y a des sentiments il y a des poussées de sève patriotique on pourrait dire à la fin du 14e siècle pas tellement au moment de la réunion ibérique des deux couronnes contrairement à ce qu’on pourrait penser entre 1580 et 740 mais surtout à partir du XVIIIe siècle où la véritablement fruit certainement d’une évolution observable au niveau européen dans les prolongements des révolutions et notamment de la Révolution française là à partir de ce moment là il y a l’émergence d’une nation au sens moderne du terme c’est à dire à sentiment d’appartenance à quelque chose qui vous dépasse et qui vous rassemble à la fois et c’est cette évolution là qu’il faut essayer discerner et dans le cas portugais c’est compliqué à graver du fait si l’on peut dire que c’est un pays qui s’est constitué par la reconquête donc sur un cadre géographique terrestre continental mais dont le destin très vite début du 15e siècle épouse celui de la mère ténébreuse de la mer et donc vous avez une dilatation extrême à partir d’un petit territoire faiblement peuplé une dilatation extrême aux quatre coins de la planète si l’on peut dire en Afrique en Asie et en Amérique du Sud et donc c’est ce sentiment diffus qui est d’autant plus difficile à exprimer et à rassembler une population qui qu’il est réparti [Musique] [Musique] l’existence pourquoi le Portugal en plus il aura voulait pour leur alliance avec l’Angleterre mais derrière ça il y avait une incompréhension de de la légitimité de cette nation donc c’est un cadre historique c’est une construction historique donc ce qui rassemble c’est d’abord un territoire tel qu’il va se constituer pour des raisons historiques c’est ensuite une langue je crois que le principal levier le principal ferment d’unité passe par la langue c’est une langue le Portugais est donc qui va s’imposer être connu comme langue administratif précocement bien avant les guides Villers-Cotterêts en France vous avez une codification administrative au Portugal dans la deuxième moitié du 13e siècle qui se fait via l’opportunité donc ça c’est important parce que c’est une langue alors avec qui emprunte aux langues gaélique celtique au galicien tout proche mais aussi qui emprunte beaucoup à la culture à la présence arabe beaucoup de noms tous les noms en alentayjo Algarve etc ce sont des noms et il y a toutes et c’est passionnant quand on fait la liste beaucoup de noms sont d’origine arabes au Portugal donc c’est c’est ce mélange qui permet de créer une forme d’unité ensuite vous avez l’unité par l’action résolue de ces monarques qui ont été quelques grands rois portugais qui ont fait l’unité du pays le premier Alphonse Henri qui est célébré comme le fondateur du royaume du Portugal au 12e siècle mais ensuite vous avez plusieurs monarques qui vont incarner cette idée d’unité de grandeur Jean premier Jean 2 Leroy manuel l’art Manuela la période où va jusqu’au de Gama arrive en Inde au début du XVIIIe siècle vous avez là une série de monarques qui vont pour des raisons diverses incarnées cette idée d’unité ça se fait donc par le biais de la légende à la personne du roi vous avez nommé votre deuxième votre deuxième chapitre ne pas être la Castille est-ce qu’on peut dire que du Portugal se définit aussi trouve son unité dans l’idée que ils doivent vraiment se distinguer de la Castille de l’Espagne tout au long de son histoire alors cette idée ne pas être la question on la retrouve chez beaucoup d’historiens et beaucoup d’intellectuels c’est-à-dire notamment au 19e siècle qui vont un peu codifier cette idée mais c’est une réalité d’une certaine manière le Portugal a bien des égards c’est constitué ces développer par opposition et rivalité avec son puissant voisin plus puissant que lui et donc c’est pour échapper à la main mise des rois de Castille qui avait toujours un œil un regard assez intéressé sur le voisin et qui quelquefois d’ailleurs ont poussé très loin leur avantage c’est en réaction à cette menace que le Portugal très largement s’est constitué et à essayer de se fortifier il suffit de regarder même certains châteaux regardez en haleine Peugeot etc on voit bien que la notion de frontière n’est pas un 20 mots on regarde et on se protège d’un voisin qui a tout moment notamment dans la partie où il y a des grandes plaines etc peut surgir donc il y a une menace et vous avez ce célèbre dicton qui dit que de casting vient dit bon vent ni bon mariage bref il y a la question ibérique si vous voulez de ibérique et très important dans la construction de l’État-nation portugais donc ça c’est un phénomène absolument intangible qui parcourt toute l’histoire jusqu’au 20e siècle il faut donc jamais l’oublier pour avoir la perception la compréhension de ce de cette construction ensuite c’est important pour comprendre tout simplement l’expansion aussi maritime parce que une fois qu’on a consolidé la frontière terrestre bon à des fins commerciales à des fins de développement comment se développer si on ne peut pas regarder à l’est c’est à dire on a conscience les rois Portugais ont très vite conscience que l’avenir est bouché en péninsule ibérique parce que il y a un rapport de force qui joue à leur détriment et donc à partir de ce moment-là quel est l’alternative il y a pas vraiment de plan B si ce n’est de ce projeter vers la mère ténébreuse qui effraie en 14e siècle les Portugais ont commencé à font pratique la pêche ont commencé à conclure des accords pour aller pêcher dans les eaux territoriales on dirait britannique et ça va ensuite se prolonger dans la fameuse alliance anglo portugaise qui est la plus vieille alliance européenne et les Anglais voilà depuis le début l’Allier traditionnel du Portugal c’est l’Angleterre ce qui peut expliquer d’ailleurs que la France est toujours regardée un petit peu avec distance et incompréhension ce pays l’Allier traditionnel c’est l’Angleterre depuis 1373 650e anniversaire l’an prochain et le traité de Windsor 138 qui recouvre une période très importante ou pour des raisons à la fois commerciale mais aussi géopolitique on pourrait dire puisqu’on est dans le contexte de la guerre des cent temps et les Portugais vont se trouver une alliance pour contrecarrer le couple franco castillant si on veut et c’est dans ce cadre-là qu’il faut comprendre mais cette projection maritime il y a cette alliance avec un pays maritime qui va au fil de l’histoire lui assurer une protection de plus en plus importante de ces routes maritimes notamment sur le plan militaire parce que la flotte de guerre au 18e siècle 19e siècle du Portugal et peu de choses donc c’est la Navy qui va jouer ce rôle pour les Portugal et protéger les routes commerciales portugaises mais qui permet donc à la fois on sécurise les frontières terrestres on a un allié et donc est-ce qu’il reste la mère ténébreuse elle fait peur mais on va se lancer à l’assaut de la mère ténébreuse et c’est politique assez volontariste quoi que sans plan préconçu il n’y a pas une vision qui allait conduire de manière IR sensible à illogique à l’Inde autrement dit un siècle avant Vasco de Gama on y pensait pas les premières projections elles se font avec une logique aussi de croisade de reconquête pour repousser les infidèles encore plus loin ils ont déjà obligé de traverser la Méditerranée ils sont quittés l’Algarve la partie sud du Portugal il faut les repousser le plus loin et peut-être s’assurer le contrôle de l’Afrique du Nord c’est ça la première idée du roi du Portugal Jean premier et ses fils les les glorieux enfants comme on dira avec l’infanterie notamment c’est cette idée finalement d’être d’avoir une présence au Maroc et le début de l’aventure c’est la prise de Ceuta en 1415 mais derrière tout ça voilà il y a des logiques contradictoires qui se qui se qui se mettent en place religieux mercantile commercial également en termes de deux de puissance de richesse et qui vont permettre au Portugal de progressivement et bien par des techniques de navigation par pas mal d’audace pas mal improvisation aussi et bien de ce projet le long des côtes africaines l’Afrique du Nord puis de plus en plus sur les côtes occidentales de l’Afrique et puis avec les techniques de navigation vers la volte c’est-à-dire le passage très au large autrement dit on se rapprochant de ce qui deviendra le Brésil et d’ailleurs en 1500 Cabral arrivera au Brésil non pas par hasard mais un peu parce que la volte avait été poussée plus loin pour ensuite rebasculer vers la partie sud du continent africain et passer le cap de des tempêtes le cap de Bonne-Espérance qui va permettre ensuite notamment à Vasco de Gama de réaliser la jonction de faire la route maritime vers les Indes en essayant d’éprouver des techniques de navigation et et une présence formelle côtière sur en Afrique orientale en Afrique orientale c’est-à-dire le Mozambique actuel le canal du Mozambique qui va permettre ensuite en passant vers hormoz etc de s’assurer le la protection de la route maritime vers l’Inde le but etc mais voyez c’est à partir d’un horizon assez bouché finalement à l’échelle européenne à l’échelle continentale que cette projection maritime va se faire alors que au départ la mer fait peur mais c’est intéressant ce que vous dites c’est que vraiment c’est la proximité presque avec la Castille qui a fait que les Portugais ont voulu conquérir le monde pour caricaturer un peu grossièrement oui conquérir enfin disons s’assurer une présence et surtout très vite rivalisée parce que la concurrence elle se fait aussi beaucoup avec la Castille qui a à peu près avec des modalités différentes mais des ambitions une vision assez proche et on parlait tout à l’heure l’idée de d’universalisme ou de messianisme bien tout ça va un petit peu entrer en rivalité absolue sous le règne du roi Manuel manuel qui arrive au pouvoir qui monte sur le trône si l’on peut dire par acclamation parce que il aurait pas dû monter sur le trône en 1495 le roi Manuel va incarner cette idée de monarchie universelle que va lui disputer ensuite un homme c’est la spécialité ce nom de Charles Quint et donc les Habsbourg qui vont rivaliser et avec cette idée incarnée par le roi Manuel qui épouse les filles des Rois Catholiques pour des raisons dirais-je stratégie matrimoniale qui lui permettrait d’asseoir cette idée de monarchie universelle ça va échouer mais l’idée est présente et laisse faire armillaire c’est cette idée là qu’elle véhicule et toute la mise en scène la mise en musique orchestrée sur les quais du Tage à Lisbonne avec l’art Manuela ce qu’on a appelé le monastère des hiéronimites à Lisbonne la tour de Belém tout ça c’est l’incarnation c’est l’illustration de ce rêve de monarchie universelle d’universalisme qui effectivement le prolongement finalement de cette idée n’est quelques décennies plus tôt et que Jean II dans un premier temps mais surtout le roi Manuel voire porter à leurs paroxysme est-ce que on peut parler d’Empire portugais alors le terme d’Empire n’est pas utilisé très longtemps il va l’être rétrospectivement on parlera de Premier Empire l’Asie l’Inde deuxième empire le Brésil 3e empire l’Afrique mais cette terminologie et cette désignation arrive relativement tardivement et notamment lorsqu’il s’agit d’évoquer la présence en Asie la présence en Asie elle prend un nom tout simple c’est l’état de l’âme et stade de India qui est structuré organisé administrativement qui va se doter d’une capitale qui est Goa qui est qui devient capital un petit peu de cette présence portugaise en Asie en 1510 à l’archevêché enfin il y a une dimension à la fois missionnaire religieuse et une dimension politique d’une nouvelle Lisbonne si on peut dire et d’ailleurs certains imaginons que ça pourrait très bien devenir la capitale de de cette nouvelle structure mais au départ on parle pas d’Empire et le roi du Portugal va se baptiser roi du Portugal des Algarves ce n’est pas ne désalgarves ça veut dire quoi l’Algarve du Portugal mais l’Algarve on va dire du Maroc de l’Afrique du Nord et prince du commerce en Asie c’est ça la terminologie qui est utilisée avec les stados de India c’est seulement progressivement et surtout lorsque on va dire le basculement se fait au profit du Brésil le Brésil qui s’affirme fin du 16ème et surtout au 17e et encore plus au 18e siècle comme le joyau de la couronne portugaise parce que il y a là des richesses importantes et c’est véritablement à ce moment-là que le basculement va se faire évent convaincre vraiment commencer à parler d’Empire mais c’est un empire qui n’est pas continental c’est pas une un empire de peuplement c’est pas un empire la démographie du Portugal ne le permettrait pas c’est un empire une thalassocratie on va dire c’est une constitution de comptoir de points relais de forteresse et d’un interlan qu’on essaye de contrôler je parle au 16e siècle et 17e siècle par le biais d’accord commerciaux et aussi de quelques canons judicieusement placés ici et là mais il n’y a pas de continuum territorial et il n’y a pas c’est bien peu de choses si vous voulez cette présence finalement par contre elle est quasi planétaire c’est-à-dire que au 16ème siècle on parle de l’océan Indien comme d’un lac portugais à cet égard mais les Portugais sont présents non seulement en Inde le long ils sont également présents sur une grande partie des côtes en Asie en Chine Macao on sera la traduction et même jusqu’au Japon en Indonésie aux mollusques etc il y a une présence portugaise et extrêmement diffuse mais là encore si on réfléchit au concept de nation et que qui est central c’est une dilatation de cet espace et la nation les gens de la nation ce qu’on appelle les gens de la nation c’est les communautés de juifs qui ont été expulsés ou qui n’ont pas pu rester au Portugal au temps du roi du règne de Manuel le fortuné qui les a contraint à la conversion forcée ou au départ et beaucoup sont partis pour continuer faire fortune et ou du moins continuer de vivre dans les possessions portugaises d’outre-mer et donc une grande partie de la progression des réseaux qui vont se constituer sont les gens de la nation comme on les appelle c’est à dire les Juifs les nouveaux chrétiens qui vont être extrêmement importants aussi bien à goal en Asie que très vite au Brésil oui parce que lorsqu’on parle du 15e siècle portugais on pense bien entendu aux expéditions maritimes mais Vasco de Gama mais exactement même moment le roi Manuel premier prend prend des décisions à l’égarder Juifs très très durs quel est l’impact moi je pense à la démographie est-ce que c’est un impact réel cette expulsion des Juifs et cette intransigeance religieuse alors c’est un transigeant se religieuse et puis ses racines dans pas mal de d’éléments et notamment eu un des clés explicatives mais pas la seule et qu’il faut nuancer c’est aussi de se mettre en conformité avec la politique des Rois Catholiques parce que Manuel a épousé les filles les Rois Catholiques une infante d’Espagne et il veut absolument séduire sur ce terrain-là se mettre un petit peu dans la tonalité qui est celle d’Isabelle la Catholique notamment bon donc ça c’est l’élément premier ensuite sur le plan démographique alors on va laisser une période de latence c’est-à-dire une espèce de période d’entre-deux ou les conversions seront plus ou moins forcées acceptées dès lors que voilà on s’adapte on peut rester en quelque sorte mais beaucoup choisiront la voie du départ et démographiquement ça n’est pas neutre et surtout en terme de richesse et de commerce c’est ça va avoir sur la durée des effets très négatifs pour le Portugal donc il faut le plutôt le comprendre au prisme de cette dimension commerciale et financière plutôt que le prisme démographique parce que sur le plan démographique je vous dis le Portugal en gros vous avez à cette période là 30 à 40 000 personnes qui vont être obligés par différents canaux de quitter le le territoire mais au-delà de cette dimension démographique c’est surtout l’impact sur l’administration et l’économie du Portugal que sur la longue durée les effets vont être extrêmement problématiques et surtout alimenter la concurrence parce que par exemple aux Provinces Unies et Pays-Bas si vous voulez la Hollande beaucoup vont de Juifs convertis par la force vont s’installer dans les Provinces Unies vous avez l’exemple bien connu d’un philosophe Spinoza par exemple dans la famille a dû quitter le Portugal pour ces raisons qu’on vient d’évoquer donc ça c’est cette diaspora et la notion de diaspora est importante dans la culture portugaise entre en résonance si vous voulez les gens de la nation ce qu’on appelle les gens de la nation ce sont ces juifs qui ont dû quitter le Portugal et qui vont et s’aimer à travers le monde venons-en au 18e siècle on peut malheureusement pas évoquer tous les thèmes de votre livre donc c’est au 18e que émerge l’idée de nation comment elle se met en place et comment à partir de quand on commence vraiment à parler de nations concernant le Portugal est très difficile de repérer le j’ai essayé de regarder un petit peu surtout qu’il y a des synonymes trompeuses on parlait à l’instant des gens de la nation la nation la diaspora juive si vous voulez les convertis de force et nouveaux chrétiens donc c’est très difficile d’identifier en revanche ce qui est certain c’est que vous avez à la fin deuxième moitié du 18e siècle un certain nombre d’éléments qui vont concourir à l’émergence de ce sentiment national très prononcé donc à la fin du XVIIIe début du 19e siècle elles en sont les éléments explicatifs vous avez d’abord sur le plan à la fois politique et économique ce moment charnière qui est celui autour mais parce que c’est un événement évidemment dramatique du tremblement de terre de Lisbonne 1755 la Toussaint 1755 mais au-delà de ça vous avez à ce moment-là une monarchie qui est en train d’évoluer avec on va dire le despotisme éclairé ou avec un homme le marquis de combat enfin qui va devenir le marquis de combat qui va jouer un rôle notamment de réorganisation administrative de reconstruire la partie basse de Lisbonne etc mais aussi porter des coups importants à ce qui structurait jusque là l’État monarchique ou qui concurrençait tout simplement le pouvoir monarchique notamment le pouvoir de certains pans de l’église il va une chasse contre les Jésuites etc plus largement et congrégation et tempérer fortement le rôle du tribunal de l’Inquisition du Saint-Office donc cet homme là va jouer un rôle important autrement dit va commencer il faut pas faire d’anachronisme et exagérer le phénomène mais à laïciser si vous voulez un certain nombre de thématiques bien donc ça c’est important parce que même si lui-même est renvoyé à ses études dans les années 1770 à la fin des années 1770 sa trace va être durable profonde dans la culture politique et dans l’évolution de la monarchie portugaise ensuite vous avez l’influence mais là qui n’est pas propre au Portugal de la vague révolutionnaire alors non seulement venu des États-Unis dans les années 1770 et l’indépendance américaine mais surtout la Révolution française qui va avoir des conséquences non négligeables au Portugal pour un certain nombre de raisons une raison territoriale et guerrière qui fait que le Portugal va se retrouver impliquer et finalement ça n’était pas une tradition d’interventionnisme sur la scène européenne va se retrouver à impliquer dans les guerres de la Révolution les premières coalitions et surtout à son corps défendant va se retrouver en rivalité de nouveau avec l’Espagne son voisin qui va l’envahir en 1801 c’est ce qu’on appelle la guerre des oranges et surtout et surtout et c’est là peut-être que cristallise le plus ce sentiment national qui va et en cela Napoléon une fois de plus peut-être comme en Espagne chez le voisin espagnol création d’une forme de proto nationalisme va créer encouragé à son corps défendant émergence d’un sentiment extrêmement fort de rejet finalement de cette présence étrangère espagnole en 1801 la guerre des oranges mais relativement courte mais qui laisse des traces parce que l’Espagne récupère une petite ville qui sera une pierre d’achoppement la ville d’oliveraie et la guerre des oranges c’est le symbole qu’on a perdu une ville au profit de l’Espagne et ça dans l’imaginaire portugais c’est très important donc ce sentiment de de crispation si vous voulez autour de ces faits et surtout avec les guerres napoléoniennes vous avez des vagues d’invasion qui font que à la fois les Français sont là même s’ils ont du mal à s’implanter que les Britanniques prennent de plus en plus le pas c’est à dire que vous avez un pro consulat qui va se mettre en place et donc les Portugais réussissent à repousser les troupes françaises grâce au soutien et aux commandements britanniques Wellington le futur duc de Wellington sera présent et surtout à ce moment-là et bien la famille royale quitte le Portugal et un phénomène tout à fait extravagant vous avez un ensemble qui se veut impérial qui traverse l’Atlantique et la capitale du Portugal se déplace à Rio de Janeiro qui est quand même un phénomène en 1808 donc un phénomène tout à fait étonnant et la famille royale portugaise va y rester jusqu’en 1821 donc pendant plus de 10 ans 13 ans la famille royale n’est plus au Portugal et c’est autour de tout ça si vous voulez que le sentiment national va véritablement se cristalliser il y a une humiliation les guerres d’invasion péninsulaires avec les exactions enfin les horreurs de la guerre vous avez le départ de la famille princière en famille royale donc un désaveu et ça va lui porter préjudice en terme d’image et derrière tout ça l’ombre de choc de la Révolution française qui va dans le prolongement de ce qu’on a vu en Europe ou même temps va se traduire par une révolution libérale en 1820 révolution libérale qui est fortement inspirée la constitution de Cadix de 1812 bref tout un ensemble toute une réflexion où l’influence française n’est pas négligeable l’influence politique mais qui va en gros limiter la souveraineté du roi et à partir de ce moment là vous avez comme c’est la règle dans ce à cette époque le concept la notion de souveraineté nationale qui apparaît avec une représentation qui s’exprime à travers les Cortés une représentation on va dire parlementaire et la limitation du de l’absolutisme et donc c’est autour de ça si vous voulez que véritablement des intellectuels des premiers historiens l’on pourrait dire vont travailler pour créer consolider ce sentiment d’appartenance à la fois juridique ce qu’on appelle la souveraineté de la nation et un sentiment aussi nourri d’une forme d’exemplâmerité d’un récit historique qui va se créer mais là c’est la création des identité nationale c’est le les travaux d’anne-marities qu’il avait très très bien montré on a une cohérence assez grande un véritable elle parlait de kit identitaire qui se met en place à ce moment-là à travers un récit que l’on construit à travers des symboles qui vont se créer et à travers le rôle politique d’un parlement qui est là pour limiter les pouvoirs du roi qui acceptent de prêter serment sur la constitution de 1821 et à ce moment-là le Portugal perd le Brésil choc terrible on parlait des guerres péninsulaires la perte du Brésil est pour les élites portugaises un choc dont celle-ci ont toutes les peines du monde à ce remède et c’est véritablement le l’une des premières crises de la conscience nationale c’est-à-dire ce sentiment que le Portugal certes était devenu un peu périphérique et le Congrès de Vienne l’avait bien montré avait obtenu très peu de choses il était un peu en forme de strapontin on pourrait dire mais avec la perte du Brésil il y a ce sentiment très fort que la grandeur s’est passée et la grandeur s’est passée c’est quelque chose que les élites ne vont pas accepter c’est-à-dire qu’elles vont à partir de ce moment là se mettre en quête d’un récit et d’un horizon qui leur permettrait de redorer le blason de cette monarchie un peu déjà écornée avec les guerres péninsulaires la perte du Brésil les guerres civiles qui vont s’en suivre jusqu’au au à la fin des années 1840 et dans ce cadre-là essayez de créer un nouvel élan collectif et donc ce sentiment d’appartenance à un pays qui de plus en plus ressemblent à sa forme actuelle c’est à dire au rectangle européen avec quelques archipels une présence sporadique en Inde Goa et qui est un résidu et puis une petite présence côtière en Afrique principalement Angola enfin ce qu’on appelle l’Angola mais la partie purement côtière et le l’Afrique orientale portugaise le Mozambique mais c’est très peu de choses et donc toute la si vous voulez toute la construction de nouveaux du Portugal qui aurait pu se replier à ce moment là vers son rectangle européen et se dire notre destin est ici toute chose égale le raisonnement qui sera tenu dans les années 1970 l’Empire est mort vive l’Europe et bien les élites portugaises vont considérer à ce moment-là pour un certain nombre de raisons parce que il y a des intérêts commerciaux aussi parce que il y a toujours la traite atlantique qui va être interdite à partir de 1836 mais l’esclavage va perdurer jusqu’aux années 1869 1870 il y a toutes ces dimensions qui vont rentrer en ligne de compte pour expliquer que les élites à la fois d’un point de vue symbolique mais aussi d’un point de vue commercial économique ne peuvent pas faire le deuil de ce passé immense trop grand la fameuse phrase la principale gloire du Portugal était d’avoir été et bien ces élites portugaises au XIXe siècle vont à ce moment-là nourrir non pas créer ex nihilo mais formalisé ce sentiment national lui donner une consistance une épaisseur beaucoup plus grande et donc véritablement la nation moderne portugaise merci beaucoup Yves Léonard merci d’avoir répondu à nos questions on n’a pas pu bien entendu tout évoqué la révolution des œillets et tous les autres grands moments fondateurs de l’histoire du Portugal je vous invite chers amis à découvrir tous ces moments fondateurs de de ce pays qui existe au-delà de ces expéditions maritimes à découvrir donc le livre dive Leonard histoire de la nation portugaise c’est un livre qui vient de paraître aux éditions talandiers et qui fait partie de la très belle collection dirigée par ericansault histoire d’une nation je vous remercie pour votre écoute et pour votre fidélité et je vous dis à très bientôt pour un nouveau numéro de nos grands entretiens [Musique] [Musique]

Leave a comment